S’ouvrir à la liberté, c’est amusant


S’ouvrir a la vie serait si facile si nous acceptions de commencer a se libéré nous-même de nos ornières. De prendre certains exemples chez les enfants .. qui disent un jour t’est plus mon ami et le lendemain jouent ensemble. Ils serait bien plus facile si nous arrêtions de se compliquer la vie avec nos pensées négatives, nos suppositions souvent sans fondement
Nuage


S’ouvrir à la liberté, c’est amusant


Pour être soi et oser être libre en toutes circonstances,
pour développer des relations authentiques,
pour découvrir de nouveaux comportements d’ouverture, pour une meilleure confiance en soi,
pour connaître et vivre ses émotions, pour mieux
les gérer et se découvrir vraiment,
ne plus avoir peur de ses peurs.
Émerveillement, joie de vivre et liberté !
Qui suis-je ?
Qu’est ce que je veux ?


Pour libérer toute cette énergie vitale, il existe un moyen amusant comme le dit le titre :


« S’ouvrir à la liberté, c’est amusant ».


Si moi, je décide dans mon coeur de grande personne, d’ouvrir mon coeur d’enfant, celui que j’essaie de cacher si souvent, naître à soi, peut-être que ça deviendrait amusant finalement.

Regardons simplement agir les enfants.
Ils se sentent libres, pas pressés, pas stressés,
ils ont tout leur temps, et ceci en toutes circonstances.
Ils n’ont pas la carapace des illusions à porter.
Leur vie personnelle est simple, nullement préparée.
En pratiquant ce regard enfantin avec constance,
ils l’auront sûrement plus tard dans leur vie professionnelle.

Tant qu’à leurs relations, ce n’est rien de compliquées,
ils vivent la magie de l’instant.

Si une chicane éclate avec leurs copains,
ils se crêpent le chignon, un coup de poing et vive la vie!

Si c’est une fille, parfois c’est plus long,
mais elles redeviennent amies tout de suite,

tout est oublié sans rancoeur, ce poison de l’âme.

Ils regardent, observent de loin les plus grands,
cela leur permet de voir de nouvelles manières de s’ouvrir aux autres,
ils s’essaient, manquent leur coup, mais tout de suite, sans relâche
ils se reprennent et cette fois ça y est !

Hourra !

Les enfants ont ce pouvoir d’apprendre rapidement, et d’oublier ce qui n’est pas vraiment important, scraper l’inutile.
Ils sont alors heureux et fiers de leurs nouvelles découvertes qui
mettront du piquant dans leur vie.


Ainsi ils acquièrent une belle confiance en eux,
deviennent de plus en plus sûrs d’eux, les monstres du placard disparaissent.


Quand ils vivent de gros chagrins, parfois ils s’isolent pour mieux digérer le tout,
comme un petit animal, ils lèchent leurs plaies.
Parfois ils veulent en parler avec les ami(es) ou à des personnes adultes qui leur permettront d’aller plus loin.
Mais leur joie de vivre est vite revenue.
Une chose leur est cependant essentielle :

« L’amour »,
avec ça, les coeurs sont gonflés de joie et les petites jambes gambadent aussitôt,
les soucis, connais pas…

Vive la liberté !

Si l’on prenait exemple sur eux et tenir bon dans notre décision,  la vie serait bien plus douce, notre émerveillement devant les petites choses
serait grand, le bonheur et la liberté le seraient aussi.
Cessons donc de nous compliquer la vie.

Essayons plutôt de la regarder avec les yeux de l’enfant en nous.

Mobilisons nos potentialités à réaliser ce qui donne du sens à notre vie,
laissons jaillir notre essence, nos véritables désirs.
La porte des possibles existe vous savez.

Il vit en soi une belle endormie (richesse intérieure) et un chevalier prêt à la réveiller.

À la manière d’un enfant, avançons au large libre, sans peur, le coeur rempli de cet Amour Divin et devenons porte-parole du bonheur
dans un monde en déprime.


Auteur inconnu