Problème


Difficile n’est pas de ne pas s’inquiéter devant les problèmes pourtant, le temps est nécessaire de patienter ou de voir les choses autrement
Nuage

 

Problème

 

Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s’inquiéter. Mais s’il n’en a pas, alors s’inquiéter ne change rien.
 
Proverbe Tibétain

Une montagne de douleur


Cela vous est déjà arrivé de faire face à un problème et que pour vous la solution semblait inaccessible, alors qu’en fait, il ne faillait que du calme et peut-être du temps pour résoudre le problème ? Et si la solution n’existe pas du moins pour un temps, cela vaut-il la peine d’en faire une montagne ?
Nuage

 

Une montagne de douleur

 

Quand vous êtes face à un problème, nul besoin d’en faire une montagne de douleur :
Soit qu’il y a une solution et vous finirez bien par la trouver.
Soit qu’il n’y a aucune solution et dans ce cas rien ne sert de vous torturer

Dalaï Lama

Mentalités fermées


On en voit trop souvent, et avec les réseaux sociaux ces gens,  parlent beaucoup et ne font que trop déformer la réalité
Nuage

 

Mentalités fermées

 

Le problème de certaines mentalités trop fermées, c’est qu’elles sont accompagnées de bouches trop ouvertes

Auteur inconnu

Problèmes de la vie


Encore une fois, l’attitude que nous avons avec les aléas de la vie permet soit de faire du surplace ou d’avancer
Nuage

 

Problèmes de la vie

 

Personne n’a une vie parfaite. Chacun d’entre nous a ses problèmes, seulement certains choisissent d’avancer malgré tout

Inconnu

Un verre d’eau dans la main


La métaphore de tenir un verre d’eau. Un verre d’eau ne pèse presque rien. C’est comme dans la vie, si nous tenons le verre d’eau très longtemps, tout comme nos blessures, nos déceptions, nos regrets, c’est clair que les choses qui d’empirer
Nuage

 

Un verre d’eau dans la main

 

Un jour, un professeur de chimie a décidé d’enseigner à ses élèves une leçon différente de celles qu’il avait l’habitude de donner.
Tenant un verre d’eau à la main, il a demandé aux élèves:


« Selon vous, combien peut bien peser ce verre d’eau ? »

« 500 grammes ! » s’exclama une voix au fond de la classe.

« 600 ! » a déclaré un autre étudiant.

« Je ne le sais pas vraiment. » répliqua le professeur, le verre dans sa main bien en évidence pour s’assurer que tout le monde pouvait le voir.

« Si nous ne le pesons pas, nous ne le saurons pas. Peu importe le poids, ce qui compte, c’est de savoir que ce n’est pas bien lourd. »
Avec le verre toujours dans sa main, le bras tendu, le professeur poursuivi :

«Qu’est-ce qui se passera si je le tiens comme ça pendant quelques minutes ? »

«  Rien ! » rétorqua une étudiante.

« Bon, et si je le tiens pendant une heure comme ça, ce qui pourrait arriver ? »

«  Votre bras va commencer à faire mal », a déclaré un autre étudiant.

« En effet. Et que se passerait-il si je tenais le verre dans ma main comme ça pendant une heure, quatre heures, une journée entière ? »

« Vous risquez d’avoir de plus en plus mal ! », scanda une étudiante.

« Votre main va s’engourdir », dit un autre.

« Votre bras risque de se paralyser et on devra vous amener à l’hôpital ! » cria un jeune du fond de la classe.

« C’est vrai » dit le professeur.

« Mais notez que, pendant tout ce temps, le poids du verre d’eau n’a pas changé. Quelles sont alors les causes des douleurs ? »

Pendant un long moment les élèves se turent. Ils semblaient perplexes.

« Que dois-je faire pour éviter la douleur ? » enchaîna le professeur.

« Ben, posez le verre… » murmura un étudiant timidement.

« Exactement ! » s’écria le professeur.

« C’est une leçon que je veux que vous reteniez : les problèmes et les soucis de la vie sont comme ce verre d’eau. Pensez à eux pendant un court moment, rien ne se passera. Mais pensez-y un peu plus longtemps et ils commenceront à faire mal. Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentirez paralysé, incapable de faire quoi que ce soit. Il est important de se rappeler de laisser aller vos problèmes. N’oubliez pas de déposer le verre ! »

Sachez poser votre verre d’eau.

Et ce verre ne représente pas que les problèmes ou les soucis, il peut aussi représenter les blessures, les peurs et les trahisons. En le gardant, elles grandissent et nous provoquent angoisse et douleur. Apprendre à pardonner n’est pas seulement bon pour les autres, c’est avant tout libérateur pour vous, c’est vous faire un cadeau à vous-même.

Quelqu’un peut vous avoir donné un « verre d’eau » à tenir quand nous étions enfants. Et beaucoup d’entre nous continuent à le porter avec loyauté.

« Je ne peux pas » devient alors une pensée qui persiste dans l’esprit pour devenir une conviction.

Il est temps de déposer votre verre. Il n’est pas si lourd que ça, mais cela fait trop longtemps que vous le portez à bout de bras…

Michel POULAERT.

Changer le monde


Peut-on changer le monde ? Si on voit toute la terre entière, l’idée est utopique, mais un pas à la fois, nous pouvons changer nous-même ainsi que deux ou trois personnes. C’est deux ou trois personnes feraient eux aussi des pas. En bout de ligne, changer le monde ? Pourquoi pas !
Nuage

 

Changer le monde

 

Changer le monde, c’est tellement dur, complexe, les problèmes sont tellement gigantesques qu’il faut d’abord commencer à faire sa part, à son propre niveau

Pierre Rabhi