Diètes populaires : les risques pour la santé des régimes restrictifs


La plupart des régimes amaigrissants nous promettent de perdre des kilos en très peu de temps. Généralement, c’est vrai sauf que maigrir vite, ce n’est pas la graisse qui fond, mais la masse musculaire, et quand le régime est terminé après plusieurs effets secondaires, c’est des kilos qui reviennent. Et on recommence a ruinant notre santé.
Nuage

 

Diètes populaires : les risques pour la santé des régimes restrictifs

 

 

« Perdez 30 livres en 30 jours ». « Nouvelle cure détox qui fait fondre la graisse en 10 jours seulement »… Il est difficile de ne pas être tenté par les promesses de perte de poids « miraculeuses » des régimes minceurs très présents dans les magazines, à la télévision, sur les panneaux publicitaires et sur Internet.

Des promesses à très court terme qui enclenchent un cercle vicieux

Ni l’efficacité, ni l’innocuité de plusieurs produits, services et moyens amaigrissants n’ont encore été démontrées clairement par la littérature scientifique. Ces régimes drastiques se soldent la plupart du temps par une reprise complète du poids perdu et comportent de nombreux risques pour la santé. En effet, les études démontrent qu’après cinq ans, jusqu’à 95 % des personnes reprennent le poids perdu, et parfois davantage.

S’il est vrai qu’un régime restrictif peut engendrer une perte de poids rapide et impressionnante, cette lune de miel prend généralement fin abruptement. Trop restrictives en calories, excluant parfois la consommation de certains aliments ou certains groupes d’aliments « interdits », ces méthodes drastiques mènent à une diminution du contrôle sur l’alimentation, qui peut s’accompagner de rages alimentaires.

Avec ces méthodes trop restrictives, le poids perdu est repris lorsque les anciennes habitudes alimentaires refont surface, ce qui peut mener à un sentiment d’échec. Ceci porte d’ailleurs plusieurs personnes à essayer un autre régime par la suite. Et voilà que le cercle des diètes amaigrissantes débute. S’il est facile d’y entrer, il est toutefois bien plus difficile d’en ressortir indemne. Et plus ces tentatives de perte de poids sont nombreuses et durent longtemps, plus les effets dommageables pour la santé physique et psychologique se font ressentir.

Adieu aux kilos… de muscles et d’eau!

La perte de poids spectaculaire qu’entraînent de tels régimes à court terme pourrait laisser croire qu’ils sont efficaces. Au contraire, la majeure partie du poids perdu s’explique par une déshydratation et une perte de masse maigre (muscles), plutôt que par une perte de graisse. En quelques semaines seulement, une diète de moins de 1 000 calories peut entraîner une perte de 20 % de la masse musculaire. Et comme les muscles sont les tissus les plus énergivores au repos, une diminution de la masse musculaire entraîne inévitablement une diminution du métabolisme de base.

Une revue de la littérature effectuée en 2013 a d’ailleurs démontré que les diètes à court terme (< 6 semaines) provoquaient une réduction deux fois plus importante des dépenses énergétiques au repos comparativement aux méthodes de perte de poids à plus long terme (> 6 semaines). Dans la même lignée, une autre étude a observé qu’un groupe de femmes obèses et ménopausées qui perdaient plus de 0,74 kg par semaine en suivant une diète restrictive enregistraient une perte de masse maigre quatre fois plus élevée qu’un groupe de femmes attitré à un rythme de perte de poids plus graduel (moins de 0,74 kg par semaine). De plus, aucune différence significative concernant la quantité de masse adipeuse perdue n’a été observée entre ces deux groupes, ce qui soutient encore le fait que les régimes restrictifs réduisent surtout les kilos… de muscles et d’eau.

Ainsi, lorsqu’une personne recommence à manger comme avant, elle peut prendre quelques kilos en plus, simplement parce que ses dépenses énergétiques au repos se sont abaissées lors du régime strict. De plus, à la suite d’un régime drastique, le corps a tendance à entreposer sous forme de graisse les calories dont il a si longtemps été privé.

