Une sauce à la «sueur de femme» pour du poulet frit!


Avec un nom pareil donner à une sauce pour le poulet frit donnerais sûrement bien des nausées à bien des gens. Bon, ce n’est que de la pub, mais je doute que cela passerais dans mon coin pays
Nuage

 

Une sauce à la «sueur de femme» pour du poulet frit!

 

TENKA TORIMASU

Au Japon, un restaurateur a voulu reproduire la sueur des femmes d’un groupe de musique très populaire!

Une chaîne de restauration de Tokyo, Tenka Torimasu, offre une nouvelle sauce à ses clients. À première vue, le nom de celle-ci pourrait vous dégoûter: sueur de femme!

L’idée des restaurateurs reconnus pour leur poulet karaage (poulet frit japonais) est de reproduire la sueur des membres du populaire groupe Kamen Joshi, qu’on peut traduire par «Femmes masquées» en français.

On vous rassure tout de suite. Ce n’est pas réellement de la sueur des femmes du groupe qui a été recueillie pour servir d’ingrédient à la sauce.

L’une des membres de Kamen Joshi, Anna Tachibana, a demandé aux fans d’encourager cette collaboration entre Tenka Torimasu et le groupe en allant consommer le produit.

«De la sueur rafraîchissante de votre idole! C’est le poulet frit dont vous rêviez qui a été créé», a-t-elle écrit dans une publication.

Si jamais vous passez par Tokyo, sachez que vous pouvez vous procurer un baril de poulet frit à la sueur de femme pour la modique somme de 400 yen, soit 4,56 $ canadien. Faites vite, la promotion prend fin le 31 octobre prochain!

http://quebec.huffingtonpost.ca

Éclosion de salmonellose dans quatre provinces du Canada


Il est clair qu’en cuisine mieux vaut avoir des règles d’hygiène stricte quand on manipule ustensiles et la nourriture,. Le poulet est un aliment qu’il faut prendre des précautions autant a l’entreposage, la manipulation et la cuisson qu’il soit entier, congelé, ou pané
Nuage

 

Éclosion de salmonellose dans quatre provinces du Canada

 

CHICKENS

L’Agence de la santé publique du Canada déplore l’éclosion de sept cas de salmonellose, au cours des mois d’avril et mai derniers, tous reliés à la consommation de produits de poulet cru pané et congelé, comme des pépites, des bâtonnets ou des burgers.

Des sept personnes incommodées par la salmonellose, deux ont été hospitalisées et se sont, depuis, remises de la maladie. La majorité des cas ont touché des hommes et l’âge moyen des victimes est de 26 ans.

Les individus frappés par la salmonellose provenaient de la Colombie-Britannique (1), de l’Alberta (4), de l’Ontario (1) et du Nouveau-Brunswick (1).

Quelques symptômes de l’infection à salmonelle:

  • fièvre;
  • frissons;
  • diarrhée;
  • crampes abdominales;
  • maux de tête;
  • nausées;
  • vomissements.

« La salmonelle est couramment présente dans le poulet cru et les produits de poulet cru pané et congelé », rappelle le communiqué publié par l’Agence de la santé publique du Canada.

Elle souligne que les produits de poulet cru doivent être manipulés et préparés en suivant les directives de cuisson.

Ces produits doivent être cuits à une température interne sécuritaire d’au moins 74 °C (165 °F) pour les consommer en toute sécurité.

L’Agence de la santé publique du Canada rappelle que tout le monde peut contracter la salmonellose, mais que les nourrissons, les enfants, les aînés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli courent un risque accru de développer une maladie grave.

Les symptômes de l’infection à la salmonelle – aussi appelée salmonellose – se manifestent généralement dans les 6 à 72 heures suivant l’exposition à un animal infecté ou à un produit contaminé par la bactérie salmonelle.

