PROCÈS | MAGNOTTA : Cirque médiatique en vue


Lucca Rocco Magnotta n’a pas fini de faire parler de lui … Il voulait être célèbre, il a réussit avec en plus un titre relier a son nom … le dépeceur de Montréal .. Savoir ce qui va arriver pendant son procès est normal mais en faire un spectacle est carrément déplacé a mon avis Mais ce qui compte c’est que la justice soit rendu … pour la victime et la famille
Nuage

 

PROCÈS | MAGNOTTA : Cirque médiatique en vue

 

ANNE-LAURE JEANSON

 

Le palais de justice de Montréal risque de se transformer en cirque médiatique, lundi, pour l’ouverture de l’enquête préliminaire de celui que les médias européens ont surnommé le « dépeceur de Montréal », Luka Rocco Magnotta.

Depuis plusieurs semaines, c’est le branle-bas de combat au palais de justice, où l’on se prépare à accueillir des médias du monde entier pour ce qui sera sans doute l’événement médiatique de l’année, dans le bâtiment de la rue Notre-Dame.

Magnotta, arrêté le 4 juin à Berlin, est accusé notamment du meurtre prémédité de l’étudiant chinois Jun Lin survenu en mai dernier, d’outrage à un cadavre et de production et distribution de matériel ­obscène.

«On s’attend à une couverture internationale de ce dossier, à cause du caractère très sordide de l’affaire et parce que l’accusé a été arrêté en Europe», indique Me René Verret, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Des médias français, allemands, anglais et américains ont appelé le DPCP pour obtenir de l’information et tenter de réserver leur place. Et c’est sans compter les ­médias canadiens.

En zone sécurisée

La salle disponible pour accueillir l’enquête préliminaire, qui ­devrait durer 4 semaines, ne contient que 16 places.

La magistrature n’avait pas beaucoup de choix, explique Christian Sirois, directeur des services judiciaires pénaux et des tribunaux spécialisés.

«Le ministère de la Sécurité ­publique nous a suggéré de placer l’audience dans la zone sécurisée séparée du reste par une arche et des vitres.»

Les personnes désirant assister à l’audience devront passer sous un détecteur de métaux et montrer le contenu de leur sac.

«Des constables seront autour, principalement pour gérer le trafic des journalistes», ajoute Christian Sirois.

Salle de débordement

Afin de pallier le manque d’espace, une salle de débordement d’une cinquantaine de places permettra de suivre les audiences sur un écran vidéo.

Dans la salle, neuf places seront réservées aux médias qui devront se placer autour de deux tables généralement destinées aux avocats de la défense. Les 16 places dans le public seront pour la famille et les avocats.

«Ce sera premier arrivé, premier servi», prévient Me Pauline Poisson, adjointe à la directrice du palais de justice.

Les points de presse se dérouleront dans la grande salle des pas perdus, au troisième étage.

Parmi les agences de presse présentes, l’Agence France Presse ­basée à Montréal dépêchera un ­vidéaste, un photographe et un journaliste.

«Si on ne couvrait pas ça, on aurait des critiques de nos clients», a déclaré le chef de ­bureau, Michel Viatteau.

L’engouement international pour cette affaire est évident, selon la journaliste suisse Cathy Macherel.

«Elle a atteint le sommet de l’horreur. Si un réalisateur en avait fait un film, on aurait dit qu’il en faisait trop.»

«Avec Internet, tout le monde a suivi le feuilleton comme si ça s’était passé près de chez eux.»

L’avocat torontois de l’accusé, Me Luc Leclair, plaidera une requête pour que toute l’enquête se tienne à huis clos, excluant ainsi le public et les médias.

Une demande qui sera vraisemblablement contestée

http://www.journaldemontreal.com

En plein procès Son œil jaillit de son orbite


Euh … il y a quoi a sursauté !!! J’imagine la scène et la frayeur qui devait se lire sur les visages du jury. C’est à se demander si la victime n’a pas trouvé un moyen pour avoir un verdict en sa faveur ..
Nuage

 

En plein procès

Son œil jaillit de son orbite

 

Son œil jaillit de son orbite

Crédit photo : archives, AFP

Agence QMI

Un juge à Philadelphie a ordonné l’annulation d’un procès, mercredi, après que la prothèse oculaire d’une présumée victime d’agression a jailli hors de son orbite durant son témoignage, un incident inattendu qui a fait sursauter le jury.

