L’huile d’olive extra-vierge protège vraiment le cerveau


Personnellement, je n’utilise que l’huile d’olive extra-vierge, en espérant qu’elle ne soit pas frelaté avec le rapport qui avait été émit au public québécois dernièrement de certaines compagnies qui vendent cette huile. Même si l’huile d’olive a fait ses preuves, il ne faut pas oublier qu’une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie sont tout aussi importantes pour la santé
Nuage

 

L’huile d’olive extra-vierge protège vraiment le cerveau

 

 

Photo : iStock

Le régime méditerranéen et surtout l’huile d’olive extra-vierge préservent la mémoire et protègent le cerveau contre la démence et la maladie d’Alzheimer, confirme une étude américaine, qui fait également la lumière sur le rôle protecteur d’un mécanisme cellulaire.

Explications.

Un texte d’Alain Labelle


Le Pr Domenico Pratico et ses collègues de l’école de médecine de l’Université Temple à Philadelphie expliquent que leurs travaux ont permis de confirmer que la consommation régulière d’huile d’olive extra-vierge protège la mémoire et les capacités d’apprentissage en réduisant la formation de plaques bêta-amyloïdes et d’enchevêtrements neurofibrillaires dans le cerveau.

Mieux encore, les chercheurs ont montré que l’huile d’olive permet de favoriser un allié important dans le combat du déclin cognitif.

Nous avons découvert que l’huile d’olive réduit l’inflammation, mais, plus important encore, qu’elle active un processus appelé l’autophagie. Dr Domenico Pratico

En gros, l’autophagie est un mécanisme par lequel les cellules se décomposent et éliminent les débris intracellulaires et les toxines, dont les deux marqueurs associés à la démence.

Les cellules du cerveau de souris alimentées avec de la nourriture enrichie en huile d’olive extra-vierge avaient des niveaux plus élevés d’autophagie et des niveaux réduits de plaques amyloïdes et de protéines tau. Dr Domenico Pratico

Ces protéines sont responsables de la formation d’enchevêtrements neurofibrillaires, soupçonnés de contribuer au dysfonctionnement des cellules nerveuses dans le cerveau, et donc d’être responsable des symptômes de perte de la mémoire de l’Alzheimer.

Ce n’est pas la première étude à montrer les effets bénéfiques sur la santé de l’huile d’olive extra-vierge.

La consommation d’huile d’olive extra-vierge est plus bénéfique que celle des fruits et légumes uniquement, et comme c’est une graisse végétale mono-insaturée, elle est plus saine que les graisses animales saturées. Dr Domenico Pratico

Selon le Dr Pratico, grâce à l’activation de l’autophagie, la mémoire et l’intégrité synaptique sont préservées et les effets pathologiques chez les animaux autrement destinés à développer la maladie d’Alzheimer ont été considérablement réduits.

« C’est une découverte très importante, car nous soupçonnons qu’une réduction de l’autophagie marque le début de la maladie d’Alzheimer », conclut le Dr Pratico.

Les auteurs de ces travaux publiés dans les Annals of Clinical and Translational Neurology veulent maintenant savoir si l’ajout dans la diète de souris qui ont déjà développé des plaques et des enchevêtrements peut arrêter ou même diminuer les symptômes de la démence.

D’autres travaux ont aussi montré les bienfaits de l’huile d’olive contre le cancer, les maladies cardio-vasculaires, et le diabète.

http://ici.radio-canada.ca

C’est la graisse ou le sucre qui nous tuent?


On entend partout a qui veut bien l’entendre, que le gras, le sucre est destructeur pour la santé. Alors, on préconise des régimes qui n’ont pas nécessairement le taux de réussite surtout à long terme. De plus, les scientifiques ont découvert avec le temps qu’il y a plusieurs sortes de graisse : blanche, brune et beige. Bref, la meilleure méthode est une alimentation équilibrée, de l’exercice avec une bonne hygiène de vie.
Nuage

 

C’est la graisse ou le sucre qui nous tuent?

 

 
Full English Breakfast / Phil Campbell via FlickrCC Licence by

 

Ce que la diététique sait ou ne sait pas.

