Cette poubelle robo­tique se sort toute seule


Bien que ce soit utile pour certains handicaps, l’entreprise veut aussi l’offrir a toutes personnes intéressées. Cela ne sera sûrement pas pratique en hiver, et franchement si nous sortons de la cour, c’est quoi mettre les poubelles au chemin ? Ce serait une dépense vraiment inutile et une preuve d’une grande paresse.
Nuage


Cette poubelle robo­tique se sort toute seule


Crédits : Rezzi

par  Nicolas Pujos

La start-up améri­caine Rezzi vient de mettre au point une poubelle robo­tique qui se sort toute seule, rappor­tait le Daily Mail le 1er octobre.

Basée dans le Massa­chu­setts, Rezzi vient d’être primée pour avoir conçu SmartCan, une poubelle intel­li­gente capable de se sortir toute seule. Deux roues moto­ri­sées sont reliées à un boitier qui vient s’ajus­ter sur les poubelles mises à dispo­si­tion par les muni­ci­pa­li­tés. Une appli­ca­tion permet de program­mer la date et l’heure de sortie de la poubelle.

« Nous avons déve­loppé SmartCan en pensant à diffé­rents consom­ma­teurs dont les personnes handi­ca­pées, afin de pouvoir leur redon­ner de l’au­to­no­mie », explique Andrew Murray, cofon­da­teur de Rezzi.

Mais que les simples flem­mards se rassurent, le public visé est plus large puisque l’en­tre­prise dit travailler au déve­lop­pe­ment d’un produit pouvant être utilisé par toutes les personnes possé­dant une poubelle.

Le prix de SmartCan n’est pas encore déter­miné mais l’en­tre­prise a conscience que les clients ne sont pas prêts à débour­ser des sommes folles pour leur gadget. La commer­cia­li­sa­tion devrait débu­ter courant 2020.

Source : Daily Mail

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Apollo 11: la première photo prise sur le Lune est celle… d’un sac-poubelle


La première photo que Neil Armstrong a prise quand il a mit le pied sur la Lune était un sac-poubelle pleine de déjections. Cela montre un côté négatif des missions spatiales, les déchets laisser sur place. Bon, on comprend que l’odeur des excréments pendant des jours dans un endroit confiné devait être insupportable. Il fallait bien s’en débarrassé dans un sac plastique, le plastique qui ne se dégrade pas en criant ciseaux et encore moins sur la lune. Malheureusement, il n’y a pas juste le sac de plastique en cause, mais divers objets qui ont été laissé sur la Lune au cours des missions depuis Apollo 11. Preuve que partout ou l’homme met les pieds, il pollue l’environnement.
Nuage


Apollo 11: la première photo prise sur le Lune est celle… d’un sac-poubelle


  • Par   Tristan Vey

Au total, les six missions Apollo auront laissé derrière elles des centaines de kilos de «déchets», recensés dans un catalogue publié par la Nasa en 2012.

C’est un moment historique. Neil Armstrong pose le pied sur la Lune. Pour la postérité, il lâche ces quelques mots, soigneusement préparés: «It’s a small step for [a] man, but a giant leap for mankind» (en français: «C’est un petit pas pour l’homme mais un bon de géant pour l’humanité»). Puis il prend son appareil photo et immortalise l’instant en prenant un cliché… d’un sac-poubelle.

Les défis de la conservation des objets de la mission Apollo 11

On en déduit que la première chose que les astronautes de la mission Apollo 11 ont fait en sortant de leur capsule, c’est donc de jeter leurs ordures à la surface. À leur décharge (sans mauvais jeu de mots), les astronautes devaient probablement vouloir se débarrasser au plus vite de leurs déjections qui devaient empester l’habitacle. Cela fait en effet plus de quatre jours que Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins (resté en orbite) partagent un habitacle extrêmement réduit, sans douche ni toilettes. Imaginez un vestiaire de gymnase sans aération depuis quatre jours et dont les sanitaires sont bouchés et vous aurez une petite idée de l’enfer olfactif dans lequel ils vivaient.

Ce «jettison bag» devait ainsi contenir, entre autres, des «sacs à fèces», un dispositif en plastique transparent qui se colle aux fesses et permet de faire ses besoins en apesanteur à peu près proprement. Rappelons que lorsqu’ils sont dans leurs scaphandres, les astronautes portent carrément des couches pour faire leurs besoins, encore aujourd’hui. Pas très glamour, reconnaissons-le.