John Huttick, 48 ans, était à la barre des témoins, en pleurs, lorsque l’incident est survenu. Il a attrapé son faux œil au vol, a rapporté le journal Philadelphia Inquirer.

L’homme a perdu l’usage de l’œil gauche, au mois d’août 2011, lorsqu’il s’est interposé dans une bagarre dans un bar, au mois d’août 2011.

L’accusé, Matthew Brunelli, 23 ans, aurait frappé Huttick à l’œil avec une clé entre ses doigts.

L’avocate de la défense, Eileen Hurley, a nié que son client avec une clé entre les mains. Elle a indiqué qu’il s’était défendu durant l’altercation.

Me Hurley a demandé l’arrêt des procédures, disant que l’incident dans la salle du tribunal a pu créer un vent de sympathie pour la présumée victime, selon le journal.

Un nouveau procès doit avoir lieu le 4 mars.

http://tvanouvelles.ca

Courriels échangés peu avant sa mort Michael Jackson tourmenté


Être célèbre, ne rime pas avec bonheur ! La pression sur les épaules pour apparaitre pour des spectacles, des conférences, des signatures n’aide en rien si la personne est affaiblie émotionnellement .. Je n’envie pas du tout le monde des artistes surtout ceux qui sont connus mondialement
Nuage

 

Courriels échangés peu avant sa mort ► Michael Jackson tourmenté

 

Michael Jackson tourmenté

Crédit photo : archives

TVA Nouvelles d’après AFP

Quelques jours avant sa mort, Michael Jackson était très instable psychologiquement, fatigué et même apeuré. C’est ce que révèlent plus de 250 pages de courriels échangés entre le Roi de la pop et le promoteur de sa tournée «This is it».

Le quotidien américain le Los Angeles Times a mis la main sur les messages échangés avec Randy Phillips, directeur d’AEG Live, montrant à quel point le chanteur était instable psychologiquement et que les hauts responsables de la société de promotion des concerts étaient au courant de la situation.

«MJ est enfermé dans sa chambre, bourré et déprimé. J’essaie de le faire dessaouler», a écrit un jour Randy Phillips, directeur d’AEG Live, à son patron, Tim Leiweke.

Celui-ci réplique alors via son Blackberry: «Tu plaisantes?»

«Je lui ai crié dessus si fort que les murs en ont tremblé», a continué Phillips.

«Il est complètement paumé et paralysé, il se déteste, il est bloqué par les doutes maintenant qu’il faut commencer le show», a-t-il poursuivi, alors que Michael était attendu pour une conférence de presse à Londres pour annoncer la tournée.

Il était finalement arrivé à la conférence de presse avec 90 minutes en retard.

«Il est flippé à mort», avait écrit Randy Phillips, qui, selon ses courriels, aurait fini par devoir habiller lui-même le chanteur, avec l’aide de son agent.

Voyant le risque que représentait Jackson, les responsables d’AEG auraient augmenté la pression, selon le Los Angeles Times.

«On ne peut pas nous forcer à arrêter ça, ce que MJ va essayer de faire car il est paresseux et change en permanence d’avis en fonction de ses envies immédiates», avait lancé un autre responsable chez AEG Live, Paul Gongaware, à M. Phillips.

Ces révélations peuvent avoir des graves conséquences sur deux procès en cours impliquant AEG.

Tout d’abord, les héritiers de Jackson accusent AEG d’avoir exercé une pression trop grande sur le chanteur malgré les signes de faiblesse qu’il démontrait.