« La plupart des personnes qui contractent la salmonellose se rétablissent complètement en quelques jours, explique le communiqué. Il est possible qu’une personne soit infectée par des bactéries sans être malade et sans montrer de symptômes, mais cette personne peut quand même transmettre l’infection. »

Précautions à prendre pour la cuisson de produits de poulet cru, pané et congelé:

  • Ne mangez pas les produits crus ou insuffisamment cuits. Faites cuire tous les produits panés et congelés jusqu’à ce qu’ils atteignent une température interne d’au moins 74 °C (165 °F) pour les consommer en toute sécurité.
  • En raison d’une cuisson non uniforme, il n’est pas recommandé de faire cuire des produits de poulet crus panés et congelés, comme les pépites, les bâtonnets ou les burgers, au four à micro-ondes. Suivez toujours les instructions de cuisson indiquées sur l’emballage de tout produit de poulet cru pané et congelé, y compris les produits dont l’étiquette porte certains énoncés, comme « non cuit », « cuire et servir », « prêt à cuire » et « prêt à mettre au four ».
  • Lavez-vous soigneusement les mains à l’eau chaude savonneuse avant et après la manipulation de produits de poulet crus panés et congelés.
  • Utilisez une assiette, une planche à découper et des ustensiles distincts lorsque vous manipulez des produits de poulet crus panés et congelés afin de prévenir la propagation de bactéries nuisibles.
  • Utilisez un thermomètre de cuisson numérique afin de vérifier que les produits de poulet crus panés et congelés ont atteint au moins 74 °C (165 °F).

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez-Vous ► 17 aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer


Bien que souvent les aliments provenant de Chine peuvent être moins chers, il se peut que leurs qualités ne soient pas conformes aux normes de la santé, sans compter que certains aliments ont déjà été reconnus comme des contrefaçons
Nuage

17 aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

17 aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Par : Jad Therapeute Publié le : 23 mai 2017

La Chine est le premier exportateur mondial des produits alimentaires. Ce pays utilise des méthodes et des techniques innovatrices pour mettre ces produits sur les marchés mondiaux le plus vite possible et à moindre coût. Sans surprise, plusieurs aliments en subissent les conséquences. Voici une liste d’aliments chinois contenant des substances dangereuses que nous devons éviter.

Selon l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), en 2015, la Chine a représenté 14 % des exportations mondiales, devant les Etats-Unis 9 % et l’Allemagne 8 %. En 2009, Food & Water Watch une association à but non lucratif, a déclaré que 70 % des jus de pomme consommés aux États-Unis proviennent de Chine. Mais malheureusement ces aliments importés ne respectent pas les règlements et les lois relatifs à la consommation et à l’alimentation.

La liste des aliments dangereux importés de Chine à éviter

1 – Le jus de pomme 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2011, le Dr. Mehmet Oz a indiqué que les jus de pomme provenant de la Chine contenaient une quantité très élevée d’arsenic. Une autre recherche publiée par le magazine Consumer Reports, a montré que 10% des jus de pomme échantillonnés dépassaient les niveaux d’arsenic équivalents aux normes. L’arsenic trouvé dans les produits n’était pas organique, au contraire il était toxique et dangereux.

2 – Le sel industriel

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

La Chine est le plus grand fabricant de sel au monde. Des études ont montré que ce sel industriel est impropre à la consommation et contient 90% de substances nocives.

3 – La morue et le Tilapia 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Ces deux types de poisons sont élevés spécialement en Chine. Ils nagent dans leurs déchets et avalent tout au passage (produits chimiques, pesticides, déchets…)

4 – Le poulet

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

C’est le pays le plus connu par la grippe aviaire et les maladies reliées aux poules, pourtant il exporte des grandes quantités au monde et spécialement aux États-Unis.

5 – L’ail

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Les champs d’ail en Chine sont pulvérisés avec des produits chimiques très dangereux et qui laissent un arrière-goût désagréable. 

6 – Les champignons 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Des agents de chloration, du chlorure de calcium anhydre, du sulfite de sodium et d’autres conservateurs dangereux sont utilisés dans la pulvérisation des champignons.

