Le plus gros chien n’est pas forcément le plus agressif


Je ne suis pas surprise de ce résultat. Les petits chiens sont beaucoup plus agressifs que les gros chiens, mais a cause de la réputation des gros chiens comme les Rottweiler et les Pitbull, ils sont plus souvent qu’autrement dans les médias quand ils sont agressifs. Pourtant, ces gros chiens sont agressifs seulement s’ils ont été élevés pour protéger ou se battre sinon, ils peuvent être de merveilleux chiens
Nuage

 

Le plus gros chien n’est pas forcément le plus agressif

 

Les Rottweilers se montrent méfiants envers les étrangers mais sont bien plus amicaux que leur mauvaise réputation ne le laisse croire. © MICHEL GANGNE / AFP

Les Rottweilers se montrent méfiants envers les étrangers mais sont bien plus amicaux que leur mauvaise réputation ne le laisse croire. © MICHEL GANGNE / AFP

Par Louise Horvath

Rottweilers, Dobermans, Pitbulls,… les gros chiens ont mauvaise réputation. Parfois injustement, selon une étude menée à l’université de Pennsylvanie, aux États-Unis.

Souvent utilisés pour monter la garde, intimider ou dans des combats, les gros chiens effraient. On leur attribue une agressivité supérieure à celle des autres chiens, moins impressionnants. Une étude de Deborah L. Duffy de l’université de Pennsylvanie (États-Unis) s’est intéressée  aux différentes races de chiens et leur tendance à mordre. L’équipe a démontré que les plus dangereux ne sont pas toujours ceux qu’on croit…

Cerner les comportements agressifs

Les chercheurs ont soumis un questionnaire à 1553 propriétaires de chiens appartenant à 33 races différentes. Ils ont évalué le comportement agressif de ces canidés envers leur propriétaire (ou les humains qu’ils côtoient régulièrement), les personnes et les chiens inconnus qu’ils rencontraient. Sans surprise, les chiens avaient rarement des comportements violents avec leur maître. Ce n’était pas le cas avec des chiens inconnus, contre lesquels ils manifestaient bien plus d’hostilité qu’envers des personnes étrangères.

Avec son  propriétaire, le chien n’entre en conflit que les quelques fois où celui-ci lui retire sa nourriture ou un objet auquel il tient. Ce sont alors par des morsures (réelles ou tentées) que l’animal se fait entendre.

Dans l’ordre, ce sont le Basset Hound, le Springer anglais, le Yorkshire, le Teckel et le Caniche qui expriment le plus ces comportements.

Avec les personnes inconnues, le Teckel, le Rottweiler, le Yorkshire, le Caniche et le Berger des Shetlands sont les plus agressifs.

 Quant aux querelles avec les autres chiens, elles sont principalement perpétrées par le Teckel, le Westie (West Highland white terrier), Springer anglais, le Yorkshire et le Basset Hound.

Les plus petits chiens sont les plus virulents

Au final, les gros chiens sont bien moins agressifs que les petits, qui occupent le top 3 des chiens les plus dangereux envers les personnes et animaux familiers comme étrangers.

Certains résultats sont explicables par la fonction originelle de races comme les Rottweilers, élevés comme chiens de garde et de ce fait tolérant peu les personnes étrangères.

 Les Pitbulls, race destinée au combat entre chiens, se montrent sans surprise assez agressifs envers les autres chiens.

Au final, la réputation de ces chiens a été crée par l’homme, qui en tirait parti. Citons l’exemple du Doberman, race créée jadis par un percepteur d’impôts qui, accompagné du chien, pressait les mauvais payeurs.

Malgré l’évidence, les préjugés ont parfois la vie dure…

http://www.sciencesetavenir.fr/

L’histoire d’un chien hermaphrodite


Une belle histoire d’amour entre des maitres et leur chien . Un chien ou une chienne ?? Car ce chien avait les deux sexes mais pour sa santé, le couple avec l’avis du vétérinaire on garder son côté femelle
Nuage

L’histoire d’un chien hermaphrodite

 

© Héloïse Archambault – Chantal Gagné et Daniel Grignon avec leur chien hermaphrodite Zara.

Christine Bouthiller


Daniel Grignon et Chantal Gagné savaient en achetant Zara qu’elle possédait les deux sexes. Ce qu’ils ignoraient, c’est à quel point son cas était rare.

 

«Quand on nous a dit qu’elle était hermaphrodite, on savait qu’on s’embarquait dans quelque chose, mais on ne savait pas que c’était LE chien!» s’exclame Chantal Gagné.

La résidante de Saint-Jérôme a découvert plus tard que son bouledogue français était le seul à posséder un utérus et des testicules en Amérique du Nord et le deuxième cas recensé au monde. L’animal est devenu une vraie vedette cette semaine sous le pseudonyme Bijou après la médiatisation de cette découverte. Son véritable nom est Zara.

En faire une fille pour la sauver

«En vieillissant, une petite bosse commençait à sortir de sa vulve. C’était un pénis», explique Mm e Gagné. Notre vétérinaire nous a dit que la contradiction entre les hormones mâles et femelles pouvait créer une tumeur.»

Son conjoint et elle l’ont donc emmenée il y a deux ans à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, où des spécialistes ont retiré l’os pénien et les testicules du chien.

« C’est là qu’on a réalisé l’ampleur de la situation. Il y avait tellement de vétérinaires pour étudier le cas que nous étions nous-mêmes intimidés », raconte-t-elle.

Des réactions

Zara est donc maintenant officiellement une femelle. Malgré cela, il subsiste un petit bout de chair qui sort de sa vulve: le surplus de peau du pénis qui ne s’est finalement jamais résorbé.

«Quand on la promène, ça suscite beaucoup de questions, mentionne Chantal Gagné. Ça ne nous dérange pas, mais quand nous leur expliquons, on dirait que les gens ne nous croient pas parce qu’il s’agit tellement d’un cas rare!»

Daniel Grignon indique que leur perception de leur chienne n’a pas changé. Leurs proches, eux, en rigolent.

«Ma mère l’appelle parfois «le gros», commente Mme Gagné.

Malgré son apparence plus massive, rappelant celle des bouledogues français mâles, elle a toujours considéré son animal comme une femelle.

Pas de préjugés

Le fait que Zara soit hermaphrodite n’a jamais dérangé le couple.

«Après une dizaine de minutes avec elle, on la trouvait déjà attachante. On se disait simplement qu’elle avait ses particularités», explique Chantal Gagné.

Son conjoint et elle n’ont pas hésité à débourser près de 1 500 $ pour l’opération de Zara et à s’absenter du travail pour les démarches. Depuis, la chienne, qui a aujourd’hui plus de trois ans, est en parfaite santé.

«J’ai déjà eu d’autres chiens, mais celle-ci est spéciale. Elle est très attachante. Elle me suit partout, se lève juste quand je me lève le matin… Elle a presque une dépendance à moi!» s’amuse Chantal Gagné.

http://fr.canoe.ca