Le sang-froid de cette petite fille pour sauver son frère pendu accidentellement


Ce petit frère a une grande soeur qui a eu de bons réflexes pour lui sauver la vie.

Nuage


Le sang-froid de cette petite fille pour sauver son frère pendu accidentellement


La fillette n’a pas paniqué et a adopté les bons gestes pour sauver son frère.

L’incident s’est produit le 30 juillet dernier dans un immeuble d’Istanbul. Les images, captées par la caméra de surveillance de l’ascenseur, montrent une petite fille sauver son frère de la mort. Pour une raison encore inconnue, l’enfant portait une corde autour du cou au moment où l’ascenseur a fermé ses portes sur la ficelle qui traînait derrière lui.

Dès que l’appareil a entamé sa descente, l’enfant a été tiré et s’est retrouvé pendu à la ficelle. Faisant preuve d’un sang-froid exceptionnel, sa sœur est parvenue à le soutenir, le libérer de l’emprise de la corde, tout en ayant le bon réflexe d’appuyer sur le bouton d’urgence.

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► Que se passe-t-il lorsque vous êtes en colère?


Nous avons tous un jour ou l’autre des moments de colère, le hic, c’est leur intensité et leurs fréquences qui peuvent finir par miner notre santé
Nuage

 

Que se passe-t-il lorsque vous êtes en colère?

Déceler les premiers signes

ESB Professiona / Shutterstock

Lorsque vous êtes sur le point d’exploser, votre corps réagit. Découvrez le processus physiologique qui s’enclenche lors de vos accès de rage!

Votre cerveau se met en mode réflexe

La colère bloque le raisonnement (lobes préfrontaux) et les zones réflexes du cerveau prennent la relève. L’hémisphère gauche est de plus en plus stimulé sous l’impulsion des hormones du cerveau et des réactions cardiovasculaires.

Lorsque l'on est en colère, l'estomac est perturbé.

Mr.Thanathip Phatraiwat/Shutterstock

Votre estomac est perturbé

La réponse de combat-fuite peut induire le système nerveux à couper l’alimentation sanguine de l’estomac afin de l’acheminer vers les muscles en perturbant les contractions du système intestinal et les sécrétions digestives.

Être en colère donne des boutons.

Dragon Images/Shutterstock

La colère n’embellit pas

Elle provoque une poussée de cortisol, une hormone de stress qui intensifie la production de gras et cause l’acné et autres problèmes cutanés.

Être en colère affecte le système immunitaire.

Dmytro Zinkevych/Shutterstock

Votre système immunitaire est affecté

Au cours d’accès de rage fréquents et prolongés des parties du système nerveux sont surexcitées et nuisent à la détente ce qui, avec le temps, affecte le système immunitaire.

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi claque-t-on des dents quand il fait froid ?


Quand on claque des dents, c’est qu’il fait froid ! Le cerveau envoie des messages pour que notre corps se réchauffe dont la mâchoire
Nuage

 

Pourquoi claque-t-on des dents quand il fait froid ?

 

Un coup de froid et notre corps tout entier se met à frissonner. Les dents sont notamment concernées puisqu’elles se mettent à claquer dès les premiers frimas. Il s’agit en fait d’un phénomène réflexe. Une réaction de défense de notre organisme face à des températures trop fraîches.

Lorsque le mercure baisse, notre corps voit lui aussi sa température diminuer. Il doit donc activer tout un processus pour se maintenir à 37 °C. Heureusement, notre organisme dispose de différentes stratégies pour conserver sa température interne.

Une réponse du cerveau au froid

D’une part, l’hypothalamus (qui est en quelque sorte le centre de contrôle de la thermorégulation) engage un processus de vasoconstriction. Les vaisseaux à la surface de la peau vont se rétrécir pour retenir la chaleur au niveau des organes vitaux.

Pour ce qui est du claquement de dents, il existe là aussi une explication. L’hypothalamus – toujours lui – va ordonner à certains muscles du corps de s’activer afin de réchauffer notre organisme.

Des claquements de dents dus à la contraction des muscles

Dans la mesure où notre visage est souvent exposé au froid, les dents qui claquent ne sont en fait que la manifestation de la contraction des muscles de la mâchoire.

Le phénomène ne doit pas être confondu avec le bruxisme, ce grincement des dents qui survient de manière involontaire, le plus souvent la nuit.

http://www.futura-sciences.com

Le Saviez-Vous ► Pourquoi pas les chats Sont-ILS Parfois si étranges?


