Les débuts de l’aviation en dix projets insolites


Le rêve de voler ne date pas d’hier, et c’est grâce à ces rêves qu’aujourd’hui, nous pouvons voyager dans les airs et aussi dans l’espace. Dans les années 1900, les gens avaient beaucoup d’imagination pour le futur.
Nuage

 

Les débuts de l’aviation en dix projets insolites

 

 

Comment nos ancêtres imaginaient-ils l’avion du futur ? Pour répondre à cette question, nous avons trouvé de nombreuses illustrations, datant pour la plupart du début du XXe siècle, et nous vous présentons ici les meilleures. Découvrez donc, en images, notre top 10 du futur antérieur de l’aviation.

Vous y découvrirez autant d’inventions qui n’ont jamais volé : des avions mais aussi des montgolfières familiales, des ballons privés pour se déplacer au-dessus de l’eau, une machine à faire voler l’amant de madame et bien d’autres concepts.

La montgolfière familiale

 

Dans les années 1900, certaines personnes avaient imaginé des engins volants de différentes tailles (un peu comme le principe des voitures berlines familiales d’aujourd’hui) largement calqués sur les montgolfières. En effet, un peu plus d’un siècle plus tôt, les frères Montgolfier (Joseph-Michel et Jacques-Étienne) avaient fait voler le premier ballon gonflé d’air chaud. Dans l’imaginaire populaire, le ballon était donc l’une des seules formes d’objets volants connues.

© Hildebrands

Des ballons gonflables pour marcher sur l’eau

 

Dans les années 1900, une célèbre marque de chocolat leader sur son marché, Hildebrands, agrémentait ses tablettes de cartes postales imaginant l’an 2000. Celle-ci illustre la croyance selon laquelle, à l’aide de ballons gonflables, nous pourrions nous balader en marchant sur l’eau. Vous remarquerez les très pratiques petites chaussures-péniches en bois pour éviter de mouiller ses souliers.

© Hildebrands

La voiture volante individuelle

 

Hildebrands, une célèbre marque de chocolat allemand dans les années 1900, nous imaginait chacun en possession d’une voiture volante. Ces dessins suggèrent différents types d’appareils, allant des ailes de chauve-souris à la baignoire surmontant quatre ailes improbables. Ils nous font aujourd’hui sourire par leur optimisme mais sont surtout révélateurs d’une époque de pionniers de l’aviation, qui laissait présager un futur aérien…

© Hildebrands

D’immenses avions pour des vacances au pôle Nord

 

Se prélasser à côté des ours polaires pour les vacances, un rêve à la portée de tous en l’an 2000 ! Enfin, c’est ce que l’on croyait dans les années 1900. Des ballons gonflants auraient emmené de larges paquebots flottants vers la destination glacée. On imagine que le chauffage était intégré aux plans du navire !

© Hildebrands

La machine volante pour faire partir l’amant de madame

 

L’illustration française n’est pas en reste pour imaginer les machines volantes du futur. En 1901, Monnier imaginait la « machine à faire partir l’amant de madame très vite » du siècle suivant. Bien que le dessin ne montre rien d’autre qu’une hélice agrémentée d’une paire d’ailes, on imagine l’engin équipé d’un moteur extrêmement puissant, capable de faire déguerpir le malheureux avant l’arrivée de monsieur.

© Monnier

L’avion du futur selon Douglas Rolfe

 

Avez-vous déjà imaginé votre transport du futur ? C’est l’idée du magazine Popular Science qui a laissé à Douglas Rolfe tout le loisir de créer son avion personnel. Le résultat est plutôt réaliste et bluffant, ce qui peut s’expliquer par le fait qu’en 1944 l’aviation avait déjà fait un grand bon avec la première et la seconde guerre mondiale.

© Douglas Rolfe, juillet 1944, revue Popular Science

Le parc flottant, un hommage à la mobilité future

 

Cette carte postale, plus qu’une représentation vraiment exacte du futur, reflète l’enthousiasme du début du XXe siècle pour les inventions telles que l’automobile ou l’avion, qui allaient marquer le début d’une humanité plus rapide et plus mobile.

© Claremont, N.H. dans le futur (postcard circa 1910)

L’aviation, marquée par les frères Montgolfier

 

Cette carte, datant de 1890-1900, propose une vision de l’aviation future similaire à celle de 1800, un siècle plus tôt. L’influence des frères Montgolfier a encore frappé !

© Romanet & Cie, collection 476, 2e série

L’arrivée du courrier en avion

 

Cette vision du futur nous semble plutôt banale tant les entreprises comme Fedex ou La Poste font partie de notre quotidien. Pourtant, au début du XXe siècle, l’arrivée du courrier en avion paraissait une petite révolution !

