Lever votre bras au ciel permet-il de mieux capter le réseau?


On voit cela quelques fois à la télé, des gens qui ne capte pas de réseaux et lève les bras pour trouver une connexion. Cela ne donne pas grand chose, c’est surtout en se déplaçant qu’il y a plus de chance d’avoir du réseau
Nuage

 

Lever votre bras au ciel permet-il de mieux capter le réseau?

 

Bernard-Henri Levy cherche du réseau en Afghanistan. |
Jewel Samad / AFP

Bernard-Henri Levy cherche du réseau en Afghanistan. | Jewel Samad / AFP

Repéré par Léa Polverini

Repéré sur The Verge

Non.

On en a tous été réduits à cela un jour ou l’autre, agacés par un réseau poussif qui ne voulait rien (nous faire) entendre: lever le bras au ciel dans un geste désespéré pour essayer de gagner quelques barres de réseau. Mais est-ce que ça marche?

La croyance populaire veut qu’agiter son téléphone bien haut dans les airs le rapprocherait d’une antenne-relais, donc d’un objet susceptible d’améliorer la connexion, ou encore lui permettrait de capter un signal grâce à un nouvel angle aussi mystérieux que hasardeux.

Cela relève davantage d’une superstition technologique que d’une réalité: un bras n’est de toute façon pas assez long pour changer quoi que ce soit.

Changer d’endroit

«Vous croyez peut-être que le signal d’un téléphone est comme un projecteur quand vous êtes sur une scène, mais ce n’est pas le cas. Quand vous levez votre main ou changez d’orientation, les effets sont très faibles», explique Lin Zhong, professeur en science et ingénierie électrique et informatique.

Ce qui est utile, en revanche, c’est de se déplacer: changer de rue si l’on est dans une ville, sortir d’une pièce si l’on est enfermé, s’éloigner d’un point d’eau si l’on est en bord de mer… Les obstacles en dur peuvent faire barrage, mais également la présence de trop nombreuses personnes aux alentours: dans un concert bondé, faire quelques mètres de plus de changera rien.

Selon Ashley Carman, journaliste tech à The Verge, ce qui est le plus déterminant reste l’opérateur téléphonique auquel on est affilié:

«Tous les opérateurs ne sont pas créés égaux», souligne-t-elle; ou du moins, leur offre n’est pas la même, et peut varier en fonction des régions couvertes.

L’Arcep, qui est l’observatoire sur la couverture et la qualité des services mobiles en France, a cartographié la couverture et la qualité du réseau offert par les différents opérateurs sur l’Hexagone: à défaut d’avoir des bras suffisamment longs, on pourra s’y référer pour optimiser nos communications… Ou bien tenter de parcourir quelques mètres.

Dans tous les cas, ne vous fatiguez pas les bras.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► La mégapole des fourmis


Nous savons tous que les fourmis sont très organisés, mais nous ne voyons pas leur habitat sous la terre. A moins de trouver un nid de fourmi avec du béton ou autre, pour y voir une architecture très impressionnante
Nuage

 
La mégapole des fourmis

 

En 2012, une équipe de scientifiques menée par Luis Forgi a mis au jour une cité géante de fourmis coupe-feuille, malheureusement abandonnée.

Pour évaluer la taille de la structure, les chercheurs ont déversé du béton à l’entrée principale de la galerie. Il leur a fallu une dizaine de jours et 10 tonnes de béton pour remplir le réseau de galeries. Un mois plus tard, les scientifiques se sont mis à l’ouvrage et ont dégagé un dédale de routes, de chambres de stockage et de salles de culture.

Les fourmis coupe-feuilles cultivent en effet des champignons, qui poussent sur un substrat de feuilles découpées. La structure comportait également des puits de ventilation, des dépôts d’ordure ainsi que des routes de substitution. L’impressionnante mégapole s’étendait sur plus de 46 m² !

