Les produits ménagers antibactériens ne servent à rien


Bien sûr qu’il est important de nettoyer notre demeure, mais dépenser des fortunes à divers produits anti-bactériens ne stérilise pas les surfaces, il reste toujours assez de bactéries pour reformer leur clan. Puis de toute manière, on est toujours vivant
Nuage

 

Les produits ménagers antibactériens ne servent à rien

 

© thinkstock.

Source: The Telegraph

Selon une étude britannique récente, pulvérisateurs et chiffons labellisés « antibactériens » ne servent à rien. Ou presque.

Selon une étude de la Northumbria University (Newcastle, Angleterre), les chiffons, éponges et autres lavettes « antibactériennes » n’éradiquent les bactéries que pendant une durée maximale de vingt minutes. Au terme de cette courte trêve, les germes se reproduisent car ils ne sont en réalité jamais totalement annihilés. Un élément suffit pour reconstituer « l’armée ».

Selon la chercheuse Clare Lanyon, l’achat de ces produits ménagers relève dès lors de la perte de temps et d’argent. Elle prétend d’ailleurs, étonnamment, qu’un simple pain de savon s’avère même plus efficace contre la bactérie parce qu’il contient des éléments mieux armés pour briser sa paroi cellulaire.

L’expérience a démontré que le nettoyage intensif et régulier n’offrait pas une meilleure garantie de « propreté absolue », car quelque soit l’énergie dépensée, votre maison ne sera tout simplement jamais « stérilisée » sous l’effet d’un quelconque produit.

De toute façon, l’exposition aux microbes permet au corps de mieux préserver ses défenses immunitaires et votre seule présence participe à la prolifération de nouvelles bactéries. Bref, la « propreté » n’est souvent qu’apparente mais, bonne nouvelle, ce n’est pas très grave.

http://www.7sur7.be/

Le shampoing presque aussi nocif pour vous que le gaz d’échappement des voitures


Longtemps, les automobiles ont été le principale facteur polluant, mais avec les voitures de plus en plus écolo, une autre pollution prend de l’ampleur, c’est la pollution intérieure avec des produits chimiques volatiles tels que parfum que l’on trouve partout que ce soient les shampoings, les produits pour le ménage, les parfums diffusés …
Nuage

 

Le shampoing presque aussi nocif pour vous que le gaz d’échappement des voitures

Le shampoing, les produits de nettoyage et même les parfums que nous utilisons pourraient causer autant de pollution de l’air que les voitures, selon une nouvelle étude.

  • Thomas Tamblyn HuffPost Royaume-Uni

 

Le shampoing, les produits de nettoyage et même les parfums que nous utilisons pourraient causer autant de pollution de l’air que les voitures, selon une nouvelle étude.

La croyance populaire a toujours véhiculé que les voitures, l’industrie et les transports en commun étaient principalement responsables de la pollution de l’air. L’Environmental Protection Agency des États-Unis estime que 75% de la pollution fossile provient de sources liées au carburant (voitures), et que seulement 25% de la pollution provient de différents produits chimiques (produits de nettoyage, cosmétiques, peinture, parfum).

Cependant, l’équipe de scientifiques de l’Université du Colorado et de l’Université de Californie à Berkeley croit que ces chiffrent ne tiennent pas compte d’un certain nombre de changements récents dans la façon dont la pollution de l’air est produite.

«À mesure que le transport devient plus écologique, les autres sources de pollution deviennent de plus en plus importantes», a expliqué Brian McDonald, l’auteur principal de l’étude. « Les substances que nous utilisons dans notre vie quotidienne peuvent avoir un impact important sur la pollution de l’air. »

Ce qu’ils ont trouvé est surprenant. Depuis que l’industrie automobile a diminué les émissions provenant des voitures, il est devenu évident que les composés organiques volatils (COV) proviennent d’une autre source.

Les chercheurs ont observé les récentes statistiques au sujet de la production de produits chimiques. Ils ont ensuite combiné ces données avec des chiffres récents sur la pollution de l’air intérieur provenant d’un de Los Angeles.

«L’essence est stockée dans des conteneurs fermés, nous l’espérons hermétique, et les COV dans l’essence sont brûlés pour l’énergie produite», a-t-elle déclaré. « Mais les produits chimiques volatils utilisés dans les solvants courants et les produits de soins personnels sont littéralement conçus pour s’évaporer. Vous portez du parfum ou utilisez des produits parfumés pour que vous ou votre voisin puissiez profiter de l’arôme. Vous ne faites pas cela avec de l’essence », a expliqué Gilman.

Les résultats de l’étude mettent en évidence un nouveau problème auquel la population devra faire face. Les émissions des véhicules automobiles diminueront et que les gouvernements devront commencer à s’attaquer aux dangers croissants associés à la pollution de l’air intérieur.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni a été traduit de l’anglais.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les enfants en danger à la maison


On le sait, tout le monde le sait avec des enfants, ils faut être prudent avec les médicaments et des produits dangereux que ce soit a la maison, dans le garage et même dans la remise. Les enfants sont curieux de toucher et de goûter .. et malgré tout notre bon savoir, il arrivent des accidents malheureux par manque de vigilance
Nuage

 

Les enfants en danger à la maison

 

Les enfants en danger à la maison

Photo: DURIS Guillaume – Fotolia.com

Il existe un écart important entre ce que les parents savent qu’ils doivent faire et les gestes qu’ils posent concrètement pour prévenir l’empoisonnement à domicile de leurs enfants, selon un sondage de Léger Marketing mené pour SécuriJeunes Canada.

 

D’après cette enquête, presque tous les parents (98 %) d’enfants de 14 ans ou moins trouvent qu’il est important de ranger sous clé les médicaments et les produits de nettoyage. Pourtant, la moitié d’entre eux rangent les médicaments dans une armoire à pharmacie, et plus de 60 % rangent les produits de nettoyage sous l’évier.

Ces endroits sont trop à la portée des petites mains, et d’après les données d’hôpitaux, chaque année au Canada, environ sept enfants de moins de 14 ans meurent, et près de 1700 sont hospitalisés pour de graves séquelles à la suite d’un empoisonnement.

«Les jeunes enfants sont curieux de nature et ils explorent leur environnement en touchant les objets qui les entourent et en les mettant dans leur bouche», a expliqué Lisa Okun, coordonnatrice du programme SécuriJeunes Canada. «Il est donc essentiel de repérer tous les produits potentiellement toxiques dans la maison et de les ranger sous clé, hors de vue et de portée des enfants.»

Les causes d’empoisonnement les plus fréquentes chez les petits sont les médicaments et les produits de nettoyage, ainsi que d’autres articles ménagers, comme les produits de jardinage et les pesticides; les produits pour la voiture, comme le liquide lave-glace; les produits de santé et de beauté, comme le dissolvant pour vernis à ongles et le matériel d’art plastique.

http://fr.canoe.ca