Mais au-delà de l’anecdote, cette question des déjections n’est pas si anodine. En 1967, un traité onusien sur l’exploration spatiale rappelle que tous les membres de l’organisation internationale, dont les États-Unis font évidemment partie, doivent s’assurer d’éviter «toute contamination nocive de l’espace et des corps célestes». Or les déjections fécales contiennent de nombreux microbes. De la vie, en somme.

Peu de chances que les micro-organismes aient survécu à leur séjour prolongé sur la Lune, bombardée en permanence par les rayons cosmiques, mais on ne sait jamais. Des scientifiques réfléchissent très sérieusement à récupérer ces «échantillons» et à les faire revenir sur Terre pour les étudier. Ce qui a conduit Buzz Aldrin à répondre avec humour début avril à un long article sur le sujet posté sur le média Vox:

Autre problématique, celle de la préservation des sites Apollo. Les six missions ont laissé sur place des centaines d’objets, instruments (et 96 sacs de ces sacs-poubelles hightech). Cinq des six drapeaux américains sont encore en place. Faut-il préserver les sites en l’état comme vestige d’un patrimoine mondial commun? Ou les nettoyer? Les sites des expériences déployées par les missions Apollo 16 et 17 ont des petits airs de décharges à ciel ouvert… Un catalogue publié par la Nasa en 2012, et disponible ici, recense tous les objets qui ont été laissés sur place. Et il y a en a beaucoup…

Les expériences menées par les astronautes lors de la dernière mission Apollo, la 17.Les expériences menées par les astronautes lors de la dernière mission Apollo, la 17. NASA

Les instruments laissés sur place par les astronautes de la mission Apollo 16.


http://www.lefigaro.fr

Ce SDF de San Fran­cisco survit grâce à ce qu’il trouve dans les poubelles de Mark Zucker­berg


Bien que la situation de vivre dans la plus grande pauvreté, trouver de quoi pour subsister n’est pas toujours facile. Un SDF a trouvé de quoi pour survivre grâce aux poubelles d’un homme très riche très connu dans le monde …
Nuage

 

Ce SDF de San Fran­cisco survit grâce à ce qu’il trouve dans les poubelles de Mark Zucker­berg

 

Crédits : NYT

par  Servan Le Janne

À quelques kilo­mètres de la piscine de Mark Zucker­berg, à San Fran­cisco, Jake Orta vit ces jours-ci dans un appar­te­ment à une seule fenêtre rempli d’or­dures. Il y a là un casque de vélo pour enfant rose trouvé dans la poubelle du patron de Face­book, mais aussi un aspi­ra­teur, un sèche-cheveux, une machine a café et une pile de vête­ments.

Devenu sans-abri après avoir fait carrière dans l’ar­mée, Jake Orta paye actuel­le­ment un loyer avec l’aide de l’État et gagne un peu d’argent en récu­pé­rant ce que d’autres mettent au rebut. Comme lui, de nombreux habi­tants de San Fran­cisco défilent devant les maisons des milliar­daires faute de mieux, racon­tait le New York Times le 7 avril.

« C’est incroyable ce que les gens jettent », constate l’homme de 56 ans en débusquant un jean de desi­gner à peine usé, une veste noire en coton, des baskets Nike en parfait état et une pompe à vélo. « Vous ne savez jamais ce que vous allez trou­ver. » Dans cette écono­mie paral­lèle, illé­gale en Cali­for­nie, on peut gagner de 30 à 40 dollars par jour, soit près de 300 dollars par semaine. Bien des trou­vailles sont reven­dues sur les marchés de Mission Street ou de Julian Avenue.

Jake Orta garde parfois certains objets, comme cette collec­tion de jour­naux du monde entier qui datent de la Seconde Guerre mondiale. Mais près de la maison à dix millions de dollars de Mark Zucker­berg, il arrive que rien ne soit exploi­table. Alors il conti­nue sa tour­née.

