MÉTRO | DRAME ÉVITÉ : Une autre femme chute entre 2 wagons


Le téléphone intelligent, c’est bien pratique, mais encore faut-il s’en servir en toute sécurité. On sait qu’en voiture c’est a proscrire mais aussi a pied surtout quand on s’engage sur la rue, ou dans l’embarquement du métro. Cette femme a été chanceuse d’être aperçue a temps
Nuage

MÉTRO | DRAME ÉVITÉ : Une autre femme chute entre 2 wagons

CAPTURE D’ÉCRAN / TVA NOUVELLES

Le 22 mai dernier, à la station Plamondon, sur la ligne orange, une femme d’une trentaine d’années s’est retrouvée sur les rails du métro.CLAUDIA NÉRON / AGENCE QMI

À peine un mois après le décès de la jeune Audrey-Anne Dumont qui est tombée entre deux voitures du métro à la station Monk le 19 avril dernier dans un moment d’inattention, un autre accident similaire s’est produit.

Le 22 mai dernier, à la station Plamondon sur la ligne orange, une femme d’une trentaine d’années s’est retrouvée sur les rails du métro. Distraite par son téléphone intelligent, elle a chuté dans l’espace entre deux wagons qu’elle a dû confondre avec une porte.

Cette dernière a toutefois été sauvée in extremis grâce à la vigilance d’une des passagères du métro.

«J’étais assise dans le métro, je regardais par la fenêtre et tout à coup, j’ai vu une main passer à côté de moi. Je me suis levée et j’ai vu une femme d’une trentaine d’années qui était tombée entre les 2 wagons sur les rails», raconte un témoin de l’évènement, Isabelle.

Rapidement, prise de panique, elle a alerté les autres passagers en criant et actionné le frein d’urgence pour empêcher la rame de redémarrer et de rouler sur la femme.

«Tout le monde entendait crier la dame, c’était vraiment pas un cri ordinaire, j’ai jamais entendu un cri comme ça. C’était un cri de désespoir, un cri de quelqu’un qui ne veut pas mourir», nous dit-elle.

Ça s’est passé en pleine heure de pointe, soit vers 17h35. Un arrêt de service de 47 minutes s’en est suivi sur la ligne orange, entre les stations Lionel-Groulx et Côte-Vertu. La dame a été transportée à l’hôpital par mesure de précaution, selon la Société de transport de Montréal.


 

La STM refuse de commenter

La STM nous indique qu’une enquête interne a eu lieu sur cet incident et que celle-ci est maintenant terminée.

Ses porte-parole refusent toutefois de commenter plus longuement l’incident «parce que les circonstances sont trop similaires à celles ayant mené au décès d’Audrey-Anne Dumont» et que ce dossier est toujours sous enquête du coroner.

Après que les parents d’Audrey-Anne Dumont aient rendu public son décès dans le métro, le président de la STM, Michel Labrecque avait affirmé que les chutes sur la voie étaient des cas «extrêmement rares» dans le métro de Montréal.

Une affirmation que réfute l’avocat de la famille Dumont, Me Marc Bellemare qui réclame une enquête publique sur la sécurité dans le métro. En tout, trois chutes accidentelles sur les rails ont été portées à son attention au cours des dernières semaines, dont 2 mortelles. Les évènements se sont produits entre le mois d’octobre 2012 et la fin mai 2013. Une enquête publique permettrait, selon lui, de trouver des solutions pour améliorer la sécurité des usagers du métro.

http://www.journaldemontreal.com