Les chats sont des prédateurs et ils se fient souvent à leur instinct. Cependant, les chats domestiques n’ont plus besoin de chasser, chercher un endroit pour se cacher … pourtant, ils ont garder leur instinct de survie ce qui parfois leur donne un comportement asse cocasse
Nuage

 

Pourquoi pas les chats Sont-ILS Parfois si étranges?

 

Pourquoi les chats se faufilent-ils dans les endroits les plus incongrus ? © Ted-Ed/Capture d'écran YouTube.

Pourquoi les chats se faufilent-ils dans les endroits les plus incongrus ? © Ted-Ed/Capture d’écran YouTube.

Par Valentine Delattre

Un vétérinaire américain lève le voile sur les gestes les plus bizarres des chats, dans une vidéo publiée par la chaîne américaine Ted Ed.

STARS. Effrayés par un concombre, experts du « parkour » en appartement, compressibles comme un gaz pour entrer dans une boîte… Les chats ne sont pas uniquement les stars indubitables d’internet : ils sont aussi très bizarres. La question qui nous vient le plus spontanément à l’esprit est : « Mais pourquoi ? » Pourquoi les chats agissent-ils aussi bizarrement ? Tony Buffington, vétérinaire américain et professeur de sciences cliniques vétérinaires à l’Université d’Ohio, a tâché de répondre à cette question dans une vidéo tout en dessins animés, publiée par la chaîne Ted Ed. Pour ce vétérinaire, la réponse à cette grande question réside dans l’Histoire du félin. Par le passé, les chats étaient des prédateurs solitaires… mais aussi des proies ! Certaines reliques de l’instinct de survie qu’ils ont cultivé pendant des millions d’années subsistent encore aujourd’hui chez eux, notamment lorsqu’ils sursautent devant un concombre.

Grimper au sommet des meubles pour surveiller son territoire

Grâce à une structure musculaire et un équilibre à toute épreuve, les chats peuvent grimper jusqu’à des points de vue en hauteur. L’intérêt est double : d’une part, surveiller leur territoire et d’autre part, repérer leurs proies. Si ces facultés ne leur sont plus essentielles aujourd’hui, les chats domestiques ont gardé le réflexe de grimper au sommet des meubles pour dominer les environs.

 Pour se nourrir, ces félins sont opportunistes, c’est-à-dire qu’ils mangent ce qui leur passe sous la patte. Dans la nature, ils se nourrissaient de petites proies, tout au long de la journée. C’est pour cette raison que nos animaux domestiques à moustaches préfèrent manger fréquemment de petites portions, de jour comme de nuit.

Si les chats aiment se recroqueviller dans de minuscules boîtes et autres « endroits non conventionnels », c’est parce qu’ils avaient l’habitude de se cacher dans des recoins pour échapper à leurs prédateurs. De plus, ils font aussi preuve d’une curiosité débordante. Quoi de plus réjouissant que de mettre la main sur une proie dissimulée dans une anfractuosité ? Voilà qui vaut la peine de fouiller les moindres encoignures d’un espace, en quête d’un casse-croûte improvisé.

La vidéo s’achève par le plus étonnant : les ronronnements du chat. La fréquence de ces sons varie entre 25 et 150 hertz. Une gamme qui pourrait favoriser la régénérescence des tissus ! 

« Ses ronronnements pourraient guérir ses muscles et ses os… mais peut-être aussi les vôtres ! »

Le chat, un ami qui vous veut du bien (mais pas à vos meubles).

http://www.sciencesetavenir.fr/

Il n’arrête pas de lancer des œufs sur sa mère


Un homme s’amuse à lancer des oeufs crus à sa mère sans qu’elle s’en attendent. On ne peut que constater qu’elle a de très bons réflexes. En effet, c’est heureux pour elle, car sur 13 tirs, elle n’en manque qu’un seul. Je ne suis pas certaine que j’appréciais ce genre de blague
Nuage

 

Il n’arrête pas de lancer des œufs sur sa mère

 

Le Saviez-Vous ► 5 réflexes du corps qui vous protègent des microbes


Nous avons des réflexes qui généralement nous protègent contre des bactéries qui pourraient nous rendre malade …
Nuage

 

5 réflexes du corps qui vous protègent des microbes

 

Plusieurs réflexes de notre corps comme éternuer ou se gratter nous protègent des microbes

Crédit photo : Shutterstock

Éternuer. Se gratter. Larmoyer. Autant de réflexes dont nous sommes à peine conscients ou qui nous exaspèrent. En réalité, ce sont des réactions spontanées qui, à leur façon, nous protègent contre des toxines ou des microbes pathologiques avant qu’ils ne puissent nuire à notre santé. 