7 – Les pois verts

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Le quotidien China Daily a signalé qu’en 2010 des pois artificiels fabriqués dans deux usines de la province de Hunan ont été retrouvés.

8 – Le poivre 

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Le fameux poivre noir de Chine n’est parfois que de la boue et de la farine que les vendeurs essayent de commercialiser.

9 – Les nouilles de patates douces

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Plusieurs usines dans la province de Guangdong ont produit de grandes quantités de fausses nouilles. Elles étaient composées de maïs avec des colorants industriels et de la paraffine.

10 – La sauce soja

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

L’Organisation Mondiale de la Santé révèle que ce produit est classé comme cancérigène. La sauce soja contient du 4-méthylimidazole (effet cancérogène chez les souris et les rats).

11 – Les perles de Tapioca

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2012, des chercheurs de l’hôpital universitaire Aachen en Allemagne ont trouvé des biphényles polychlorés dans les perles de Tapioca. Ces produits sont connus pour causer le cancer (peut causer le cancer chez les animaux), affecter le système immunitaire, le système nerveux et le système endocrinien.

12 – Le tofu

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Ce produit d’origine chinoise est issu du caillage du lait de soja. Pour une fermentation rapide, les fabricants utilisent des excréments et du sulfate de fer.

13 – Le gingembre

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Une enquête lancée en 2013 a montré que le pesticide Aldicarb, approuvé pour être utilisé uniquement sur le coton, les arachides, les roses et les patates douces, était également utilisé pour le gingembre. Les agriculteurs l’appliquaient trois à six fois au-dessus du niveau recommandé.

14 – Ginseng

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Des pesticides classés comme «extrêmement dangereux» par l’Organisation Mondiale de la Santé, ont été utilisés sur du ginseng dans neuf villes en Chine.

15 – Les aliments en conserve

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2014, des pêches en conserve provenant de la Chine ont été testées. Elles  contenaient deux fois de plus la quantité de plomb autorisée. Dans la même année, le Service de recherche économique du ministère de l’Agriculture des États-Unis a constaté que les fermes pisciculteurs et les transformateurs de produits sont situés à proximité des zones industrialisées où le sol, l’air et l’eau sont contaminés.

16 – Les épinards surgelés

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

En 2002, les responsables de la sécurité et de la santé au Japon ont constaté des niveaux élevés de pesticides dans les épinards congelés.

17 – Les crevettes

aliments fabriqués en Chine que vous ne devez jamais consommer

Pour assurer la survie des crevettes, des agriculteurs utilisaient des antibiotiques et des produits chimiques non autorisés. 30 échantillons de crevettes achetés en Chine ont été envoyés à un laboratoire de l’Institut pour l’Environnement et la Santé Humaine de la Texas Tech University. Résultat : Des antibiotiques (L’énrofloxacine, le chloramphenicol et la nitrofuranzone) interdits aux États-Unis et dans d’autres pays pour leur effet cancérigène ont été utilisés dans l’élevage des crevettes.

http://www.santeplusmag.com/

Les excréments des poulets pourraient valoir de l’or, selon ces scientifiques


Voilà rendre quelque chose nuisible pour la rendre utile tout en améliorant l’environnement
Nuage

 

Les excréments des poulets pourraient valoir de l’or, selon ces scientifiques

 

Le HuffPost  |  Par Annabel Benhaiem

Les regards sont souvent tournés vers les bouses de vache, rarement vers les excréments de poulet. Pourtant, ils posent aussi des questions en matière d’environnement. Des chercheurs de l’université Landmark au Nigéria ont réussi à créer du carburant à partir d’une mauvaise herbe ajoutée aux déjections de volailles.

Pour le moment, l’essence en question ne semble pouvoir servir qu’à alimenter des générateurs. Ils ont publié leurs résultats dans la section « Energie et carburant«  de la revue de la Société de chimie américaine.

