10 ÉLÉMENTS QUI VOUS FONT DÉPENSER INUTILEMENT


Magasiner … on recherche quelque chose de beau, bon et pas cher, alors on profite des rabais, on se fait manipuler par la publicité, et on fini qu’on a acheter plus que prévus .. et peut-être pour des choses que nous n’avons pas vraiment besoin
Nuage

 

10 ÉLÉMENTS QUI VOUS FONT DÉPENSER INUTILEMENT

 

Dix tours que nous joue notre esprit pour nous amener à trop dépenser.

Par Derek Thompson

1. Nous aimons les suppléments.

 

Crédit photo: Thinkstock/TongRo Images

Chez Starbucks, on propose deux offres spéciales pour une tasse de café. Dans la première, vous obtenez 33% de café en plus, dans la seconde, un rabais de 33% sur le prix habituel. Quelle est la meilleure des deux?

«Elles sont à peu près équivalentes», penserez-vous. Erreur! Supposons que le café coûte 1$ les trois litres (soit 0,33$ le litre). La première offre vous permet d’en obtenir quatre pour 1$ (soit 0,25$ le litre) et la seconde, la meilleure, trois pour 0,67$ (soit 0,22$ le litre). Nos calculs sont d’ordre émotionnel plutôt que logique: le supplément gratuit nous semble une meilleure offre que la même quantité vendue moins cher.

 Nos décisions sont largement influencées par le prix que nous voyons en premier.

 

Crédit photo: Thinkstock

Dans une boutique haut de gamme, un sac à main se vend 7 000$. Vous vous dites que c’est aberrant de payer aussi cher un article semblable. Puis, vous apercevez une montre fabuleuse à 367$. Comparativement à une Timex, c’est astronomique, mais c’est infiniment moins cher que le sac.

D’une certaine manière, les marchands manipulent ainsi notre besoin de surveiller nos dépenses.

3. Nous ne voulons payer ni trop cher ni pas assez.

 

Crédit photo: Thinkstock

Quand ils ont le choix entre différentes bières, la plupart des gens optent pour celles qui se vendent à prix moyen. Voici les résultats d’une étude qui illustrent à merveille la manière dont les commerçants tirent parti de ce fait. Les sujets se sont vu proposer deux bières, l’une, de qualité supérieure, à 2,50$ et l’autre, bon marché, à 1,80$. Environ 80% d’entre eux ont choisi la plus chère. Puis, on en a ajouté une troisième, encore moins coûteuse, à 1,60$; 80% des sujets ont alors opté pour la bouteille à 1,80$ et les autres, pour celle à 2,50$.

Personne n’a choisi la moins chère.part des sujets ont choisi la bière à 2,50$, un petit nombre, celle à 1,80$ et environ 10%, la plus chère. Bref, nous préférons opter pour le prix moyen.

4. Nous savons reconnaitre une aubaine quand nous en voyons une.

 

Crédit photo: Thinkstock

Dans son livre Priceless: The Myth of Fair Value (and How to Take Advantage of It), William Poundstone explique ce qui s’est produit quand Williams-Sonoma a rangé une machine à pain de 429$ juste à côté de son modèle à 279$: les ventes de celui-ci ont presque doublé, alors que personne ou presque n’a acheté le plus cher.

Moralité: si un produit se vend mal, accolez-y un modèle presque identique mais au double du prix. Du coup, le consommateur aura l’impression de faire une excellente affaire en achetant le premier.

5. Si on le voit, on le veut.

 

Crédit photo: Thinkstock

Les chercheurs en économie comportementale adorent mener des études dans les écoles. Ils y ont découvert qu’en dirigeant la lumière sur un fruit et en disposant une variété de salades devant des bonbons, les enfants consommaient plus de fruits et de légumes. Les adultes se font aussi piéger par ce genre de manigance.

Ainsi, les restaurateurs futés se servent d’images et d’encadrés pour attirer l’œil sur les mets les plus rentables de leur carte.