Voici 5 réflexes naturels qui, malgré qu’ils soient plutôt désagréables, permettent aux corps de se défendre contre les virus et autres ennemis de la santé.

Se gratter 

Se gratter est un geste naturel provoqué, lors d’une démangeaison, par de minuscules récepteurs, les nocicepteurs, présents dans les terminaisons nerveuses de la peau. Ils vous avertissent qu’un ennemi – un moustique, par exemple – fait pression sur votre peau et ils vous disent : « Chasse-le ! » 

La toux 

La toux libère la bouche, la gorge et les poumons d’envahisseurs étrangers – moisissures, pollen, acariens de la poussière, pellicules d’animaux et mucus riche en microbes ; c’est un réflexe défensif si utile que, sans y penser, vous toussez une ou deux fois par heure. Hélas, les infections respiratoires sont souvent propagées par les gouttelettes chargées de pathogènes que la toux dissémine dans l’air.

Éternuer

Éternuer c’est tousser par le nez. Quand, par exemple, vous respirez de la poussière, les cellules nerveuses du nez commandent au cerveau de l’expulser. On éternue aussi pour chasser les microbes qui se multiplient dans les voies nasales quand on a le rhume ou la grippe. Éternuer aide à libérer le corps de certains pathogènes.

Quand vous sentez venir l’éternuement, ne le réprimez pas. Sans exutoire normal, ce jet d’air de 160 km/h peut refouler les microbes et les particules virales dans les trompes d’Eustache de l’oreille moyenne et induire une mauvaise infection

Vomir

Vomir c’est expulser de l’estomac ou du duodénum (partie supérieure de l’intestin grêle) des substances nocives identifiées par des récepteurs des parois de l’appareil digestif. Le cerveau commande alors à l’appareil digestif de s’arrêter, d’inverser son mouvement normal et de se contracter pour expulser ces matières par l’œsophage et la bouche.

Les larmes 

Les larmes protègent les yeux grâce à une enzyme, le lysozyme, qui tue les bactéries en altérant les substances chimiques grâce auxquelles elles peuvent avoir des parois cellulaires saines. Les larmes protègent aussi les yeux contre la poussière et les particules irritantes. Elles restent abondantes tant qu’elles n’ont pas « lavé » les yeux des corps étrangers qui les menacent. Pleurer de chagrin, c’est aussi réagir contre les éléments chimiques produits par le stress.

En dépit de cette gamme impressionnante de barrières, de réflexes et d’éléments chimiques, l’ennemi réussit parfois à envahir l’organisme ; il se heurte alors à une seconde ligne de défense. 

http://selection.readersdigest.ca/

Se garer ou écouter la musique de l’autoradio, il faut choisir!


Il y a un temps qu’on peut faire deux choses en même temps et d’autre temps que c’est plus risqué. Quand un acte comme la conduite automobile demande d’être vigilant et prêt à toute éventualité, chantée comme on voit sur certaines vidéos devient un acte dangereux, car le cerveau est en compétition
Nuage

 

Se garer ou écouter la musique de l’autoradio, il faut choisir!

 

 <a href="https://www.youtube.com/watch?v=X8iShXp98FU" target="_blank">Capture d'écran d'un clip de comédiens russes </a>

Capture d’écran d’un clip de comédiens russes

Repéré par Leïla Marchand

Lorsque nous essayons de faire plusieurs choses à la fois, les ressources de notre cerveau entrent en compétition.

Souvenez-vous la dernière fois que vous avez essayé de faire un créneau, dans une rue bondée. Votre premier réflexe aura sûrement été de baisser le volume de la radio. Pas de fierté mal placée: la majorité d’entre nous surestime sa capacité à faire plusieurs choses à la fois. En réalité, seule 2% de la population y parvient (Si vous tenez à vérifier dans quelle catégorie vous vous situez, un test est en ligne ici).

Lorsque nous écoutons de la musique à plein volume, notre cerveau cherche naturellement à traiter cette information et il est difficile de le bloquer. Et pourtant, ses capacités d’attention sont limitées, comme le rappelle le site Hopes&Fears, qui a interviewé plusieurs chercheurs à propos de cette question.

