Le Centre canadien pour la protection de l’enfance veut sensibiliser les jeunes ados au chantage aux "nudes", avec des clichés d’un petit rongeur.


Que peut bien se passer dans la tête des jeunes pour montrer leur partie intime sur internet supposé être privée entre deux personnes ? L’idée du rat-taupe n’est pas bête du moins pour les jeunes hommes, mais cela va t’il les incite à télécharger une des photos de cet animal pour éviter d’être victime d’un sextorsion. Le mieux, c’est de ne jamais envoyer des photos intimes
Nuage

 

Le Centre canadien pour la protection de l’enfance veut sensibiliser les jeunes ados au chantage aux « nudes », avec des clichés d’un petit rongeur.

 

Emilie Brouze

Le rat-taupe nu est un rongeur au physique ingrat : peau rose fripée, poils blancs, nez de cochon, minuscules petits yeux noirs et deux longues dents de devant.

L’animal, qui vit dans les zones arides d’Afrique de l’Est, possède en outre d’incroyables qualités : une longévité hors du commun, une insensibilité à la douleur ou encore une résistance particulière à certaines maladies.

Des scientifiques fascinés par son cas ont découvert récemment que le mammifère presque aveugle peut survivre sans oxygène 18 minutes durant, grâce à un métabolisme unique.

Autre actualité de l’animal : le rat-taupe nu vient d’être choisi par le Centre canadien pour la protection de l’enfance (CCPE) pour incarner une campagne de sensibilisation contre la « sextorsion », le chantage aux « nudes » (les selfies dénudés que s’envoient les ados).

L’animal n’a pas été casté pour ses superpouvoirs, mais plutôt pour son physique. Précisément en raison de son allure de phallus. Voyez donc :

Dans le clip de campagne (très drôle) du Centre canadien pour la protection de l’enfance, un homme en veste de tweed définit ainsi la « sextorsion » :

« C’est quand quelqu’un que tu viens de rencontrer sur Internet réussit à obtenir des photos ou des vidéos nues de toi et te menace ensuite de les envoyer à tes amis et à ta famille si tu refuses de lui envoyer de l’argent ou d’autres images nues. Sexe + extorsion = sextorsion.

Sexe + extorsion

Si elle touche les deux sexes, le CCPE a constaté ces deux dernières années une hausse des signalements de sextorsion visant les jeunes hommes. C’est pour cela qu’il a voulu spécifiquement s’adresser à eux dans une campagne.

« Il y a eu quelques cas de suicide d’ados liés à la sextorsion. On ne veut plus que ça arrive. »

Le Centre, qui travaille sur toutes les formes d’exploitation sexuelle à l’encontre des enfants, comptabilise en 2016 25 signalements de sextorsion de la part de garçons, 62 de la part de jeunes filles.

« Les chiffres sont très en-deçà de la réalité », commente René Morin, porte-parole francophone du CCPE.

« C’est souvent quand les situations ont atteints des proportions énormes que les ados ou leurs parents nous font un signal. A Toronto, les services de police ont épinglé un homme qui avait fait 1 200 victimes. Pas toutes ont porté plainte. Les jeunes se sentent souvent très humiliés quand ils prennent conscience qu’ils se sont fait piégés. »

En novembre dernier, un Américain de 32 ans a été condamné à 38 ans de prison pour avoir extorqué plus d’une centaines de jeunes hommes, dont de nombreux lycéens qu’il trouvait en cherchant sur les annuaires des écoles, note le New Yorker. La France n’est pas épargnée par cette forme de cybercriminalité.

René Morin précise que ce type de stratagème est souvent déployé par des individus basés à l’étranger, qui font chanter les ados en les dupant avec des images pré-enregistrées.

Sexe + extorsion

« Les jeunes se font bombarder de toutes sortes de messages de sensibilisation, de prévention, des mises en garde… On voulait trouver le moyen de sortir du lot pour attirer l’attention, de façon humoristique », développe le porte-parole.

« On voulait aussi que ça devienne viral. Pour l’instant, ça fonctionne plutôt bien. »

Quelque soient les circonstances de la demande, le Centre déconseille aux ados l’envoi de « nudes ».

« A partir du moment où vous envoyez une photo de vous, vous renoncez au contrôle que vous pouvez exercer sur l’image et cela peut tomber dans les mains de personnes mal intentionnées », ajoute René Morin. 

Il suggère plutôt aux ados une réponse originale à la demande de « nudes », sous la forme d’un slogan :

« Te fais pas sextorquer, envoie un rat-taupe nu. »

Utiliser l’image du rongeur comme une sorte de pirouette déstabilisatrice, en somme.

