Les mille bienfaits du coloriage


Que l’on prend des livres à colorier pour adulte, que l’on dessine sur une feuille ou un simple gribouillage cela suffit pour relaxer. En effet ce simple geste créatif fait réagir la zone cérébrale de la récompense donc du bonheur. D’ailleurs, pour me concentrer lors des cours à l’école quand le professeur parlait, je gribouillais mes cahiers et cela m’aidait
Nuage

 

Les mille bienfaits du coloriage

 

coloriage

© Africa Studio / shutterstock.com

Colorier ou dessiner active le circuit cérébral du plaisir et gonfle la confiance en ses propres capacités créatives. Ces bienfaits s’ajoutent à ceux déjà constatés sur le stress et l’humeur.

Guillaume Jacquemont

 

Vous vous sentez stressé  ? Dépassé par les événements  ? En panne d’idées  ? Un petit coloriage, un dessin ou même un simple gribouillage pourrait vous aider, selon une équipe de psychologues américains, qui a analysé l’impact de ces activités sur le cerveau.

Les chercheurs ont demandé à 26 personnes de s’adonner à ces diverses pratiques artistiques pendant quelques minutes et ont mesuré l’activité d’une zone particulière de leur cerveau : le cortex préfrontal médian, impliqué dans le circuit de la récompense, à l’origine du sentiment de plaisir. Ils ont constaté que l’activité de cette région augmentait quand les participants coloriaient, dessinaient ou laissaient juste le crayon courir au fil de leurs envies.

« Cela suggère qu’il y a un plaisir inhérent à l’activité artistique, indépendamment du résultat final », déclare Girija Kaimal, l’un des auteurs de l’étude.

Un questionnaire a confirmé que les participants avaient trouvé ces pratiques agréables et relaxantes. Cette découverte cadre bien avec d’autres observations, ayant montré que les activités artistiques entraînent une réduction de la concentration sanguine de cortisol, l’hormone du stress, et améliorent l’humeur. Ou encore qu’elles augmentent la présence d’ondes cérébrales dites alpha, caractéristiques d’un état de relaxation.

Les participants ont aussi évalué leur propre créativité, en estimant leur degré d’accord avec cinq affirmations, telles que  :

« J’ai de bonnes idées », et  : « Je sais résoudre les problèmes ».

Le point intéressant est que cette évaluation était réalisée avant et après les activités artistiques, qui ont entraîné une nette amélioration de la note. Quelques minutes de dessin, de coloriage ou de gribouillage suffisent donc à nous faire sentir plus créatifs.

Ces résultats restent à confirmer, notamment en vérifiant que d’autres facteurs que le plaisir n’interviennent pas dans l’augmentation d’activité du cortex préfrontal médian, zone très polyvalente. Ils n’étonneront en tout cas pas les adeptes de coloriage, de plus en plus nombreux hors des cours d’école !

http://www.pourlascience.fr/

4 bienfaits de la lecture pour nous et notre rapport aux autres selon la science


Les livres sont encore la meilleure façon de s’évader, de se détendre. La science a prouvé que la lecture à des bienfaits. Saviez-vous qu’il existe des bibliothérapeutes même si la bibliothérapie n’est pas médicalement fondé. Cependant, les romans, la fiction aurait des effets positifs sur nous
Nuage

 

4 bienfaits de la lecture pour nous et notre rapport aux autres selon la science

 

Le HuffPost  |  Par Marine Le Breton

 

En cette rentrée littéraire, qu’importe votre choix de livre, la lecture est bénéfique pour vous ainsi que pour le rapport que vous entretenez aux autres.

A de multiples reprises, la science s’est penchée sur le sujet. A l’occasion de la rentrée littéraire, Le HuffPost vous propose de découvrir quelques-uns des bienfaits de la lecture, prouvés par la science.

1. Lire de la fiction peut soigner certains problèmes de vie

books reading

La bibliothérapie est une pratique qui n’est pas médicalement fondée mais selon ses principes, les romans peuvent avoir un fort impact sur nos problèmes quotidiens.

« L’un des principaux effets secondaires de la lecture est qu’elle peut révolutionner notre vision du monde », explique Susan Elderkin, auteure de The Novel Cure, au Huffington Post. « Nous avons commencé à réaliser que beaucoup de gens en avaient fait l’expérience à un moment ou à un autre de leur vie, lorsque la lecture d’un roman les avait aidés à porter un regard neuf sur les choses. »

En fonction des besoins de leurs « patients », les bibliothérapeutes prescrivent certains romans qui peuvent leur venir en aide, pour surmonter un divorce ou un problème de couple, pour réussir sa reconversion professionnel ou pour n’importe quelle interrogation.

En 2013, deux chercheuses se sont intéressées à la bibliothérapie, afin de vérifier ou non si vraiment la lecture peut aider à résoudre des problèmes. Elles ont interviewées 8 femmes en arrêt maladie pendant 4 à 36 mois sur leur rapport à la lecture. Elles ont pu constater que, malades, ces femmes lisaient beaucoup moins qu’en temps normal. Puis qu’elles se sont mises, consciemment ou pas, à lire des fictions qui leur rappelaient leur propre situation. Au fur et à mesure, lorsqu’elles se sentaient mieux, elles revenaient au type de littérature qu’elles avaient l’habitude de dévorer avant d’être mises en congé maladie.

