Comment reconnaître une méningite ?


Une méningite est une infection des méninges, si elle est virale, elle est souvent sans conséquences, mais si elle vient d’une bactérie, il faut vite consulter
Nuage

 

Comment reconnaître une méningite ?

 

symptomes meningite

 

par Amélie Pelletier

Fièvre, maux de tête, vomissements… Ces symptômes peuvent évoquer bon nombre de maladies banales. Mais c’est aussi ainsi que peut commencer une méningite. Les signes qui doivent inciter à consulter rapidement un médecin.

Fièvre, maux de tête, vomissements… Ces symptômes peuvent évoquer bon nombre de maladies banales. Mais c’est aussi ainsi que peut commencer un eméningite. Les signes qui doivent inciter à consulter rapidement un médecin.

Toutes les méningites ne sont pas graves, loin de là. Dans 70 % des cas, il s’agit de méningites virales le plus souvent bénignes.

L’infection des méninges, l’enveloppe qui protège le cerveau, venant alors compliquer quelque temps une maladie infectieuse banale comme les oreillons. Inquiétant sur le moment, mais tout se termine généralement bien sans traitement particulier. Tout autre est la situation en cas de méningite due à une bactérie. L’urgence est alors d’empêcher l’infection du sang (septicémie) et des organes vitaux en administrant des antibiotiques. À condition de reconnaître à temps la maladie. Au début, le diagnostic est difficile, car les symptômes ne sont pas très spécifiques. Ils évoquent souvent une grippe. C’est leur sévérité ou leur association qui doivent inquiéter.

Si fièvre et maux de tête sont mal supportés

Un début brutal, une fièvre élevée (supérieure à 39 °C), très mal supportée par le malade, doit vite attirer l’attention : le malade est abattu, il a le teint gris, se plaint de courbatures, de frissons. Les maux de tête, violents, ne sont pas calmés par la prise de paracétamol. Ils peuvent s’accompagner d’une raideur de la nuque et d’une sensibilité anormale à la lumière vive. Des maux de ventre particulièrement sévères, avec des nausées et des vomissements « en jet », sont aussi évocateurs.

Si des taches rouges apparaissent sur la peau

L’apparition de points rouges ou violacés n’importe où sur le corps constitue une urgence vitale. Ces petites taches, caractéristiques de ce qu’on appelle un purpura, correspondent à des microhémorragies de la peau et traduisent une infection aiguë du sang. Il faut appeler le médecin traitant ou, s’il n’est pas disponible, contacter le Samu (en France ndlr) ou conduire le malade aux urgences.

Si la ponction lombaire ramène un liquide trouble

Seule une ponction lombaire permet de confirmer le diagnostic et de connaître le germe responsable. Réalisée systématiquement en cas de suspicion de cette maladie, elle consiste à prélever un échantillon de liquide céphalorachidien (situé dans les méninges). Si ce liquide est clair, pas d’inquiétude, c’est en faveur d’une méningite virale. S’il est trouble, l’antibiothérapie est commencée sans attendre l’identification de la bactérie et de sa sensibilité aux antibiotiques. Ces résultats permettront toutefois de s’assurer que le traitement mis en route est efficace sur le germe retrouvé.

Si des proches sont touchés par une méningite

Un cas au lycée, un copain atteint de méningite rencontré à une soirée ? Il faut voir un médecin. Les personnes susceptibles d’avoir été en contact reçoivent un traitement antibiotique à titre préventif pendant deux jours. S’il existe un vaccin, il est administré en complément du traitement antibiotique.

http://www.topsante.com/

Hématomes : pourquoi j’ai toujours des bleus


Des bleus apparaissent sur vos bras ou vos jambes, et pourtant, il n’y a pas de raisons pour avoir des ecchymoses. Mais, ils sont bien présents et les causes peuvent être le soleil, l’âge, une carence ou autre
Nuage

 

Hématomes : pourquoi j’ai toujours des bleus

 

Hématomes : pourquoi j'ai toujours des bleus

C’est souvent en été, quand on découvre bras et jambes, qu’on réalise que l’on « marque facilement ». Entendez, que des bleus disgracieux apparaissent sans qu’on ait le souvenir de s’être cognée.

Voici 5 raisons pour lesquelles les hématomes peuvent apparaître.

Vous vieillissez

Lorsque vous prenez de l’âge, deux choses arrivent à votre peau : elle perd une partie de ses couches protectrices de graisse et la production de collagène diminue. Cela signifie que votre peau, plus fine, est aussi plus sensible aux meurtrissures, même les plus légères.

« Après 60 ans, il suffit d’un coup qui peut apparaître bénin pour avoir immédiatement une ecchymose«  explique le Pr Gary Goldenberg, du service de dermatologie de l’Hôpital Mount Sinaï.

Vous vous exposez souvent au soleil

Votre longue histoire d’amour avec le soleil vous a peut-être parfois provoqué quelques brûlures superficielles. Mais les dommages provoqués par de fréquentes expositions aux UV sont plus profonds : comme ils pénètrent dans les couches profondes de la peau, ils agissent sur les petits vaisseaux sanguins, les rendant plus fragiles. Ils laissent donc échapper du sang plus facilement, même suite à de légères contusions.

Vous prenez de l’aspirine tous les jours

De nombreuses personnes prennent une faible dose d’aspirine tous les jours pour prévenir les risques cardiovasculaires. Mais il ne faut pas oublier que l’aspirine, comme les anticoagulants, rend le sang plus fluide et empêche les plaquettes de se coaguler. C’est pour cela que même un traumatisme mineur laissera une marque sur la peau.

Vous souffrez de vascularite

Sous ce terme médical, on regroupe toutes les maladies impliquant l’inflammation des parois des vaisseaux sanguins. A cause de cette inflammation, les vaisseaux sanguins éclatent et provoquent des hématomes un peu particuliers, appelés purpura. La plupart des vascularites sont provoquées par des maladies auto-immunes mais elles peuvent être dues à une maladie chronique comme l’hépatite.

Vous avez une carence en vitamine C

Les réelles carences en vitamines sont assez rares dans les pays occidentaux, mais elles deviennent plus fréquentes à mesure que l’on vieillit et que l’on perd le goût ou l’envie de se nourrir de façon équilibrée. La carence en vitamine C peut donc arriver chez les personnes âgées mais aussi chez les alcooliques. Or, cette vitamine est nécessaire à la production de collagène, un composant structurel de la peau. Sans vitamine C, les vaisseaux sanguins ne sont plus protégés et sont plus susceptibles de se rompre au moindre petit bobo.

http://www.topsante.com