L’agriculteur montre ce qu’il y a dans cette oeuf géant d’une de ses poules


C’est vraiment étonnant ! Un agriculteur à trouver un oeuf que sa poule avait pondu. C’est déjà arrivé 5 fois auparavant oeuf est anormalement gros. Cette fois-ci, l’agriculteur a filmé ce que contient l’oeuf
Nuage

 

L’agriculteur montre ce qu’il y a dans cette oeuf géant d’une de ses poules

L’intelligence des poules serait sous-estimée


Les poules sont intelligentes beaucoup plus que l’on pourrait croire. Vous en doutez ? Alors, il y a de quoi à vous surprendre, si vous lisez la suite ….
Nuage

 

L’intelligence des poules serait sous-estimée

 

Les poules ne passent généralement pas pour des animaux très intelligents. Pourtant leurs capacités n’auraient rien à envier à la plupart des autres oiseaux et des mammifères : elles ont de notions d’arithmétique, éprouvent des émotions et ont même de la personnalité.

La poule est l’animal domestique le plus présent dans le monde : il y a plus de poules que d’Hommes sur Terre ! Mais cet oiseau souffre de nombreux préjugés et n’est généralement pas considéré comme un animal doué d’intelligence, contrairement à d’autres oiseaux comme le corbeau. Et pourtant… Dans un article paru dans Animal Cognition, Lori Marino, une spécialiste du comportement animal passe en revue les recherches récentes sur la psychologie, le comportement et les émotions de la poule.

L’auteur a expliqué dans phys.org que les poules « sont perçues comme dépourvues de la plupart des caractéristiques psychologiques que nous reconnaissons dans d’autres animaux intelligents et sont généralement considérées comme possédant un faible niveau d’intelligence par rapport à d’autres animaux. L’idée même de la psychologie du poulet est étrange pour la plupart des gens ».

Voici quelques-unes des capacités des poules. Tout d’abord, elles ont un sens de la numération, des capacités arithmétiques de base comme d’autres animaux, et peuvent distinguer des quantités. Elles possèdent des capacités visuelles et spatiales : lorsqu’il s’agit de picorer en groupe, elles reconnaissent leur place dans l’ordre, grâce à l’observation. Les poules apprennent les unes des autres. Elles raisonnent par déduction, une capacité que les humains développent vers l’âge de sept ans.

Les poules communiquent entre elles et peuvent sonner l’alerte en cas de danger. © gosphotodesign, Fotolia

Les poules communiquent entre elles et peuvent sonner l’alerte en cas de danger. © gosphotodesign, Fotolia

Un oiseau capable de comportements sociaux complexes

Les poules perçoivent les intervalles de temps et anticipent des événements à venir. Elles prennent des décisions en fonction de ce qui est le mieux pour elles : elles font preuve de self-control si elles ont compris qu’elles pouvaient obtenir de meilleures récompenses alimentaires.

La communication chez la poule est aussi relativement complexe puisqu’elle utiliserait au moins 24 vocalises différentes. Elles peuvent se servir de ces sons comme alarme, pour signaler un danger par exemple. Cette capacité à prévenir le groupe d’une menace la rapproche d’autres animaux sociaux et intelligents, comme les primates.

Les poules éprouvent des émotions positives ou négatives, comme la peur ou l’anxiété. Elles possèdent aussi une forme d’empathie appelée contagion émotionnelle. Elles ont leur personnalité propre, leurs comportements sont sophistiqués : elles peuvent faire des discriminations entre individus et leurs interactions sociales sont parfois considérées comme « machiavéliques ». Les mamans poules présentent quant à elles des traits typiquement maternels.

La conclusion de l’auteur est que les poules sont aussi complexes du point de vue cognitif, émotionnel et social que la plupart des autres oiseaux et mammifères.

http://www.futura-sciences.com/

Un chat se fait voler la souris par un ennemi insoupçonné


Voici une scène inusitée d’un chat prédateur qui s’amuse avec une souris pour peut-être la manger. La souris se défend corps et âme et pourtant, il finira tragiquement, non pas par le chat, mais par un animal insoupçonné qui le captura pour en finir avec la pauvre petite souris
Nuage

 

Un chat se fait voler la souris par un ennemi insoupçonné

 

Le top des animaux drôles


Il existe des animaux qui par leur apparence sorte de l’ordinaire de ce que nous connaissons
Nuage

 

Le top des animaux drôles

Il y a les animaux archi mignons et les franchement laids. Et entre ces deux extrêmes, il y a cette catégorie d’animaux qui nous font rire.  Voici notre top des animaux drôles.