En général, si un plat est souligné, encadré ou illustré, c’est probablement qu’il génère une marge bénéficiaire élevée et que le restaurateur espère vous voir le commander.

6. Nos émotions dictent nos décisions.

 

Lors d’une étude géniale dont fait état Poundstone dans son livre, on a remis à des sujets volontaires un certain nombre de dollars contre un billet de 10$. Chez ceux qui percevaient l’offre comme inéquitable (1$), le cortex insulaire s’est activé. Il se trouve que cette région du cerveau est aussi stimulée par la douleur et les odeurs nauséabondes.

L’impression de se faire voler provoque un sentiment de dégoût, même quand, dans les faits, il s’agit d’une bonne affaire. Poundstone compare cela à l’expérience du minibar d’hôtel: il est tard, vous avez faim, vous avez devant les yeux une barre Snickers mais son prix vous rebute au point que vous préférez vous priver plutôt que d’avoir le sentiment qu’on vous vole.

À l’inverse, les bonnes affaires nous réconfortent, même quand il s’agit de la plus inutile des pacotilles

7. L’alcool et l’épuisement nous abêtissent.

 

Crédit photo: Thinkstock

Sous l’effet de l’ivresse, du stress, de la fatigue et de l’inattention qui en résulte, nous perdons la vigilance qui caractérise le consommateur averti. Si les barres chocolatées et la gomme à mâcher bon marché se trouvent à proximité des caisses, c’est que les clients épuisés sont plus susceptibles de céder à leurs fringales sans prêter attention au prix. De même, les repas bien arrosés permettent de faire de bonnes affaires, l’alcool réduisant l’éventail des facteurs complexes qu’on peut garder simultanément à l’esprit. Si vous souhaitez que quelqu’un prenne un risque mal calculé, faites en sorte qu’il soit ivre ou fatigué.

8. Nous détestons payer pour chacune de nos petites transactions.

 

Crédit photo: Thinkstock

Dans l’une de ses chroniques portant sur les finances personnelles, la journaliste Megan McArdle exhorte les lecteurs à renoncer aux paiements échelonnés, comme l’abonnement au gym ou à des journaux ou services qu’ils n’utilisent pas. Le conseil de ne pas acheter d’objets qu’on ne consomme pas semble aller de soi, et pourtant, la journaliste soulevait un bon point.

Si l’on est enclin à prendre des abonnements, c’est en partie pour s’éviter des efforts

On préfère payer un peu plus cher pour échapper à la souffrance psychologique de sortir son portefeuille de sa poche et d’allonger des billets de banque chaque fois qu’on va au gym ou au cinéma.

9. Nous adorons les rabais et les garanties.

 

Crédit photo: Thinkstock

Les premiers nous donnent l’illusion de la richesse («Fabuleux! On m’offre de l’argent pour en dépenser!») et les seconds nous apportent la tranquillité d’esprit («Je peux posséder cet objet à jamais sans devoir m’en inquiéter »). Les deux consistent essentiellement en astuces commerciales.

«Plutôt que d’acheter un article assorti d’un rabais, écrit Poundstone, pourquoi ne pas tout simplement payer moins cher au départ?»

Quant aux garanties, «il n’y a rien là de rationnel», confiait l’économiste David Cutler au Washington Post.

«La probabilité qu’un objet se brise doit être substantiellement plus élevée que le risque de n’avoir pas les moyens de le faire réparer ou de le remplacer.»

Comme, pour la plupart des consommateurs, il n’est pas particulièrement risqué de dépenser 400$ pour un article, la garantie constitue alors une dépense inutile.

10. Nous sommes obsédés par le chiffre 9.

 

Crédit photo: Thinkstock

Environ 65% de tous les prix du commerce de détail se terminent par le chiffre 9. Pourtant, chacun sait qu’il n’y a pas de différence entre 20$ et 19,99$. Mais dans notre esprit, le 9 signifie que l’article est bon marché et que son prix a été établi par quelqu’un qui connait la prédilection des consommateurs pour les bonnes affaires et les soldes.

