Le Saviez-vous ► Le 3 novembre 1957, la chienne Laïka était envoyée dans l’espace


Il y a 60 ans aujourd’hui, le premier animal envoyé dans l’espace par l’URSS pour montrer leur supériorité sur les Etats-Unis en quête spatiale est une chienne n’appartenant à personne. L’entraînement pour un animal était assez drastique, même, je dirais de la cruauté animale. Elle n’a pas survécu à cause des radiations solaires et elle est morte de déshydratation
Nuage

 

Le 3 novembre 1957, la chienne Laïka était envoyée dans l’espace

 

Laïka

Laïka a décollé le 3 novembre 1957 depuis le Kazakhstan.

© TASS / AFP

Il y a 60 ans, jour pour jour, l’URSS envoyait la chienne Laïka dans l’espace. Un voyage sans retour.

« Je lui ai demandé de nous pardonner et j’ai pleuré en la caressant une dernière fois », se souvient Adilia Kotovskaïa, biologiste russe.

 Le lendemain, le 3 novembre 1957, la chienne Laïka (qui signifie « aboyer » en russe), âgée de 3 ans, s’envolait pour un voyage sans retour et devenait le premier être vivant envoyé dans l’espace. Ainsi, un mois après la mise en orbite du premier Spoutnik soviétique, le deuxième satellite artificiel de l’Histoire décolle vers l’espace avec l’animal depuis le futur cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Laïka, ramassée dans les rues de Moscou, ne survivra que quelques heures à son périple, la technologie pour la récupérer étant encore inexistante.

Des chiens entraînés dans des capsules pressurisées

Pour le numéro un soviétique de l’époque, Nikita Khrouchtchev, l’objectif était de montrer la supériorité de l’URSS sur les Etats-Unis juste avant les commémorations du 40e anniversaire de la Révolution bolchevique, le 7 novembre.

 « Ses neuf tours de la Terre ont fait de Laïka le premier cosmonaute de la planète, sacrifié au nom du succès de futures missions spatiales », souligne Adilia Kotovskaïa, aujourd’hui âgée de 90 ans, toujours fière d’avoir contribué à entraîner les animaux pour les missions spatiales.

La biologiste se souvient que des chiens, tous récupérés dans la rue, avaient été envoyés auparavant à des altitudes suborbitales pour des durées de quelques minutes « pour vérifier qu’il était possible de survivre dans l’apesanteur ».

« Il fallait désormais en envoyer un dans l’espace », raconte-t-elle à l’AFP à Moscou. Pour s’habituer au vol spatial dans une capsule pressurisée de 80 centimètres de long, les chiens avaient été placés dans des cages de plus en plus petites, se souvient la scientifique. Ils passaient par une centrifugeuse simulant l’accélération subie au décollage d’une fusée, étaient soumis à des bruits imitant l’intérieur d’un vaisseau et étaient nourris avec des « repas spatiaux » sous forme de gelée. « 

On sélectionnait des chiennes, parce qu’elles n’ont pas besoin de lever la patte pour uriner et ont donc besoin de moins de place que les mâles, et bâtardes parce qu’elles sont plus débrouillardes et peu exigeantes », explique la spécialiste, aujourd’hui à la tête d’un laboratoire à l’Institut des problèmes médico-biologiques à Moscou.

D’un coup, la température dans la capsule grimpe

Le 3 novembre 1957, le lancement du Spoutnik avec Laïka « ne laissait rien présager de mauvais », se souvient Adilia Kotovskaïa.

 « Certes, lors de la montée de la fusée, le rythme cardiaque de Laïka a augmenté considérablement ».

Au bout de trois heures la chienne a récupéré son rythme normal. Mais tout à coup, après la neuvième rotation autour de la Terre, la température à l’intérieur de la capsule de Laïka commence à augmenter et dépasse 40°C, faute de protection suffisante contre les radiations solaires.

La chienne meurt alors en quelques heures à cause de la déshydratation. Cependant, la radio soviétique a continué malgré tout à publier des rapports quotidiens sur « la bonne santé de Laïka », devenue héroïne planétaire. Selon la version officielle, longtemps soutenue par Moscou, Laïka a trouvé la mort grâce à un poison qu’elle a reçu avec sa nourriture pour éviter une mort douloureuse lors du retour de l’engin dans l’atmosphère.

