On me raconte des histoires?


Que ce soit par internet ou par téléphone des appels, des courriers frauduleux font des affaires d’or avec des gens qui se font avoir a leur manèges .. Il y a des indices qui ne trompent pas …et pourtant nombres de personnes tombent dans le panneaux ..
Nuage

 

On me raconte des histoires?

 

 

Comment puis-je savoir si mon interlocuteur me raconte des histoires ?

 

C’est trop beau pout être vrai. Votre interlocuteur est plus enthousiaste que vous C’est le patron qui vous appelle. Souvenez-vous que les vrais télévendeurs n’ont rien à cacher. Soyez attentif aux indices suivants.

Vous avez remporté un prix d’une grande valeur dans un concours auquel vous ne vous rappelez pas avoir participé. On vous offre une occasion « unique » de faire un investissement donnant un rendement fabuleux. On vous dit que vous pouvez vous joindre à un groupe d’achat de billets de loterie qui gagne à tout coup. Il faut payer pour participer

Vous êtes gagnant mais pour remporter votre prix, vous devez payer les frais d’envoi, de manutention, les taxes, les droits de douane ou toute autre dépense. Il arrive même que votre interlocuteur vous envoie un messager pour recueillir votre argent. Vous devez fournir des renseignements financiers personnels

Votre interlocuteur vous demande de lui dévoiler tous les renseignements confidentiels concernant vos comptes bancaires et vos cartes de crédit. Les commerçants honnêtes n’ont pas besoin de ces renseignements, à moins que vous n’utilisiez cette méthode précise de paiement. Payez-vous comptant ou… comptant?

Souvent, les malfaiteurs vous demandent d’envoyer de l’argent comptant ou un mandat plutôt qu’un chèque ou un paiement par carte de crédit. Impossible de retrace l’argent comptant ni d’annuler un paiement en espèces. De plus, les fraudeurs ont de la difficulté à se faire passer pour des commerçants légitimes auprès des sociétés de crédit.

Votre interlocuteur est plus enthousiaste que vous.

Les escrocs veulent que vous ayez un coup de cœur pour l’occasion qu’ils vous offrent, de façon à vous empêcher de prendre une décision réfléchie.

C’est le patron qui vous appelle

La personne qui vous appelle prétend être un représentant du gouvernement, un agent de l’impôt, un représentant bancaire, un avocat, ou autre personne en autorité. Votre interlocuteur vous adresse par votre prénom et pose toutes sortes de questions personnelles ou sur votre style de vie (par exemple, à quelle fréquence vos grands enfants vous rendent-ils visite). Un étranger qui vous appelle se prend pour votre meilleur ami

Les criminels adorent tomber sur des personnes seules qui ont envie de parler. Quand ils en trouvent une, ils tentent de la convaincre qu’ils sont son ami — après tout, on ne se méfie habituellement pas de ses amis C’est un offre d’une durée limitée que vous devez accepter tout de suite

Si votre interlocuteur exerce des pressions pour que vous preniez une décision sur-le-champ , c’est probablement une affaire louche. Les entreprises et les organismes légitimes vous donneront la chance de faire vos propres vérifications et de bien y réfléchir. Comment me protéger?

Souvenez-vous que les vrais télévendeurs n’ont rien à cacher.

Les criminels sont prêts à vous faire croire n’importe quoi pour vous soutirer de l’argent. Soyez prudent . Vous avez le droit de vérifier ce qu’on vous dit en demandant des renseignements écrits, un numéro de téléphone, des références et du temps pour réfléchir à l’offre qui vous est présentée. Les commerçants légitimes se feront un plaisir de vous donner ces renseignements. Après tout, eux aussi veulent se défaire de ces criminels. Ne donnez jamais de renseignements personnels, surtout sur vos comptes bancaires ou cartes de crédit, à moins d’être certain qu’il s’agit d’une entreprise légitime. Au moindre doute de la personne qui vous appelle, raccrochez. Ce n’est pas impoli, c’est sage et c’est la meilleure façon de vous protéger.

Si vous hésitez, demandez l’avis d’un bon ami ou d’un parent, ou même de votre banquier. Fiez-vous à ceux qui ont déjà prouvé leur honnêteté. Souvenez-vous de vos droits et raccrochez au télévendeur frauduleux!

J’ai l’impression qu’un ami ou un parent est victime d’un télévendeur peu scrupuleux. Que puis-je faire?