D’autres études devront confirmer le véritable potentiel de cette mixture, d’autant qu’elle permettrait de résoudre deux enjeux environnementaux. Le premier concerne les cacas de poulet. En 2014, la France était le deuxième producteur européen de volailles, avec plus de 1,8 million de tonnes. Imaginez le nombre de mini colombins.

D’une pierre deux coups

Comme pour tout animal d’élevage, les crottes de poulet contiennent des traces d’antibiotiques et des métaux lourds qui contaminent le sol des exploitations et les eaux de surface. Ramassées et réutilisées, ces fientes dégageraient les nappes phréatiques.

Le second enjeu est lié à la mauvaise herbe dite « tournesol mexicain ». Introduite au Nigéria voilà plusieurs décennies en tant que plante ornementale, elle est aujourd’hui qualifiée de mauvaise herbe et « menace la production agricole sur le continent africain », peut-on lire dans la présentation de l’étude. La transformation de ce tournesol proliférant en biogaz, grâce à l’association avec les excréments de poulets, permettrait de désherber à moindres frais.

D’après les chercheurs agrégés autour de cette étude, il faut huit kilos du mélange fèces et tournesol pour produire trois kilos de biogaz, dont une bonne partie pourrait servir à faire tourner un générateur plusieurs heures.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Première mondiale : une viande de poulet fabriquée à partir de cellules souches


Dans un avenir rapproché, nous aurons peut-être des viandes faites à partir des cellules-souches. Est-ce mieux ?
Nuage

 

Première mondiale : une viande de poulet fabriquée à partir de cellules souches

 

Les cellules souches de poulet ont permis la culture in vitro de chair de poulet

Poulet pris en photo dans une ferme

PHILIPPE MERLE / AFP

En février 2016, une startup californienne dévoilait sa première boulette de bœuf fabriquée en laboratoire. Elle récidive aujourd’hui avec la fabrication de viandes de poulet et de canard toutes deux issues de cellules souches de poulet. Une première mondiale qui coûte pour l’heure quelques milliers de dollars…

Souvenez-vous, c’était en 2013 : le premier burger à base de viande de bœuf artificiel était dégusté à Londres. Produit in vitro à partir de cellules souches de vache, son steak pesait 142 grammes pour un prix total de 250 000 euros. Quatre ans plus tard, ce scénario ne frôle plus la science-fiction et commence à ressembler à notre futur proche.

VIANDE « CLEAN ». En effet, une startup de la Silicon Valley, Memphis Meats, a annoncé mardi 15 mars 2017 la production de viandes de poulet et de canard artificielles issues de cellules souches de poulet. C’est une première réalisation mondiale, permise par sa plateforme technologique « unique » et motivée par son souhait de proposer une viande dite « clean » ; autrement dit, avec un impact environnemental réduit, un risque sanitaire plus faible et la possibilité de contourner l’abattage des animaux pour la consommation de protéines animales.

Une texture spongieuse et un goût à s’y méprendre

Si la startup ne dévoile pas les détails biotechnologiques de production de sa viande de poulet sans élevage, il semblerait que le résultat soit aussi convaincant qu’avec le fameux « Frankenburger » dégusté en 2013. Un journaliste du Wall Street Journal rapporte ainsi les premières impressions d’un goûteur curieux :

 d’après lui, la texture serait « plus spongieuse que pour une poitrine de poulet entière » mais le goût « battrait presque celui d’une variété traditionnelle ».

Reste un obstacle tout de même. L’acceptabilité des consommateurs.

En effet, en 2015, Jean-François Hoquette, directeur de recherche sur les herbivores à l’Inra de Clermont-Ferrand, expliquait à Sciences et Avenir : “d’après des études d’acceptabilité que nous avons mené en France, en partenariat avec la Belgique et l’Australie, la réaction des consommateurs vis-à-vis de ce type de produit est pour l’heure majoritairement de l’ordre de la répulsion en raison de son artificialité. Il faudra donc probablement plusieurs générations pour que la viande artificielle s’impose réellement sur le marché”.

