Des plongeurs viennent au secours d’une raie manta en Australie


C’est un moment que les plongeurs n’oublieront pas de sitôt. Les raies manta sont réputées pour être intelligente. Une raie manta en difficulté, avait-elle reconnue l’homme qui guide souvent les plongeurs équipés d’un tuba ? Quoiqu’il en soit, elle est allée vers lui. Probablement qu’elle savait qu’elle aurait de l’aide pour enlever les hameçons qui la blessaient.
Nuage


Des plongeurs viennent au secours d’une raie manta en Australie

Agence France-Presse
Sydney

Une raie manta de trois mètres d’envergure s’est approchée de plongeurs en Australie, semblant les appeler à l’aide avant de patiemment attendre que ceux-ci la débarrassent de plusieurs hameçons plantés sous un de ses yeux.

Le photographe Jake Wilton se trouvait sous l’eau à Ningaloo, au large de la côte ouest, quand cet animal, considéré comme une des créatures les plus intelligentes du monde sous-marin, a nagé en sa direction, d’après des images diffusées à la suite de cette étonnante rencontre.

« Je guide souvent des plongeurs équipés d’un tuba dans cette zone et c’est comme si elle m’avait reconnu et avait compté sur moi pour lui venir en aide », a raconté lundi dans un communiqué le héros de cette histoire. 

« Elle était de plus en plus proche et s’est mise à se déployer pour me présenter son oeil », a-t-il poursuivi.

Sur ces incroyables images, on peut voir Jake Wilton plonger à plusieurs reprises vers la raie et lui enlever les hameçons, avant que le poisson ne reparte, une fois débarrassé du dernier de ces crochets.

« Elle n’a à aucun moment bougé. Je suis sûr que la raie manta savait que Jake essayait d’ôter les hameçons », a commenté le biologiste marin et compagnon de plongée du photographe, Monty Hall.

Totalement inoffensives car dépourvues d’aiguillon venimeux, les raies mantas, nombreuses au large des côtes occidentales de l’Australie, peuvent atteindre sept mètres d’envergure et vivre jusqu’à 50 ans.

https://www.lapresse.ca/

En vidéo : un plongeur au secours d’une raie manta


Je peux concevoir qu’un dauphin puisse demander de l’aide à l’homme dans des cas où il est en danger, mais une raie, c’est plutôt surprenant. Est-il conscient que ces drôles de poissons à deux pattes peuvent l’aider à lui sauver la vie ?
Nuage

 

Un plongeur au secours d’une raie manta

 

Un plongeur s’affaire pour retirer une ligne de pêche enroulée autour d’une raie manta. © oceanovideosub@gmail.com

Au Costa Rica, des plongeurs ont filmé le sauvetage d’une raie manta, emmêlée dans un fil de pêche et qui s’était approchée d’eux. L’animal s’est laissé faire tandis qu’on le libérait de son entrave. Un comportement plutôt rare.

La séquence montrant un dauphin secouru par un plongeur avait étonné et séduit. Le comportement du cétacé semblait bien être une demande d’assistance, l’animal étant resté très près du plongeur en train de couper le fil de pêche enroulé autour d’une de ses nageoires pectorales et accroché par un hameçon. La vidéo montrée ici, avec en vedette cette fois une raie manta, lui a donc été immédiatement comparée.

La scène, relayée sur la chaîne YouTube d’Oceano VideoSub par Thomaz Monteiro et Flavia Passaglia, se passe dans l’océan Pacifique, au large des côtes du Costa Rica, près des îles Murciélagos (appelées aussi Bat Islands), un lieu de plongée réputé. On y voit une raie manta, probablement Manta birostris, s’approcher d’un groupe de plongeurs et portant sur elle, emmêlé, un fil de pêche. Tandis que l’un des hommes s’occupe de lui ôter cette entrave, le sélacien nage tranquillement, sans s’éloigner, opérant même une montée à la verticale.