Source : The New York Times

https://www.ulyces.co

Voici ce que j’ai appris en fouillant les poubelles


Je trouve admirables ceux qui sont capables de fouiller dans les poubelles des épiceries et des restaurants pour se nourrir. Ces gens pourraient faire leur épicerie comme tout le monde, sans pour autant se payer du luxe. Alors que dans les poubelles, on trouve de tout qui est encore consommable. Chez moi, certains supermarchés baissent les prix pour des aliments qui ne sont pas conformes ou encore près de la date de péremption ou de dernier recours. Alors que d’autres donnent leur surplus à des organismes, mais il reste beaucoup à faire.
Nuage

 

Voici ce que j’ai appris en fouillant les poubelles

 

CAMERON MACLEISH

  • Par Cameron Macleish, HuffPost US

Ceux qui n’ont pas l’habitude de faire les poubelles seront sans doute dégoûtés. Je l’étais aussi la première fois que j’en ai entendu parler.

J’ai à côté de moi du pain croustillant, des légumes frais, des fromages fins et de beaux morceaux de viande. Je n’ai pas les moyens de m’offrir ces aliments. Enfin, je ne les aurais pas… s’ils n’étaient pas gratuits.

Ce festin composé d’aliments de très bonne qualité, apparemment disponible en abondance, provient des fouilles de poubelles que j’effectue aux États-Unis. Voilà quatre ans que je récupère de la nourriture dans les bennes à ordures des magasins.

Ceux qui n’ont pas l’habitude de faire les poubelles seront sans doute dégoûtés. Je l’étais aussi la première fois que j’en ai entendu parler. C’est normal: on associe les poubelles à la nourriture avariée et autres déchets. Mais on y trouve aussi des quantités incroyables de nourriture parfaitement comestible jetée parce que la date de péremption est passée ou tout simplement parce qu’elle n’a plus l’air « parfaite ». Les bananes à peine talées en sont un bon exemple.

Ma première incursion dans le monde des fouilleurs de poubelles date de mes études à Londres. Mon emploi du temps m’obligeait souvent à faire mes courses le soir, au moment de la fermeture des magasins. C’est là que j’ai vu pour la première fois de grandes quantités de produits frais partir à la poubelle. Et quand j’essayais de convaincre les employés du magasin de me les vendre moins cher, ils secouaient la tête et m’opposaient « la politique de l’entreprise » et « le risque de responsabilité ».

Les années suivantes, lors de mes voyages autour du monde, la fouille de poubelle a représenté une source de nourriture fiable. Au fur et à mesure, je me suis aperçu que ce gaspillage alimentaire ne se limite pas à certains lieux ou communautés. C’est un phénomène mondial.

À l'extérieur d'une épicerie, les fruits et légumes frais côtoient les

FUTUREWALK VIA GETTY IMAGESÀ l’extérieur d’une épicerie, les fruits et légumes frais côtoient les ordures.

Aujourd’hui, je suis de retour aux États-Unis, où 40% de la nourriture produite annuellement part à la poubelle (si vous vous posez la question, sachez que la fouille de poubelles y est le plus souvent légale tant que l’on n’entre pas par effraction) alors qu’on estime à 40 millions le nombre d’Américains en insécurité alimentaire, dont plus de 12 millions d’enfants.

L’impact environnemental n’est pas négligeable non plus. Il en faut, des terres, pour nourrir les 7,7 milliards de personne que compte la planète: 11% de la surface terrestre est réservée à la seule production végétale.

Produire de la nourriture requiert de grandes quantités d’eau ainsi que des engrais et des pesticides qui polluent nos cours d’eau, sans oublier l’énergie nécessaire pour acheminer la nourriture jusqu’aux consommateurs. De plus, lorsqu’elle pourrit, elle génère des émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique.

Avec notre système agricole moderne, la plupart des gens sont déconnectés des réalités de l’alimentation. Là où nous devions autrefois chasser, cueillir, élever, cultiver, récolter, nous n’avons plus qu’à consommer (au moyen d’une visite au supermarché ou au restaurant). Non contents de payer des gens pour produire et jeter notre alimentation, nous laissons des entreprises nous imposer la saveur et l’apparence idéales de la nourriture pour nous vendre leurs produits. Les fruits et légumes qui ne sont pas calibrés sont éliminés et seules certaines parties des animaux (telles que les filets, les cuisses et les ailes) sont considérées comme comestibles dans de nombreuses cultures occidentales. Le reste part à la poubelle.