Le très sérieux et respecté magazine New Yorker… consacre une très longue enquête à la diététique, ce qu’elle sait et ce qu’elle ne sait pas. Et les thèses et théories de cette science ont beaucoup évolué au cours des dernières décennies.

A partir des années 1960, l’ennemi numéro un de la santé est devenu le cholestérol, la graisse qui bouche nos artères. Mais au fil du temps, cette analyse a été de plus en plus contestée et affinée. La graisse est indispensable à la vie. Le New Yorker évoque même «le retour de la graisse». Il y a de nombreuses graisses différentes.

La graisse nécessaire pour penser…

Il y a la graisse blanche, celle que nous voulons perdre. Elle stocke l’énergie. Il y la graisse brune, que l’on trouve dans le cou , le dos et autour du cœur. Elle contient des  micro structures appelées mitochondries qui ont pour fonction de brûler l’énergie pour maintenir notre température corporelle.

Il y a aussi la graisse beige, qui a été identifiée il y a 5 ans. Pendant l’exercice physique, elle reçoit des messages de nos muscles lui demandant de se transformer en graisse brune, c’est une réserve. Enfin, la graisse est un moyen essentiel pour transmettre à nos cellules des nutriments comme les vitamines A,D,E et K. La fameuse myéline qui protège nos nerfs est constitué à 80% de lipides, c’est-à-dire de graisse.

Cela signifie que «la graisse est nécessaire pour penser».

Il y a donc la bonne et la mauvaise graisse et le bon et le mauvais cholestérol. La diététique ayant découvert cela, la mode a été un temps au fameux régime méditerranéen et sa bonne graisse qui provient de l’huile d’olives et des noix, noisettes et autres amandes.

Une célèbre étude publiée en 2013 par le New England Journal of Medicine montrait que suivre le régime méditerranéen pouvait réduire le risque de crise cardiaque, d’infarctus et de maladies cardiovasculaires de 30%. En fait, ces statistiques impressionnantes étaient des extrapolations dans le temps… La réalité est différente. Ainsi, 3,8% des gens consommant de l’huile d’olive et 3,4% de ceux consommant des noix, des noisettes et des amandes souffrent de maladies cardiovasculaires contre 4,4% de ceux qui ne suivent pas le régime méditerranéen. La différence est au mieux de 1%!

L’industrie agro-alimentaire et son sucre ajouté

Changement radical de paradigme, des chercheurs et des diététiciens ont considéré que la graisse n’est finalement pas un problème et ont préconisé des régimes avec beaucoup de protéines et pas de restrictions sur les graisses considérant que le véritable ennemi c’est le sucre… L’auteur du livre, «The Case Against Sugar» (La thèse contre le sucre), Gary Taubes, est devenu célèbre pour avoir remis en cause en 2002 les régimes anti-graisses et en montrant que les carbohydrates (sucres) étaient bien plus dangereux. Là encore, il s’en est pris à tous les sucres, les industriels et ceux que l’on trouve naturellement dans les aliments et notamment les céréales. Il a aussi dénoncé, à juste raison, les obstructions de l’industrie agro-alimentaire qui a longtemps voulu masquer les méfaits des quantités considérable de sucres ajoutés à ses productions qu’elle nous fait ingurgiter.

Mais dans les faits, les régimes sans sucres produisent aussi des résultats décevants. En 2003, des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont comparé deux régimes, l’un avec beaucoup de graisse et peu de carbohydrates et l’autre avec peu de graisse, peu de calories et beaucoup de carbohydrates. Après un an, il n’y avait pas de différences significatives entre la perte de poids et la santé des deux populations y compris dans leurs niveaux de cholestérol dans le sang…

Se méfier des explications simples

Conclusion, la diététique est une science complexe. Elle dépend évidemment de ce que nous mangeons mais aussi de nos gènes, de nos hormones, de notre environnement…

Tout le monde veut être en bonne santé et bon nombre de gens aiment bien manger. Les diététiciens et les éditeurs le savent. Le problème avec les régimes, les études et les livres à succès, c’est qu’ils donnent en général des réponses simplistes. C’est la faute de la graisse, du sucre, du nombre de repas par jour, de l’intervalle entre ces repas, de la combinaison de certains types de nourriture…

«Dans les laboratoires, l’histoire est différente et il semble parfois que plus la science de la nutrition devient complexe moins un seul facteur domine et moins nous sommes sûrs de quelque chose. Aujourd’hui, les découvertes ont tendance à détruire les hypothèses d’hier.»