© Couverture de Literary Digest, le 31 mai 1919

Les femmes pilotes d’avions : impensable à l’époque

 

Cette illustration américaine de 1900-1910 est tout à fait audacieuse. Elle représente une femme au volant. Pour rappel, le 19e amendement, qui permit aux femmes de voter aux États-Unis, ne fut passé qu’en 1920 !

© Harry Grant Dart pour All stroy magazine

https://www.futura-sciences.com

La vieillesse: une nouvelle génération


J’ai trouvé texte très intéressant et positif sur la vieillesse. Ce qu’on entend souvent des gens qui refusent de vieillir et qui se plaignent des moindres bobos. Alors, que d’autres acceptent leurs rides, leurs corps qui changent et qui ralentissent et pourtant, ils sont actifs. Ils voyagent, font du bénévolat, travaillent. Ils apportent l’expérience avec eux que tous peuvent en profiter.
Nuage

 

La vieillesse: une nouvelle génération

 

Claude Bérubé

Essayiste, conférencier et blogueur

Une nouvelle génération est née : la vieillesse. Elle débute à 65 ans et elle se prolonge de plus de vingt ans et même plus pour nombreux d’entre nous comme mère qui est décédée à 96 ans. La longévité augmentée en est la cause. Il n’y a pas si longtemps, elle commençait à 65 ans pour une durée d’environ cinq à sept ans. Aujourd’hui, nous vivons de nombreuses années que nos parents et nos ancêtres n’ont pas vécues. Aujourd’hui, nous pouvons faire des projets de vie, car une bonne santé et une autonomie le permettent à la majorité des ainés. Bien sûr, il y a les balafrés de la vie. Une minorité qui mérite les meilleurs soins et la meilleure attention de la société. On les retrouve surtout aux extrémités de la vie. Les vieux, tout comme chez les enfants. Entre 10 et 15 % des vieux.

Ce sont particulièrement ces cas lourds qui font la manchette dans les médias. La maltraitance dans les CHSLD, les abus, les cas d’Alzheimer, la démence, la confusion, les soins palliatifs. La perception de la vieillesse est négative. Elle ne parait que comme l’antichambre de la mort. On ne rêve pas de devenir un vieux radoteux qui ne vit que dans le passé et à ne soigner que ses bobos.


La mauvaise perception des vieux est véhiculée par beaucoup de vieux, qui continuent à importer dans la vieillesse l’impression qu’ils ont fomentée dans leurs plus jeunes années. Ils sont nombreux à décrier et nier leur vieillissement, à considérer les rides comme une abomination, à vouloir modifier leur apparence pour répondre aux critères de leurs jeunes années, à se classifier comme jeunes ou avec un cœur jeune alors qu’ils sont vieux. De nombreux ainés perpétuent eux-mêmes l’image négative de la vieillesse.

Bien sûr, la force du corps diminue d’intensité. Les cheveux blancs sont moins denses. Le cou raidi. La douleur arthritique est plus persistante. Les mouvements sont plus lents. Tous des malaises qui affectent aussi toutes les générations, mais surtout la nôtre. On s’y fait.

Les vieux sont cependant la première cible que nous devons convaincre des joies et des beautés de la vieillesse pour modifier leur perception. 65 ans, 75 ans, ce n’est plus le terminus, ce n’est pas une date de préemption, ce n’est pas une tare, c’est une nouvelle génération de notre société qui se déroule. Une nouvelle génération qui se découvre et qui s’invente.

La majorité est active avec plein de projets et d’occupations de travail et de loisirs.

La réalité est tout à fait différente de la perception. La majorité est active avec plein de projets et d’occupations de travail et de loisirs. Les appartements et résidences pour personnes âgées se multiplient sans cesse. Les agences de voyages croissent avec cette clientèle. Les restaurants se remplissent dès 17 heures de cheveux blancs. Ils constituent aussi le bassin principal du bénévolat. Ils sont nombreux à occuper un travail qui leur plait ou à aborder une nouvelle carrière. L’économie des cheveux blancs !

Le cerveau puise dans un bassin d’expérience de toute une vie un seau de savoir qui se déverse sur la plate-bande fleurie de la vieillesse. Jamais je n’aurais pensé écrire une telle phrase. L’Histoire ne s’apprend plus toujours dans les livres parce qu’on l’a souvent vécue. Il faut beaucoup d’années pour accumuler autant de souvenirs.

