Le Saviez-Vous ► La grande pyramide blanche : La grande pyramide de Gizeh était un jour d’un blanc éblouissant ?


La grande pyramide a déjà été d’une grande blancheur. Les pierres étaient faites de calcaires de mauvaise qualité pour la structure, mais elle fut recouverte d’un calcaire venant d’ailleurs et qui était de meilleur qualité pour revêtir la pyramide.
Nuage


La grande pyramide blanche : La grande pyramide de Gizeh était un jour d’un blanc éblouissant ?



Par Abzu

La Grande Pyramide de Gizeh (connue aussi sous le nom de Pyramide de Khéops) est l’une des sept merveilles de l’Ancien Monde et la seule qui reste aujourd’hui. La Grande Pyramide est la plus ancienne et la plus grande des trois pyramides de Gizeh, les deux autres appartenant aux pharaons Khéphren et Mykérinos.

Bien que la Grande Pyramide ait survécu jusqu’à ce jour, elle n’a pas échappé aux intempéries et a un aspect radicalement différent de ce qu’elle était quand elle a été récemment achevée.

La Grande Pyramide de Gizeh.

Construction de la pyramide

On estime la pyramide à 2,4 millions de blocs de pierre, dont chacun a dû être taillé avant de pouvoir être utilisé pour la construction de la pyramide. Le noyau de la Grande Pyramide se compose principalement de blocs bruts de calcaire qui ont été extraits sur le plateau de Gizeh.

Ce calcaire, cependant, est de faible qualité et a une couleur jaune brunâtre. Dans la Grande Pyramide se trouve la chambre centrale, qui contenait le sarcophage du pharaon. Pour la construction de la chambre, du granit rose-rougeâtre a été utilisé, car il pouvait supporter le poids des blocs de pierre au-dessus de lui.

Une entrée de la Pyramide.

A l’origine, la Grande Pyramide était couverte de blocs de calcaire provenant de Tura, à environ 129 km (80 miles) de là, de l’autre côté du Nil. Ces pierres de revêtement* ( cuvelage* ) servaient à recouvrir le calcaire jaune brunâtre qui servait à la construction de la pyramide. De plus, le calcaire de Tura a rendu la Grande Pyramide d’un blanc éclatant, ce qui l’aurait rendue très visible, même de loin.

L’une des pierres de revêtement la Grande Pyramide (vers 2570 ans avant JC), dont la plupart ont été enlevés au cours du Moyen-Âge. Ce bloc a été trouvé dans les décombres entourant la pyramide.

La fin du mythe : Plus de blanc éblouissant

Aujourd’hui, cependant, la Grande Pyramide n’est plus d’un blanc éclatant, car les blocs de calcaire de Tura ont été enlevés au Moyen Âge. Au cours du 14ème siècle, un tremblement de terre massif a détaché de nombreuses pierres de l’enveloppe extérieure. Les pierres délogées ont été prises par le sultan bahreïni An-Nasir Nasir-ad-Din al-Hasan en 1356 pour construire des mosquées et des forteresses au Caire voisin.

Les pierres de revêtement qui restaient sur la Grande Pyramide ont continué à s’effondrer au cours des siècles suivants, laissant des tas de gravats à la base du monument. Celles-ci ont été enlevées lors de l’excavation du site. Néanmoins, de nombreuses pierres de revêtement recouvrant la base de la pyramide ont été laissées sur place et peuvent encore être vues aujourd’hui.

Des pierres de cuvelage blanches sont encore visibles près du sommet de la pyramide de Khéphren.


https://lesavoirperdudesanciens.com/

Des anomalies thermiques dans la pyramide de Khéops


La technologie actuelle viendra-t-elle a bout des mystères de l’Égypte ancienne ? Pourquoi pas découvrir des chambres et couloirs secrets a travers la pyramide de Khéops
Nuage

 

Des anomalies thermiques dans la pyramide de Khéops

 

La pyramide de Khéops

La pyramide de Khéops Photo :  Mohamed Abd El Ghany / Reuter

 

La seule des Sept Merveilles du monde antique encore existante n’a pas livré tous ses mystères.