Il faut s’en tenir au bon sens. Manger et faire de l’exercice avec modération. Maintenir un régime équilibré avec des protéines, de la graisse et des carbohydrates. Manger des fruits et des légumes et de temps en temps une petite pâtisserie… Il faut aussi suivre les calories consommées. C’est l’un des rares domaines de la diététique qui n’est pas contesté.

http://www.slate.fr/

Le régime méditerranéen est bon pour le cerveau vieillissant


Les meilleures habitudes alimentaires que nous devrions nous orienter vers le régime méditerranéen. En plus d’être bon pour le diabète, perdre du poids et la santé du coeur, il s’avère qu’il serait un atout précieux pour le cerveau vieillissant
Nuage

 

Le régime méditerranéen est bon pour le cerveau vieillissant

 

Photo d'une salade

Une salade Photo : iStock

Le cerveau de personnes âgées qui suivent un régime méditerranéen conserve plus de volume que le cerveau de celles qui ne le suivaient pas de façon aussi constante, montre une étude écossaise.

Un texte d’Alain Labelle

Ces bienfaits constatés s’ajoutent à ceux déjà bien documentés sur la santé du cœur, le diabète et la perte de poids.

Le régime méditerranéen comprend de nombreux fruits et légumes, de l’huile d’olive, des noix, des céréales, un peu de poisson, de vin et de volaille, et de la viande rouge en petite quantité.

Tous les participants ne suivaient pas les principes d’un tel régime de la même façon. Ceux qui ne le suivaient pas à la lettre étaient plus susceptibles de présenter une plus forte perte du volume cérébral au cours des trois années de l’étude, comparativement à ceux qui le suivaient avec discipline.

La différence de régime explique environ 0,5 % de la variation totale du volume du cerveau. Cela correspond à la moitié de la taille due à un vieillissement normal, affirme la Dre Michelle Luciano, de l’Université d’Édimbourg.

La chercheuse explique qu’en vieillissant, le cerveau a tendance à rétrécir et à perdre des cellules, ce qui affecte notre capacité à apprendre et à mémoriser. Selon elle, ces résultats laissent à penser que le régime méditerranéen a un impact positif sur la santé cérébrale.

Contrairement aux résultats d’autres travaux, ceux-ci n’ont pas montré d’avantages particuliers d’une alimentation plus riche en poisson et moins riche en viande sur le cerveau.

Il est possible que d’autres composants du régime méditerranéen soient impliqués dans cette relation ou simplement que le maintien du volume soit dû à l’interaction de l’ensemble des aliments entre eux. Dre Michelle Luciano

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Neurology.

http://ici.radio-canada.ca/

Voici ce que les régimes les plus sains du monde ont en commun


En Amérique et dans les continents qui suivent les mauvaises habitudes alimentaires finissant par avoir des sérieux problèmes de santé. On parle beaucoup du régime méditerranéen, régime asiatique et les moins connus le régime nordique et Okinawa. Il y a des points communs entre ces régimes et de leur efficacité
Nuage

 

Voici ce que les régimes les plus sains du monde ont en commun

 

The Huffington Post  |  Par Anna Almendrala.

Quand il préparait son livre The 5 Factor World Diet, paru en 2010, Harley Pasternak, le coach nutritionniste des stars, s’est rendu dans les pays jugés les plus sains du monde en termes de nourriture pour en apprendre davantage sur leurs habitudes alimentaires.

Il a remarqué que si les Japonais consommaient une grande variété d’algues, les Chinois s’évertuaient à introduire au moins cinq couleurs différentes dans chacun de leurs repas. Mais il a aussi rapporté de précieuses informations sur les différences qui existent entre le mode de vie nord-américain et celui de nombreux autres pays.