Le 19 août 1960, un vol spatial ramène vivantes deux chiennes envoyées dans l’espace, Belka et Strelka suivi en 1961 par le Soviétique Iouri Gagarine. Trois ans plus tard, le 18 octobre 1963, une chatte nommée Félicette décolle depuis la base d’Hammaguir, au Sahara à bord d’une fusée Véronique.

https://www.sciencesetavenir.fr

Publicités

Le Saviez-Vous ► Si l’homme vivait dans l’espace, à quoi ressemblerait-il ?


 

Question importante si on songe à coloniser d’autres planètes qui dureront plusieurs années de voyage. Avoir un enfant dans l’espace sous l’apesanteur aura-t-il une incidence sur l’ADN du bébé. Ce sont des hypothèses qui issus d’expériences sur la santé des astronomes et des animaux. Les résultats ne sont pas vraiment encourageants
Nuage

Si l’homme vivait dans l’espace, à quoi ressemblerait-il ?

Astronautes

Officiellement, la Nasa refuse de dire si des astronomes ont déjà eu des relations sexuelles dans l’espace.

© NASA/SIPA

« Supposons que des hommes et femmes partent dans l’espace sans retour. Ils se reproduisent normalement. Étant toujours en apesanteur, à quoi ressemblerait l’être humain au bout de quelques générations ? ».

• Partir dans l’espace sans retour

Les projets pour coloniser l’espace sans retour sont rares à l’heure actuelle, la seule mission « sérieusement » envisagée est baptisée « Mars One », lancé en 2012 par les Néerlandais Bas Lansdorp et Arno Wielders (ingénieur et physicien). Elle consiste à… coloniser Mars. Le milliardaire Elon Musk, fondateur de la société SpaceX, rêve lui aussi d’envoyer des individus sur la planète rouge, mais prévoit un trajet retour (si les colons parviennent à fabriquer sur place le carburant nécessaire !). Ces projets sont critiqués par plusieurs scientifiques, qui soulignent les nombreux obstacles technologiques et financiers à surmonter

• Se reproduire normalement

Peut-on avoir une relation sexuelle dans l’espace ? La question peut prêter à sourire, mais la Nasa a réellement réalisé des expériences en ce sens… sur des animaux. Le premier accouplement officiel en apesanteur a eu lieu en 1994 : il s’agissait de médakas (Oryzias latipes), une espèce de poisson abondante dans les rizières et couramment élevée en aquarium. La célèbre astronaute française Claudie Haigneré a participé à une expérience similaire en 1996, mais sur le triton, l’objectif étant là encore de déterminer si la fécondation naturelle et le développement embryonnaire d’un vertébré pouvaient avoir lieu en micropensanteur. Ces travaux ont permis de révéler des anomalies à certains stades du développement embryonnaire, au niveau de la division cellulaire et de la fermeture du tube neural.

Et chez l’homme ? Officiellement, la Nasa ne se prononce pas sur des possibles relations sexuelles entre astronautes dans l’espace. Même si en 1992, Mark Lee et Nancy Jan Davis, un couple marié, a participé à la même mission spatiale... Pour autant, l’Agence spatiale américaine s’intéresse vraiment à la question de la conception d’un bébé en microgravité. Une étude publiée en 2010 par trois scientifiques génère des désillusions : dans l’état actuel des choses, les radiations solaires semblent bien trop dangereuses pour la gestation. Les rayons cosmiques frappant un vaisseau au cours d’un long voyage réduiraient la concentration des spermatozoïdes chez l’homme et stériliseraient sans doute un œuf fécondé. Quand bien même le fœtus atteindrait son terme, son ADN aurait sans doute subi des mutations rendant les femmes stériles. Heureusement pour la survie de notre espèce, il reste toujours la fécondation in vitro.

• Étant toujours en apesanteur, a quoi ressemblerait l’être humain au bout de quelques générations ?

