Le Saviez-Vous ► L’effet témoin


Il se passe une urgence, une agression, un accident ou autre chose devant plusieurs témoins. Pourquoi les gens ne semblent pas réagir, ? Pourquoi l’aide tarde à venir
Nuage

 

L’effet du témoin

 

 

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Pourquoi le meurtre de la jeune Kitty Genovese a-t-il pu être commis, en présence de 38 témoins, pendant1h30, sans qu’aucun n’appelle les secours ? Faut-il, comme l’a fait la presse à l’époque, considérer ces 38 personnes comme autant de lâches insensibles?

Les faits

Portrait de Kitty Genovese

Le 13 mars 1964, 3h du matin. Kitty Genovese, 29 ans, rentre chez elle. Elle est acostée par un homme du nom de Winston Moseley. Son assassin. Comprenant ce qui lui arrive, Kitty Genovese se met à crier. La nuit est froide et les fenêtres des voisins sont closes. Pourtant, de nombreuses oreilles perçoivent ce qui se passe…

La scène va durer 1h30. Kitty Genovese est poignardée. Elle crie. Son assassin, à plusieurs reprises, monte dans sa voiture, fait mine de partir, et revient après quelques minutes. Il va la violer, la dévaliser, et, finalement, lui asséner les coups fatals.

Un témoin va, enfin, appeler la police. Les secours vont arriver quelques minutes plus tard. Kitty Genovese, mortellement blessée, va mourir sur la route de l’hôpital.

Les enquêtes de police révèleront que 38 témoins ont clairement entendu le meurtre qui se déroulait, durant 1h30, sous leurs fenêtres. Mais aucun ne semble avoir clairement appelé la police (quelques enregistrements indiquent des appels peu précis…).

Dans les semaines qui vont suivre le meurtre, la presse va se déchaîner à l’encontre des 38 témoins. Et pourtant… Deux psychologues sociaux vont s’intéresser à l’affaire. Darley et Latane vont mettre en évidence un phénomène psychologique de groupe: la diffusion de responsabilité

Darley et Latane vont, comme tout psychologue social qui se respecte, aborder la situation d’un point de vue neutre et scientifique. Ils vont découvrir un phénomène psychologique que nous avons probablement tous rencontré dans notre vie: la diffusion de responsabilité.

En réalité, le phénomène qui s’est passé est lié à la psychologie de groupe (PSYCHOLOGIE SOCIALE) de l’ensemble des témoins. L’ensemble des personnes en effet s’est tenu le même raisonnement:

‘Nous sommes tellement nombreux qu’il y a sans doute déjà quelqu’un qui aura appelé la police’.

La caractéristique à la fois dramatique et fascinante de la situation tient en ceci, bien entendu, que l’ensemble des témoins a, tout à fait séparément, tenu le même raisonnement original. Avec pour conséquence malheureuse que personne n’a décroché son téléphone pour venir en aide à Kitty Genovese.

L’affaire Kitty Genovese: conclusions

La morale de cette sordide histoire ainsi que des découvertes de Darley et Latane pourrait être que si vous êtes dans une situation (sur la route par exemple) qui réunit les caractéristiques suivantes:

• vous êtes un témoin parmi de très nombreux témoins (d’un accident, d’une agression)

• une petite voix en vous vous dit qu’il n’est pas besoin de porter secours ou d’intervenir parce que quelqu’un d’autre l’a déjà probablement fait étant donné que vous êtes tellement nombreux…

Si vous vous trouvez dans une telle situation, dites-vous surtout qu’il est bien plus probable que l’ensemble des autres témoins autour de vous est en train de tenir exactement le même raisonnement. Aussi nombreux que vous soyez. Faites alors le nécessaire en vous disant que, mis à part vous-même, personne d’autre ne le fera!

http://www.lepsychologue.be/