«Traiter l’information du son de la radio nous accapare des ressources sur ce que nous essayons réellement de faire: se garer. C’est une tâche qui exige des capacités sensorielles et motrices: tourner la roue juste au bon moment et dans le bon angle, en coordonnant nos mouvements de pied», explique Barbara G. Shinn-Cunningham, directrice du centre de neuroscience à l’université de Boston.

Mais il est facile de faire la vaisselle en chantant…

Plus les tâches que nous essayons de faire sont similaires, plus elles risquent d’entrer en compétition pour accaparer les mêmes ressources de notre cerveau.

«C’est pourquoi il est dangereux de regarder votre téléphone en conduisant –les deux requièrent votre attention visuelle, résume Christian Janssen, professeur de psychologie à l’université d’Utrecht. D’un autre côté, il est relativement simple de faire la vaisselle en chantant car ces deux tâches ne font pas appel aux mêmes ressources».

Garer une voiture fait appel à un contrôle cognitif situé dans le cortex préfrontal.

«Les recherches ont montré qu’il fonctionne mieux une quantité modérée de stimulation», ajoute Russell A. Poldrack, professeur de psychologie à l’université de Stanford.

En clair, avec une forte dose de stress (comme lorsque la rue est bondée et que vous tentez un créneau particulièrement audacieux), votre cortex préfrontal a plus de mal à fonctionner et rester concentré. Alors quand vous baissez le volume de la musique, vous ne faites que préservez vos précieuses ressources préfrontales.

http://www.slate.fr/

Le pilote se sacrifie pour éviter des habitations : un «réflexe militaire»


Cet homme était bénévole pour larguer des parachutistes. Même si cela serait un réflexe militaire, face à une mort certaine, les gens ne réagissent pas nécessairement de cette manière aussi héroïque.
Nuage

 

Le pilote se sacrifie pour éviter des habitations : un «réflexe militaire»

 

Plutôt que de s’éjecter de l’appareil, le pilote a délibérément choisi de rester à bord pour éviter que l’avion ne s’écrase sur des habitations. Crédits photo : LOIC VENANCE/AFP

INFOGRAPHIE – Un père de famille de 47 ans aurait pu s’éjecter de son Cessna qui partait en vrille, mais a préféré garder le contrôle de l’avion jusqu’au crash. Un geste héroïque qui relèverait du «réflexe militaire».

Eric Fradin, 47 ans, a perdu la vie samedi lors du crash de son avion à proximité de Tarbes. Un accident qui aurait pu faire beaucoup plus de victimes si le pilote n’avait pas eu un geste héroïque: plutôt que de s’éjecter de l’appareil, il a délibérément choisi de rester à bord pour éviter que l’avion ne s’écrase sur des habitations.

Sans doute à cause d’un défaut mécanique -le gouvernail a été retrouvé à 500 mètres du crash-, le largueur est parti en vrille lors d’un vol à 3000 mètres. Les trois parachutistes qui restaient à bord se sont éjectés d’urgence, mais le pilote s’est, lui, sacrifié. L’avion de tourisme, un Cessna 206, s’est écrasé dans un champ, entre l’autoroute et les habitations, sans faire d’autre victime.

Des témoins, cités par La Dépêche , confirment: «Nous, du sol, on a vu qu’il a tout fait, qu’il était au manche pour rattraper l’avion et éviter les habitations.» «La maison la plus proche était à 30 mètres», précise Geoffroy Lagarde, président du Club para de Tarbes, ajoutant que la manœuvre, relevant d’un sang-froid exceptionnel, n’était pas «le fait de n’importe qui».

Il souligne l’adresse et le professionnalisme du pilote: «Il a mis tout en œuvre pour que l’avion ne prenne pas feu, puis il a coupé les magnétos et tiré sur le manche pour faire vriller l’avion vers les champs.»

Une pratique qui relève du libre arbitre

 

Instructeur en mécanique chez Airbus, habitant la région toulousaine, Eric Fradin est décrit comme quelqu’un de «très professionnel», mais aussi «disponible et jovial». Il était marié et père d’un petit garçon.

Il venait de l’aéronavale et larguait à titre bénévole des parachutistes civils à l’aérodrome de Tarbes. Le président du Club discerne dans le geste héroïque du pilote un «réflexe militaire», une pratique qu’il aurait selon lui apprise lorsqu’il était à l’armée de l’air et qui n’aurait pas pu être le fait de n’importe quel pilote amateur.