Viser une perte de poids graduelle s’établissant à 0,5 à 1 kilo (1 à 2 livres) maximum par semaine favorise la perte de masse grasse, plutôt que la perte de muscle.

Les pertes de poids trop restrictives : les plus dommageables pour la santé

Votre corps a besoin d’énergie et de nutriments essentiels pour assurer son bon fonctionnement. La privation associée à de tels régimes l’expose à plusieurs perturbations.

Vous n’êtes pas encore convaincu? En plus d’être inefficaces à moyen et long terme, les régimes restrictifs comportent de nombreux risques pour la santé physique et psychologique :

  • Effet « yo-yo » des régimes drastiques : regain de poids et sentiment d’échec;
  • Fonte musculaire et perte d’eau associées aux tissus perdus, entraînant une diminution du métabolisme de base et des dépenses énergétiques au repos;
  1. Risque de déshydratation, d’hypotension, de troubles de la digestion (constipation, diarrhée), de perturbation hormonale, de perte de cheveux et de crampes musculaires;
  2. Risque de carences nutritionnelles en protéines, en lipides essentiels, en calories, en certaines vitamines et minéraux (en fer, en calcium, etc.);
  3. Risque de maladies, telle l’anémie ou l’ostéoporose;
  4. Risque de déséquilibre électrolytique, d’arythmie et d’arrêt cardiaque lié à un régime hypocalorique sévère;
  5. Risque de gain de poids associé aux tentatives répétées de perte de poids;
  • Développement d’une relation malsaine avec la nourriture et avec le corps;
  • Perte de contact avec les signaux de faim et de satiété;
  • Fatigue intense, mal de tête, difficulté à se concentrer et diminution de la productivité;
  • Diminution de l’estime de soi, insatisfaction corporelle, sentiment d’échec et de culpabilité;
  • Préoccupation excessive à l’égard du poids, ou encore développement de troubles alimentaires (anorexie, boulimie, hyperphagie, etc.).

*Notez que ces risques dépendent de la durée, de la nature, de la méthode et de l’ampleur de la restriction calorique.

Surtout, les régimes drastiques ne mènent pas à l’adoption de saines habitudes de vie, qui sont beaucoup plus gagnantes pour la santé et le maintien d’un poids naturel à long terme.

Démasquez les régimes non sécuritaires

Les tactiques marketing utilisées par l’industrie des produits, services et moyens amaigrissants (PSMA) sont nombreuses. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des slogans trompeurs et des allégations non plausibles dans leurs publicités. Il n’existe actuellement aucune législation spécifique concernant les publicités des PSMA.

Selon l’Association pour la santé publique du Québec, les trois stratégies publicitaires les plus utilisées sont : miser sur le caractère « naturel »; vanter que le produit ou la démarche est approuvé par un médecin et que son efficacité est prouvée; et utiliser un « discours santé ».

Vous vous demandez si votre méthode de perte de poids est sécuritaire? Faites le test d’Extenso : Évaluez votre régime minceur.

Les saines habitudes de vie : moins séduisantes, mais plus efficaces à long terme

L’adoption de saines habitudes de vie demeure, sans contredit, la façon la plus naturelle qui soit pour maintenir un poids naturel et pour être en santé.

Les nutritionnistes sont les professionnels de la santé reconnus comme étant les spécialistes de la nutrition humaine, qui peuvent vous aider dans votre démarche de saine gestion du poids. Trop coûteux? Les coûts associés à divers produits amaigrissants varient entre 310 $ et 950 $? À ce prix, vous pouvez bénéficier de plusieurs séances de consultations en nutrition et de conseils personnalisés.

Et surtout, n’oublions pas, la santé est plus qu’une question de poids!