Pour commencer, les portions sont bien plus importantes en Amérique du Nord qu’ailleurs. L’alimentation saisonnière ou locale n’y est pas privilégiée et la nourriture est agrémentée de grandes quantités de sel, de sucre et d’agents épaississants, nous explique-t-il. À l’inverse, les régimes méditerranéen, nordique ou Okinawa semblent favoriser les produits régionaux et de saison.

Dans la plupart des cultures promouvant une alimentation saine, le repas, composé de plusieurs plats disposés sur la table familiale et accompagné d’un ou deux verres de vin, est un moment privilégié, plutôt que l’occasion d’avaler en hâte quelques poignées de céréales au-dessus de l’évier de la cuisine.

Chacune possède ses particularités et il est utile de rappeler qu’en raison de l’incroyable diversité des modes de vie à travers le monde, il ne saurait exister une seule façon de perdre du poids ou d’être en bonne santé. Il n’a cependant pas échappé à notre spécialiste que toutes les cultures où l’alimentation saine est privilégiée avaient un point commun.

«Les habitants de la plupart de ces pays marchent régulièrement», observe-t-il. «Indépendamment de votre alimentation, marcher chaque jour six kilomètres de plus qu’un Américain moyen vous évite de prendre trop de poids et augmente nettement votre espérance de vie.»

Le régime méditerranéen

regime sain
Je veux découvrir le monde. Ses paysages. Ses cultures. via Getty Images

Qu’est-ce que c’est? Le régime méditerranéen, consommé en Grèce, en Italie et en Espagne, valorise les produits locaux et saisonniers et les recettes traditionnelles. Les repas sont souvent l’occasion de se retrouver en famille ou en communauté.

Aliments phares : Fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses, huile de noix et d’olive sont mis à l’honneur. Poissons, volailles et vins y apparaissent modérément tandis que la viande rouge, le sel et le sucre font office de figurants.

Ce qu’en dit la science : Les chercheurs, qui ont commencé à analyser les effets bénéfiques du régime méditerranéen dès les années 1970, ont constaté que l’huile d’olive permet de perdre du poids, et de diminuer les risques de maladie cardiovasculaire et de diabète. Pas encore convaincu? Le magazine U.S. News & World Report, qui le juge «très raisonnable», l’a classé troisième (sur 35 régimes étudiés).

Le nouveau régime nordique

regime sain
UncleDmytro via Getty Images

Qu’est-ce que c’est? Ce régime, conçu par des scientifiques, contient 35 % de viande en moins, plus de céréales complètes et de denrées locales que le régime danois classique, et plus de 75 % de produits biologiques.

À l’instar du régime méditerranéen, le nouveau régime nordique met en valeur les céréales complètes, les fruits, les légumes, les œufs, l’huile et les fruits de mer, tandis que la viande, les produits laitiers, les desserts et l’alcool sont consommés avec parcimonie. La grande différence, c’est qu’il privilégie l’huile de colza – que produisent le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède – à l’huile d’olive.

Aliments phares : Céréales complètes (avoine, seigle), fruits et baies locaux (cynorhodon, airelles, myrtilles), légumes racines et crucifères (choux de Bruxelles, brocolis, navets, panais, betteraves), huile de colza ou margarine à base d’huile végétale, produits laitiers allégés (lait, lait fermenté, fromage). Parmi les viandes, on retrouve le bœuf, le porc, l’agneau et le renne. Dans les produits de la mer, le hareng, le maquereau et le saumon. Le régime propose quelques desserts, dont des pâtisseries au son d’avoine ou la confiture pour accompagner les céréales. Au rayon herbes, citons le persil, l’aneth, la moutarde, le raifort et la ciboulette.

Ce qu’en dit la science : Selon une étude récente parue dans la revue American Journal of Clinical Nutrition, le régime nordique semble avoir une incidence sur les gènes actifs dans la graisse abdominale en diminuant certains marqueurs inflammatoires. Il a également contribué à la perte de poids des participants à l’étude (tout en leur procurant une «satisfaction plus élevée» que le régime danois classique) et à la diminution des risques de diabète de type 2. Les scientifiques vantent également ses qualités écologiques et socioéconomiques puisqu’il réduit la production de viande et l’importation de produits alimentaires.

