Il existe un risque de piratage quand vous faites remplacer l’écran cassé de votre Smartphone


Quand l’écran de Smartphone ou iPhone est brisé, on le change et très souvent, ou on va à un magasin de réparation. Mieux vaut aller dans un magasin de confiance, car juste remplacé l’écran, une personne malveillante pourrait ajouter une puce électronique, Ceci vise aussi les batteries et les chargeurs
Nuage

 

Il existe un risque de piratage quand vous faites remplacer l’écran cassé de votre Smartphone

 

Repéré par Juliette Mitoyen

Repéré sur Engadget

Il est possible d’insérer des puces électroniques derrière un écran pour contrôler de nombreuses fonctionnalités des téléphones portables.

 

Une nouvelle étude de l’Université Ben-Gourion du Néguev, en Israël, pourrait bien vous faire réfléchir la prochaine fois que vous changerez l’écran cassé de votre smartphone. D’après Engadget, les chercheurs à l’origine de l’étude affirment qu’il est facile, au cours d’un remplacement d’écran, d’équiper un téléphone portable de puces électroniques. Une fois installées, ces dernières peuvent servir à dérober des données privées ou contrôler le téléphone à distance.

L’équipe de recherche a notamment été capable de manipuler le système de communication d’un smartphone Huawei Nexus 6P, mais également d’une tablette LG G Pad. Les chercheurs affirment que des micro-contrôleurs implantés derrière un écran de remplacement peuvent prendre des photos de l’utilisateur, rentrer des URL néfastes dans les barres de recherche, exfiltrer des données privées, télécharger des applications malveillantes ou diriger le propriétaire du mobile vers des sites de phishing de manière à récupérer ses informations personnelles et confidentielles.

 

Il suffit qu’un magasin de réparation un peu douteux ait, pour n’importe quelle raison, envie de vous dérober des informations confidentielles ou de contaminer votre système. D’autant plus que l’implantation d’une puce permettant de contrôler le téléphone est assez simple, selon les chercheurs. Il suffit de séparer le système de contrôle de l’écran tactile du téléphone en utilisant un souffle d’air chaud, pour ensuite souder une petite puce à l’appareil. Il est très facile de cacher la partie altérée du téléphone et, une fois ré-assemblé, un écran trafiqué pourrait ressembler à n’importe quel autre.

Les chercheurs mettent ainsi en garde les constructeurs de smartphones:

«Les créateurs des systèmes de téléphones portables devraient penser au fait qu’on ne peut pas faire confiance aux éléments de remplacement, et devraient donc mettre en place des systèmes de sécurité supplémentaires.»

D’après l’étude, Android n’est pas le seul système à pouvoir être attaqué: les iPhone seraient également vulnérables et manipulables de la sorte. Au-delà des écrans cassés, des systèmes de contrôle pourraient également être insérés dans des batteries ou des chargeurs de remplacement.

http://www.slate.fr

Une entreprise américaine va implanter des puces électroniques dans les mains de ses salariés


Je n’aime pas trop l’idée ! Bien que les responsables disent qu’ils ne mettent pas de GPS dans leurs puces électroniques, un jour, on exigera que ce soit obligatoire et quelles informations pourront-ils chercher ? Une forme de Big Brother ?
Nuage

 

Une entreprise américaine va implanter des puces électroniques dans les mains de ses salariés

 

Un employé de l'entreprise de cybersécurité Kaspersky Lab montre une puce électronique destinée à être implantée. Septembre 2015, Berlin. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGAL

Un employé de l’entreprise de cybersécurité Kaspersky Lab montre une puce électronique destinée à être implantée. Septembre 2015, Berlin. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGAL

Repéré par Juliette Mitoyen

Repéré sur KSTP

Le but: faciliter le paiement des employés aux distributeurs automatiques, ou encore leur connexion à leur ordinateur.

Three Square Market, une entreprise basée à River Falls dans le Wisconsin et spécialisée dans les logiciels de distributeurs automatiques, a annoncé qu’elle allait équiper ses salariés de puces électroniques, d’après la chaîne de télévision KSTP-TV.

Placées entre le pouce et l’index, les petites puces –pas plus épaisses qu’un grain de riz– disposent de la même technologie que les cartes bancaires et les téléphones de paiement sans contact. Les employés pourront ainsi payer aux distributeurs automatiques d’un simple revers de la main, mais également ouvrir la porte principale de l’entreprise, se connecter à leur ordinateur ou encore utiliser la photocopieuse.