Objectif : dans les réfrigérateurs d’ici 2021

Le poulet est la première source de protéines animales aux Etats-Unis, avec une consommation par habitant atteignant en moyenne 40 kg par an. La startup américaine entend augmenter sa production et diminuer les coûts de production afin de rendre son produit abordable d’ici 2021.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le poulet mal cuit peut causer le syndrome de Guillain-Barré (paralysie)


Le poulet mal cuit serait peut-être responsable du syndrome de Guillain-Barré. de toute manière, il est important de bien cuire les aliments pour éviter les problèmes de santé
Nuage

 

Le poulet mal cuit peut causer le syndrome de Guillain-Barré (paralysie)

 

Une bactérie commune qui se trouve dans le poulet mal cuit peut provoquer le syndrome de Guillain-Barre (SGB), selon une étude publiée dans le Journal of Autoimmunity. Le SGB est la principale cause de paralysie neuromusculaire aiguë à travers le monde.

Il faut un certain bagage génétique combiné à une certaine souche de la bactérie Campylobacter jejuni pour déclencher cette maladie auto-immune, explique Linda Mansfield de l’Université d’État du Michigan, coauteure.

Plusieurs de ces souches de bactéries sont résistantes aux antibiotiques et les travaux des chercheurs montrent que le traitement avec certains antibiotiques pourrait aggraver la maladie.

Les chercheurs ont produit trois modèles animaux du SGB qui représentent deux formes du syndrome chez les humains. Plusieurs autres virus et bactéries sont associés au syndrome, dont le virus du Zika, soulignent les chercheurs. Les modèles qu’ils ont développés peuvent aider à étudier les causes suspectées et des traitements potentiels, expliquent-ils.

Ceux qui souffrent de SGB peuvent initialement avoir des vomissements et la diarrhée. Une à trois semaines plus tard, ils peuvent commencer à développer une faiblesse et des picotements dans les pieds et les jambes. Peu à peu, la paralysie peut se propager à la partie supérieure du corps et des bras, et un respirateur peut même être nécessaire.

Les traitements sont limités et échouent dans plusieurs cas. Dans la présente étude, l’utilisation de certains antibiotiques aggravait les signes neurologiques, les lésions et le nombre d’anticorps pouvant attaquer par erreur les propres organes et tissus de l’organisme.

Les chercheurs poursuivent leurs travaux sur des médicaments potentiels.

La bactérie campylobacter jejuni infecte plus d’un million de personnes chaque année aux États-Unis et est également connue pour déclencher d’autres maladies auto-immunes telles que la maladie inflammatoire de l’intestin et l’arthrite de Reiter.

http://www.psychomedia.qc.ca/

Les poulets comme rempart contre le paludisme ?


Se peut-il que la solution contre le paludisme, du moins une prévention viendrait simplement de l’odeur des poulets ? Semble-t-il que les moustiques ne piquent pas en présence de ces volailles .
Nuage

 

Les poulets comme rempart contre le paludisme ?

 

Et si les poulets nous aidaient à lutter contre la maladie la plus mortelle au monde ? L’idée a été soulevée par des chercheurs éthiopiens et suédois, qui ont découvert que les moustiques, vecteurs du paludisme, redoutaient particulièrement l’odeur du poulet.

Le moustique ne pique plus lorsqu’il sent un poulet à proximité

Malgré des moyens considérables dédiés à la recherche d’un vaccin contre le paludisme, les chercheurs peinent encore à déjouer les stratégies de cette maladie qui, jusqu’ici, a contourné tous les anticorps que la science a pu imaginer. Dans cette course contre la montre, le poulet pourrait devenir un allié de taille. C’est ce que suggèrent des chercheurs éthiopiens et suédois qui publient leurs conclusions dans le Malaria Journal.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs sont partis d’un constat : les moustiques se servent de leur odorat pour localiser leur proie. Ils ont alors testé plusieurs odeurs, et placé différentes espèces à leur contact. Lorsque ces insectes ont été placés à proximité d’une odeur de poulet, ces derniers sont devenus comme inaptes à piquer.