Nous tenons notre alimentation pour acquise et nous avons oublié le privilège que constitue ce surplus de nourriture facilement accessible.

Cameron Macleish devant un repas pantagruélique à base d'aliments sortis des poubelles dans sa communauté...

CAMERON MACLEISHCameron Macleish devant un repas pantagruélique à base d’aliments sortis des poubelles dans sa communauté de résidence lors de l’un de ses voyages.

En cherchant un moyen de résoudre ce problème, j’ai créé l’émission Cooking with Trash sur YouTube, pour donner un plus large écho à cette crise du gaspillage alimentaire et promouvoir la fouille de poubelles comme solution partielle.

A force d’être sollicités, les magasins commencent aussi à agir. Aux États-Unis, des organisations comme Feeding America et Food Not Bombs collectent auprès de divers magasins des aliments « invendables » et les redistribuent à ceux qui sont en situation d’insécurité alimentaire. En plus d’être déchargées de toute responsabilité vis-à-vis des aliments qu’elles donnent aux organisations à but non lucratif depuis la loi du bon Samaritain de 1996, les entreprises bénéficient de déductions fiscales. Combinés, ces programmes et ces lois incitent les commerces à recycler les aliments invendus.

Il n’y a pour autant aucune excuse à un tel gaspillage alimentaire et, tout fouilleur de poubelles que je suis, j’espère que je n’y trouverai un jour plus d’aliments comestibles. En attendant, la fouille de poubelles représente pour nous un moyen de lutter contre le gaspillage alimentaire. Ce n’est certes pas une solution durable, mais c’est un début.

Ce blogue, publié sur le HuffPost américain, a été traduit par Catherine Biros pour Fast ForWord.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Comment une foire alimentaire a-t-elle réussi à éliminer 117 sacs d’ordures par jour?


Ce n’est pas seulement à Toronto que les foires alimentaires dans les centres d’achat sont plus écolo, du moins à comparer à avant. Franchement, les rares fois que je prends des repas dans ces aires de restauration, je trouve agréable de manger dans des vraies assiettes avec de vrais ustensiles. Il est clair que cela doit diminuer grandement la quantité de déchet dans les dépotoirs.
Nuage

 

Comment une foire alimentaire a-t-elle réussi à éliminer 117 sacs d’ordures par jour?

 

Au mail Yorkdale, de Toronto, on a réduit le gaspillage alimentaire grâce à l’utilisation de vaisselle et d’ustensiles réutilisables. On lave hebdomadairement 75 000 assiettes et 53 000 ustensiles.

Au mail Yorkdale, de Toronto, on a réduit le gaspillage alimentaire grâce à l’utilisation de vaisselle et d’ustensiles réutilisables. On lave hebdomadairement 75 000 assiettes et 53 000 ustensiles. Photo : Radio-Canada

Dans le passé, la foire alimentaire du centre commercial Yorkdale, de Toronto, générait 120 sacs d’ordures par jour. Aujourd’hui, malgré les 24 000 clients qu’elle sert quotidiennement, elle n’en produit que trois.

RADIO-CANADA AVEC CBC NEWS

D’après un texte d’Emily Chung, Christine Birak et Melanie Glanz – CBC News

Depuis que Yorkdale a ouvert sa nouvelle aire de restauration plus écologique en 2012, une grande partie des déchets a été éliminée grâce à l’utilisation d’assiettes et d’ustensiles réutilisables. On y lave 75 000 assiettes et 53 000 ustensiles par semaine.

Les clients peuvent toujours opter pour un contenant à emporter au lieu d’une assiette, mais même dans ce cas, le centre commercial a un plan pour éviter que les déchets ne se retrouvent inutilement au dépotoir.

« Nous veillerons à ce que ce qui est recyclable soit recyclé, et que ce qui est compostable soit composté », explique Claire Santamaria, directrice générale du centre commercial Yorkdale.

Selon la directrice générale, ce virage montre à quel point une petite proportion des détritus laissés à la suite d’un repas sont réellement des ordures.

C’est aussi une preuve qu’il existe des moyens pour que les centres commerciaux, les vendeurs et les clients puissent réduire la quantité de déchets générés par la restauration rapide et les foires alimentaires.

