Le Saviez-Vous ► Clinomanie


 

Il y a des jours, que nous aimerions bien rester coucher toute la journée, mais dans quelques cas rare, cela devient une obsession qui peut apporter d’autres troubles physiques
Nuage

 

Clinomanie

 

clinomanie

La clinomanie est la tendance de certaines personnes, en général atteintes de neurasthenie, à garder le lit. Image : © Megan Jorgensen

Recherche obsédante du lit ou de la position couchée.

Le clinomane ne doit pas être confondu avec le grabatoire.

La clinomanie, appelée aussi « manie lectuaire », est une obsession assez rare dans laquelle la psychanalyse voit une régression vers le comportement de l’enfant au berceau ou même une tentative de retour au sein maternel.

J.-M. Sutter

Plus clairement

La clinomanie est un trouble psychiatrique caractérisé par le refus de se lever que manifeste un sujet. La personne préfère rester constamment couchée. Généralement ce sont les personnes souffrant de neurasthénie, de schizophrénie ou d’une importante dépression qui présentent une clinomanie. Bien entendu, ce comportement anormal entraine de nombreux autres troubles. On retrouve notamment des troubles digestifs tels qu’une constipation très importante avec unfécalome (accumulation de selles au niveau du rectum). Les escarres sont également très courantes.

réf :

http://univers.grandquebec.com/

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/

Le test de la poupée blanche et la poupée noire


Montrons-nous à nos enfants qu’il n’y a pas de différence entre les enfants de couleurs différentes ? Comment ils réagissent devant une poupée noire ou une poupée blanche ? Les résultats sont surprenants Quand j’avais offert a ma fille une poupée noire, on m’a demandé quelle drôle d’idée que j’ai eue … Au début ma fille a été surprise mais par la suite elle a aimée sa poupée
Nuage

 

Le test de la poupée blanche et la poupée noire

Dans les années 50, dans une Amérique encore ségrégationnaire

Un psychologue Kenneth Clark a conduit une expérience avec des enfants noirs. Il voulait mesurer l’impact que le racisme  avait sur l’image que ces enfants avaient d’eux même.

50 ans plus tard, les résultats sont-ils les mêmes ?