Les chercheuses en ont conclu que la lecture avait contribué à leur réhabilitation.

« La lecture peut encourage les individus malades à devenir plus activement impliqués dans leur réhabilitation », explique Lena Mårtensson, l’une des deux auteures de l’étude.

2. La lecture peut nous relaxer

books reading

C’est simple comme bonjour! Prenez un livre et détendez-vous. Selon une étude réalisée en 2009 par l’université de Sussex (Angleterre), la lecture est le moyen le plus efficace pour lutter contre le stress, meilleur encore que l’écoute de musique ou une petite marche.

Pour cette étude, les chercheurs ont mesuré la tension des muscles et les battements du cœur des participants. Ils ont constaté que ceux-ci se relaxaient en six minutes après avoir ouvert leur livre.

« Peu importe quel livre vous lisez, en vous perdant totalement dans un livre captivant, vous pouvez échapper à vos angoisses et stress de la vie quotidienne, et passer un moment à explorer le domaine de l’imagination de l’auteur, explique le chercheur David Lewis au Telegraph.

3. Lire maintient notre cerveau en bonne santé

reading old

Selon une étude publiée en 2013 dans la revue Neurology, la lecture permettrait de ralentir le déclin cognitif du cerveau à un âge avancé. Parmi les 294 participants à l’étude, décédés en moyenne à l’âge de 89 ans, ceux qui s’étaient adonnés de leur vivant à des activités mentalement stimulantes comme la lecture, expérimentaient un déclin de la mémoire plus lent que les autres.

Ce déclin était même de 32% moins important chez ceux qui lisaient à un âge avancé.

 « Notre étude suggère qu’exercer son cerveau en s’adonnant à des activités telles que celles-ci tout au long de sa vie, est important pour la santé mentale à un âge avancé »,souligne Robert S. Wilson, l’auteur de l’étude.

4. Lire favorise l’empathie

reading group

Non seulement les livres sont bons pour nous, mais ils améliorent aussi notre rapport aux autres. En effet, en lisant de la fiction, on devient plus empathique, c’est prouvé. Une étude publiée dans la revue PLOS One en 2013 montre que les personnes qui se sentent « émotionnellement transportés » par une fiction ressentent ensuite qu’ils sont plus empathiques.

Une étude plus récente, publiée en juillet 2016, tendait aux mêmes conclusions. Dans celle-ci, les participants regardaient 36 photos de yeux de différentes personnes. Ils devaient, parmi quatre mots choisis pour désigner l’état d’esprit de la personne, choisir celui qui correspondait le mieux, selon eux. Il s’est avéré que les participants lisant régulièrement des fictions réussissaient mieux que les autres à trouver quelle était l’émotion ressentie par la personne dont ils ne voyaient que l’œil.

Dans le même ordre d’idée, une étude publiée en 2013 dans la revue Science montrait que la lecture nous rend meilleur pour « lire dans l’esprit » des autres.

Alors n’hésitez plus, rendez-vous chez votre libraire préféré, demandez-lui conseil et jetez-vous dans un bon bouquin!


 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Côtoyer les chats serait bon pour la santé !


Je crois que tous ceux qui aiment les chats ne contredirait pas ces quelques exemples
Nuage

 

Côtoyer les chats serait bon pour la santé !

Sur le campus de l’Université d’Augsburg, dans le sud de l’Allemagne, un chat apporte un vrai soutien psychologique et affectif aux étudiants.

Les chats aident à la relaxation

Selon une étude menée en 2015 par des chercheurs de l’université d’Indiana, aux États-Unis, regarder des vidéos de chats, sur Internet, permettrait de se sentir plus énergique et avoir moins d’émotions négatives comme l’anxiété, l’ennui ou la tristesse. Un sentiment de bien-être, qui se vérifierait aussi au contact direct de ces animaux de compagnie.

À l’Université d’Augsburg, en Allemagne, une chatte remonte le moral des étudiants uniquement par sa présence. Surnommée « Campus cat » ou encore « Sammy », elle se promène depuis plusieurs années sur le campus, pour la plus grande joie des étudiants.

« De nombreux étudiants nous ont confié qu’elle les aide à se relaxer avant leurs examens », explique Andreas, le secrétaire de l’université, sur le site Bored Panda.

La star du campus

Véritable star au sein du campus, cette chatte au poil roux a même sa propre page Facebook, sur laquelle plus de 20 000 « fans » partagent des photos de leur mascotte. Campus cat n’est pas une chatte errante, elle a un propriétaire qui habite près de l’université. Mais il faut croire qu’elle prend, elle aussi, plaisir à se faire caresser et dorloter par les étudiants.