Ce chien qui ressemble à l’acteur Samuel L. Jackson

Chien Samuel L Jackson

L’ibijau gris

Ibijau gris

On vous a déjà démontré les habilités de camouflage de l’ibijau gris. (le lien ne fonctionne pas Ndlr) Avec cette photo, on comprend pourquoi il doit fermer les yeux pour se cacher!

La poule soie

Poule soie

On retrouve cette poule domestique très docile un peu partout dans le monde. Ce qui la distingue, outre son plumage pour le moins fournis, ce sont les cinq doigts qu’elle a à chaque patte (les poules en ont habituellement que quatre), et surtout sa chaire noire!

Ce spécimen de tortue de la Mary River

Tortue Marye River

Avec son allure punk, cette tortue australienne fait immanquablement sourire. Mais ce look rigolo cache un sérieux problème. Les algues qui recouvrent le spécimen sont un signe que l’habitat de cette torture unique est menacé.  En 2008, lors que ce cliché a été pris, plusieurs groupes  de protection de la faune étaient déjà à pied d’œuvre pour tenter de stopper la construction d’un barrage sur la rivière Mary. Avec cette photo éloquente, ils avaient enfin la mascotte idéale pour les aider dans leur lutte.  En novembre 2009, le projet de barrage a été abandonné. Une histoire qui finit bien.

La chenille Iron Man

Chenille Iron Man

Le tamarin empereur

Tamarin empereur

On retrouve ce petit primate moustachu en Amérique du Sud.

http://www.canald.com/

Le Saviez-Vous ► La couleur des jaunes oeufs


Je croyais qu’un jaune d’oeuf d’un orange foncé affectait la qualité de l’oeuf et il semble que non. En fait, il serait plus nutritif
Nuage

 

La couleurs des jaunes d’oeufs

© mejorconsalud.com

© mejorconsalud.com

Avez-vous déjà réfléchi à la couleur que devait avoir un jaune d’œuf ? Il s’avère que c’est en réalité très important.

Il y a environ 100 ans, les scientifiques ont découvert que la couleur d’un jaune d’œuf était déterminée par le nombre de caroténoïdes qu’il contient. Ce sont des antioxydants qui aident à la formation de la vitamine A, qui permet d’améliorer l’état des os. Par conséquent, plus la couleur du jaune est riche, plus il contient de nutriments sains.

Elle dépend directement de la façon dont a été nourrie la poule qui l’a pondu. Si elle a eu un régime uniforme constitué essentiellement de grains, alors le jeune sera d’une couleur jaune clair. Si le régime de la poule intégrait du maïs, des plantes, et des insectes, alors la couleur aura une teinte orange.

Certaines grosses fermes d’œufs utilisent même une échelle de 15 tons jaune-orange différents afin de déterminer la qualité de leurs produits.

© modernfarmer.com © modernfarmer.com

En général, il est préférable de consommer des œufs ayant un jaune orange vif, car ils contiennent la quantité maximale de composés dont notre corps a besoin.

© mejorconsalud.com © mejorconsalud.com

Parfois, les jeunes de couleur pâle résultent des changements saisonniers. L’hiver, les jaunes deviennent souvent plus pâles à cause de la quantité relativement faible de nourriture donnée aux poules à cette période de l’année. Mais dans la plupart des cas, une couleur pâle indique des œufs de mauvaise qualité et la mauvaise santé des poules qui les ont pondus. Les œufs de ce type ne vous apporteront pas la quantité requise de nutriments sains.