Nous n’avons pas connaissance d’une quelconque publication scientifique sur ce sujet à l’heure actuelle. Probablement car la fécondation dans l’espace est déjà un frein à l’heure actuelle. Toutefois, de nombreuses études montrent que les missions de longue durée dans l’espace présentent des risques pour la santé : en effet, en l’absence de force gravitationnelle, les cellules de l’organisme sont moins contraintes, ce qui perturbe leur organisation et leur stabilité qui se sont construites en corrélation avec la pesanteur terrestre. Sans oublier la forte exposition aux rayonnements cosmiques.

Ainsi, les astronautes voient leur organisme fragilisé : leur système immunitaire se dérègle, ce qui les rend plus vulnérables aux agents pathogènes, le risque de perte osseuse et de fracture augmentent, leurs capacités aérobiques (servant à produire de l’énergie à partir d’oxygène) diminuent. Leur masse musculaire fond, au niveau des jambes en particulier, d’où la nécessité de faire plusieurs heures d’exercice par jour pour ne pas perdre en force et en coordination : Thomas Pesquet teste actuellement une machine baptisée MARES dont la fonction est de mesurer la perte de masse musculaire liée à la microgravité et de trouver des exercices pour la limiter. Perdant de la masse musculaire et sous-estimant leurs besoins nutritionnels, les astronautes laissent prévoir que l’homme de l’espace sera plus mince qu’actuellement.

D’autres effets, encore moins visibles de l’extérieur, ont été constatés chez des astronautes effectuant des missions longue durée : leurs battements cardiaques deviennent irréguliers, et leur cœur… plus rond ! Ce qui rend cette pompe moins efficace. Sa santé mise à rude épreuve, il est également fort à parier que l’homme de l’espace devra trouver un moyen d’améliorer sa perception visuelle et son orientation spatiale, car ces deux éléments sont perturbés par la microgravité. Enfin, les rayonnements cosmiques n’épargnent pas le système nerveux de l’astronaute, et seraient à l’origine de maladies dégénératives. Pour coloniser l’espace, l’être humain devra trouver des solutions à ces multiples problèmes.

https://www.sciencesetavenir.fr

La Terre a énormément changé en à peine 15 ans: regardez les GIF de la Nasa


La Terre est en continuelle évolution, elle change au cours des millénaires, mais nous accélons les changements par nos activités. Que sera l’avenir au cours de ce siècle ?
Nuage

 

La Terre a énormément changé en à peine 15 ans: regardez les GIF de la Nasa

 

La fonte annuelle des glaces. Photo fournie par la NASA.

En 1999, la Nasa lançait son satellite Terra en orbite autour de la planète. Quinze ans après, les images qu’elle a collectées sont fascinantes… et inquiétantes.

Terra ne devait être utilisé que pendant six ans au début. Aujourd’hui, le satellite de la Nasa est toujours au-dessus de nos têtes, au milieu des 1.200 autres machines en orbite autour de la Terre, comme le rappelle Quartz.

Et les données, que la Nasa a mises en ligne sous forme de GIF et de photos le 18 décembre, sont très importantes (et valent donc le coup que l’on en parle, même avec un peu de retard). Elles permettent de réaliser comment la Terre évolue tout au long de l’année, mais aussi comment l’Homme l’a profondément et irrémédiablement transformée.

Par exemple, le GIF ci-dessous montre le cycle de la présence de dioxyde de carbone (CO2) sur Terre, dont les émissions sont en partie responsable de la pollution. On voit le CO2 s’accumuler dans le nord durant l’hiver et le printemps, avant d’être absorbé (en partie) par la photosynthèse des plantes durant l’été.

Dans le même genre, on peut observer l’évolution de la végétation tout au long de l’année autour du globe. La Nasa s’est appuyée sur les relevés d’absorption de dioxyde de carbone fournis par le satellite pour comprendre la répartition de la photosynthèse. Ainsi, plus la zone est verte, plus le satellite y a détecté de forts taux d’absorption, et plus il y a de végétaux.

Mais l’un des points les plus importants concerne la diminution drastique des glaces d’été dans l’Arctique.