Créer un répulsif efficace grâce au poulet

Ces conclusions ont été confirmées sur le terrain, en Éthiopie, où les chercheurs ont analysé le sang bu par des moustiques. À l’extérieur, ces derniers se nourrissent du sang du bétail, et à l’intérieur principalement de celui des humains, mais fuient les zones où vivent des poulets. Les chercheurs ont également observé que placer des poulets près d’un piège limitait considérablement le nombre de moustiques piégés.

« Cette étude démontre que les volatiles non-hôtes ont le pouvoir d’offrir une protection aux personnes qui risquent de contracter une maladie transmise par les moustiques », expliquent ainsi les chercheurs, qui espèrent poursuivre leur étude afin d’isoler l’odeur du poulet pour créer un produit répulsif.

Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le paludisme touchait 214 millions de personnes en 2015. L’année dernière, 438 000 personnes sont mortes de cette maladie, qui se transmet principalement par les piqûres de moustiques infectés par le parasite Plasmodium. C’est en Afrique subsaharienne que le paludisme fait le plus de victimes, puisqu’on y recense 89 % des cas et 91 % des décès.

http://www.passeportsante.net/

PFK lance un vernis à ongles à saveur de poulet


Un autre produit ridicule qu’une compagnie en restauration rapide vient de mettre sur le marché. Heureusement, cela n’est pas disponible au Canada
Nuage

 

PFK lance un vernis à ongles à saveur de poulet

 

Les marques rivalisent d’inventivité pour vendre leurs produits, mais la chaîne de restauration rapide Poulet Frit Kentucky vient de pousser l’audace une coche plus loin avec un vernis à ongles à saveur de poulet.

Créés pour les magasins de la chaîne à Hong Kong, les vernis à ongles comestibles sont offerts en deux saveurs, « Original » et « Épicé ».

« Pour l’utiliser, les consommateurs n’ont qu’à l’appliquer et à le laisser sécher comme un vernis régulier, pour ensuite le lécher – encore et encore et encore », a indiqué la marque dans un communiqué rapporté par Adweek.

Si la campagne semble être plus rigolote qu’autre chose, elle est pourtant bien réelle. PFK a d’ailleurs lancé une vidéo pour accompagner son vernis « bon à s’en lécher les doigts ».

Le vernis à ongles ne sera pas disponible en Amérique du Nord, mais la marque invite les consommateurs hongkongais à voter pour leur saveur/couleur favorite afin de lancer une plus grande production du vainqueur.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

McCroquettes: 31 ingrédients qui ne sont pas du poulet


Les restaurants McDonald’s vont-ils vraiment faire mieux pour leurs McCroquettes ? Jusqu’à maintenant, c’est beaucoup chose, mais très peu de poulet dans les croquettes
Nuage

 

McCroquettes: 31 ingrédients qui ne sont pas du poulet

 

McCroquettes: 31 ingrédients qui ne sont pas du poulet

Les McCroquettes sont l’objet de critiques depuis plusieurs années.Photo Yoshikazu Tsuno / AFP

Les McCroquettes, célèbres bouchées de poulet de la chaîne de restauration rapide McDonald’s, contiennent 31 ingrédients autres que du poulet, si l’on en croit la description disponible sur le site internet officiel de la multinationale américaine.

Outre le poulet blanc désossé, l’eau et le sel, la longue liste comprend de l’amidon modifié, du fer réduit, du bicarbonate de soude, de l’huile de maïs, de l’huile de canola, du faux safran, de l’acide citrique, du lactate de calcium, ou encore des vitamines B3 et B9.

Les McCroquettes sont l’objet de critiques concernant leur composition depuis plusieurs années. En 2013, des chercheurs du Mississipi avaient livré une «autopsie» de ce produit. Le constat était désastreux : la viande de poulet était peu présente par rapport à la graisse, aux vaisseaux sanguins, aux nerfs et aux os.