Une responsable de l’armée de l’air confirme qu’il s’agit d’une règle cardinale en cas de crash aérien:

«Le pilote a pour consigne de ne s’éjecter que si l’avion s’écrase sur une zone non habitée, sinon il doit tout faire pour garder le contrôle de l’appareil.»

Si les pilotes sont formés pour éviter au maximum les crashs en zones habitées, elle ajoute que l’armée ne demande pas le «sacrifice obligatoire des individus», laissant cette décision «au libre arbitre de chacun».

Crash avion Tarn

http://www.lefigaro.fr/

Décapité depuis vingt minutes, un cobra tue un cuisinier


Quelle idée de manger de la soupe au serpent au restaurant ? On peut dire que la soupe est faite de denrées fraiches. Sauf qu’il faut se méfier des reptiles même découper en morceaux
Nuage

 

Décapité depuis vingt minutes, un cobra tue un cuisinier

 

Le cobra cracheur d’Indochine peut cracher son venin jusqu’à 3 mètres de distance, il vise alors les yeux pour essayer d’aveugler son agresseur. Photo : CB2/ZOB/WENN.COM/SIPA

CHINE – Un chef cuisinier s’est fait mordre par un cobra cracheur d’Indochine auquel il avait pourtant coupé la tête 20 minutes plus tôt. L’homme a succombé à la morsure dans les minutes qui ont suivi.

Que tout le monde se rassure, c’est extrêmement rare. Un chef cuisinier chinois est mort après une morsure de serpent survenue dans ces circonstances tout à fait exceptionnelles. L’homme avait coupé la tête de l’animal, un cobra cracheur d’Indochine (naja siamensis de son nom savant, aussi appelé cobra cracheur noir et blanc) pour en faire une soupe. Mais voilà que vingt minutes après lui avoir tranché la tête, il se fait mordre la main par le reptile – ou plutôt ce qu’il en reste -, rapporte le Daily Mirror

Venin très violent

Les clients du restaurant ont alors entendu des cris provenant de la cuisine. Quelqu’un a appelé les secours mais le temps qu’ils arrivent, l’homme était déjà mort. Le serpent lui avait en effet injecté un venin neurotoxique très violent et qui peut être fatal si on n’agit pas très vite. Comment l’animal a-t-il pu mordre tout en ayant la tête coupée ?

« Les reptiles peuvent bouger jusqu’à une heure après avoir été découpés. Ils ont la capacité de mordre et d’injecter leur venin même une fois décapités », selon un spécialiste des cobras, cité par le Mirror.

« Il est parfaitement possible que la tête ait encore été vivante au moment où elle a mordu la main du cuisinier. Même en mort cérébrale, le serpent aurait cependant pu réagir par réflexe », ajoute l’expert.

 Quoi qu’il en soit, la police a confirmé qu’il s’agissait d’un accident très rare couplé à une bonne dose de malchance.

http://www.metronews.fr/

Les jeux vidéo viennent au secours du troisième âge


Il y a des côté positifs pour les jeunes de jouer à certains jeux vidéos, mais pourquoi pas pour les personnes plus âgées. Surtout si le jeu consiste à faire bouger tous les autres membres.
Nuage

 

Les jeux vidéo viennent au secours du troisième âge

 

Les jeux vidéo viennent au secours du troisième âge

Photo Fotolia

Kyoko Hasegawa

 

YOKOHAMA – Et ça rigole, et ça fait des «oups!», des «ouaiiis!». Saburo Sakamoto et ses copains et copines s’amusent comme des petits fous à écraser des serpents, des grenouilles ou des crocodiles à coups de pied ou de maillet en plastique. Petit détail: ces «chenapans» sont octogénaires.

Saburo a 88 ans et tous les jours il se rend dans un centre pour personnes âgées de Yokohama, dans la banlieue de Tokyo. En fait ça tient plus de la salle de jeux d’arcades et de jeux vidéo… spécial papis et mamies.

«À ma première partie, j’ai fait un score vraiment nul. Mais plus je joue, plus je m’améliore. Ça donne envie de donner le meilleur de soi-même pour dépasser son record», dit ce jovial ancien en lorgnant vers une «rivale» entre deux coups de maillet sur des grenouilles qui sortent devant lui de plus en plus vite.

Pour l’instant il est battu à plate couture par de joyeuses octogénaires qui elles aussi viennent régulièrement s’éclater dans cette salle payante bien loin des silencieuses et parfois sinistres maisons de retraite.