Le régime Okinawa

regime sain
Iain Masterton via Getty Images

Qu’est-ce que c’est? Bien que pauvre en calories, ce régime riche en nutriments favorise les fruits et légumes au détriment des viandes, des céréales raffinées, du sucre, du sel et des produits au lait entier. Il est apparu dans un contexte historique bien précis puisque ses adeptes habitaient l’île d’Okinawa, l’une des régions les plus pauvres du Japon avant la Seconde Guerre mondiale. Les préceptes confucéens – qui veulent que l’on cesse de se nourrir avant d’être totalement rassasié et que l’on partage autant que possible avec son voisin – ont joué un grand rôle dans les habitudes alimentaires de l’île.

Aliments phares : Patates douces, riz (en quantité moindre que les Japonais du continent), légumes verts feuillus, légumes verts ou jaunes (le melon amer, par exemple), aliments à base de soja (tofu, sauce soja). Les habitants d’Okinawa ne consommaient que de faibles quantités de fruits de mer, de viande maigre, de fruits et de thé.

Ce qu’en dit la science : Les habitants d’Okinawa d’aujourd’hui rattrapant leurs cousins du continent sur le plan économique, les taux d’obésité, de syndrome métabolique et de maladie cardiovasculaire sont en hausse. Mais ceux qui ont grandi en restant fidèles à leur alimentation traditionnelle sont toujours vivants. Il faut dire que l’île abrite l’une des populations de centenaires les plus importantes au monde. Ces «super-seniors», qui vieilliraient plus lentement que la moyenne, mènent des vies actives largement exemptes de maladies et d’invalidité. Pour certains chercheurs, leur longévité est en grande partie due à ce régime hypocalorique.

Le régime asiatique

regime sain
RunPhoto via Getty Images

Description : Bien qu’il existe plusieurs régimes asiatiques, un groupe de nutritionnistes internationaux s’est attelé, dans les années 1990, à la présentation d’une pyramide alimentaire du continent, essentiellement basée sur le riz, les nouilles et les céréales complètes, mais aussi les fruits, les légumes, les légumineuses, les graines et les noix. Si le poisson et les crustacés peuvent être mangés quotidiennement, la consommation d’œufs et de volaille est plutôt hebdomadaire. Notons que les quantités de viande rouge préconisées sont plus faibles et moins fréquentes (une fois par mois) que les bonbons (une fois par semaine)!

Les aliments phares : De nombreux pays suivent ce régime dont le riz blanc fait figure d’aliment incontournable.

Ce qu’en dit la science : Même si la situation a tendance à changer en raison d’une économie et d’une urbanisation croissantes, les cas d’obésité, de maladies cardiovasculaires et métaboliques sont plus rares en Asie que dans les pays occidentaux. Selon un chercheur en nutrition de Harvard, les indices glycémiques et glucidiques élevés du régime chinois traditionnel, combinés à un mode de vie de plus en plus urbanisé et oisif, ont créé les prémices d’un problème de santé publique.

Le paradoxe français

regime sain
netrun78 via Getty Images

Description : Les scientifiques n’en reviennent pas. En dépit d’un régime alimentaire riche, les Français ont l’un des taux d’obésité les plus bas des pays développés, et l’une des espérances de vie les plus longues. Comment est-ce possible?

Aliments phares : Fromage gras et yogourts au lait entier, beurre, pain et quantités faibles, mais régulières, de fromage et de chocolat : voilà quelques-unes des composantes de ce régime riche.

Ce qu’en dit la science : Certains chercheurs pensent que ce «paradoxe» est davantage lié au mode de vie des Français qu’à leur alimentation : leurs portions sont modérées, ils ne grignotent pas entre les repas, font beaucoup de marche et mangent plutôt lentement. Pour d’autres, la santé des Français serait attribuable à leur consommation modérée de vin rouge et aux effets positifs du fromage à pâte molle. Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté cette année, adoptez la façon dont s’alimentent les Français plutôt que ce qu’ils mettent dans leur assiette!

http://quebec.huffingtonpost.ca/