L’autre vient de la compagne d’assurage Lloyd’s of London qui assurait AEG et qui cherche à faire annuler une compensation de 17,5 millions de dollars, qu’AEG a négociée en se basant sur de fausses déclarations sur la santé et la capacité de Michael Jackson à assurer son spectacle, affirme-t-elle.

http://tvanouvelles.ca/

Le Saviez-vous ► Procès insolites ?


Des procès insolites, c’est a ce demander comment certaines personnes ont gagner leur cause .. ne fut que le cambrioleur qui s’est a pu être indemnisé par ses victimes … D’autres ont n’ont vraiment pas utilisé leur jugeote .. et ont oser se présenter en cours alors qu’,ils ont fait les idiots ..
Nuage

 

Procès insolites ?

 

 

 

Dans certains pays tels que les États-Unis, pour en citer un, on retrouve parfois des verdicts de procès plutôt insolites Légende urbaine ou réalité ? Voici une petite compilation des meilleurs procès ainsi que leurs verdicts diffusés sur Internet.

Le procès Liebeck contre McDonald’s.

En 1992, Stella Liebeck, femme de 79 ans habitante de Santa Fe dans l’Etat du Nouveau-Mexique avait acheté un café au Mc Drive d’un McDonald. Voulant ajouter du lait et du sucre à son café, elle essaya d’enlever le couvercle du gobelet de café, sans succès puisque ce dernier resta coincé. Elle entreprit alors de procéder à la manipulation avec ses deux mains et coinça donc le gobelet entre ses genoux. Elle tira donc sur le couvercle qui se détacha brutalement et renversa le café brûlant sur ses genoux, le siège, ses cuisses et son entrejambe. Brûlée aux deuxième et troisième degrés, elle fut hospitalisée et subit de multiples greffes de peau. Elle resta ainsi immobilisée pendant 3 semaines, assistée au quotidien par sa fille qui dut prendre un congé sans solde.

Le 18 août 1994, le jury déclara McDonald’s responsable à 80% mais estima que Stella Liebeck était également elle-même responsable à hauteur de 20 % de ses blessures.

MacDonald’s fut donc condamner à payer 640 000 $ de dommages et intérêts. McDonald’s fit appel et les parties conclurent finalement sur un accord dont le montant est toujours secret à ce jour, mais qui serait inférieur à 600 000 $.

Cette histoire a donné naissance aux « Stella Awards », un prix qui récompense les verdicts de procès insolite

Le caniche dans le micro-ondes.

Une grand-mère de San Francisco possède un caniche, nommé Pierre, auquel elle accorde un soin tout particulier. Un jour, alors qu’elle venait de donner le bain à son chien et était en train de le sécher, elle reçut un appel téléphonique de sa fille. Celle-ci lui rappela qu’elles étaient censées se retrouver pour déjeuner ensemble depuis une demi-heure.

La grand-mère s’excusa pour son retard et lui assura qu’elle tenterait de la rejoindre aussi vite que possible. Comme elle constata que sécher Pierre avec une serviette prenait trop de temps, elle eut la brillante idée (ou pas) de faire sécher son chien dans le four à micro-ondes en utilisant le programme dégivrage. 30 secondes plus tard, alors que la grand-mère enfilait son manteau pour sortir, elle entendit une explosion provenant de la cuisine. Inutile de vous préciser que le caniche a perdu la vie dans l’explosion…

La grand-mère a alors décidé de poursuivre en justice le fabricant du micro-ondes pour absence  d’interdiction, sur la notice, de mettre un animal de compagnie dans le four à micro-ondes.

salle de juge Il existe des procès insolites ?

Un cambriolage pas comme les autres.

Dans l’État de Pennsylvanie. une famille était partie en vacances et Terrence Dickson voulut profiter de leur absence pour procéder à un cambriolage. Après avoir effectué une visite en bonne et due forme de la maison, il voulut quitter l’endroit par le garage. Seulement, il se rendit vite compte que la porte du garage restait bloquée et qu’elle ne pouvait pas s’ouvrir parce qu’elle était défectueuse.