Le recours à des caméras thermiques infrarouges a permis de détecter des anomalies thermiques dans trois blocs de pierre de la façade de la pyramide de Khéops, ce monument funéraire vieux de plus de quatre millénaires.

Ces blocs présentent des températures ayant jusqu’à 6 degrés Celsius d’écart avec leurs voisins immédiats.

Cette réalité se traduit sur les images par l’apparition de couleurs chaudes rouge et jaune, alors que le reste du monument funéraire se teinte du bleu au magenta, une signature thermique plus froide.

Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh el-Damati et le chercheur français Jean-Claude Barre.

Le ministre égyptien des Antiquités Mamdouh el-Damati et le chercheur français Jean-Claude Barre. Photo :  Mohamed Abd El Ghany / Reuter

Ces variations pourraient s’expliquer par l’existence de zones vides à l’intérieur de la pyramide, par des courants d’air internes, ou par l’utilisation de différents matériaux de construction.

Les différentes théories seront étudiées d’ici la fin du projet d’analyse thermique des pyramides, en 2016.

Une équipe d’architectes et de scientifiques à laquelle participent des Canadiens tente actuellement de trouver des chambres cachées dans la pyramide, construite il y a plus de 4500 ans, à l’aide des plus récents outils technologiques.

Ils espèrent détecter la présence de chambres et de couloirs inconnus ou même des traces de rampes donnant de précieuses informations sur sa construction.

L’utilisation des caméras à infrarouges est une méthode non invasive et non destructrice qui permet de cartographier sans aucune intrusion le cœur des pyramides de Gizeh.

Ces caméras ont aussi servi début novembre à sonder la tombe de Toutankhamon à Louxor pour confirmer la crédibilité de la théorie de l’archéologue britannique Nicholas Reeves, qui pense que la légendaire reine Néfertiti y est enterrée dans une chambre secrète.

http://ici.radio-canada.ca/

L’Egypte va scanner les pyramides pour tenter de percer leurs secrets


La technologie a avancée beaucoup pour aider les archéologues a faire d’autres découvertes intéressantes, peut-être aux questions sans réponses ou vérifier des hypothèses sans risquer d’endommager le patrimoine historique
Nuage

 

L’Egypte va scanner les pyramides pour tenter de percer leurs secrets

 

Les pyramides de Guizeh (Khéops - la plus grande des trois - Khéphren et Mykérinos), près du Caire, en avril 2015.

Les pyramides de Guizeh (Khéops – la plus grande des trois – Khéphren et Mykérinos), près du Caire, en avril 2015.

Photo: Hassan Ammar/AP/SIPA

ARCHEOLOGIE – L’Egypte a dévoilé dimanche l’ambitieux projet « Scan Pyramids », devant durer jusqu’à la fin 2016, avec pour but de percer le « secret » des pyramides. Armés de détecteurs infrarouges, les scientifiques et architectes pourraient faire de nouvelles découvertes.

 

Le mystère entourant leur construction va-t-il enfin s’éclaircir ? L’Egypte a dévoilé dimanche un ambitieux projet qui a pour but de percer les « secrets » des pyramides, cherchant notamment à découvrir des chambres dérobées dans quatre de ces monuments pharaoniques.

Des scientifiques et des architectes originaires d’Egypte, de France, du Canada et du Japon, vont utiliser la technologie infrarouge et des détecteurs sophistiqués pour cartographier les pyramides de Khéops et de Khéphren – qui avec Mykérinos forment les célèbres pyramides de Guizeh – ainsi que deux des pyramides de Dahchour, au sud du Caire.

« Ils vont étudier ces pyramides pour voir si elles contiennent des chambres secrètes ou révéler d’autres de leurs secrets », s’est enthousiasmé dimanche le ministre des Antiquités Mamdouh al-Damati, lors d’une conférence de presse au Caire. « Ces ingénieurs et ces architectes vont utiliser une technologie non-destructive qui ne va pas endommager les pyramides », a-t-il assuré.