Références

http://extenso.org/

Perte de poids: pourquoi les régimes font grossir


C’est ce que j’ai toujours pensé que les régimes n’ont pas vraiment les effets escomptés sur le long terme. L’équilibre alimentaire est plutôt le meilleur choix en apprenant les signes de satiété et de faim, tout en délaissant certains aliments nuisibles
Nuage

 

Perte de poids: pourquoi les régimes font grossir

 

Perte de poids: pourquoi les régimes font grossir

Les personnes au régime ont plus eu tendance à devenir obèses que les autres.Photo Fotolia

Si vous comptiez vous mettre au régime et amorcer une détox de Printemps, ce livre signé par une neurobiologiste américaine pourrait vous dissuader. Dans Pourquoi les régimes font grossir, la spécialiste Sandra Aamodt apporte des clés pour trouver une voie plus sereine loin de l’obsession.

Fini les régimes paleo, atkins, cétogène et les conseils des magazines. Qui dit régime dit stress pour l’organisme et stress psychologique. Le neurobiologiste Sandra Aamodt insiste sur la notion de privation qui va déclencher dans le cerveau un état de famine et déboucher sur l’envie de manger.

Globalement, le taux d’échec à long terme d’un régime oscille entre 80 et 98 %.

Outre le phénomène bien connu du yoyo, plusieurs études qui ont suivi des personnes sur le long terme ont constaté que les personnes au régime ont plus eu tendance à devenir obèses que celles qui ne font pas de régimes. À noter que chez les plus jeunes, ils peuvent conduire à des troubles du comportement alimentaires.

Si les régimes conduisent à une perte du poids parfois rapide, il s’agit le plus souvent d’une fonte musculaire et non d’une perte de graisse. Mieux vaut être en bonne santé que mince, rappelle Sandra Aamodt.

Pour réussir le pari d’un équilibre énergétique sain, il faudrait s’intéresser au cerveau. C’est lui qui contrôle la faim et la consommation d’énergie. Notre fourchette de poids va être définie par notre cerveau en fonction de nos gènes et de nos modes de vie.

Dans son ouvrage Pourquoi les régimes font grossir, Sandra Aamodt décrit comment, lorsque nous privons notre corps de nourriture, le cerveau réagit en modifiant la répartition de notre consommation énergétique. Le thermostat pondéral se trouve dans l’hypothalamus, explique-t-elle.

En réduisant fortement ses apports caloriques, le cerveau va croire que les masses grasses du corps sont épuisés et d’un coup réduire le métabolisme et augmenter la sensation de faim.

QUELLES BONNES HABITUDES PRENDRE?

Au lieu de contrôler son assiette et tomber sous le joug des conseils et injonctions extérieures, la spécialiste préconise donc de retrouver une responsabilité personnelle en prêtant attention aux signaux de faim et de satiété.

On aura beau mettre de la salade verte dans l’assiette et s’épuiser à courir des distances folles, si l’organisme est stressé, la fameuse bonne volonté ne durera qu’un temps. Sans parler d’un intérêt accru pour les produits gras et sucrés qui se met en place. Cap donc sur les bonnes habitudes et non les bonnes intentions pour une stratégie gagnante à long terme. Pour ancrer une nouvelle habitude, il faudrait la répéter 21 jours.

Puisque le cerveau sait exactement la quantité de nourriture qu’il nous faut, l’auteur propose de délaisser les régimes et d’apprendre à manger avec plaisir et surtout attention pour atteindre notre objectif. En s’entrainant à la pleine conscience par des exercices de méditations autour de son assiette, on peut acquérir une discipline qui écarte les crises boulimiques et nous aide à faire les bons choix aux supermarchés.

Au fil du livre, la scientifique donne des conseils et astuces pour remiser au garage les paquets de chips et faire des courses «conscientes». À ce sujet, la scientifique a donné une conférence Ted X suivie par 3,5 millions de personnes.

http://fr.canoe.ca/

Pourquoi les régimes ne marchent pas (une bonne fois pour toutes)


Nous sommes bombardées de régimes qui nous promettent mer et monde. Malheureusement, beaucoup y perdent peut-être en kilo, mais les reprendront plus vite qu’ils en ont perdu. Il n’y a pas de régime miracle, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire pour autant
Nuage

 

Pourquoi les régimes ne marchent pas (une bonne fois pour toutes)

 

Journal / Diary {March 2009} / sushi♥ina via Flickr CC License By

Interviewée par le Washington Post, la chercheuse Traci Mann, qui enseigne la psychologie à l’université du Minnesota et s’est penchée pendant 20 ans sur les habitudes alimentaires, va peut-être vous libérer d’un poids puisqu’elle affirme que les régimes ne marchent pas.