Terrence s’est alors retrouvé bloqué au garage sans possibilité de retourner à l’intérieur de la maison puisque la porte donnant sur le garage était à sens unique. Il resta bloqué dans le garage durant huit jours et survécu en s’alimentant avec ce qu’il avait pu trouver sur place : du Coca et de la nourriture pour chien. Son emprisonnement forcé lui a provoqué des souffrances et des troubles mentaux graves. Terrence a alors porté plainte contre le propriétaire de la maison et le jury a accepté de lui accorder 500 000 $.

Petit conseil: vérifiez toujours la motorisation de votre porte de garage avant de partir en vacances.

Grazinski et sa caravane.

En 2000, Grazinski Merv, dans l’État d’Oklahoma City, acheta une grande caravane de la marque Winnebago avec régulateur de vitesse. Lors de son voyage, il régla sa caravane afin de stabiliser sa vitesse à 113 km/h, puis quitta son siège pour aller se préparer un café.

Évidemment, le véhicule quitta la route, s’écrasa et se renversa. Grazinski poursuivit la société Winnebago en justice parce qu’elle n’avait pas mentionné dans son guide d’utilisation que le véhicule ne pouvait pas se conduire tout seul. À la fin du procès, la société Winnebago a dû lui reverser une somme de 1 750 000 $ et lui offrir une nouvelle caravane à Grazinski. Depuis, la société a dû modifier les instructions de son guide d’utilisation.

McDonald’s, Burger King, Wendy’s et KFC en ligne de mire.

Barber César, 56 ans habitant à New York City, est obèse, diabétique et souffre de maladie cardiaque due en grande partie à son alimentation. En effet, il déjeune quatre à cinq fois par semaine dans les fast food où il se régale de leurs aliments gras. Il a tout de même entreprit un procès contre McDonald’s,Burger King, Wendy’s et KFC en exigeant des dommages et intérêts  pour motif que ces chaînes de restauration rapide n’avaient pas averti que leur malbouffe était nuisible à sa santé.

Le juge a rejeté le cas à deux reprises et a interdit de faire appel une troisième fois. Cependant, les avocats trouveront certainement un autre demandeur et recommenceront à porter plainte aux géants du fast-food.

http://www.savezvousque.fr

Tuerie en Norvège Internement psychiatrique réclamé pour Breivik


Qu’il soit psychotique ou pas .. me semble que ses agissements sont pendant ce procès semblent pourtant réfléchi surtout quand il défie l’accusation … Une chose de certain, cet homme ne doit pas être en liberté
Nuage

 

Tuerie en Norvège

Internement psychiatrique réclamé pour Breivik

 

Internement psychiatrique réclamé pour Breivik

Crédit photo : Agence France-Presse

TVA Nouvelles selon AFP

La justice norvégienne réclame l’internement psychiatrique d’Anders Behring Breivik. Elle estime que l’homme de 33 ans est psychotique, qu’il est donc non responsable criminellement d’avoir tué 77 personnes l’an dernier en Norvège.

Breivik a revendiqué a les crimes pour lesquels il est jugé; sa culpabilité ne fait aucun doute. Sa santé mentale est donc au cœur de ce procès très médiatisé.

Si les juges devaient aboutir à une conclusion différente sur la santé mentale de l’accusé, celui-ci devrait être condamné à 21 ans de rétention de sûreté. En Norvège, il s’agit d’une peine de prison pouvant être prolongée indéfiniment tant que Breivik sera considéré comme dangereux.

«Notre demande est qu’il soit contraint de suivre des soins psychiatriques» dans un établissement fermé, a déclaré le procureur Svein Holden au terme d’un réquisitoire de près de trois heures.

Salut d’extrême droite

Après avoir entendu les plaidoiries des procureurs et avant d’être menotté, Breivik s’est levé et a fait son salut d’extrême droite en portant son poing fermé sur la poitrine puis en tendant le bras.

Son geste auquel il avait renoncé après l’avoir fait à quelques reprises au début de son procès semble être un signe de défiance vis-à-vis de l’accusation.

Le 22 juillet 2011, Anders Behring Breivik a posé une bombe près du siège du gouvernement norvégien à Oslo.

