Il tente de prendre l’avion avec un python en le cachant dans un disque dur externe


Comment peut-on avoir un animal de compagnie tel qu’un python. Je peux comprendre que certaines personnes ont une fascination aux serpents, moi-même, je les trouve géniaux, mais pas de là en avoir un à la maison. (heureusement pour Fripouille) Enfin, que le serpent soit dangereux ou non, il peut provoquer des sérieuses réactions encore plus dans un espace confiné comme un avion
Nuage

 

Il tente de prendre l’avion avec un python en le cachant dans un disque dur externe

 

Crédits : Transportation Security Administration

par  Clara Lalanne

Comme le rapportait le Miami Herald le 9 juillet 2018, un passager du vol Miami-La Barbade a tenté de faire passer clandestinement son python à bord, en le cachant à l’intérieur d’un boîtier de disque dur externe.

« Ce serpent, qui n’a pas pris l’avion grâce à la surveillance de nos agents, avait été habilement dissimulé à l’intérieur d’un disque dur et placé dans un sac à main pour un vol vers La Barbade », a expliqué Sari Koshetz, porte-parole de l’Administration de la Sécurité des Transports.

Les agents des douanes qui ont inspecté les bagages avant le décollage, en effet, ont distingué une étrange forme massive, cachée dans les entrailles du disque dur. L’appareil a donc été examiné en urgence par un officier de l’administration, qui y a découvert le reptile vivant avant qu’il ne monte dans l’appareil.

Le serpent a été récupéré puis confié au Service de la pêche, de la faune et de la flore des États-Unis, tandis que le propriétaire du serpent a reçu une contravention et une interdiction de vol. Sari Koshetz a souhaité relativiser le danger représenté par l’animal, expliquant qu’il ne représentait pas une menace pour les voyageurs. Si toutefois ce dernier, comme elle l’ajoute, avait pu s’échapper de sa prison électronique, il aurait pu réellement semer le trouble à bord du vol vers La Barbade. Le python royal est aujourd’hui un animal de compagnie relativement inoffensif et répandu, mais il reste un serpent constricteur, et aurait pu créer un mouvement de panique parmi les passagers.

Sources : Miami Herald/Motherboard

http://www.ulyces.co/

80 pythons royaux élevés dans le sous-sol d’un pavillon de banlieue


Je peux comprendre sa passion des serpents, mais personnellement c’est de l’égoïsme que de s’approprié d’animaux sauvage qui n’est destiné que pour épater la galerie,. Les serpents ne peuvent a mon avis être un animal domestique et donc il a le droit en temps qu’animal sauvage de vivre dans son environnement
Nuage

 

80 pythons royaux élevés dans le sous-sol d’un pavillon de banlieue

Sylvain Fauchoin pose avec un python dans sa cave à Chelles le 12 juin 2012

AFP

Pas de vin ni d’outils de jardin dans le sous-sol du pavillon de Sylvain Fauchoix, en Seine-et-Marne: ce salarié de la SNCF y bichonne 80 pythons royaux et des oeufs en train d’éclore, expliquant sa passion avec un serpent d’1,5 mètre dans les bras.

« C’est une passion que j’ai depuis tout petit: j’ai commencé avec les insectes, puis les lézards et les mygales, et vers 12 ans, je suis tombé amoureux des serpents », raconte Sylvain Fauchoix, 28 ans, entouré de pythons royaux dans le sous-sol de son pavillon, à la périphérie de Chelles.

« Vers 14 ans, j’ai ramené un serpent d’une exposition. Je me suis fait tuer par mon père! Puis il s’y est fait », se souvient-il amusé.

Mais en décembre, l’éleveur de serpents a failli se retrouver en prison. Dénoncé par un concurrent, dit-il, il était soupçonné de détention illégale et de trafic. Il a un nouveau rendez-vous avec la justice mardi.

En attendant, il présente fièrement, tout contre lui, son Piebald, blanc avec des taches marron, le Snow avec ses yeux rouges d’albinos et la langue sortie et tant d’autres pythons, qu’il caresse délicatement.

Ses « animaux », comme il les appelle, ne sont pas venimeux. Ils sont dans des casiers individuels, dans une pièce bien isolée, humide et chaude, à 27 degrés, au plus près de leurs conditions en milieu naturel, en Afrique.

L’éleveur de serpents est passionné de génétique: lors des accouplements, il travaille sur les gènes récessifs et dominants, afin d’obtenir des serpents avec de nouvelles couleurs.

« Oui, certains valent le prix d’une grosse voiture« , dit-il pudiquement.

« C’est ma passion, je suis mordu de ça », explique le jeune homme, chef de conducteurs de trains à la SNCF. « Je suis fasciné par ce qui crée une répulsion chez les gens, comme les requins aussi », confie M. Fauchoix, barbichette et cheveux longs attachés. « J’aime ce côté primitif, bien implanté dans la nature », explique-t-il.

Fruit défendu

« Si les gens continuent de diaboliser le serpent, c’est à cause de la religion », d’Adam et Eve, du fruit défendu. « Sans le côté relationnel, comme avec un chien ou un chat, on a l’impression de ne pas cerner l’animal », pense-t-il.

Mais n’en-a-t-il vraiment jamais peur?

« Je ne suis pas fou, je ne ferais pas ça avec un crotale », serpent très dangereux, admet-il. « Je me suis déjà fait mordre plein de fois, ça fait des petites griffures. Puis je désinfecte, comme si je m’étais fait griffer par mon chat ».

Son épouse s’est « aussi mariée à (sa) passion ». Son fils, qui va avoir 5 ans,

 « n’est pas passionné, mais il les prend, ça ne le choque pas ».

Et les voisins?

« Je les ai invités à venir, ils étaient ébahis. C’est un couple charmant qui adore les animaux ».

En décembre, à son retour de voyage de Noces, il a été interpellé à l’aéroport et placé en garde à vue, soupçonné de détention illégale et de trafic.

« C’était un cauchemar. J’ai appris qu’on avait fait une perquisition chez moi. On a failli tout perdre », raconte-t-il.

Il reconnaît qu’il n’avait pas toutes les autorisations. La justice lui a demandé de se mettre en règle, ce qu’il dit avoir fait.

« J’ai passé les certificats nécessaires, puis on a monté une société avec deux amis associés et maintenant, on peut vendre librement nos serpents », se réjouit-il. Il l’expliquera mardi devant le tribunal.

Il n’envisage pas qu’on lui retire ses serpents.

« Qu’on me coupe les deux jambes, ça me fera moins mal. (…) C’est toute ma vie, derrière ma femme et mon enfant ».

© 2012 AFP

http://actualites.ca.msn.com