Des écoles du Colorado équipées de litières en cas de confinement lors d’une fusillade


Pour la rentrée dans 70 écoles aux États-Unis, on donne aux professeurs, un sceau, sable pour litière, papier de toilette et une tente pour une toilette improvisée en cas de confinement lors d’une fusillade. C’est beau d’être prévoyant, mais tant que le gouvernement ne touche pas au fond du problème qui est la facilité d’avoir des armes dont les fusils d’assaut, alors ils auront besoin d’encore plus de litière pour les chats.
Nuage


Des écoles du Colorado équipées de litières en cas de confinement lors d’une fusillade


Des personnes évacuées après une tuerie dans une école de Highlands Ranch dans le Colorado, le 7 mai 2019. | Michael Ciaglo / AFP 

Des personnes évacuées après une tuerie dans une école de Highlands Ranch dans le Colorado, le 7 mai 2019. | Michael Ciaglo / AFP

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur Chalkbeat

Pour la pré-rentrée, le personnel enseignant a reçu des seaux et de la litière pour chat à utiliser en cas de verrouillage des classes pendant une fusillade.

Dans le district scolaire de Jeffco dans le Colorado, qui inclut la ville de Columbine, où douze élèves ont été assassiné·es par deux de leurs camarades en 1999, les mesures de prévention contre les fusillades sont de plus en plus strictes.

Lors d’une réunion de pré-rentrée, pendant laquelle les profs sont censé·es parler cursus et emplois du temps, la direction a distribué de quoi faire des toilettes improvisées en cas de verrouillage des classes si une tuerie est en cours.

Cassie Lopez, une enseignante visiblement sous le choc, a décrit ces nouvelles procédures dans une vidéo:

«On nous a donné des seaux et de la litière pour chat à mettre dedans, des trousses de premier secours, du papier toilette et une tente à mettre autour du seau. Ces récipients servent de cabinets au cas où les élèves seraient confinés dans une salle à cause d’une menace. […] On nous a donné des marqueurs car, dans le cas où l’on devrait poser un garrot sur un élève, il faut écrire sur leur corps l’heure à laquelle il a été posé afin que les secouristes sachent depuis combien de temps ce garrot est en place. Ce n’est pas normal.»

Soixante-dix écoles équipées

Ce n’est pas la première fois que ces seaux sont distribués. Selon le chef de la sécurité du district scolaire, plus de soixante-dix écoles de la région sont équipées de ces commodités d’urgence. L’idée est née après un incident concret: en 2017, les salles de classe d’un lycée local avaient été placées sous confinement pendant environ cinq heures à la suite d’une menace de coups de feu. Les élèves et le personnel avaient alors dû faire leurs besoins dans les placards et les poubelles.

Le district scolaire a aussi commencé à apprendre au personnel enseignant à arrêter les saignements en cas de blessure par balles. Les élèves pourraient bientôt aussi recevoir une formation. En tout cas, ces établissements ont une équipe de trente-trois infirmières urgentistes disponibles en cas d’attaque.

http://www.slate.fr/

Les poux, au-delà des idées fausses


Bientôt la rentrée scolaire, signe que les vacances achèvent. Les enfants, petits et grands retourneront sur les bancs d’écoles et certains apporteront avec eux des petits indésirables qui voudront visiter d’autres têtes pour agrandir leurs petites familles de poux.
Nuage

 

Les poux, au-delà des idées fausses

 

Les poux, au-delà des idées fausses

    Les poux aiment les rentrées scolaires car ils ont une prédilection pour les périodes de collectivités.

    Attraper des poux n’est pas grave, la pédiculose du cuir chevelu qui en découle est une affection bénigne, mais elle entraîne des nuisances cutanées, elle est très contagieuse et souvent chargée d’une grande émotion…

     

    Que faut-il savoir sur la contamination par les poux ?

  • La contamination se fait par contact direct avec un sujet porteur de poux.

  • La transmission indirecte, comme l’échange de bonnet ou de cagoule est parfaitement possible, mais rare.

  • De même, les poux sautent rarement d’une tête à une autre, contrairement aux puces.