Une «avancée inévitable»

Interrogé par KSTP-TV, Todd Westby, le directeur de Three Square Market, a affirmé que l’implantation de puces électroniques sous la peau humaine était «la prochaine grande avancée inévitable qui se produira» et a ajouté que lui et son entreprise «voulaient en faire partie».

Dans le reportage réalisé pour la chaîne, il décrit le processus de paiement:

«Vous venez, vous scannez le produit (…). On vous demande alors de présenter votre moyen de paiement, et là, vous tendez la main, et comme avec un téléphone, vous payez votre produit.»

La démarche de cette entreprise du Wisconsin est une première aux États-Unis, mais Three Square Market a pris exemple sur Epicenter, une start-up suédoise, qui équipe ses salariés de puces similaires depuis avril 2017.

Pour Ben Libberton, microbiologiste à l’Institut Karolinska de l’Université de médecine de Solna, en Suède, ces puces comportent des risques d’atteinte à la liberté:

«Ces puces peuvent collecter des données sur votre santé, sur votre temps de travail, sur votre localisation, sur le temps que vous passez aux toilettes. Toutes ces données pourraient logiquement être collectées (…). Et que se passe-t-il ensuite? Pour quoi sont-elles utilisées? Par qui? Qui peut y avoir accès?»

Todd Westby à quant à lui essayé de rassurer les plus dubitatifs en affirmant que les puces en question ne contenaient aucun traceur GPS, et que l’implantation se faisait sur la base du volontariat. Les salariés qui voudront continuer à sortir leurs billets et leurs cartes bleues à la machine à café seront fort heureusement libres de le faire.

Pour l’heure, plus de cinquante employés ont déjà décidé d’avoir recours à l’implantation de cette puce, qui devrait commencer le 1er août à Three Square Market.

http://www.slate.fr

Des organes sur puce pour remplacer les animaux de labo?


On voudrait que les animaux ne soient plus des cobayes dans les laboratoires. Un pas est fait en ce sens grâce à la technologie qui vient d’ouvrir une voie en ce sens
Nuage

 

Des organes sur puce pour remplacer les animaux de labo?

 

Des organes sur puce pour remplacer les animaux de labo?

Les puces sont peut-être l’avenir de la recherche pharmaceutique.Photo Gentside

La fin des tests sur les animaux? Un rêve pour les défenseurs des animaux, une possibilité pour les chercheurs. En effet, l’expérimentation animale est de plus en plus décriée non seulement au niveau du traitement des sujets de laboratoire mais aussi des résultats obtenus qui ne seraient pas toujours fiables et concrets.

Depuis plusieurs années, des chercheurs travaillent ainsi à mettre au point des techniques alternatives. Donald Ingber, fondateur de l’Institut Wiss à  Harvard est l’un de ces scientifiques. Son laboratoire est spécialisé dans la modélisation d’organes humains sur des puces et il est aujourd’hui devenu capable de simuler les poumons, le foie ou encore le coeur.

DES ORGANES SUR MICRO-PUCES

Les puces sont peut-être l’avenir de la recherche pharmaceutique. En effet, les progrès en microfluidique ont permis aux chercheurs de construire des puces qui reproduisent les fonctions de certains organes humains. L’Institut Wyss a ainsi réussi à  créer une puce qui simule le fonctionnement des poumons grâce à une interface air-liquide.

Dans la partie air, sont présentes des bactéries et des cellules humaines de poumons et dans la partie liquide, dont les propriétés sont très proches du sang, des globules blancs. Grâce à  un système d’extension-contraction, la micropuce subit un mouvement proche de la respiration. Un modèle au plus proche de la réalité qui pourrait servir à  tester des médicaments, d’après ses inventeurs.

Lancés sur cette voie, de nombreux laboratoires améliorent les systèmes et diversifient les organes présents sur micro-puces. Ainsi, des médicaments pour diabétiques sont testés sur des puces pour contrôler leurs transferts dans les veines. Une amélioration non négligeable par rapport aux tests sur animaux qui restent un modèle imparfait.

DES EXPÉRIMENTATIONS ANIMALES DÉFENDUES

Néanmoins, des scientifiques continuent de défendre le processus d’expérimentation animale. Suite aux actions menées par des activistes, le CNRS a publié un communiqué expliquant l’importance de ces tests. Selon de nombreux scientifiques, les tests sur puces sont une grande amélioration pour la recherche car des résultats rapides peuvent être obtenus. Mais des faiblesses demeurent.

Ces modèles ne permettent notamment pas de visualiser la complexité des êtres vivants.