Nous devons stimuler la fierté des ainés, ne serait-ce que par une campagne de promotion, de marketing dont nous sommes passés maitres. Sans la valorisation des ainés envers eux-mêmes, toute campagne est vouée à l’inutilité. La place que les vieux réclament dans la société est une revendication qui doit venir d’eux. Les vieux heureux n’occuperont pas les bulletins de nouvelles, car les malheurs sont le pain des médias. Les ainés doivent solliciter les tribunes, prendre la place qui leur revient dans les débats et transmettre le savoir comme les guides de la société. L’image d’une vieillesse plus heureuse, plus active et plus fière peut changer un peu la perception misérabiliste.

La société regorge d’organismes qui vouent leurs actions à s’occuper des éclopés. Les vieux en profitent même si les moyens sont souvent déficients. Mais envisager quelques services structurés qui feraient la promotion positive des ainés, qui stimuleraient la fierté d’être vieux auprès des séniors et, aussi, face au grand public, serait certes un projet. Surtout devant la venue des baby-boomers qui, déjà, ont commencé à grossir les rangs de la cohorte !

Savoir dire merci aux ainés pour leur contribution à l’édification de la société dans laquelle on vit maintenant. Savoir dire merci aux ainés pour leur apport actuel par l’économie des cheveux blancs, par le soutien significatif du bénévolat et par la transmission de leur savoir, ne contribue qu’à modifier favorablement la perception dont il est question.

Tout ceci dans le but de tronquer le sentiment que les vieux ont profité d’une période glorieuse en ne laissant que des miettes et qu’ils sont un fardeau pour la génération qui suit. Alors que cette même génération profite amplement de l’héritage laissé par les ainés et que la nouvelle génération longue et active supporte l’économie du pays.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Ce resto suspendu dans le vide va vous donner le vertige


Les projets les plus fous pour attirer les gens entre les murs d’un restaurant suspendus dans les airs en permanence. Cela vous tente de dîner alors qu’à vos pieds, c’est le vide ? De quoi a retourner l’estomac à l’envers
Nuage

 

Ce resto suspendu dans le vide va vous donner le vertige

 

Si vous ne craignez pas le vertige, ce restaurant est fait pour vous. Il s’agit du projet d’une agence d’architecture mexicaine, « Tall Arquitectos », qui a imaginé la construction d’un resto suspendu au niveau d’une des falaises des Barrancas del Cobre.

Les Barrancas del Cobre sont un peu le grand canyon mexicain. Situées au sud-ouest de l’État de Chihuahua, ces falaises atteignent jusqu’à 2500 mètres d’altitude.

Le restaurant, Biré Bitori, aurait droit à un design des plus épurés. Des plaques de verres feraient office d’une partie du sol à tel point que déjeuner dans le vide sera littéralement possible. C’est à faire peur, mais les trois architectes de l’agence Tall semblent plutôt savoir dans quoi ils s’engagent.

Sans compter que plusieurs restaurants suspendus (mais éphémères) ont vu le jour àParis ou Bruxelles et qu’aucun accident n’a été dénombré… On vous laisse découvrir le projet fou dans les photos ci-dessous :

resto air

resto air

resto air

resto air

resto air

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Londres, une piscine en verre suspendue entre deux immeubles


Il ne faut vraiment pas avoir le vertige pour se baigner dans une telle piscine. Cette impression de nager dans le vide doit être éprouvante., et gare au coup de soleil. Bref, c’est du vrai gaspillage de temps et d’argent, ce n’est que pour épater la galerie
Nuage

 

Londres, une piscine en verre suspendue entre deux immeubles

 

Dessin de la «Sky pool» à Londres | Ballymore Group

Dessin de la «Sky pool» à Londres | Ballymore Group

Repéré par Benjamin Delille

C’est le grand projet de l’Embassy Garden pour 2018: une piscine entre deux immeubles de dix étages à trente-cinq mètres de haut, avec le vide en dessous.

Si vous êtes amateur d’innovations et de sensations fortes, le projet du promoteur immobilier Ballymore pourrait vous intéresser.

 Prévue pour pour 2018 dans à l’Embassy Garden, dans le quartier de Nine Elms, à Londres, la «Sky Pool» sera «la première dans son genre dans le monde» selon Sean Mulryan, directeur de Ballymore.