Technologie de pointe

Le projet « Scan Pyramids », qui doit durer jusqu’à la fin 2016, est une nouvelle tentative pour éclaircir le secret entourant la construction des pyramides. Car même si plusieurs missions archéologiques ont tenté par le passé de dévoiler les techniques de construction utilisées pour ériger ces monuments de l’Egypte antique, architectes et égyptologues n’ont toujours pas percé le mystère.

« Il y avait eu une tentative similaire il y a 30 ans, mais aujourd’hui c’est le premier projet à l’échelle internationale et qui a recours à une technologie de pointe », a souligné auprès de l’AFP Mehdi Tayoubi, fondateur de l’institut français HIP (Héritage, Innovation Préservation) qui participe au projet.

Les deux pyramides de Dahchour ont été construites par le Pharaon Snéfrou, père de Khéops et fondateur de la IVème dynastie (2600 avant J.C.). Haute de 146 mètres, la pyramide du roi Khéops, la plus grande des trois pyramides de Guizeh considérée comme l’une des sept merveilles du monde de l’Antiquité, a été construite il y a plus de 4.500 ans. Tandis que la pyramide de Khéphren a été construite par le fils de Khéops.

La tombe de Toutankhamon bientôt sondée elle aussi ?

Les détecteurs infrarouges et ceux de muons qui seront utilisées pour explorer les quatre pyramides pourraient être également utiles pour sonder la tombe de Toutankhamon et vérifier la théorie de l’archéologue britannique Nicholas Reeves, qui prétend que la reine Néfertiti y est enterrée dans une chambre secrète.

A ce jour, les égyptologues n’ont jamais découvert la momie de cette reine à la beauté légendaire, qui exerça un rôle politique et religieux fondamental au XIVe siècle avant Jésus-Christ. Un comité d’experts du ministère des Antiquités égyptien a d’ailleurs donné son accord pour sonder les murs de la tombe du pharaon Toutankhamon, dans la Vallée des Rois près de Louxor (sud). Mais le ministère attend toujours les autorisations de sécurité pour les travaux, prévus d’ici la fin novembre.

http://www.metronews.fr/

Le Saviez-Vous ► Top 10 des mystères des pyramides d’Égypte


L’Égypte ancienne, l’époque des pyramides apportent plus de questions que de réponses. Pourquoi et comment ces pyramides se sont érigées ? Comment ont-ils fait pour autant de précision alors que les outils étaient rudimentaires ?
Nuage

 

Top 10 des mystères des pyramides d’Égypte

 

    Construites entre 4500 et 2500 ans avant notre ère, les pyramides d’Égypte (près d’une centaine) suscitent depuis au moins le 5e siècle av. J.-C. des dizaines de controverses, à commencer par la plus grande, et la mieux conservée d’entre elles, la grande pyramide de Khéops. Des questions qui ont engendré une multitude de polémiques et de combats entre les égyptologues officiels et les passionnés « amateurs ». On refait le match en dix points essentiels.

    Pourquoi des pyramides ?

    C’est tout bête et malgré les milliards de pages d’études consacrées au sujet, on ne sait toujours pas avec certitude pourquoi les pyramides ont été construites. Des tombes pour les pharaons ? Aucun corps n’a été trouvé à l’intérieur ou au-dessous. Des monuments construits en hommage à un ou des dieux ? Aucune preuve là non plus. Des pavillons de banlieue étranges ? Possible.

    pyramide

    Crédits photo (creative commons) : lencyclopedix

    Comment les bâtir ?

    Quand elle fut bâtie, la grande pyramide de Khéops était la construction la plus lourde (environ 6 millions de tonnes) jamais construite. Ça l’est toujours. Elle consiste en à peu près 2,3 millions de blocs de pierre d’un poids moyen chacun de 2,5 tonnes. Aucune réponse « consensuelle » n’a été trouvée jusqu’ici pour expliquer comment les ouvriers ont pu « monter » jusqu’à 150 mètres de hauteur de tels blocs. Par ailleurs, les mines de pierre ayant servi à la construction de la grande pyramide de Khéops se trouvaient à plusieurs centaines de kilomètres de leur lieu de pose : comment y sont-elles arrivées au regard de leur taille et de leur poids ? On est peu de chose hein ?

    ddd

    Source photo (creative commons) : Wikipedia

    Combien de temps ?