McDonald’s teste depuis le mois de mars une composition plus simple et plus santé pour ses McCroquettes. Effectué dans quelque 140 restaurants de la chaîne dans l’État de Washington et dans l’Oregon, cet essai doit permettre d’aboutir à l’élaboration d’une recette dont les ingrédients seraient «plus identifiables pour les consommateurs», tel que du jus de citron ou de l’amidon de riz, explique le site Crain’s Chicago Business.

McDonald’s a néanmoins refusé de détailler les ingrédients de la nouvelle recette. Les McCroquettes font partie des menus offerts par la chaîne de restauration rapide depuis 1983.

Ce n’est pas la première fois que McDonald’s tente de donner une image plus «santé» avec ses produits au poulet. En mars 2015, l’entreprise avait annoncé qu’elle arrêterait de servir, d’ici deux ans, de la volaille élevée aux antibiotiques dans ses 14 000 restaurants aux États-Unis

http://fr.canoe.ca/

Des scientifiques créent des embryons de poulets aux pattes de dinosaures


Je peux comprendre qu’on puisse vouloir comprendre les changements aux cours des millénaires des oiseaux, mais je ne suis pas chaude à l’idée qu’on puisse jouer avec les gènes pour recréer des parties de leurs ancêtres et ce même si ce n’est qu’en laboratoire sur des embryons dont le développement ne dépassera pas ce stade. Du moins pour le moment, car on sait que certains scientifiques rêvent d’aller plus loin et faire revivre certains dinosaures.
Nuage

 

Des scientifiques créent des embryons de poulets aux pattes de dinosaures

 

Poulet contre dinosaure | Rex Roof via Flickr CC License by

Poulet contre dinosaure | Rex Roof via Flickr CC License by

Repéré par Claire Levenson

«Avec une petite modification génétique, des millions d’années d’évolution peuvent être défaites.»

En modifiant l’expression d’un gène, des scientifiques de l’université du Chili ont réussi à créer des embryons de poulets avec des pattes comme celles qu’avaient les dinosaures.

Alors que chez les dinosaures, l’os du péroné se prolonge jusqu’à la cheville, il est beaucoup plus court chez les oiseaux. À un certain point de l’évolution, les oiseaux ont cessé de développer cet os plus long qui était nécessaire pour soutenir le poids du dinosaure. En inhibant l’expression du gène IHH (Indian hedgehog homolog), les scientifiques ont réussi à faire des embryons qui développaient la version dinosaurienne de cet os. Leurs recherches viennent d’être publiées dans la revue Evolution.

Ce genre d’expérimentation permet d’étudier comment les oiseaux ont évolué sur des millions d’années à partir de leurs ancêtres les dinosaures.

Comme le résume Discover Magazine, «avec une petite modification génétique, des millions d’années d’évolution peuvent être défaites».

Ce n’est pas la première fois que la science veut ramener les poulets à leurs origines dinosauriennes: la même équipe chilienne avait aussi créé des poulets avec des pieds de dinosaure, et en 2015, des scientifiques américains ont développé des poulets avec des becs de dinosaures.

«Non seulement nous en savons beaucoup sur le développement des oiseaux, mais aussi sur la transition oiseau-dinosaure, qui est bien documentée par les fossiles. Ce qui conduit à des hypothèses sur l’évolution de ce développement, et nous pouvons l’explorer dans le laboratoire», explique Alexander Vargas, un des auteurs.

Aucun poulet-dinosaure n’a vu le jour

Selon les fossiles retrouvés, les premiers animaux à avoir développé des péronés plus courts étaient des oiseaux avec des dents, au début de l’ère du Crétacé, et qui vivaient aux côtés des dinosaures.

Dans le laboratoire, les poulets à pattes de dinosaures sont restés à l’état embryonnaire; aucun poulet-dinosaure n’a jusqu’ici vu le jour. 

Comme le précise le Washington Post, avec la technique d’édition génétique CRISPR, il devient de plus en plus facile pour les scientifiques de ramener ainsi un animal vers ses ancêtres, en activant ou en inhibant des gènes.

http://www.slate.fr/