Dessinée par Arup Associates avec l’aide des spécialistes d’Aquarium Reynolds, la piscine mesurera 25 mètres de longueur et sera épaisse d’une couche de 20 centimètres de verre. Totalement transparente, les quelques chanceux qui s’y baigneront auront la sensation de flotter au-dessus des 35 mètres de vide en dessous

http://www.slate.fr/

Demain


Nous sommes tous pareils, souvent on se promet de faire quelque chose de nouveau, ou on remet à demain ce qui nous pèse sur le dos et pourtant, d’aller visiter ou écrire à une personne qui nous tient a coeur et pourtant …. se sera dans un autre demain
Nuage

 

Demain

 

« Vous vous promettez que demain sera différent, pourtant, demain est trop souvent une répétition d’aujourd’hui. « 

James T. McKay

Qatar : le projet fou d’hôtels flottants pour la Coupe du Monde 2022


Le Qatar a été choisi pour présenter la Coupe du Monde 2022 et les projets ont bon train. Ah, c’est magnifique comme projet, mais comment les gens sont futiles. Plus ça va, plus je déteste le sport professionnel car c’est avant tout et surtout une question d’argent .. L’esprit d’équipe, faire du sport pour le plaisir, c’est très loin en arrière
Nuage

Qatar : le projet fou d’hôtels flottants pour la Coupe du Monde 2022

 

© Sigge Architects

Eliott Monod

 

Désigné pays organisateur de la Coupe du Monde 2022, le Qatar a dévoilé un projet de 5,5 milliards de dollars (4,25 milliards d’euros) pour la construction d’une île au large de Doha, prévoyant plusieurs hôtels flottants appelés à accueillir les spectateurs.

Avec une superficie de 11 586 km², soit trois fois moins que la Belgique, le Qatar va devoir faire preuve d’imagination pour réussir à accueillir les 32 équipes nationales et leurs supporters. En effet, 800 000 visiteurs sont attendus. Mais le premier exportateur mondial de gaz naturel semble avoir trouvé la solution : construire des hôtels… sur l’eau !

Les plans de cinq établissements de luxe pouvant accueillir 25 000 personnes, une villa et un parc aquatique ont été dessiné par le cabinet finlandais Sigge Architects et s’inscrit dans un projet d’île artificielle dénommé Onyx Island. Sa particularité ? Elle est présentée comme écologiquement viable, possédant son propre traitement des eaux usées ainsi que des générateurs d’énergie durable.

Rien n’est encore fait et l’Onyx Island ne devrait sortir de l’eau qu’aux alentours de 2020. Mais une chose est sûre : le Qatar est prêt à faire les choses en grand pour l’évènement sportif le plus médiatisé de la planète.

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

© Sigge Architects

http://www.planet.fr

Accusé de menaces de mort Son «projet artistique»: enlever et battre des enfants


Avec un tel projet, on ne peut qu’approuver que les professeurs aient porter plainte Il a sûrement des problèmes mentaux pour penser que son travail serait approuvé. Il est clair à mon avis, qu’il doit être pris en charge avant que l’irréparable survienne
Nuage

 

Accusé de menaces de mort

Son «projet artistique»: enlever et battre des enfants

 

David Dulac7

(Photo: courtoisie. Infographie: TVA Nouvelles)

TVA Nouvelles

Un étudiant en arts visuels de l’Université Laval se retrouve dans ses petits souliers à cause d’un «projet artistique» douteux.

Le 25 mars dernier, David Dulac, 24 ans, un étudiant en arts visuels de l’Université Laval, a soumis à ses professeurs l’idée d’enlever le plus grand nombre possible d’enfants dans le voisinage d’écoles primaires en les attirant avec des bonbons, des jeux et des gadgets de type iPod.

Par la suite, il proposait de les suspendre dans des poches de jute. Puis, les yeux bandés, il allait les frapper à l’aide d’une masse de fer dans la salle où il allait livrer sa performance.

L’objectif de ce «projet artistique»: démontrer que ces enfants innocents allaient éventuellement devenir des adultes amorphes.

Le corps professoral a rapidement contacté les services de sécurité de l’université et, après analyse, il a été décidé de porter plainte à la police et d’expulser l’étudiant du campus parce qu’il aurait déjà quelques frasques à son actif.

Parmi celles-ci, Dulac se serait automutilé au cours d’une présentation et il aurait lancé un marteau et un couteau dans la salle de cours.

Accusé d’avoir proféré des menaces de mort à l’endroit d’enfants, David Dulac s’est vu refuser sa remise en liberté ce matin, malgré les intercessions de sa mère et de son frère. Le juge estime qu’il constitue un danger trop grand pour la société.

page facebook

Sur la page facebook de David Dulac, une vidéo sanguinolente… (Gel d’écran: facebook)

Sur la page facebook de Dulac, une vidéo sanguinolente mettant en scène un porc, chargé de tuer les «méchants» qui ont entrepris de tuer les élèves d’une classe à la mitraillette. On y trouve aussi plusieurs photos ou illustrations violentes ou à forte connotation sexuelle.

Le jeune homme reviendra devant la Cour le 12 juin pour orientation de son dossier.

http://tvanouvelles.ca