À côté de certains jeux qui tiennent plus du flipper, il y a aussi ceux qui font appel à la vidéo.

Assise devant un écran, une mémé tape frénétiquement de l’index et à une vitesse pas possible sur des kanji (caractères chinois) qui apparaissent de façon aléatoire dans des cercles. Là aussi, Saburo est dans les choux.

Plus qu’une simple salle de jeux, ce centre de jour pour personnes âgées fait marcher la tête, les muscles, entretient les réflexes, etc. avec bonne humeur zygomatique en prime.

«C’est une vraie gymnastique du cerveau, et ça fait aussi faire de l’exercice physique… Je joue pour éviter de perdre la tête», témoigne Misae, une dynamique retraitée de 87 ans, tout en écrabouillant des têtes de crocodiles qui émergent de trous devant elle au hasard.

FATIGUÉES MAIS HEUREUSES

Le centre a été conçu par une filiale de la compagnie Namco Bandai, l’inventeur du mondialement célèbre Pac-Man, cette petite boule jaune mangeuse de Pac-gommes que des fantômes poursuivaient dans des labyrinthes.

Aujourd’hui ce ne sont plus les têtes blondes que vise cette compagnie, comme d’autres d’ailleurs, mais plutôt les «argentées». Un marché en pleine expansion dans un Japon qui vieillit à vitesse grand V et dans lequel le troisième âge représente un marché de plus en plus important: en 2055 près de la moitié de la population aura plus de 65 ans.

«Nous offrons du divertissement et ainsi les personnes âgées passent la journée à jouer, à s’amuser ensemble, et le soir elles rentrent chez elles heureuses. Fatiguées mais heureuses», explique Yoshiaki Kawamura, le président de Kaikaya, la filiale de Namco Bandai.

Outre les jeux, les anciens peuvent aussi prendre des bains, déjeuner, avoir des séances de physiothérapie.

Mais apparemment, ce sont les jeux et le fait d’être ensemble qui font le succès:

«les jeux ne sont évidemment pas obligatoires, mais les clients sont surtout excités par ça», explique M. Kawamura.

Le personnel l’a bien compris et encourage l’esprit d’émulation en inscrivant le nom des meilleurs «scoreurs» sur des tableaux au mur.

L’un des jeux préférés des pépés et mémés, c’est celui qui consiste à s’asseoir dans un fauteuil et à écraser d’un coup de talon de «menaçants» serpents qui sortent du sol, un coup à gauche, un coup au centre, etc… un jeu développé par Namco Bandai en coopération avec un hôpital universitaire du sud du Japon. Il faut voir les grand-mères déplacer leurs pieds vers leurs «victimes» avec la rapidité et le jeu de jambes d’un organiste.

S’ENTRETENIR EN JOUANT

Selon le docteur Shinichiro Takasugi, le jeu fait fonctionner les jambes et les muscles des hanches, idéal donc pour diminuer les risques de chutes, et il active aussi le flux sanguin cérébral, notamment dans les lobes frontaux, ce qui ralentit l’apparition éventuelle de certains troubles liés à l’âge.

M. Tagasugi admet qu’il est difficile de quantifier scientifiquement les bienfaits des jeux sur les vieux mais «une chose est sûre: les effets psychologiques sont indéniables. Les visages des gens s’illuminent quand ils jouent».

Le professeur Keizo Sato, un physiothérapeute du nord du Japon, est parti d’un constat simple: dans les zones rurales ou les petites localités, il n’y a pas forcément de kinés partout et les personnes âgées sont souvent isolées et loin de centres médicaux où elles pourraient faire de l’exercice.

Alors, en s’appuyant sur une application développée par Microsoft pour sa console de jeux Xbox, il a travaillé avec deux sociétés pour concevoir des activités ludiques pour maintenir en forme la «génération argentée», physiquement et psychiquement.

«Les personnes âgées se régalent à s’entretenir tout en jouant et ça montre qu’on peut le faire sans avoir besoin d’un thérapeute sur place», explique M. Sato.

Apparemment cela donne des idées à tout le monde: une société d’Osaka (ouest du Japon) a développé l’an dernier un jeu destiné au troisième âge et ses chercheurs planchent aujourd’hui sur un autre dans le cadre d’un programme financé par l’État. Et le géant Nintendo – le «papa» de Donkey Kong, de Super Mario et de la très physique console de jeux vidéos Wii Fit – a annoncé de son côté fin janvier qu’il allait doper son activité dans le secteur de la santé.

http://fr.canoe.ca/