Vous devriez toujours vérifier la qualité des œufs en regardant ce qui est écrit sur la boîte. Prêtez attention à la présence de colorants synthétiques, et achetez des œufs provenant de fournisseurs fiables, de poules élevées dans de bonnes conditions.

http://bridoz.com/

«Elles se font dévorer vivantes»: ce que j’ai vu dans une ferme de poules sans cages


Les poules élevées en liberté ! Les grandes entreprises telles que Costco a adhéré à l’élevage sans cage ! Vraiment ? Sauf qu’une surpopulation confinée dans un endroit exigu et pour ces poules, c’est une torture inimaginable
Nuage

 

«Elles se font dévorer vivantes»: ce que j’ai vu dans une ferme de poules sans cages

 

 

Mise en garde : la vidéo ci-dessous montre des images crues de poules blessées et tuées. Certains passages pourraient choquer.

Wayne Hsiung

Avocat, ancien professeur de droit à l’Université Northwestern et enquêteur en chef de l’Open Rescue Network du Direct Action Everywhere

La première chose que j’ai entendue, dans la noirceur, c’est un cri. Je me suis demandé s’il y avait des enfants. Ça sonnait comme un bébé qui pleure.

Mais, avec un peu de lumière, j’ai compris d’où venait ce cri. À l’autre bout du bâtiment, des poules hurlaient parce qu’elles se faisaient attaquer. Plusieurs d’entre elles – une douzaine, selon les données de la ferme – n’allaient pas passer la nuit. Dans cette ferme de Costco, où il n’y a pas de cages et les poules sont «en liberté», elles s’étaient fait dévorer vivantes.

Des centaines de grandes bannières se mettent à l’élevage sans cages, croyant offrir aux animaux un cadre de vie plus humain. Mais en tant qu’enquêteur en chef de l’Open Rescue Network du Direct Action Everywhere, je vois les choses autrement. Je suis habité par l’horreur. Parce qu’en allant au-delà de l’aspect marketing de l’opération, on se rend compte que l’élevage sans cages est loin d’être inoffensif pour les poules.

Une étude démontre que le taux de cannibalisme augmente de 3 000 % dans ces conditions. C’est une façon horrible de mourir. Le cloaque de la poule (l’équivalent du vagin) est pris pour cible parce qu’il est mou, charnu et couvert de fluides de l’œuf. Rendues un peu folles par la surpopulation, les volailles attaquent cette partie et, ce faisant, tirent des organes internes hors de la poule. Les victimes de ces attaques meurent à petit feu. À la ferme de Costco, j’ai regardé un oiseau – en sang et incapable de marcher – traîner son corps dans un tas de fumier pour tenter de s’enfuir. Malgré les efforts de notre équipe, cette poule n’a pu être sauvée.

Les oiseaux sont entassés dans un espace pas plus grand qu’une feuille 8,5 x 11.

Le cannibalisme n’est que la pointe de l’iceberg. Sur presque tous les points de vue, de la qualité de l’air jusqu’aux fractures, les poules se portent moins bien dans un système sans cages. Trois fois plus de poules meurent prématurément. Si de telles statistiques pesaient sur une prison, ses directeurs seraient poursuivis en justice.

Voici le principal problème auquel les poules font face : dans les fermes sans cage – comme dans celles avec cages – les oiseaux sont entassés dans un espace pas plus grand qu’une feuille 8,5 x 11. Imaginez passer toute votre vie dans votre douche. Maintenant, imaginez passer toute votre vie dans votre douche… avec une foule d’étrangers! Cage ou non, les conditions sont atroces.

Les fermes sans cages ne sont pas bonnes pour les animaux, mais elles profitent à l’industrie

Bloomberg a démontré que le consommateur moyen était prêt à payer plus du double pour une douzaine d’œufs venant de poules élevées dans une ferme sans cages. Une prime de 2 $ par douzaine d’œufs. Mais les coûts reliés à cet élevage n’augmentent que de 0,15 $ par douzaine. Si tous les œufs étaient produits dans des fermes sans cages, l’industrie verrait ses profits augmenter de 7 milliards de dollars!

Ces chiffres ne sont pas que spéculatifs. Après une année marquée par plusieurs passages au système sans cages, l’American Egg Board projette un accroissement de 5 % de la consommation d’œufs par habitant. Les investissements dans la production d’œufs ne cessent d’augmenter. Ce qui veut dire que des millions de poules vivront dans des conditions horribles sur des fermes d’œufs dites modernes. La ferme de Costco, où nous avons enquêté, vient de recevoir une aide d’un million de dollars pour agrandir ses installations.