Quelques minutes plus tard, l’accusé s’était rendu à l’île d’Utoeya où se tenait un rassemblement de la Jeunesse travailliste et avait ouvert le feu sur tous ceux qui était sur place.

http://tvanouvelles.ca

Écoute la terre


Je ne sais pas si vous en souvenez mais en 2003 ce fut la guerre en Irak lancé par Bush. Voyant les nouvelles, les bêtises humaines, les erreurs des soi-disant alliés et toutes ces innocentes victimes …
Nuage

 

Écoute la terre

 

Écoute la terre, d’où sort les murmures
De poètes déchus, fréquentant les nuits
Dépeindre sous leurs pierres, de leurs tombes impures
Quelques vies fichues, d’un destin enfuient
Les proses de l’histoire, inscrite à jamais
De soupirs confiés, à l’oreille distraite
D’amour illusoire, d’un semblant de paix
De rêves mystifiés, mit à la retraite

Écoute la terre qui quelquefois tremble
Engouffre dans les abîmes, les peuples insoumis
Victoire de cette guerre, d’où la vie s’affole
Voulant taire les crimes de l’homme ennemi
Entasse ses ossements, réduit en poussière
Mais l’âme en sursis, attend le procès
De son châtiment, dans le cimetière
Sans le paradis, viens les pires regrets

Écoute la terre, d’où coulent les ruisseaux
Le murmure du vent, le bruissement des feuilles
Au calme du désert, au chant des oiseaux
Du son sanglotant, d’un nuage en deuil
Tous les secrets que dévoile ce monde
Unissant ses forces à cette création
Oubli le rejet, de cette fausse Joconde
Ce n’est que l’écorce, d’une simple illusion

Rachel Hubert (Nuage)
23 juin 2003

Il obtient un nouveau procès car un juré «tweetait»


Il y a des gens qui ont un manque total d’étique, qu’on trouve ou non que jugé devant jurie est dépassé, étant donné qu’on continu cette méthode, il y a des gens qui devraient prendre un peu plus de sérieux,
Nuage

Il obtient un nouveau procès car un juré «tweetait»

Il obtient un nouveau procès car un juré «tweetait»

Photo: AFP

Agence France-Presse
Washington

Un condamné à mort dans l’Arkansas a obtenu jeudi le droit à un nouveau procès car, lors de sa première comparution, un juré dormait et un autre tweetait.

La Cour suprême de l’Arkansas a annulé la condamnation à mort d’Erickson Dimas-Martinez et a ordonné la tenue d’un nouveau procès.

«Le fait qu’un juré dorme et qu’un second gazouille constitue une faute du jury», a justifié la Cour dans sa décision rendue publique jeudi et dont l’AFP a obtenu une copie.

Après une condamnation à la peine de mort et la prison à perpétuité pour meurtre et cambriolage aggravé, les avocats de M. Dimas-Martinez avaient fait appel en 2010.

La requête avait été rejetée en première instance, puis en appel avant d’aboutir devant la Cour suprême de l’État de l’Arkansas.

Dans leur requête, les avocats avaient pointé «une faute du jury mettant en doute l’impartialité du tribunal», selon la décision.

Ils avaient souligné qu’«un juré gazouillait pendant le procès en dépit des instructions précises du juge» de ne pas communiquer sur internet à propos de l’affaire.

Ils avaient également relevé qu’«un juré s’était endormi pendant» une phase du procès, «un fait qui avait été porté à l’attention du tribunal».

Selon le document, le juge avait interrogé l’intéressé, mais avait décidé de ne pas le récuser et de poursuivre l’audience.

Pendant une pause déjeuner, un autre juré avait écrit ces mots sur son compte Twitter:

«des choix doivent être faits, des coeurs vont se briser… chacun, nous devons trancher». Cinquante minutes avant que le verdict soit annoncé, il avait à nouveau gazouillé: «C’est fait».

«C’est une violation flagrante des instructions du tribunal interdisant les gazouillis», avait estimé l’avocat de M. Dimas-Martinez, en alertant le tribunal.

