À 12 ans, apte mentalement à subir un procès?


 

Un crime grave, genre une tentative de meurtre (poignardée 19 fois)  commis par des adolescentes peut-il être jugé dans un tribunal pour adulte ? Il sembles que le crime ai été prémédité est-ce de la folie ?  Il me semble qu’elles étaient conscientes des gestes qu’elles posaient et des conséquences encourues. Mais la sentence serait-elle trop longue pour ces jeunes ? Seront-elles dans une prison pour adulte ? Pourraient-elles avoir des traitements pour devenir des personnes ayant un meilleur sens moral ?
Nuage

 

À 12 ans, apte mentalement à subir un procès?

Daniel Girard

Wisconsin:1 médecin dit qu’une fille de 12 ans accusée de tentative de meurtre est apte mentalement à subir un procès

En vertu d’une loi du Wisconsin, tout suspect de 10 ans ou plus doit être accusé en tant qu’adulte s’il a commis un crime grave.

Le samedi 31 mai, à Waukesha, en banlieue de Milwaukee, deux pré-adolescentes de douze ans auraient poignardé à 19 reprises une autre fille du même âge.

Nul doute, donc, qu’il s’agit d’un crime grave.

J’ai été poignardée, aidez-moi

Malgré ses blessures, la victime a réussi à ramper jusqu’à une route, où elle a vu un homme qui roulait à bicyclette.

J’ai été poignardée, aidez-moi, lui a-t-elle dit.

L’un des 19 coups de couteaux est passé à un millimètre d’une artère vitale.

C’était bien près d’un meurtre.

Les deux pré-adolescentes sont accusées de tentative de meurtre avec préméditation.

Aptes à subir leur procès?

Mais sont-elles aptes mentalement à subir un procès pour adulte?

Là est la question.

Elle donne lieu à des débats entre la poursuite et la défense. Une première pré-adolescente a été déclarée apte à subir son procès.

Le cas de la deuxième est plus délicat. Elle a été jugée inapte à subir son procès en août. Un psychiatre avait conclu qu’elle souffrait d’hallucinations.

Elle entendait les voix du personnage fictif Slender Man et de certains personnages d’Harry Potter.

Slender Man est un personnage populaire du web.

Il est très grand, n’a pas de visage, possède de longues tentacules et kidnappe les enfants.

Les deux pré-adolescentes avaient invoqué leur désir de plaire à Slenderman pour justifier leur crime.

Inapte en août mais apte en novembre

Après avoir entendu ce diagnostic, le tribunal a ordonné que la deuxième adolescente suive des traitements psychiatriques. Le 11 novembre, un médecin mandaté par le tribunal, a conclu que les traitements avaient fait effet. Que la deuxième pré-adolescente était apte à subir son procès comme adulte.

Le juge Michael Bohren devra statuer sur la question.

Les perspectives sont mauvaises pour la défense.

Limiter les effusions de sang

Les avocats de la poursuite estiment que les deux pré-adolescentes étaient, en tout temps, en pleine possession de leurs moyens.

Elles ont planifié leur attaque contre l’autre jeune fille pendant des mois, précisent-ils.

Les deux accusées ont convaincu leur victime de venir passer la nuit avec elles le 30 mai (pyjama).

Le lendemain, elles sont allées dans un parc boisé.

Elles voulaient poignarder leur victime dans la toilette du parc, pour limiter les effusions de sang. Mais les accusées en ont été incapables. Elles sont finalement passées à l’action, plus tard, à l’extérieur des toilettes. Pendant qu’une accusé était assise sur la victime, l’autre la poignardait.

Folie à deux

La psychiatre Laura Davies constate, chez les jeunes filles, la création de liens émotifs si forts qu’elles se bâtissent leur propre univers.

Si l’une d’elles perd contact avec la réalité, elle réussit à entraîner sa copine dans son monde. Si elles subissent leur procès comme adultes, les deux filles pourraient écoper de 65 ans de prison.

Un prix très élevé pour cette folie à deux.

http://blogues.journaldemontreal.com