La solution à ce problème n’est pas de changer les pratiques des entreprises, mais bien les systèmes à la prime qui se cachent sous ces pratiques.

Les entreprises vivent dans un monde où les actionnaires veulent des profits, où les animaux sont des «choses» qui aident à atteindre ces profits et où les réglementations sur le fait de transformer ces animaux en profits sont inexistantes. Ce n’est donc pas une surprise si – contrairement au monde financier – les réformes volontaires sont sans cesse sapées. Avec le système actuel, les entreprises ont les mains liées. Celles qui tentent de faire les choses correctement sont punies par le marché pour avoir mis leur argent au mauvais endroit.

Tant que le système ne changera pas – en donnant un semblant de droit légal aux animaux – ces abus vont se poursuivre.

C’est exactement ce qui se produit avec les productions sans cages. Les sociétés trouvent des moyens ingénieux pour entasser plus d’oiseaux dans des espaces déjà trop exigus. Tant que le système ne changera pas – en donnant un semblant de droit légal aux animaux – ces abus vont se poursuivre.

Le vrai changement ne peut dépendre d’entreprises comme Costco. Le changement viendra, comme de grands mouvements nous l’ont prouvé par le passé, en changeant les règles politiques. L’idée d’avoir une Déclaration des droits animaux semble utopique, mais c’était le cas aussi, il n’y a qu’une génération, du mariage entre conjoints de même sexe ou du droit de vote pour les femmes, au tournant du 20e siècle. Pourtant, nous avons fait du progrès.

En résumé, nous devons «libérer les poules», comme l’a si bien dit Bill Maher à Costco l’an dernier. Mais cette liberté ne viendra pas en faisant la promotion de l’élevage sans cages. Elle viendra quand nous reconnaîtrons la liberté, la dignité et même la personnalité des animaux sur des bases légales.

Cette situation vous choque? Demandez à Costco de prendre des mesures pour cesser ces pratiques.

Ce billet de blogue initialement publié sur Le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

L’œuf ou la poule? Arrêtez tout, on est (enfin) fixé


L’oeuf ou la poule ? Êtes-vous plus oeuf avant la poule ou plus poule avant l’oeuf. Une question qui taraude même des scientifique
Nuage

 

L’œuf ou la poule? Arrêtez tout, on est (enfin) fixé

 

Hens | Steven Lilley via Flickr CC License by
et Three Norfolk Grey Eggs | Kat via Flickr CC License by

Hens | Steven Lilley via Flickr CC License by et Three Norfolk Grey Eggs | Kat via Flickr CC License by

Repéré par Camille Malnory

Désolé à tous ceux qui ont défendu un jour la thèse comme quoi c’était la poule.

«Qui de l’œuf ou la poule est arrivé en premier?»

La question est ancestrale et est presque devenue un running-gag tant scientifique que philosophique. Il y a les pro-poule et les pro-oeufs. En 2010, des chercheurs avaient écrit une étude concernant une protéine nécessaire à la formation des œufs qui se trouverait dans les ovaires des poules. La poule serait donc obligatoirement venue la première, mais l’explication n’avait pas convaincu tout le monde. Aujourd’hui, incroyable retournement de situation, ce serait finalement l’œuf le premier, explique le Time.

«C’est une question séduisante parce qu’on veut en faire une question stupide, explique Roy Sorensen, philosophe à l’Université de Washington et qui a écrit sur le sujet, mais vous pouvez voir à toute la réflexion qu’il y a autour qu’on est impatient de savoir, parce que ce n’est pas une question stupide.»

Les premiers œufs ont existé bien avant les gallinacées. Les plus vieux fossiles d’œufs retrouvés datent d’environ 190 millions d’années et ils venaient de dinosaures. LesArchaeopteryx, communément reconnus comme étant les premiers oiseaux de l’univers, ont arpentés le Jurassique il y a environ 150 millions d’années. Conclusion: l’oiseau en général est apparu après l’œuf.

Cette histoire préhistorique est aussi vraie pour ce qui nous intéresse ici, c’est-à-dire les poules. En réalité, les poules ne sont pas venus d’œufs de poule, mais d’un autre animal. Des presque-poulets ont un jour pondu un œuf, qui contenait, suite à des mutations génétiques, un gallinacé tel qu’on le connaît.