Il avait souligné qu’un des abonnés de ce juré était un journaliste.

Mais là aussi, le juge avait été convaincu par le juré arguant qu’il «n’avait pas parlé du tout de l’affaire» dans ses gazouillis, et l’avait maintenu dans le jury.

«Plus grave encore», souligne ce document, le juré avait continué de tweeter pendant le procès et les délibérations, en dépit des alertes du juge.

«Ne gazouillez pas, n’utilisez pas votre téléphone portable pour parler à quiconque de cette affaire, si ce n’est, peut-être, pour souligner la longueur de l’affaire ou quelque chose comme ça», avait prévenu le juge.

«Twitter étant un média social sur internet, les gazouillis du juré sur le procès devenaient une discussion publique. Même si ces discussions ne venaient que d’une partie, il n’était en aucun cas, approprié pour un juré de publier ses pensées, ses impressions ou toute autre information sur cette affaire», a conclu la Cour suprême d’Arkansas, dans sa décision.

http://www.cyberpresse.ca

Le tueur en série Clifford Olson est mort et une chronologie


En 1976 avant ses meurtres  Clifford Olson  avait déjà été arrêté en Saskatchewan. Il avait fait un jeune prisonnier son esclave sexuel Un détenu ayant déjà vécu des sévices sexuels plus jeune voulait le tuer et avait presque réussit …  Opéré à l’hôpital de Prince Albert, le futur tueur en série a survécu. Il a même obtenu 3500 $ d’indemnisation de la part du gouvernement de la Saskatchewan en tant que victime de crime.
J’ai pas de pitié pour ce genre de personne .. On peut se consoler qu’il n’a jamais eu droit a la libération conditionnelle .. car il a toujours été considéré comme dangereux

Nuage

Justice – Le tueur en série Clifford Olson est mort

Justice - Le tueur en série Clifford Olson est mort

Clifford Olson, un des pires tueurs en série de l’histoire du Canada, est mort à 71 ans. Il a succombé à un cancer dans un hôpital de Laval.

Il était incarcéré depuis 1997 au pénitencier à sécurité maximale de Saine-Anne-des-Plaines, au Québec, avant d’être transféré dans un centre de soins en septembre dernier, en raison de son état de santé.

Olson avait reconnu avoir tué 11 enfants et adolescents de la région de Vancouver.

Ces crimes ont été commis en l’espace de huit mois, en 1980 et en 1981. Ses victimes étaient des jeunes de 9 à 18 ans. À la suite de ses aveux, il a été condamné à la prison à vie en janvier 1982.

Il attirait les jeunes avec une promesse d’emploi et leur donnait de l’alcool et des drogues. Ensuite, ils les agressaient sexuellement et les torturaient avant de les tuer.

Son arrestation le 12 août 1981 mit fin à sa série de crimes. Mais avant de plaider coupable, il proposa aux policiers un marché qui souleva l’indignation des familles des victimes. Après avoir mené les enquêteurs au lieu où il avait abandonné les corps, 100 000 $ ont été remis à sa femme.

Déclaré délinquant dangereux à la suite de son procès, Olson s’est souvent d’écrit comme la « bête de la Colombie-Britannique ».

Il a d’abord été emprisonné à Kingston en Ontario, puis en 1992, il a été envoyé au pénitencier de Prince Albert, en Saskatchewan. Il y est demeuré pendant cinq ans.

Clifford Olson s’était vu refuser une demande de libération conditionnelle en novembre 2010. Il avait alors déclaré qu’il ne se représenterait plus devant la Commission nationale des libérations conditionnelles.

Le reportage de Pierre Martineau

http://actualites.ca.msn.com

Olson: une chronologie

Décès - Olson: une chronologie

La prison de Sainte-Anne-des-Plaines, où Clifford Olson a été détenu.

© Dave Abel / Agence QMI

MONTRÉAL – Voici une chronologie des dates importantes dans le parcours criminel du tueur en série Clifford Olson.

1er janvier 1940: naissance de Clifford Olson à Vancouver.