«En travaillant sur un système biologique reconstitué, les scientifiques ne peuvent pas observer l’entièreté de la réaction comme ils peuvent le faire avec le modèle animal», argumente le CNRS.

Un problème difficile à  surmonter même en améliorant les systèmes déjà  mis au point.

En attendant, les expérimentations animales coûtent de plus en plus cher et sont très fortement régulées et contrôlées. Il devient alors plus difficile d’obtenir la possibilité d’effectuer ces recherches. La solution des organes sur puces pourrait ainsi permettre à  de nombreux chercheurs d’obtenir un modèle facile à étudier et peu coûteux.

http://fr.canoe.ca/

Technologies Un contraceptif contrôlé à distance


Je vois cela de mauvaise augure, contrôler l’ovulation d’une femme par une télécommande. Ca donne l’impression que d’être une chose comme la télé qu’on zappe. Mais bon, ce n’est pas de mon époque, heureusement !
Nuage

 

Technologies

Un contraceptif contrôlé à distance

 

Un contraceptif contrôlé à distance

Crédit photo : mchips.com

Des chercheurs ont développé une puce contraceptive qui peut être implantée sur une femme, être activée et désactivée grâce à une télécommande, et durer au moins 16 ans.

La puce électronique de régulation des naissances mesure quelques millimètres et se place sous la peau des fesses, sous la partie supérieure du bras ou sous l’abdomen, selon un article publié dans MIT Technology Review.

La puce est munie d’un minuscule réservoir qui contient l’hormone qui empêche l’ovulation. Les médecins seraient aussi en mesure de modifier le dosage à distance.

La compagnie MicroCHIPS de Lexington, au Massachusetts, a développé cet implant grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Les chercheurs ont indiqué que l’idée remontait à il y a deux ans, lorsque les Gates ont visité leur laboratoire et ont demandé si un tel dispositif était réalisable.

Il reste encore du travail à réaliser sur la puce, dont le cryptage pour protéger les données du patient transmises sans fil, lit-on par ailleurs dans l’article.

http://tvanouvelles.ca

Le Saviez-Vous ► La truffe du chien, son empreinte


L’identification des chiens, permet si le chien est égaré d’avoir plus de chance de retrouver ses maitres. Avant la puce électronique et le tatouage, il y avait l’empreinte nasale du chien. Car chez le chien, leur truffe est unique.
Nuage

 

La truffe du chien, son empreinte

 

Aujourd’hui, la puce électronique, appelée aussi transpondeur, remplace de plus en plus le tatouage au dermographe ou à la pince.

Seul un vétérinaire est habilité à injecter une puce électronique ou à tatouer un animal au dermographe. Dans ce dernier cas, cela se fait, contrairement à la puce, sous anesthésie générale.

Le tatouage à la pince – encore de moins de moins répandu que celui au dermographe de nos jours – peut être effectué par un tatoueur agréé, comme le sont certains éleveurs qui suivent un examen organisé par la SCC (Société centrale canine sous la responsabilité du ministère de l’Agriculture.

Mais bien avant ces procédés, il en existait un autre qui a été mis en place afin d’identifier les chiens : l’empreinte de la truffe. 

Avec l’empreinte nasale du chien, « on a tenté de découvrir un procédé vraiment scientifique et certain de l’identification », écrivait Etienne Létard, vétérinaire dans La revue des abattoirs (1924).

Comme à la police judiciaire

En fait cette technique est directement inspirée de celle utilisée par la police judicaire avec la prise des empreintes de doigts chez l’humain. Un procédé lui-même mis au point par un dénommé Petersen, directeur du service de l’identité judiciaire de l’Etat de Minnesota.

Après avoir été utilisée chez les bovins, cette méthode a donc été appliquée aux chiens à la fin du XIXe siècle. Louis-Arthur David en fait le sujet de sa thèse vétérinaire qu’il soutient à l’école d’Alfort (De l’identification dans l’élevage du chien,  Vigot Frères, 96 pages, 1938 ; la photo  ci-contre des 3 empreintes est extraite de ce livre). Il s’agit selon lui le seul moyen vraiment efficace existant à l’époque.

La SCC l’adopte alors pour la tenue de son livre généalogique. Ce procédé ne fera pas l’unanimité

. « Nous n’attachons personnellement qu’une bien faible valeur à la prise de l’empreinte de la truffe », écrit le Dr Théret, vétérinaire, dans le magazine Field Trial en 1969.

Le professeur Queinnec du département de zootechnie de l’école vétérinaire de Toulouse, constate pour sa part « l’inanité absolue » des empreintes nasales.