Il est compliqué de savoir de quand date ce fameux premier œuf ayant donné la première poule, mais on sait que les poulets domestiques datent d’il y a environ 7.000 ans et on se situerait donc dans ces eaux-là.

Finalement, le plus drôle est de savoir que le débat fait rage depuis des siècles et vient de la philosophie. Tout a commencé en Grèce Antique avec Aristote, explique Sorensen. Dans une traduction d’un livre de Fénelon sur les anciens philosophes, on peut lire cette réflexion du philosophe grec:

«Il ne pouvait y avoir un premier œuf pour faire naître un oiseau, ou il y aurait eu un premier oiseau pour faire un œuf, puisque les oiseaux viennent des œufs.»

Cette réflexion pour le moins compliquée s’est développée au cours du temps et a changé avec les époques de Plutarch à Thomas d’Aquin, en passant par Denis Diderot et Charles Darwin. Plus d’un siècle après De l’origine des espèces de Darwin, on va peut-être enfin arrêter de se poser la question.

http://www.slate.fr/

Les poussins ne seront plus broyés vivants aux Etats-Unis


Au Canada, à ma connaissance, il n’y a pas encore de loi pour éviter ce genre de carnage, mais on songe à y mettre fin, surtout si la technologie permet de faire la différence bien avant la naissance entre un mâle ou une femelle, quoique cela me dérange quand même.
Nuage

 

Les poussins ne seront plus broyés vivants aux Etats-Unis

 

Une vidéo dénonçant les conditions de vie et de mort des poussins dans un élevage de poules pondeuses.

Une vidéo dénonçant les conditions de vie et de mort des poussins dans un élevage de poules pondeuses.

Fini le broyage des poussins outre-Atlantique. Les Etats-Unis ont annoncé la fin de cette pratique controversée dans l’élevage de poules pondeuses. Plus précisément, c’est la coopérative agricole United Egg Producers, qui regroupe 95% des producteurs d’œufs du pays, qui a annoncé y mettre un terme, rapporte l’AFP. L’entreprise a annoncé ce jeudi qu’elle allait en finir avec le broyage des poussins mâles. Mais il faudra attendre 2020 pour que cette pratique disparaisse complètement.

Pour la Humane League, association de défense des animaux qui milite depuis des années pour la disparition de cette méthode, c’est une victoire.

« Avec cette engagement, il devient évident que la suppression des poussins ne sera bientôt qu’un lointain souvenir sur le sol américain ».

Identifier le sexe des embryons avant l’éclosion

Les poussins mâles, ne pondant pas d’œufs et n’ayant pas les mêmes caractéristiques que les poulets élevés pour leur chair, sont triés dès leur naissance et jetés dans des broyeuses. Si la méthode est légale et utilisée dans de nombreux pays, comme la France, elle est particulièrement choquante.

Les Etats-Unis vont ainsi s’inspirer des recherches effectuées en Allemagne où un laboratoire développe une technique permettant d’identifier le sexe des embryons présents dans les œufs avant l’éclosion. La technique repose sur la spectroscopie, c’est-à-dire l’analyse du spectre lumineux des vaisseaux sanguins des embryons. Un laser creuse un sillon circulaire au sommet de l’œuf, qui permet, en soulevant la coquille, de faire un trou.

L’œuf est ensuite déposé dans un caisson noir, un spectromètre. Sur un écran s’affiche le spectre des caractéristiques biochimiques du sang de l’embryon. Le procédé, rapide, permet d’arriver à un taux d’identification correcte de 95%. Si le poussin est mâle, l’œuf est jeté. L’œuf femelle est rebouché, à l’aide d’un simple sparadrap, et mis en couveuse.

Des poussins mis dans des sacs en plastique et étouffés

En Allemagne, le ministre de l’Agriculture a promis qu’à partir de 2017, les poussins mâles ne seraient plus broyés. La France n’est pas en avance sur le sujet. Début mars, un couvoir breton à Saint-Hernin, dans le Finistère, et son gérant ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Brest à une amende de 19.000 euros pour mauvais traitement envers des animaux. Une peine de six mois de prison avec sursis avait été requise.