Soyez attentif aux indices suivants :

Une augmentation marquée des offres postales « trop belles pour être vraies Des appels fréquents de personnes promettant des gains rapides ou des prix de grande valeur, ou de nombreux appels d’organismes de bienfaisance inconnus. Une incapacité soudaine à acquitter les factures habituelles. Des demandes de prêts ou d’argent. Des relevés bancaires indiquant des chèques ou des retraits faits au nom d’entreprises inconnues. Une attitude cachottière face aux appels téléphoniques. Si vous croyez que l’un de vos proches est victime de télémarketing trompeur, ne lui reprochez pas d’avoir été naïf. Encouragez-le plutôt à vous parler de tout appel non sollicité ou de toute nouvelle offre ou demande de la part d’entreprise ou d’organisme de bienfaisance. Rappelez-lui qu’il n’est pas impoli de raccrocher lorsque la nature de l’appel est douteuse. Souvenez-vous que les escrocs sont d’une ténacité sans limite auprès des personnes âgées — certaines d’entre elles ont rapporté avoir cédé après avoir reçu jusqu’à quatre ou cinq appels par jour. Et lorsqu’une personne cède à un escroc sans vergogne, il est probable que son nom et son numéro de téléphone figurent sur une « liste de poissons », que les criminels s’échangent les uns les autres.

Comment signaler une fraude

 

Il n’est pas toujours facile de détecter les fraudes téléphoniques, qui prennent chaque jour de nouveaux visages.

Si vous soupçonnez être ciblé ou avez déjà fourni de l’argent, n’ayez crainte – vous n’êtes pas seul.

Si vous voulez signaler une fraude ou si vous avez besoin de plus amples renseignements, communiquez avec le Centre antifraude du Canada :

http://www.antifraudcentre-centreantifraude.ca

 

Exclusif – J.E. Vol d’identité, le gouvernement pris en défaut


Alors qu’on nous informe des dangers du vol d’identité et des moyens pour s’en protéger, il s’avère qu’au Québec ce soit encore plus facile.. juste en allant au Palais de Justice .. chose inconcevable qu’un simple citoyen peut avoir des informations confidentiel et peut l’utiliser a des fins frauduleux
Nuage

 

Exclusif – J.E.

Vol d’identité, le gouvernement pris en défaut

 

Par Michel Jean et Kinia Adamczyk | TVA Nouvelles

Les renseignements personnels de milliers de Québécois sont disponibles pour consultation, a révélé une enquête de l’émissionJE, à TVA. L’enquête a montré qu’il suffisait de se présenter au greffe d’un palais de justice pour obtenir les dossiers judiciaires. Et ces documents, les dossiers de divorce notamment, contiennent une foule de renseignements personnels.

En quelques heures, l’équipe de JE a pu obtenir et consulter vingt dossiers de divorce dans lesquels elle a trouvé les numéros d’assurance sociale de vingt personnes. JE a aussi trouvé des numéros de compte de chèque, de carte de crédit, des relevés bancaires, des rapports médicaux, des numéros d’assurances maladie. Bref, tout le matériel nécessaire aux fraudeurs pour effectuer des vols d’identité.

L’enquête de JE montre que personne n’est à l’abri. Parmi les dossiers dont l’émission d’enquête a obtenu copie, se trouvent les documents déposés dans les divorces d’un chanteur populaire, d’un ancien joueur de hockey encore actif dans le milieu et de celui d’un ministre bien en vue du gouvernement Marois : le ministre des Affaires internationales, Jean-François Lisée.

Monsieur Lisée n’a pas caché sa surprise. «Wow! C’est épouvantable», a-t-il dit en voyant l’étendu des renseignements personnels le concernant obtenu par JE, simplement en consultant son dossier de divorce. Jean-François Lisée trouve cela d’autant plus épouvantable qu’au même moment, les gouvernements consacrent des efforts importants pour sensibiliser les citoyens à l’importance de protéger leurs renseignements personnels afin de lutter contre le vol d’identité.

Ce type de crime qui se répand rapidement et ses conséquences s’avèrent souvent dramatiques pour les victimes.

«Cela me scandalise. Ça n’a pas de sens parce qu’avec ces renseignements, on peut faire un vol d’identité assez facilement» a dit le ministre, visiblement secoué.

Le ministre de la Justice promet de changer les règles

Le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, s’est dit lui aussi interloqué de constater que des renseignements aussi importants pour les citoyens que leur numéro d’assurance sociale, étaient étalés au grand jour dans des dossiers judiciaires.

«Je pense que monsieur Lisée m’a appelé immédiatement après vous avoir rencontré, a confié le ministre en entrevue. Il était furieux et je dois vous dire que je suis moi aussi renversé.»

Le problème, c’est que les documents judiciaires qui se trouvent aux greffes sont en général publics, sauf si un juge en a ordonné la mise sous scellé. Bertrand Saint-Arnaud promet de changer le code de procédure dans les prochaines semaines, pour assurer une plus grande confidentialité.