La chose la plus déroutante pour les clients, dit Mme Santamaria, c’est d’essayer de trouver les poubelles, car il n’y en a plus.

Les clients n’ont qu’à remettre leur cabaret contenant la vaisselle sale, les contenants à emporter et tout le reste. Le personnel du centre commercial s’occupe du reste, en séparant les déchets des restes de nourriture, qui seront déshydratés.

« Puisque l’eau en est extraite, les déchets alimentaires sont assez légers. Et plutôt que d’avoir des tas d’ordures, nous en accumulons que deux sacs », explique la directrice générale du centre commercial.

Un pays de restauration rapide

La restauration rapide pose un problème particulier.

Les Canadiens en mangent une énorme quantité, dépensant, au cours des cinq premiers mois de 2018, 248 millions de dollars par mois pour des « établissements de restauration à service restreint » tel que défini par Statistique Canada.

C’est l’équivalent d’environ 25 millions de repas pris sur le pouce, selon l’organisme fédéral.

Dans des endroits comme les aires de restauration, une signalisation confuse, des règles de recyclage incohérentes et des clients pressés sont autant de facteurs qui expliquent pourquoi les contenants recyclables et les restes d’aliments finissent la plupart du temps dans la poubelle. Cette combinaison est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises, les institutions et l’industrie envoient beaucoup plus de déchets dans les sites d’enfouissement que les ménages.

Audit des aires de restauration

Un audit des déchets de l’aire de restauration de l’Université Carleton à Ottawa, l’an dernier, a révélé que seulement 12 % des déchets étaient recyclés ou compostés, même si 22 % des ordures destinées à l’enfouissement auraient pu être recyclés et 71 % auraient pu être compostées.

Parfois, c’est le problème inverse : les bacs de recyclage sont trop de contaminés, entre autres par des ustensiles en plastique non recyclables, des serviettes sales ou simplement un peu trop de restes de nourriture ou de sauce.

De multiples articles de ce type contamineront une cargaison entière, ce qui signifie que le bac au complet devra être jeté. Anthony Cromie, de la firme torontoise Waste Reduction

L’expert recommande de prendre le temps de tout séparer et de placer le plus de nourriture possible dans le bac à matières compostables.

« Le plus difficile, c’est qu’il n’y a pas de postes de rinçage dans une aire de restauration », ajoute M. Cromie.

Cela signifie que les types de contenants qui pourraient être lavés et recyclés à la maison finissent souvent à la poubelle au centre commercial.

Autre obstacle : de nombreux sites commerciaux n’acceptent pas les mêmes types d’articles que les programmes de recyclage résidentiels. Par exemple, le polystyrène, que les ménages de Toronto peuvent mettre dans le bac bleu, n’est pas recyclable dans de nombreuses foires alimentaires.

La bonne nouvelle, c’est que beaucoup plus de déchets d’aires de restauration que vous ne le pensez sont recyclables. Cromie et son équipe ont fouillé une cargaison de déchets ramassés dans une aire de restauration locale par CBC News et ont découvert que 86 % des déchets auraient pu être recyclés.

Mais comment savoir si quelque chose est trop contaminé pour aller dans le bac de recyclage ? Ou dans quel bac mettre des objets en plastique, comme des couverts, s’ils ont des étiquettes, comme « compostable », qui prête à confusion? Malheureusement, dans ces cas, il est souvent plus judicieux de choisir la poubelle et ne pas risquer de contaminer les bacs de matières organiques ou recyclables.

https://ici.radio-canada.ca

A Lille, des pochoirs au sol pour guider les passants vers les poubelles


C’est une très bonne initiative d’essayer d’éduquer une population pour faire leur part dans la propreté d’une ville.
Nuage

 

A Lille, des pochoirs au sol pour guider les passants vers les poubelles

 

A Lille, des pochoirs au sol pour guider les passants vers les poubelles

A Lille, des pochoirs au sol pour guider les passants vers les poubelles© AFP / PHILIPPE HUGUEN

Des pochoirs de marelles, de paniers de basket ou de traces de pas: la ville de Lille vient d’adopter un dispositif ludique pour guider les passants vers les poubelles et lutter contre « l’incivilité ».