A l’origine, une plainte avait été déposée par l’association de défense des animaux L214 suite à la publication d’une vidéo. Elle montrait, en caméra cachée, des poussins mis dans des sacs en plastique et étouffés, jetés vivants dans une benne à ordure et agonisant ou passant encore vivants dans un broyeur. Les images ci-dessous sont particulièrement choquantes.

L’association avait lancé une pétition, soutenue par de nombreux parlementaires, pour demander l’interdiction de « cette pratique cruelle », qui concerne 50 millions de poussins selon elle. Elle avait recueilli plus de 120.000 signatures. Au lendemain de la publication de la vidéo, la Direction générale de l’alimentation avait annoncé la remise à plat des normes du bien-être animal.

http://www.metronews.fr/

Des animaux qui veulent vraiment entrer à l’intérieur.


 

Quand nos animaux veulent rentrer à la maison, ils peuvent se montrer très insistants. J’ai eu un chat, quand il voulait rentrer à tout prix, il faisait comme les numéros 4 et 15
Nuage

 

Des animaux qui veulent vraiment entrer à l’intérieur.

La plupart des animaux aiment passer du temps à l’extérieur, mais parfois, ils veulent aussi passer du temps à l’intérieur.

Vu qu’ils ne peuvent pas parler ni ouvrir la porte, ils sont obligés de vous dire qu’ils veulent rentrer en utilisant le langage du corps.

Jetez un coup d’œil à la façon dont ils le font!

1. « Hé, qu’est-ce que vous cuisinez ce soir? Quelque chose d’appétissant pour les chiens, les chats et les poules peut-être? »

out 1

IMGUR

2. « Ouvrez la poooooorte! »

out 2

IMGUR

3. « J’ai faim … »

out 3

IMGUR

4. « Je dois rentrer MAINTENANT! »

out 4

IMGUR

5. « Il y a quelqu’un derrière moi, je dois entrer à l’intérieur! »

out 5

LIKESHARETWEET

6. « Le chat a faim et moi aussi. »

out 6

LIVEINTERNET

7. « Je vais rester ici jusqu’à ce que tu ouvres la porte. »

out 7

BOREDBUG

8. « Qu’est-ce que je vois? De saucisses?! »

out 8

PIKABU

9. Toc toc!

out 9

IMGUR

10. « J’attend depuis des heures… »

out 10

INSTAGRAM/MINJEONGGIM

11. « Je t’ai apporté un petit cadeau! »

out 11

IMGUR

12. « Aide-moi, il fait froid! »

out 12

BOREDPANDA

13. « S’il te plaît, laisse-moi entrer! »

out 13

BOREDPANDA

14. « J’ai invité un ami pour le dîner! »

out 14

IMGUR

15. « Chat araignée veut savoir s’il peut rentrer. »

out 15

BOREDPANDA

16. « J’étais fatigué d’attendre alors j’ai dû m’asseoir. »

out 16

IMGUR

17. « Tu peux avoir mon ours en peluche si tu me laisses entrer. »

out 17

LETRIBUNALDUNET

18. « Juste parce que je ressemble à la neige ne veut pas dire que je l’aime. »

out 18

IMGUR

19. « Allez, on promet qu’on ne te court pas après si tu nous laisses entrer! »

out 19

BAJIROO

20. « Les chats et l’eau ne se mélangent pas, et vous le savez! »

out 20

REDDIT

21. « Pouvez-vous résister à ce regard? »

out 21

REDDIT

22. « Voulez-vous un peu de compagnie? »

out 22

REDDIT

23. « J’ai dû trouver un abri pour ne pas me mouiller. »

out 23

REDDIT

24. « J’ai rangé tous mes jouets, puis-je entrer maintenant? »

out 24

REDDIT

Les animaux savent s’exprimer sans paroles et ils nous donnent tant de joie tous les jours!

http://incroyable.co/

Une quarantaine de cadavres d’animaux découverts chez une bénévole d’association animale


Quelle surprise qu’on dut avoir les responsables de refuge pour animaux qu’une de leur bénévole faisait mourir les animaux dont un des chiens qu’ils lui ont laissé en famille d’accueil. Ces animaux sont mort de faim, de soif …
Nuage

 

Une quarantaine de cadavres d’animaux découverts chez une bénévole d’association animale

 

Parmi les chiens dont s'occupait la bénévole, des bullmastiffs.