  • Les poux résistent à l’eau et au savon.

    Héberger ou non des poux n’est donc pas une question d’hygiène.

    Ils peuvent infecter n’importe qui, quels que soient son milieu ou son hygiène personnelle.

    Il suffit d’un contact physique direct avec une personne parasitée.

  • Le seul facteur de risque est donc la collectivité, la cohabitation.

    C’est d’ailleurs pourquoi les poux affectent peu les adultes, et surtout les enfants.

    De la même façon, si les filles sont plus souvent touchées, c’est que leurs jeux impliquent plus fréquemment des contacts de tête à tête.

    Il suffit d’un seul porteur de poux pour infester une classe entière, un groupe d’enfants en vacances ou une famille.

    Comment savoir si un enfant a des poux ?

  • Repérer le premier signe d’alerte : des démangeaisons répétées du cuir chevelu, particulièrement au niveau de la nuque, des tempes et autour des oreilles.

  • Examiner attentivement le cuir chevelu, notamment à l’endroit des démangeaisons et repérer les lentes et les poux adultes.

    Seule la présence de lentes vivantes assure d’une contamination.

    Elles sont de couleur caramel et brillantes, tandis que les lentes mortes sont blanches et situées plus loin du cuir chevelu.

    Les poux adultes vivants sont plus difficiles à voir. On peut alors utiliser un peigne à poux sur cheveux humides.

    Comment réagir si votre enfant a des poux ?

  • Parlez-en à votre médecin ou pharmacien afin d’entreprendre très rapidement un traitement.

  • Changez les draps et lavez les bonnets, cagoules, capuches et brosses par précaution.

  • Inspectez la tête des frères et sœurs, et des adultes aussi.

  • Avertissez l’école, la garderie, le centre aéré, les clubs de sports, les parents des copains/copines.

  • Expliquez à l’enfant ce que sont les poux et dites lui que ce n’est pas grave du tout, qu’il n’y a aucune honte, qu’il ne s’agit pas d’une question de propreté et qu’il n’est coupable de rien.

    Quels sont les traitements contre les poux ?

    Il y a quelques années (avant 2010), les traitements étaient majoritairement des insecticides : pyrétrines naturelles (origine végétale, issues des feuilles du chrysanthème), pyrétrinoïdes synthétiques (perméthrine, phénothrine, dépallétrine), malathion (composé organophosphoré) et lindane (composé organochloré).

    Certains avaient les inconvénients d’entraîner des effets secondaires (les insecticides étant toxiques pour le système nerveux des insectes, ils peuvent l’être aussi pour les enfants) et d’accroître la résistance des poux.

    Aujourd’hui, les nouveaux produits ne contiennent pas d’insecticides.

    Ils tuent les poux en bouchant leurs orifices respiratoires et excrétoires. Ils ne sont donc pas nocifs pour les enfants et peuvent même être utilisés chez les très jeunes enfants.

    Ils ne générent pas non plus de résistance, comme avec les insecticides.

    Souvent, une seule application est nécessaire, si vous utilisez aussi un peigne anti-poux et que vous appliquez les mesures d’hygiène nécessaires.

    A savoir : si votre enfant présente des croûtes jaunâtres, ou si l’infection par les poux persiste, prenez rendez-vous avec le médecin.

    Quelles sont les mesures d’hygiène à prendre contre les poux ?

    Il est inutile de traiter toute la maison. Mais il convient :

  • De laver les vêtements qui peuvent le permettre à 50 degrés. N’oubliez pas les bonnets, manteaux et écharpes.

  • La literie doit aussi être lavée (ne pas traiter la literie avec un insecticide, en spray, qui pourrait provoquer des irritations ou des allergies).

  • Pour les vêtements fragiles, le nettoyage à sec est une solution. Il est aussi possible de les enfermer pendant 2 semaines dans un sac plastique.

  • Il convient d’aspirer aussi les sols et les endroits de collectivité (canapés, fauteuils etc…).

  • Les brosses et peignes doivent être lavés à 50 degrés et laissés de côté pendant 2 jours.

Il est inutile de déscolariser votre enfant s’il a des poux.