    Combien de temps a-t-il fallu pour construire une pyramide comme celle de Khéops ? L’égyptologie officielle table sur 25 ans, ce à quoi les égyptologues « alternatifs » répondent qu’au regard de la taille du monument et des contraintes de construction (notamment le trajet entre les mines et le site), cette estimation est impossible, ou alors il aurait fallu débiter, tailler et transporter jusqu’à destination un bloc toutes les huit secondes.

    Quels outils ?

    Il est avéré que les Égyptiens de l’époque disposaient d’outils comme le maillet en bois, mais rien de précis et de sûr quant aux supposés échafaudages pour la levée des blocs ou les dites rampes d’élévation. Que des hypothèses, là encore.

    L’alignement

    La grande pyramide de Khéops est exactement alignée en direction des 4 points cardinaux. Les mesures effectuées montrent une précision au millimètre près. Comment les Égyptiens sont-ils parvenus à un tel degré de perfection ? Certains architectes modernes expliquent ainsi qu’aucun outil actuel ne saurait parvenir à une telle précision. Alors comment les bâtisseurs y sont-ils arrivés ? Mystère…

    800px-All_Gizah_Pyramids

    Source photo (creative commons) : Wikipedia

    Le coût

    Une entreprise de construction japonaise a estimé en 1980 que l’érection d’une réplique de la pyramide de Khéops, avec les moyens modernes, coûterait 18 milliards de dollars. Alors évidemment, la comparaison s’arrête là avec l’Égypte ancienne, au sens où le pharaon avait a priori toutes les ressources du pays à sa disposition. Mais certains historiens ont estimé que la production annuelle de blé dans l’Égypte ancienne n’aurait à elle seule pas suffi à nourrir tous les ouvriers présents sur le site pendant six mois. Sans compter le reste de la population. Alors comment ont-ils fait ?

    Énigmes mathématiques

    Nous savons avec certitude que les pyramides sont alignées sur les points cardinaux, que leurs tailles et surfaces conduisent à des rapports mathématiques ramenant à leurs coordonnées géographiques, et même au diamètre de notre planète. Sachant que les mathématiques, la géométrie et autres sciences nécessaires à de tels résultats n’existaient pas dans l’Égypte ancienne (en tout cas pas sous une forme élaborée), comment les bâtisseurs y sont-ils parvenus ?

    La même chose, de l’autre côté du globe

    Les pyramides égyptiennes sont alignées sur la même latitude que les temples pyramidaux incas. Cela signifie-t-il que les deux peuples se sont rencontrés ? Qu’ils ont alors échangé des informations ? Que les Égyptiens ont « formé » les Incas ? Dans quel but ?

    Le visage du Sphinx de Gizeh

    Le sphinx de Gizeh est la statue qui se dresse devant les grandes pyramides du plateau de Gizeh. Des mesures sophistiquées (laser…) ont permis d’établir que le visage de ce Sphinx, sculpté dans la roche, est parfaitement symétrique de part et d’autre du nez. Là encore le niveau de précision est tel que l’on a beaucoup de mal à croire que les hommes n’ont utilisé que leurs mains. Alors comment ?

    800px-Visage_sphinx

    Source photo (creative commons) : Wikipedia

    Des martiens ?

    Alors forcément, quand il y a des mystères dans l’Histoire, on entend toujours la même musique : LES MARTIENS. Et si les petits hommes verts avaient construit les pyramides, dans un petit délire à la Stargate SG1 ? Certains y croient, peut-être un peu trop, nous on préfère se dire que les architectes égyptiens étaient costauds.

    ancient-aliens-pyramid-hd-wallpaper (1)

    Source photo : fourthdimensionalrecovery

    http://www.topito.com