Ces grandes raies, qui s’observent souvent non loin des côtes, en région tropicale ou tempérée, sont connues des plongeurs pour leur comportement peu farouche. Elles s’approchent volontiers des palanquées, sans être effrayées pour peu que personne ne tente de se diriger vers elles de manière agressive. Mangeuses de zooplancton, ces raies, inoffensives, nagent la bouche ouverte et effectuent parfois de véritables loopings pour gober un nuage de petites larves. Ces grands sélaciens ont aussi l’habitude de venir se débarrasser de leurs parasites dans ces étonnantes « stations de nettoyage » où sont installés des poissons spécialisés dans cette tâche et croquant les crustacés ou les mollusques fixés sur la peau ou les branchies des animaux plus grands.

Peut-être observe-t-on ici un comportement finalement habituel. Il est difficile d’affirmer que la raie est vraiment venue intentionnellement chercher de l’aide. Quoi qu’il en soit, elle l’a obtenue

 

La scène se passe au Costa Rica où des plongeurs nagent tranquillement parmi les poissons, quand tout à coup ils sont comme sollicités par une raie manta en danger. Entravée par une ligne de pêche, elle nage difficilement. Heureusement l’un des plongeurs va lui venir en aide. Vivez en vidéo ce sauvetage étonnant. © Oceano VideoSub

http://www.futura-sciences.com

L’Indonésie crée le plus grand sanctuaire du monde pour la raie manta


C’est malheureusement peut-être le meilleur moyen pour préserver des espèces menacées en calculant la valeur monétaire vivante ou morte. Et bien pour la raie manta, elle serait une espèce qui peut faire fructifier l’éco-tourisme en la protégeant de la pêche excessive et de son environnement
Nuage

 

L’Indonésie crée le plus grand sanctuaire du monde pour la raie manta

 

Une raie manta dans les eaux des îles... (Photo d'archives Herman Harsoyo, AP)

Une raie manta dans les eaux des îles Raja Ampat, en Indonésie.

PHOTO D’ARCHIVES HERMAN HARSOYO, AP

La Presse Canadienne

L’Indonésie a officiellement créé vendredi le plus vaste sanctuaire du monde pour la raie manta, une réserve destinée à protéger ce fascinant mais fragile animal, victime de la surpêche, et promouvoir l’éco-tourisme dans l’archipel.

La nouvelle législation assure une protection de la créature dans toutes les eaux côtières de l’Indonésie, le plus grand pays d’Asie du Sud-Est, autrefois paradis des pêcheurs de raies et de requins.

Le sanctuaire couvre 5,8 millions de kilomètres carrés autour du littoral indonésien, composé de plus de 17 000 îles.

L’ONG de défense des animaux Conservation International a salué une décision «audacieuse».

Un récent rapport a montré qu’un seul spécimen de raie manta génère un million de dollars de revenus du tourisme de sa naissance à sa mort, alors qu’une raie tuée pour sa chair ne rapporte que de 40 à 500 dollars, rappelle l’organisation.

De nombreux touristes étrangers affluent chaque année en Indonésie pour pratiquer la plongée sous-marine dans des eaux à la biodiversité parmi les plus riches au monde.

«L’Indonésie aujourd’hui est la deuxième destination touristique au monde pour la raie manta avec un chiffre d’affaires estimé à 15 millions de dollars», selon Agus Dermawan, un haut responsable du ministère des Affaires maritimes et de la pêche.

Pourvues d’immenses nageoires en forme d’aile, les raies manta peuvent atteindre 7,5 mètres d’envergure.

Leur population locale décline vertigineusement à cause de la consommation des Chinois qui utilisent notamment leurs branchies dans la médecine traditionnelle.

L’Indonésie rejoint d’autres pays comme l’Équateur, les Philippines, la Nouvelle-Zélande et le Mexique qui ont déjà pris des mesures de conservation semblables.

Les deux espèces de raie manta (manta alfredi et manta birostris), dont les populations déclinent, sont inscrites sur la liste rouge des espèces vulnérables établie par l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature.

http://www.lapresse.ca/