Parmi les chiens dont s’occupait la bénévole, des bullmastiffs.

Photo: SIPA/ILLUSTRATION

FAIT DIVERS – Une quarantaine de cadavres d’animaux dont ceux de 28 chiens ont été découverts fin novembre près de Brest, au domicile d’une jeune femme bénévole pour une association de protection des animaux bretonne. La responsable Klervie Talarmain est encore sous le choc.

« Elle a rejoint l’association en avril, et jusqu’à très récemment, je ne me doutais de rien », déclare Klervie Talarmain, des trémolos dans la voix.

La responsable de l’association de protection des animaux Les Alfredes n’imaginait pas une seule seconde en acceptant comme bénévole Elodie la suite tragique des événements.

Entre fin novembre et début décembre, une quarantaine de cadavres d’animaux ont été retrouvés au domicile de la bénévole, à Milizac, près de Brest (Finistère). Les restes de 28 chiens, deux chats, cinq lapins, une poule et une oie ont été retrouvés dans des enclos fermés, a révélé Ouest France ce mercredi.

« Mensonge sur mensonge »

Elodie s’était présentée aux Alfredes au mois d’avril dernier pour être famille d’accueil alors que l’association venait de prendre en charge un molosse.

« Elle connaissait très bien ce genre de chiens car elle avait eu un élevage à Milizac jusqu’en 2010 », indique Klervie Talarmain àmetronews. « Elle n’avait que de bonnes recommandations, on l’a prise tout de suite. »

En août dernier, Elodie se propose d’accueillir Zeus, un american staff de deux ans abandonné par ses propriétaires.

« J’ai demandé des nouvelles du chien en septembre, elle m’a dit que tout allait très bien », poursuit Klervie Talarmain. « Début octobre, j’ai voulu aller voir Zeus, mais notre bénévole a annulé en disant qu’elle était malade. Ça peut arriver ».

Mi-octobre, Klervie Talarmain cherche de nouveau à voir le molosse pour prendre des photos.

 « Elle m’a dit encore une fois que je ne pouvais pas, car le chien était à Mililzac, là où elle avait son élevage jusqu’en 2010. Elle m’a dit qu’elle avait gardé la propriété et qu’elle devait la rendre en juin prochain. Elle m’a précisé qu’elle avait mis le chien là-bas car il était ‘un peu speed’ et qu’elle voulait le travailler. Elle a une formation en éducation canine », raconte la responsable.

Klervie Talarmain demande alors à Elodie de lui prendre des photos et de lui remettre. Mais les clichés n’arrivent jamais.

« Elle trouvait toujours des excuses. Elle annulait les rendez-vous. Je ne pouvais jamais voir le chien. C’était mensonge sur mensonge. Dans un premier temps, j’ai cru qu’elle l’avait perdu. »

« Elle avait mangé son panier »

Ne parvenant à voir le jeune molosse, la responsable des Afredes se rend le 26 novembre sans prévenir à Milizac et finit par retrouver le cadavre de Zeus dans un enclos.

« Le matin, au téléphone, elle m’avait dit que le chien allait très bien… Je l’ai rappelée le soir, sans lui parler de la macabre découverte que je venais de faire. Elle a continué à mentir et à me dire que Zeus allait très bien. »

Klervie Talarmain retourne alors sur place avec les gendarmes.

« Je n’imaginais pas trouver autant d’animaux morts. Nous avons découvert des chiens, des chats, des lapins… Ils étaient dans des enclos à même le sol, dans un puits… Certains sont morts de soif sans doute. D’autres, de faim. Dans une niche, nous avons découvert le squelette d’un chien qui avait mangé son panier et griffé toute la paroi. C’était horrible. »

L’association Les Alfredes a porté plainte. Le Refuge, 30 Millions d’amis et Bêtes en scène, d’autres associations de protection des animaux se sont constituées partie civile. Elodie, elle, serait dans le déni total. L’ex-bénévole, ainsi que sa mère et son beau-père avec qui elle vivait, sont toujours entendus par les gendarmes.

http://www.metronews.fr/