Dans le clip de campagne, l’homme à la veste de tweed s’adresse à une audience de jeunes, façon prof de bio :

« Un rat-taupe nu, c’est long et charnu et ça ressemble pas mal à la photo que tu allais envoyer.

Sauf qu’il y a de petits yeux et de petites dents acérées à l’extrémité. Et puis avec ça, tu ne risques pas de te faire sextorquer. »

Pour outiller les ados, le Centre canadien propose sur son site une panoplie d’images et de GIF du rongeur à télécharger.

 

Que pourrait-être sa version féminine ? 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com

L’animal qui ne connaissait pas la douleur


Un animal vraiment spécial, qui ne connaît pas la douleur et peut donc vivre dans des condition extrême
Nuage

L’animal qui ne connaissait pas la douleur

 

Rat-taupe nu adulte et ses petits dans leur terrier | Ltshears - Trisha M Shears via Wikimedia CommonsLicense by

Rat-taupe nu adulte et ses petits dans leur terrier | Ltshears – Trisha M Shears via Wikimedia CommonsLicense by

Repéré par Peggy Sastre

Le rat-taupe nu n’en finit plus de stupéfier les chercheurs. Nouvelle découverte: pour résister aux conditions extrêmes qui font son quotidien, l’évolution l’a rendu quasiment insensible aux brûlures.

Le rat-taupe nu (Heterocephalus glaber) est une bestiole extraordinaire. Déjà, il est magnifique. Ensuite, il s’agit du seul mammifère eusocial connu –c’est-à-dire qu’il a beau être un mammifère comme vous et moi, ses sociétés ressemblent à celles des fourmis ou des abeilles, avec un utérus à pattes de reine et une tripotée d’ouvrières qui lui passent tous ses caprices (quand elles ne se rebellent pas pour prendre sa place, ce qui implique de réduire la régente en charpie). Le rongeur est aussi vacciné contre le cancer et possède un sperme complètement dégénéré –ce qui ne l’empêche pas de vivre jusqu’à trente ans et d’exploser par là-même tous les records de longévité des Rodentiens.

Dernière découverte en date: leur quasi insensibilité à la douleur. En cause, les acides aminés de leurs récepteurs nociceptifs qui se désactivent presque complètement après leur naissance. Un «cadeau» de l’évolution pour survivre, à plusieurs centaines, dans des galeries surchauffées avec très peu de nourriture et encore moins d’eau dans les parages.

Ni chaud, ni froid

Dans un tel environnement, le rat-taupe nu est susceptible de souffrir d’hyperalgésie thermique. Soit ce que vous pouvez ressentir, par exemple, quand vous avez pris un coup de soleil et que vous passez sous la douche. Oui, ça peut faire très mal, parce que les récepteurs sensoriels de votre peau ont été chimiquement déboussolés par l’inflammation causée par l’abus d’UV et qu’ils «réagissent» en envoyant à votre cerveau un signal de brûlure. Qu’importe qu’en réalité, l’eau de votre robinet soit loin de dépasser les 42°C.

Sauf que le rat-taupe nu, lui, ça ne lui fait ni chaud ni froid. Ce que montre l’équipe de Gary Lewin, physiologiste au Centre de médecine moléculaire Max-Delbruck de Berlin, l’un des instituts de recherche de la Helmholtz-Gemeinschaft, c’est qu’en passant des journées caniculaires à creuser sous les déserts du Kenya, d’Éthiopie ou encore de Somalie, collé serré avec ses congénères, sa peau est effectivement très irritée et l’animal effectivement atteint d’hyperalgésie thermique. Mais qu’il ne ressent rien, parce que l’évolution a subtilement modifié les gènes de ses récepteurs tyrosine kinase TrkA, qui assurent en temps normal la bonne réception du message de douleur par le cerveau.

Le chouchou des chercheurs

Une mutation que les chercheurs ont découvert en comparant la réaction des cellules nerveuses du rat-taupe nu à la capsaïcine (qui donne au piment rouge son piquant) à celles de 26 mammifères, dont les bonnes vieilles souris de laboratoire.

«Nous pensons que l’évolution a sélectionné cette petite modification de manière assez fine pour que le signalement de la douleur devienne non-fonctionnel, mais qu’il ne soit pas non plus complètement inexistant, ce qui serait dangereux pour l’animal», explique Lewin.

«Ils vivent sous terre, dans des régions désertiques, et ils doivent beaucoup bosser pour trouver à manger. Ils ont le taux métabolique le plus bas de tous les mammifères. L’évolution a éteint tout ce qui n’était pas absolument nécessaire – y compris des récepteurs nerveux accessoires».

Autant dire que le rat-taupe nu n’a pas fini d’être l’un des chouchous de la recherche scientifique.

http://www.slate.fr/