D’abord à cause de changements neurologiques: votre cerveau devient obsédé par la bouffe en période de diète. Plus vous persistez dans un régime, plus la valeur d’un aliment bien gras ou sucré prend de la valeur. Par ailleurs, le corps apprend à se contenter de moins de calories, et ce petit fourbe va recommencer à les stocker, annulant l’effet du régime, qui est précisément censé être l’inverse.

Autre limite, liée à ce qu’on appelle communément les régimes yoyo: les personnes considèrent qu’un régime s’arrête au moment où la période de privation ou de restriction prend fin. Or, explique la chercheuse, cette lune de miel nutritionnelle, souvent couronnée de succès, n’est que la première étape d’un processus plus long, qui inclut la période de reprise des habitudes précédentes.

Pire, la volonté n’est presque jamais récompensée par le corps humain. La chercheuse donne l’exemple concret d’une boîte de donuts lors d’une réunion, à laquelle on s’efforce de résister, ce qui demande un très grand niveau de contrôle de soi. Mais si on résiste 19 fois au donut et que l’on craque la vingtième, poursuit-elle, tous les efforts précédents sont ruinés.

«Si vous révisez pour passer un examen, et que vous passez 10 minutes pour aller sur Facebook, ces 10 minutes que vous gâchez n’annulent pas toute la révision déjà réalisée. Alors que pour la nourriture, quand vous connaissez ce seul moment de faiblesse, il défait tous les efforts réussis de volonté.»


Alors que faire? Se contenter de rester dans la limite inférieure de sa fourchette de poids, un objectif sain et aisément atteignable
selon Traci Mann. Car les pratiquants du régime qui réussissent à vivre sous leur poids normal ne seraient que 5%, et à quel prix…

«Ils y arrivent, mais ils consacrent chaque minute de leur vie au fait de garder ce poids. Concrètement, ils passent leur vie entière comme une personne affamée, luttant contre la biologie et l’évolution.»

Bon courage malgré tout pour être «body beach ready» d’ici l’été…

http://www.slate.fr/

Les régimes « yo-yo » seraient mauvais pour le coeur


S’il faut perdre du poids, mieux vaut selon moi, y aller doucement et prendre de bonnes habitudes petit à petit pour éviter de les reprendre au bout d’un certains temps
Nuage

 

Les régimes « yo-yo » seraient mauvais pour le coeur

 

Photo Fotolia

Le phénomène des s « yo-yo » serait néfaste pour le cœur, spécialement chez les femmes un peu plus âgées.

Ce qu’on appelle le phénomène des régimes « yo-yo » est défini par le fait de perdre du poids rapidement et de le reprendre tout aussi vite.

Ce processus serait néfaste pour le cœur, spécialement chez les femmes un peu plus âgées. C’est ce que rapporte www.nlm.nih.gov, qui parle d’une étude affirmant que ces femmes voient leurs chances de développer une maladie ou un problème cardiaque augmenter substantiellement.

Bien que le fait de perdre du poids soit une excellente chose pour la santé, c’est lors de la reprise de ces kilos perdus que le pire se produit. Non seulement ces personnes retrouvent tous les facteurs négatifs sur la santé d’avant, mais la reprise de poids les accentue.

C’est donc dire qu’elles seront en moins bonne santé après la reprise de poids qu’avant d’en perdre, théoriquement.

« Pour les femmes post-ménopausées qui considèrent une perte de poids, maintenir leur poids peut être tout aussi bénéfique que d’en perdre. Même une reprise partielle de la masse perdue peut mener à des risques accrus de diabète et de problèmes cardiovasculaires », explique l’auteur en chef de l’étude, Daniel Beavers.

http://sante.canoe.ca/