Qu’il a été fixé de manière à être concurrentiel et équitable. On ne verra pas le chiffre 9 sur la carte d’un restaurant haut de gamme: celui qui dépense 170$ pour un homard ne cherche certainement pas une réduction. Par contre, s’il s’agit de sous-vêtements, la même personne est plus susceptible à les résultats d’études le prouvent abondamment à d’opter pour ceux dont le prix se termine par un 9.

http://selection.readersdigest.ca

Cellulaires usagés: ne les jetez pas à la poubelle!


Je suis d’avis que tout magasin qui vendent des appareils technologiques doivent être en mesure d’offrir a la clientèle de ramassage des produits désuets. Ceci serait un grand atout pour l’environnement …
Nuage

Cellulaires usagés: ne les jetez pas à la poubelle!

L’appel de l’iPhone ou du BlackBerry est trop fort: vous voulez changer de cellulaire. Pensez à recycler l’ancien.

Photo: Shutterstock

Par Lorraine Fournier

«Chaque année, au Canada, environ 10 millions de cellulaires sont mis au rancart», estime Dominique Potelle, agente de développement industriel à Recyc-Québec.

Une bien mauvaise nouvelle pour l’environnement, puisque «certains appareils contiennent des substances dangereuses, comme du plomb, de l’arsenic ou encore du béryllium. D’autres contiennent de l’or, de l’argent, du platine, ou encore des minerais rares.»

«L’extraction de ces métaux coûte cher et provoque des dégâts écologiques énormes. S’ils sont récupérés, non seulement on récupère de précieuses ressources, mais en plus, on réduit l’impact environnemental», ajoute Dominique Potelle.

Que faire?
Selon Bernard Lord, président et chef de la direction de l’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS), de 90 à 95 % des matériaux d’un téléphone peuvent être recyclés. Le bac de récupération n’est toutefois pas une bonne solution pour vous débarrasser de votre petit dinosaure.
Voici quelques pistes

Le programme «Recycle mon cell»: L’ACTS invite les consommateurs à déposer leur vieux cellulaire dans un des quelque 1 000 centres de recyclage participants, au Québec, tout au long de l’année. Les téléphones sont ensuite remis par l’ACTS à Greentec, une entreprise de recyclage, établie en Ontario. Cette initiative a un bon impact.

                • «Plus de 111 000 cellulaires sont recyclés chaque année au Québec par ce programme, précise Bernard Lord, mais ce n’est qu’une petite fraction du nombre de téléphones vendus».

Le lundi 17 octobre, à l’occasion de la Semaine canadienne de réduction des déchets, les étudiants de tout le pays ont commencé à participer au «Défi étudiant Recycle mon cell», qui permet aux plus jeunes d’inscrire leur école et de courir la chance de gagner peut-être 500 $. Un défi qui dure jusqu’au 17 novembre.

Le retour au fournisseur: La majorité des fabricants et fournisseurs récupèrent les appareils désuets. Bell et Vidéotron (programme «Allô la Terre»), notamment, les reprennent. Les magasins Bureau en gros et le Mouvement Desjardins ont aussi un programme de collecte.

«Le gouvernement du Québec a adopté en juillet 2011 un règlement pour favoriser la récupération et la valorisation de produits par les entreprises, et cela concerne entre autres les téléphones cellulaires», dit Dominique Potelle, à défaut de quoi elles risquent de recevoir une amende.

Les entreprises qui mettent sur le marché québécois un produit neuf sont donc obligées d’instaurer un programme de récupération selon la hiérarchie des trois RV: «Réduction, Réemploi, Recyclage, Valorisation énergétique». Le programme commence en juillet 2012.

http://www.protegez-vous.ca