En attendant, le ministre demande aux avocats de caviarder les informations personnelles de leurs clients où de les déposer dans des enveloppes confidentielles, impossibles à consulter sans l’autorisation d’un juge.

Que faire pour protéger ses informations personnelles dans un dossier qui est déjà à la cour?

 

Les gens qui ont un dossier à la cour contenant des informations personnelles peuvent se rendre au greffe et demander que certaines pièces de leur dossier soient retirées, une fois le dossier clos.

«Lorsque le procès est terminé, que le délai d’appel est épuisé, les gens peuvent se rendre au comptoir et retirer les documents qui ont été déposés. Ça peut être l’acte de naissance, le contrat de mariage, les déclarations de revenus, a expliqué le directeur général du Barreau du Québec, Me Claude Provencher.

Les avocats spécialisés en droit familial peuvent donner plus de détails, en cas de doute. Pour en trouver un, consultez le site de leur association : http://www.aaadfq.ca/

http://tvanouvelles.ca

Prévenir le vol d’identité


Le vol d’identité peut arriver a n’importe qui et cela occasionnent beaucoup de problèmes .. On peut diminuer les risques en prenant certaines précautions …
Nuage

 

Prévenir le vol d’identité

 

PAR JULIE CHAMPAGNE  | PHOTO: SHUTTERSTOCK

Le vol d’identité, c’est quoi ?

Il est question d’usurpation d’identité aussitôt que les renseignements personnels d’un individu sont recueillis et utilisés par quelqu’un qui se fait passer pour lui et qui utilise ces informations à des fins frauduleuses.

Conseil de sécurité pour minimiser les risques

En tout temps…

… on s’assure de connaître les fins auxquelles ses renseignements personnels sont destinés. En cas de doute, on pose des questions.

… on ne fournit sa date de naissance, son adresse de courriel et autres détails que si c’est absolument nécessaire. On ne communique ces renseignements qu’aux sociétés que l’on connaît et en qui on a confiance.

… on protège son numéro d’assurance sociale. L’identité d’une personne est étroitement liée à cette pièce d’information, qui donne accès à ses rapports de crédit et aux bases de données gouvernementales.

… on choisit des mots de passe difficiles: surtout pas le nom de son conjoint, de son animal domestique ou son numéro de téléphone! On combine idéalement des chiffres, des lettres majuscules et minuscules, ainsi que des symboles (#, $, %, !).

En ligne…

… on utilise toujours des méthodes sécurisées pour fournir des renseignements personnels, surtout quand il est question d’informations financières, comme un numéro de carte de crédit ou de compte bancaire.

… on vérifie toujours qu’il y a un cadenas au coin droit en bas de l’écran lorsqu’on remplit des formulaires.

… on n’envoie jamais de renseignements personnels par courriel; ce n’est pas un mode de transmission sécurisé.

… on s’assure que ses pare-feu informatiques et ses logiciels-espions sont mis à jour pour protéger ses renseignements personnels.

… on se méfie de l’hameçonnage, une stratégie criminelle qui consiste à envoyer un courriel demandant de fournir des renseignements personnels précis au nom d’une organisation réputée, et de cliquer sur un lien menant vers un site Web falsifié imitant à la perfection celui de l’institution. Les entreprises sérieuses ne demandent jamais de renseignements importants par courriel.

Sur les sites de réseautage social (Facebook, MySpace, Twitter)…

… on s’assure de lire et de comprendre les politiques de protection de la vie privée.

… on limite le nombre de personnes qui ont accès au profil et aux photos qu’on fournit, ainsi que celles qui peuvent trouver, en effectuant une recherche, le profil qu’on a donné.

… on n’accepte que les demandes de ceux que l’on connaît dans la vraie vie.

… on pense aux conséquences des informations divulguées. Par exemple, pour un fraudeur malicieux, une seule photo peut en dire long sur le lieu de résidence, l’employeur, la marque de la voiture, les dates des vacances, etc., de quelqu’un.

À la maison et en public…

… on déchiquette les documents contenant des renseignements personnels, comme son nom et son adresse.

… on fait en sorte que son portefeuille et son sac à main ne soient pas facilement accessibles lorsqu’on se trouve dans un lieu public.

… on ne perd pas sa carte de débit ou de crédit de vue au moment d’un achat, et on s’assure que celle qui est remise est bien la carte qu’on a donnée.

… on ne fournit jamais de renseignements personnels au cours d’un appel qu’on n’a pas sollicité, même si l’interlocuteur prétend représenter une société légitime.

… on verrouille sa boîte aux lettres, si c’est possible. Si on s’absente, on demande à une personne de confiance de ramasser le courrier.

Si je suis victime d’un vol d’identité, je fais quoi ?

1. Je communique avec tous les organismes concernés: les institutions qui m’ont prêté de l’argent, les compagnies qui m’ont vendu un produit, le service de police de notre localité, etc.