Isabelle Eustache

Sources : Guide « Alerte aux poux », Dr Patrick Emschwiller, Editions Willer & Associés.

http://www.e-sante.fr/

LES POUX, AU-DELÀ DES IDÉES FAUSSES


Comme à chaque rentrée scolaire les enfants et les autobus scolaire arpentent les rues .. alors attention automobilistes .. ! Cependant ce ne sont pas juste les enfants qui font leur entrée a l’école … les poux aussi, c’est la fête pour eux .. mais pas pour les bonnes raisons …
Nuage

 

LES POUX, AU-DELÀ DES IDÉES FAUSSES

 

Les poux, au-delà des idées fausses

Les poux aiment les rentrées scolaires car ils ont une prédilection pour les périodes de collectivités. Attraper des poux n’est pas grave, la pédiculose du cuir chevelu qui en découle est une affection bénigne, mais elle entraîne des nuisances cutanées, elle est très contagieuse et souvent chargée d’une grande émotion.

Que faut-il savoir sur la contamination par les poux?

 

  • La contamination se fait par contact direct avec un sujet porteur de poux.
  • La transmission indirecte, comme l’échange de bonnet ou de cagoule est parfaitement possible, mais rare.
  • De même, les poux sautent rarement d’une tête à une autre, contrairement aux puces.
  • Les poux résistent à l’eau et au savon. Héberger ou non des poux n’est donc pas une question d’hygiène. Ils peuvent infecter n’importe qui, quels que soient son milieu ou son hygiène personnelle. Il suffit d’un contact physique direct avec une personne parasitée.
  • Le seul facteur de risque est donc la collectivité, la cohabitation. C’est d’ailleurs pourquoi les poux affectent peu les adultes, et surtout les enfants. De la même façon, si les filles sont plus souvent touchées, c’est que leurs jeux impliquent plus fréquemment des contacts de tête à tête. Il suffit d’un seul porteur de poux pour infester une classe entière, un groupe d’enfants en vacances ou une famille

    Comment savoir si un enfant a des poux?
    •  
  • Repérer le premier signe d’alerte: des démangeaisons répétées du cuir chevelu, particulièrement au niveau de la nuque, des tempes et autour des oreilles.
  • Examiner attentivement le cuir chevelu, notamment à l’endroit des démangeaisons et repérer les lentes et les poux adultes. Seule la présence de lentes vivantes assure d’une contamination. Elles sont de couleur caramel et brillantes, tandis que les lentes mortes sont blanches et situées plus loin du cuir chevelu. Les poux adultes vivants sont plus difficiles à voir. On peut alors utiliser un peigne à poux sur cheveux humides.

     

    Comment réagir?

     

  • En parler à son médecin ou pharmacien afin d’entreprendre très rapidement un traitement.
  • Changer les draps et laver les bonnets, cagoules, capuches et brosses par précaution.
  • Inspecter la tête des frères et soeurs, et des adultes aussi.
  • Avertir l’école, la garderie, le centre aéré, les clubs de sports, les parents des copains/copines.
  • Expliquer à l’enfant ce que sont les poux et lui dire que ce n’est pas grave du tout, qu’il n’y a aucune honte, qu’il ne s’agit pas d’une question de propreté et qu’il n’est coupable de rien.

    Quels sont les traitements contre les poux?
    •  
    • Les traitements sont majoritairement des insecticides. Malheureusement, ils entraînent des effets secondaires et surtout accroissent la résistance des poux. Il existe aujourd’hui des produits contre les poux qui les éliminent en dissolvant leur carapace, ou en les empêchant d’évacuer les liquides qu’ils absorbent. A base de silicone ou de diméthicone, ils n’entraînent pas de résistance des poux et sont plus doux pour les enfants. Ils sont donc devenus très populaires, même si leur efficacité n’est pas toujours aussi grande que celle des insecticides.

    •  

    • Mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé
      par Isabelle Eustache, journaliste Santé

      Sources : Guide « Alerte aux poux », Dr Patrick Emschwiller, Editions Willer & Associés.

    • http://www.e-sante.be