Dans les images ci-dessous, prises entre 2000 et 2014, «les zones bleues montrent les endroits où la glace a diminué, et les zones rouges les endroits où l’absorption des radiations solaires a augmenté», explique la Nasa.

Etant donné l’étendue de l’absorption des radiations solaires par la glace, on peut présager des fontes encore plus dramatiques dans les années à venir.

«Les températures ont augmenté (dans cette zone, NDLR) deux à trois fois plus rapidement dans la dernière décennie que dans n’importe quel autre endroit de la planète», ajoute la Nasa.

Une bonne nouvelle pour finir, du moins pour les Américains: la qualité de l’air s’est améliorée entre 2005 et 2011. Notamment grâce aux restrictions décidées par le gouvernement et les limitations mises en place au sein des centrales nucléaires.

Les autres images fournies par Terra sont toutes aussi impressionnantes: les incendies géants en Afrique, la fonte des glaces annuelle, un banc de plancton géant au large de l’Islande… entre autres. Pour voir le reste des images fournies par la Nasa, c’est ici.

http://www.slate.fr/

De petites éruptions volcaniques ralentiraient le réchauffement


Les volcans sont destructrices mais ont une utilité sur Terre, par exemple, sur la température. Il semble en effet que les volcans permettent de ralentir le réchauffement climatique.
Nuage

 

De petites éruptions volcaniques ralentiraient le réchauffement

 

De petites éruptions volcaniques pourraient éjecter davantage de gaz dans la... (Photo: AFP)

Photo: AFP

Agence France-Presse
Washington

De petites éruptions volcaniques pourraient éjecter davantage de gaz dans la haute atmosphère terrestre qu’estimé jusqu’alors, contribuant ainsi à ralentir le réchauffement climatique, conclut une étude américaine parue mardi.

Cette recherche montre que des éruptions comme celles du volcan Sarychev dans l’archipel russe des Kouriles, qui se sont produites entre 2000 et 2013, ont permis de réfléchir presque deux fois plus de radiations solaires que ce qui était estimé jusque là.

Les travaux, parus dans les Geophysical Research Letters, se sont appuyés sur des mesures de l’air effectuées depuis le sol et par satellites.

Les scientifiques savent depuis longtemps que des éruptions volcaniques peuvent refroidir l’atmosphère avec les émissions d’anhydride sulfureux. Mais ils pensaient que seuls de grands volcans pouvaient en produire des quantités suffisantes pour refroidir la Terre.

Ils citent l’éruption du volcan du mont Pinatubo en 1991 aux Philippines qui a éjecté 20 millions de tonnes de souffre.

L’acide sulfurique qui se forme au contact de l’anhydride sulfureux avec l’oxygène dans la haute atmosphère peut persister pendant de nombreux mois, réfléchissant une partie des rayons du Soleil qui n’atteignent pas la Terre, réduisant du même coup la température.

Les chercheurs ont calculé que l’énergie solaire réfléchie dans l’espace avec ces particules d’acide sulfurique provenant des gaz sulfureux émis par les petits volcans pourraient avoir réduit les températures du globe de 0,05 à 0,12 degré depuis 2000.

Ces nouvelles données pourraient expliquer le ralentissement de la hausse des températures du globe depuis les quinze dernières années, une période qualifiée de «hiatus du réchauffement climatique», selon les auteurs.

L’année la plus chaude depuis le début de l’ère industrielle a été 1998. Après, la forte hausse des températures terrestres observée pendant tout le XXe siècle s’est apparemment ralentie.

Les scientifiques avaient avancé plusieurs explications, dont une faiblesse des activités solaires ou l’absorption de la chaleur de l’air par les océans.

Le plus souvent, les projections dans les modèles climatiques ne prennent pas en compte les effets des éruptions volcaniques car elles sont quasiment impossibles à prédire sur le long terme, explique Alan Robock, un climatologue à l’Université Rutgers, qui n’a pas participé à l’étude.

David Ridley, expert atmosphérique au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et principal auteur de la recherche, explique que les modèles climatiques ne collent pas.

«Selon ces modèles, les projections de température de la planète continuent à augmenter au-delà de 2000 mais en réalité le réchauffement se ralentit depuis», souligne-t-il.

http://www.lapresse.ca