25 décembre 1980: le corps de Christine Anne Weller, 12 ans, est découvert près de la rivière Fraser à Richmond en Colombie-Britannique. Elle avait été enlevée au mois de novembre précédent.

2 mai 1981: le corps roué de coups de Daryn Todd Johnsrude, 16 ans, est découvert. Originaire de la Saskatchewan, il avait été porté disparu en avril lors d’une visite en Colombie-Britannique.

15 mai 1981: Olson marie Joan, qui est déjà sa conjointe de fait.

Juin 1981: Ada Anita Court, 13 ans, disparaît après avoir gardé des enfants. Elle avait pris un autobus pour rencontrer son copain et elle n’a plus jamais été revue.

Juillet 1981: Olson tue six de ses victimes. Simon Patrick Partington, 9 ans, est porté disparu alors q’il circulait à bicyclette. Olson bourre d’alcool et de pilules Judy Elizabeth Kozma, âgée de 14 ans, avant de la tuer. Olson leurre Raymond Lawrence King, âgé de 15 ans, en lui promettant un emploi, avant de le frapper à la tête avec des pierres. Une étudiante allemande participant à un échange international, Sigrun Charlotte Arndt, âgée de 18 ans, est tuée. Il propose de raccompagner Terri Lynn Carson, âgée de 15 ans, avant de l’étrangler. La dernière victime connue d’Olson est Louise Marie Chartrand, âgée de 17 ans.

17 septembre 1981: les restes de Colleen Marian Daignault, âgée de 13 ans, sont découverts en forêt. Elle avait été enlevée par Olson en avril alors qu’elle attendait l’autobus.

Fin 1981: la police donne 10 000 $ à la femme d’Olson, Joan, pour chaque corps découvert grâce à son aide. Elle reçoit 100 000 $ pour 11 cadavres. Olson avait déclaré que le 11e corps était un «cadeau».

Janvier 1982: dans un geste surprenant, Olson plaide coupable du meurtre de 11 jeunes.

14 janvier 1982: Olson écope de 11 peines concurrentes de 25 ans pour les meurtres en Colombie-Britannique de 11 jeunes, huit filles et trois garçons, âgés de 9 à 18 ans.

15 décembre 1989: Olson témoigne pendant deux heures lors d’une enquête portant sur le suicide d’un prisonnier au pénitencier de Kingston et dit que Dieu lui a pardonné ses meurtres. «En ce qui me concerne, ils sont devant Dieu aujourd’hui. J’ai demandé pardon, j’ai été pardonné, et c’est la fin de l’histoire.»

Décembre 1990: les responsables du pénitencier lancent une enquête après avoir découvert qu’Olson était en possession de drogues illégales, alors qu’il était en cellule d’isolement à Kingston. Il a été accusé de possession de huit grammes de haschich. En se rendant à une audience, Olson se bat avec les gardiens de prison.

Mai 1991: Olson est placé dans une cellule spéciale au pénitencier de Kingston pour «s’assurer qu’il ne fait pas face à des menaces ou des provocations lorsque des gens circulent autour de lui», explique le directeur Tom Epp.

8 octobre 1992: lors d’un examen de routine aux rayons X, on découvre qu’Olson cache une clé pour des menottes et des entraves aux jambes dans son bas intestin. Une source de la prison dit qu’Olson pourrait avoir caché la clé en sachant qu’on l’amenait à l’hôpital Hôtel-Dieu de Montréal et qu’il «n’attendait que la bonne occasion».

19 novembre 1992: Olson perd le privilège d’utiliser le téléphone au pénitencier de Kingston en raison «d’abus».

1er décembre 1992: un manche à balai en bois est découvert dans la cellule d’Olson au pénitencier de Kingston, après que le meurtrier se fut vanté de planifier une évasion.

6 décembre 1992: Olson est transféré au pénitencier de la Saskatchewan. Il déclare que sa nouvelle prison ressemble à «un hôtel cinq étoiles en comparaison avec le trou à rats du pénitencier de Kingston».