2. Je contacte les principales agences canadiennes de renseignements de crédit afin qu’elles m’envoient une copie de mon dossier de crédit.

Je pourrai ainsi vérifier si le fraudeur a ouvert des comptes ou contracté des dettes en mon nom. Je fais également ajouter à mon dossier de crédit une alerte de fraude demandant aux créanciers de me contacter avant d’ouvrir de nouveaux comptes ou de modifier mes comptes existants.

Info:
TransUnion Canada: 1 877 713-3393
Equifax Canada: 1 800 465-7166

3. Je contacte le Centre national d’appels PhoneBusters, dont le mandat est de recueillir des renseignements sur les plaintes en matière de vol d’identité et d’assister les victimes.

Info:
PhoneBusters: 1 888 495-8501

4. Je dépose une plainte en ligne sur la Passerelle d’information pour le consommateur canadien du Bureau de la consommation, d’Industrie Canada. Je signale également la perte ou le vol de tout document émis par le gouvernement au ministère compétent.

5. Je prends en note de tous les gestes que je pose et des sommes que je débourse pour rétablir ma réputation et corriger mon dossier de crédit.

Pour en savoir plus
http://monidentite.isiq.ca

http://www.moietcie.ca

Protégez vos données, elles valent de l’or!


Plus nous sommes sur Internet, plus nous partageons divers renseignements, mais il est important d’avoir un bon comportement face aux sites qui demandent des informations personnelles. Il faut s’assurer de ne donner que le strict minimum et que ce soit sur une page sécurisé pour le protéger nos biens et notre vie personnelle
Nuage

Protégez vos données, elles valent de l’or!

Entrevue avec Jennifer Stoddart - Protégez vos données, elles valent de l'or!

© Shutterstock

Agence QMI
Gérard Samet

Jennifer Stoddart, Commissaire à la protection de la vie privée du Canada, donne quelques trucs pour protéger vos données personnelles et commente la situation actuelle.

1- Comment peut-on protéger ses données personnelles du vol ou de l’utilisation abusive?

Il n’est pas possible d’éliminer les risques, mais de les atténuer.
Voici comment:
– vous assurer que la version la plus récente de votre navigateur internet est installée sur votre ordinateur avec les dernières options de confidentialité;
– prendre le temps de lire les politiques de confidentialité des sites internet avant de transmettre des renseignements personnels et vous assurer de ne jamais accepter quelque chose que vous ne comprenez pas;
– ne fournir que les renseignements absolument nécessaires lorsque vous remplissez un formulaire de demande en ligne.

2- Les données concernant la santé sont elles assez protégées?

Ce sont les Provinces qui gèrent les services publics de santé. Il faudrait leur demander.

Le Commissariat recommande d’être prudent et de prendre le temps de se renseigner au sujet de la politique de confidentialité de toute entreprise proposant, par exemple, des services d’examen génétique s’adressant directement aux consommateurs.

3- Les données concernant les paiements par carte de crédit sur internet sont elles assez protégées?

Le mieux est de vous assurer que la connexion est sécurisée
(chiffrée) avant de transmettre des renseignements sur votre carte de crédit ou d’autres informations financières. Recherchez dans le navigateur une connexion qui commence par « https » plutôt que par « http ».

4- L’utilisation des réseaux sociaux est-elle dangereuse pour nos données personnelles?

L’affichage de renseignements personnels en ligne peut avoir de lourdes conséquences.

Des personnes ont été congédiées, ont échoué à une entrevue d’emploi, ont raté des possibilités d’études ou ont été suspendues de leur établissement scolaire.

Les sites de réseautage sont de plus en plus ciblés par les fraudeurs, à la recherche d’adresses électroniques associées à des renseignements personnels, comme le lieu de travail, le niveau de scolarité, les amis, les membres de la famille, les émissions de télévision préférées, etc.

5- Nos comportements et nos goûts, que nous manifestons sur internet, ne peuvent-ils pas être récupérés par des commerçants pour des sollicitations commerciales?

La publicité comportementale en ligne implique des activités de suivi des consommateurs au fil du temps dans le but de diffuser des publicités qui sont ciblées selon leurs intérêts présumés. En décembre, nous avons publié de nouvelles lignes directrices sur la publicité comportementale en ligne, qui établissent également des restrictions sur le suivi des enfants et l’utilisation de technologies de suivi que l’internaute ne peut désactiver.

6- Que peut-on souhaiter pour ce 28 janvier, journée de la protection des données personnelles?

Dans un monde idéal, nous aimerions que les individus et les organisations placent la vie privée et les renseignements personnels au centre de leurs préoccupations quotidiennes.

 
http://fr.canoe.ca/