Sa construction aurait nécessité le déplacement d’environ 40 tonnes de terre et la cité a abrité, à son apogée, plusieurs millions de fourmis

 

Dans le même genre, vous pouvez créer une sculpture originale en versant de l’aluminium fondu dans un réseau de galeries (abandonné, vous n’êtes pas des monstres) :

http://sweetrandomscience.blogspot.fr

Toronto → Des mères monoparentales surveillent les policiers


Je ne comprend pas comment une mère de famille accepte de renseigner des malfrats qui font la loi dans un quartier de la présence des policiers .. Comment peut-on ainsi protéger ceux qui un jour vendrons de la drogue a leurs enfants … a moins d’être une mère déconnecté ou passant la valeur de l’argent avant sa famille
Nuage

 

Toronto → Des mères monoparentales surveillent les policiers

 

Des mères monoparentales surveillent les policiers

Crédit photo : Gracieuseté

Agence QMI

Les autorités ont découvert que des trafiquants de Toronto utilisaient un réseau de mères monoparentales équipées de radios pour surveiller les mouvements des policiers dans le voisinage.

La police doit désormais utiliser des véhicules non identifiés pour faire la surveillance dans un quartier du Nord-Ouest de la ville, réputé pour l’activité des gangs de rue, situé à l’intersection de la rue Jane et de l’avenue Finch.

Les espionnes seraient logées dans des immeubles à logements très hauts qui leur permettraient de bien observer l’intersection en question. Avec des walkies-talkies ou via Blackberry Messenger, elles communiqueraient avec les chefs de gangs pour les avertir de la venue des policiers.

Selon les enquêteurs, ces femmes sont rémunérées par les caïds et même leurs enfants qui jouent dehors en face des édifices sont mis à contribution.

«Dès que nous tournons le coin, les trafiquants savent que nous sommes là, a dit un officier. Ces personnes surveillent la rue toute la journée et lorsque nous arrivons à destination, les suspects ont disparu.»

Aucune accusation ne peut être portée contre ces mères-espionnes puisqu’elles ne brisent aucune loi.

«Nous savons qu’elles sont là, et nous prenons nos précautions», a dit David McLeod de la Police provinciale de l’Ontario.

Le réseau d’espionnes a été découvert lorsque des détectives ont intercepté leurs conversations sur les ondes radio.

Les expressions «Five-O» et «Six Up» (se référant à une série policière télévisée et au nombre de balles dans un pistolet) sont utilisées pour identifier les policiers.

http://tvanouvelles.ca

Une antenne en bouteille !


Un moment donné nous n’aurons peut-etre pu de besoin d’antenne de relais pour les cellulaire .. mais j’avoue être un peu septique sur les effets de l’environnement .. pour que ce produit puisse servir d’antenne … j’imagine les enfants qui ont moins d’une dizaine d’année .. ils vont se demander comment nous avions pu vivre sans toute cette technologie
Nuage

 

Une antenne en bouteille !

Une entreprise de l’Utah vient de mettre au point une antenne en pulvérisateur. Fini les téléphones qui perdent le signal et le réseau.

Le produit peut être pulvérisé sur un mur, un arbre ou des vêtements afin d’augmenter instantanément la capacité de réception de l’antenne existante.

Dans le cadre de la conférence « Google’s Solve for X », où Chamtech Enterprises a lancé le produit, l’équipe a pu envoyer un signal VHF à plus de 22 kilomètres seulement en pulvérisant leur création sur un arbre traité.

Rhett Spencer, directeur de la technologie chez Chamtech, a mentionné que la technologie en pulvérisateur de l,’entreprise pouvait améliorer l’efficacité des téléphones cellulaires de 10%.

L’antenne est présentement en vente sur le site Internet de la compagnie sous le nom de « Spray On Antenna Kit » et les consommateurs intéressés doivent communiquer avec l’entreprise pour connaître les prix.

Chamtech Enterprises travaille depuis le début du siècle sur le développement d’un tel produit.

Un petit pichhhhhhhhhhh sur le tableau de bord avant d’entrer dans le tunnel…

Source : Phys Org

Crédit photo : Chamtech Enterprises

http://www.branchez-vous.com/