13 décembre 1994: Olson demande à un juge de lui permettre de se mêler aux autres prisonniers, même s’il sait qu’il pourrait être tué. «Je réalise que cela pourrait se produire si je suis avec certains détenus. Regardez ce qui est arrivé à Jeffrey Dahmer», dit-il au juge. Dahmer, qui avait reconnu avoir tué 17 jeunes hommes et garçons et avoir parfois fait preuve de cannibalisme, avait été tué en prison au Wisconsin en novembre 1994.

Mai 1995: Olson se voit refuser l’accès aux médias par Service correctionnel Canada. «Nous ne voulons pas donner une tribune à ce genre de personne», explique le porte-parole Jacques Bélanger. Trois autres prisonniers se voient aussi refuser l’accès aux médias.

Avril 1996: un juge de la Saskatchewan ordonne à Olson de cesser d’importuner les tribunaux après que ce dernier eut fait appel contre son transfert du pénitencier de Kingston à celui de Prince Albert en Saskatchewan en 1992.

Mars 1996: Olson révèle qu’il a enregistré un droit d’auteur sur une série télévisée intitulée: «Les motivations sexuelles du tueur d’enfants en série Clifford Robert Olson ». Il a fait une douzaine d’enregistrements. On lui avait donné la permission de se servir d’une caméra vidéo en prison, mais un juge a statué plus tard au cours de la même année qu’on n’aurait pas dû donner cette autorisation à Olson.

Septembre 1996: Olson envoie par la poste des images obscènes et une lettre au député de Toronto John Nunziata pour lui montrer qu’il a accès à de la pornographie en prison. On découvre aussi qu’il envoyait des magazines pour adultes à des prisonniers en sécurité maximum à Edmonton.

11 mars 1997: Olson demande une libération conditionnelle anticipée après avoir servi 15 des 25 années de sa sentence en prison.

Juin 1997: Olson est transféré de son pénitencier en Saskatchewan au pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines, situé à 50 km de Montréal.

21 août 1998: Olson se voit refuser sa demande de libération conditionnelle.

Septembre 2000: deux officiers supérieurs de la GRC à la retraite soutiennent dans un livre intitulé «Where Shadows Linger: The Untold Story of the RCMP’s Olson Murders Investigation», qu’Olson aurait dû être arrêté bien avant.

Janvier 2001: Olson et plus de 2000 prisonniers, incluant Paul Bernardo, sont obligés de donner leur ADN à une banque de données génétiques.

Juillet 2006: Olson obtient une audience de libération conditionnelle, mais on décrète qu’il ne peut être libéré, parce qu’il représente un grand risque de récidive et qu’il affiche des tendances narcissiques, psychopathiques et au sadisme sexuel.

Mai 2008: une page MySpace est produite pour Olson, comprenant des photos en prison, des essais personnels et des reportages. Service correctionnel Canada mène une enquête, constatant que les prisonniers n’ont pas accès à internet en prison.

Mars 2010: Olson déclare au chroniqueur Peter Worthington du Toronto Sun qu’il reçoit chaque mois un montant de 1200 $ du Programme de la sécurité de la vieillesse. La controverse qui s’ensuit amène le gouvernement à annuler les pensions pour les prisonniers qui passent deux ans et plus de prison. Septembre 2010 : Olson fait parvenir au premier ministre Stephen Harper son chèque de la Sécurité de la vieillesse. Le chèque est retourné à l’expéditeur.

29 novembre 2010: Olson se voit refuser la libération conditionnelle pour une troisième fois. Il déclare qu’il s’agit de sa dernière demande.

1er janvier 2011: la loi C-31 amendée entre en vigueur, ce qui veut dire que les prisonniers âgés ne peuvent plus recevoir un chèque du Programme de la sécurité de la vieillesse tant qu’ils sont en prison.

Septembre 2011: Olson est transféré à un hôpital de la région de Montréal pour des traitements de cancer. Les familles de ses victimes sont contactées par téléphone par Service correctionnel Canada pour les informer qu’il est mourant.

http://fr.canoe.ca