Vivre aux côtés des chats ne serait pas uniquement bon pour le moral. Selon une autre étude menée cette fois-ci par des chercheurs de l’université du Minnesota, les personnes possédant un ou plusieurs chats ont 30 à 40 % de risques en moins de mourir d’une maladie cardiovasculaire. Par ailleurs, être élevé au contact d’un chat permet aux enfants de développer naturellement une certaine résistance aux allergies et aux problèmes respiratoires.

http://www.passeportsante.net/

Apaisez votre torticolis avec 5 exercices


J’ai justement eu un torticolis très sévère jeudi dernier et il me reste qu’une légère courbature. J’ai essayé le truc de la vidéo (cliquer ici), cela ne fonctionne pas du tout. Mais ces exercices d’étirement m’apparaissent plus prometteur. Donc a essayer au prochain torticolis
Nuage

 

Apaisez votre torticolis avec 5 exercices

 

Apaisez votre torticolis avec 5 exercices

De multiples facteurs peuvent entraîner un torticolis.Photo Fotolia

Un torticolis peut apparaître après une mauvaise nuit ou l’usage prolongé d’un ordinateur. Le stress ou l’anxiété peuvent aussi être des facteurs aggravants et si vous êtes susceptible d’avoir des migraines, un torticolis peut être un élément annonciateur de crise.

Il y a de nombreuses manières de se soigner, avec des antalgiques ou en se passant une bouillotte chaude sur la nuque. Mais de simples exercices de relaxation peuvent aussi faire l’affaire.

Voilà les 5 que nous pouvons vous conseiller.

RELEVEZ-VOUS ET TENDEZ VOTRE COU

Cet exercice est facile à faire, où que vous vous trouviez, et il pourra vous soulager rapidement. Mettez-vous debout, écartez les pieds et les épaules, placez vos mains derrière le dos, attrapez-vous les poignets et écartez les bras du dos. Penchez la tête sur une épaule et tenez 30 secondes, et passez de l’autre côté.

PRENEZ LE COIN

Tenez-vous à (environ) 70 cm du coin d’une pièce, les pieds joints. Relevez vos avant-bras contre les murs, coudes à hauteur d’épaule, et penchez la tête aussi loin que possible, jusqu’à sentir une tension devant les épaules et sur la poitrine. Tenez la position de 30 secondes à 1 minute.

L’ÉTIREMENT ASSIS

Asseyez-vous par terre les jambes croisées ou sur une chaise, les pieds bien plats sur le sol. Placez la paume de vos mains à l’arrière de votre tête. Assurez-vous que vous avez le dos bien droit et que vous êtes solidement posé. Poussez votre tête vers vos cuisses le plus possible. Tenez 40 secondes et redressez-vous.

LE HAUT DU DOS

Asseyez-vous sur une chaise, étendez vos bras devant vous, les paumes l’une contre l’autre. Arrondissez le haut du dos, comme si vous alliez plonger. Collez votre menton à votre poitrine et tenez 30 secondes.

DÉTENDEZ VOS ÉPAULES

Relevez vos épaules contre vos oreilles et tenez fermement quelques secondes. Puis relâchez vos épaules et détendez-les. Répétez 10 fois.

http://fr.canoe.ca/

Une relaxation de dix minutes entretient la mémoire


On sait que la sieste peut être très salutaire, mais une simple pause de 10 minutes même éveillée est tout aussi bénéfique pour la mémoire
Nuage

 

Une relaxation de dix minutes entretient la mémoire

 

Une relaxation de dix minutes entretient la mémoire

© istock

parEmilie Cailleau

Pour une mémoire d’éléphant, prenez le temps de vous détendre. Une petite pause au calme suffit à préserver la mémoire dixit les scientifiques.

A l’heure où beaucoup rêveraient de pouvoir faire une micro-sieste au travail après le déjeuner, une étude britannique vient leur donner raison. Dans la revue Hippocampus, les chercheurs de l’université britannique Heriot-Watt vantent les bienfaits de faire des pauses pour préserver et entretenir la mémoire. Côté timing, pas besoin de se triturer les méninges pour trouver un créneau dans son emploi du temps chargé : dix minutes suffisent.

Cette découverte constitue une bonne nouvelle pour les petits dormeurs et insomniaques puisqu’elle démontre que le sommeil n’est pas le seul moyen de consolider de nouvelles informations. La relaxation tout en étant éveillé, se révèle aussi bénéfique qu’une nuit de sommeil. Surtout, cette étude prouve que le cerveau ne peut pas être constamment sollicité, et qu’il fonctionne mieux quand il peut se reposer. Pour booster sa mémoire facilement, il est recommandé, selon l’étude, de se placer dix minutes dans un endroit calme loin de toute distraction, sans ordinateur no téléphone portable.

Un repos bien mérité

« Beaucoup de gens pensent que le cerveau a besoin d’être constamment stimulé mais peut-être que ce n’est pas la meilleur solution », observe Michaela Dewar, auteure de l’étude, citée dans The New Scientist.

Dès lors, il serait vain et contre-productif pour les étudiants de vouloir réviser ses notes juste avant un examen. Il vaut mieux laisser le cerveau se reposer pour mieux digérer les connaissances.

Cette étude pourrait avoir des implications pour aider les personnes qui souffrent d’insomnie et de maladies qui affectent la mémoire, comme la maladie d’Alzheimer.

http://www.topsante.com/