L’échec de ce procédé résulte en grande partie au manque de formation lors de la prise des empreintes, ainsi que du manque d’uniformité de cette méthode. 

Le tatouage mis en place par arrêté du ministère de l’Agriculture dès 1971 sonnera finalement le coup d’arrêt des empreintes de truffes.

Empreinte de la truffe : une encre spéciale

Les empreintes nasales des chiens pour les identifier se prenaient à l’aide d’une encre « spéciale ». Un peu d’encre était déposée sur le pouce. Après frottement entre ce doigt avec l’index, on déposait cette encre sur la truffe essuyée du chien.

Une feuille de papier était ensuite soigneusement pressée pour la prise d’empreinte, le chien étant maintenu afin qu’il ne bouge pas et ne sorte pas sa langue.

http://www.santevet.com/

Des SMS envoyés à la famille du défunt Des alarmes pour pierres tombales


Quand tu es rendu que tu fais placer un système d’alarme sur une pierre tombale c’est que plus rien n’est sacré.
Nuage

 

Des SMS envoyés à la famille du défunt

Des alarmes pour pierres tombales

 

Des alarmes pour pierres tombales

Crédit photo : Archives AFP

Sirène, SMS, tout pour éviter le vol de pierre tombale.

AFP

Johannesburg va autoriser à partir du début de l’année prochaine l’installation d’alarmes sur les pierres tombales, une initiative visant à faire diminuer les vols.

Alan Buff, qui gère les cimetières de la ville, explique qu’un accord a été passé avec une société privée qui va installer des puces électroniques émettrices dans les pierres tombales. Le système déclenchera une sirène s’il détecte un mouvement.

« Ainsi nous serons capables de localiser immédiatement la zone où une pierre tombale a été déplacée », a-t-il précisé à l’AFP, « c’est comme le système de localisation de votre voiture ».

Un SMS sera envoyé à la famille du défunt pour l’informer de toute dégradation sur la tombe. Le système détectera le moindre mouvement, même le déplacement d’un vase. Les familles pourront décider de l’installer ou non, pour un montant non précisé pour l’instant.

Les 36 cimetières de Johannesburg disposent pour le moment d’alarmes classiques, qui entourent simplement le périmètre, et sont contrôlés par des patrouilles de gardes de sécurité. Mais malgré cela, entre 15 et 20 pierres tombales en marbre ou en granit sont volées chaque mois.

Mark Pringle, le director de Memorial Alert, la société sud-africaine détenant le brevet de ce premier système d’alarme tombal au monde, assure que le problème ne se limite pas à l’Afrique du Sud mais concerne le monde entier

http://tvanouvelles.ca

Une puce dans la bouche pour mesurer votre hygiène de vie


Le big brother même dans notre bouche qui sera relier au médecin pour lui indiquer notre hygiène de vie .. C’est comme dire que nous ne sommes pas assez responsable de ce que nous disons au médecin. Bien sur qu’il y a des patients qui mentent a leur médecin .. mais cela tout le monde le sait ..
Nuage

 

Une puce dans la bouche pour mesurer votre hygiène de vie

 

Capture d'écran du site gizmodo.fr qui évoque une puce médicale  installée dans une dent.

Capture d’écran du site gizmodo.fr qui évoque une puce médicale installée dans une dent. DR

TECHNOLOGIE –  La puce est notamment capable de comptabiliser le nombre de bouchées que le patient avale…

 

Et si une puce cachée dans une dent enregistrait tout ce que nous ingurgitons? Selon le site gizmodo.fr, une équipe de chercheurs de l’Université nationale de Taiwan, à Taipei, travaille actuellement à perfectionner ce dispositif.

«Dans une étude lancée sur huit participants, la dent a enregistré les activités avec une précision de 94%», explique l’article.

Reliée au dossier médical chez le médecin

Comment le procédé fonctionne-t-il? Chaque mouvement de la bouche est en fait unique. En fonction de ce mouvement, la puce peut déterminer si vous buvez, mangez, parlez ou autre.

«C’est sur ce principe que se base ce dispositif fonctionnant comme un système sensoriel oral. Cet appareil utilise un accéléromètre pour détecter, puis enregistrer tout ce qu’il se passe derrière vos dents», poursuit le site.

Dans un avenir proche, les données enregistrées pourront être envoyées en temps réel à votre médecin qui sera donc renseigné sur votre hygiène de vie. Plus possible donc de mentir sur la quantité de cigarettes fumées ou sur le nombre de bouchées avalées aux cours d’un déjeuner.

http://www.20minutes.fr/