Une dizaine de corbeilles dans l’hyper-centre sont ainsi signalées par ces « nudges » au sol depuis cette semaine, une vingtaine le seront d’ici la fin de semaine, puis d’autres quartiers suivront jusqu’à mi-août. Soit une quarantaine au total.

« Il s’agit de lutter de manière ludique et pédagogique contre l’incivilité », explique l’adjoint en charge de la propreté, Sébastien Duhem, rappelant que ses services dénombrent chaque année 14 tonnes de dépôts sauvages par quartier.

Un dernier pochoir vient d’ailleurs signaler que le passant peu respectueux s’expose à une amende de 68 euros en cas de flagrant délit…

http://www.lepoint.fr/

L’Everest, poubelle en haute altitude


En 2017, des alpiniste, côté du Népal du mont Everest ont descendu 25 TONNES de déchets solides et 15 TONNES de déchets humain et encore, il en restait. Il me semble quand on paie pour gravir le mont Everest, et qu’on atteint le sommet, c’est pour prendre conscience de notre petitesse devant cette montagne et nous devrions la respecter en étant attentif à notre empreinte écologique. Ramener tout ce qui n’appartient pas a l’Everest.
Nuage

 

L’Everest, poubelle en haute altitude

 

Les alpinistes, qui ont cassé leur tirelire pour... (PHOTO Doma SHERPAM, AFP)

Les alpinistes, qui ont cassé leur tirelire pour s’offrir cette course emblématique, sont parfois peu regardants sur leur empreinte écologique.

PHOTO DOMA SHERPAM, AFP

 

PAAVAN MATHEMA, ANNABEL SYMINGTON
Agence France-Presse
KATMANDOU

Jusque sur le toit de la Terre, l’Homme laisse sa trace. Tentes fluorescentes, équipement d’escalade jeté, bouteilles d’oxygène vides et même excréments: l’alpiniste de l’Everest qui pensait monter dans une neige immaculée en est pour ses frais.

«C’est dégoûtant, un spectacle répugnant», décrit à l’AFP Pemba Dorje Sherpa, un guide népalais qui a conquis 18 fois l’Everest. «La montagne a des tonnes de déchets.»

Depuis l’émergence des expéditions commerciales dans les années 1990, la fréquentation du sommet de 8848 mètres d’altitude a explosé. Rien que pour la haute saison de printemps cette année, au moins 600 personnes s’y sont hissées.

Mais cette popularité a un coût. Les alpinistes, qui ont cassé leur tirelire pour s’offrir cette course emblématique, sont parfois peu regardants sur leur empreinte écologique. Et petit à petit, cordée après cordée, les détritus viennent consteller l’Everest.

Des efforts ont pourtant été faits. Depuis cinq ans, le Népal requiert une caution de 4000 dollars par expédition, qui est remboursée si chaque alpiniste redescend au moins huit kilos de déchets.

Côté tibétain – l’Everest étant à cheval sur la frontière Chine-Népal -, moins fréquenté, les autorités requièrent la même quantité et infligent une amende de 100 dollars par kilogramme manquant.

En 2017, les alpinistes sur le versant népalais ont ainsi rapporté près de 25 tonnes de déchets solides et 15 tonnes de déchets humains, selon le Sagarmatha Pollution Control Committee (SPCC).

Cette saison, des quantités encore plus grandes ont été redescendues, mais ne représentent toujours qu’une fraction de la pollution produite.

Seule la moitié des alpinistes redescend les montants requis, d’après le SPCC. La perte de la caution ne représente en effet qu’une goutte d’eau dans l’océan des dizaines de milliers de dollars déboursés par chacun d’entre eux pour une expédition sur l’Everest.

Pour Pemba Dorje Sherpa, le principal problème est l’insouciance de visiteurs. D’autant plus que des responsables officiels peuvent fermer les yeux contre un petit pot-de-vin, affirme-t-il.

«Il n’y a juste pas assez de surveillance dans les camps hauts (bivouacs situés à divers niveaux de la montagne au-dessus du camp de base, NDLR) pour s’assurer que la montagne reste propre», déplore-t-il.

Descendre les poubelles

La guerre des prix entre les différents opérateurs fait que l’Everest devient abordable pour de plus en plus d’alpinistes inexpérimentés. Les expéditions les moins chères proposent des forfaits à partir de «seulement» 20 000 dollars, quand les plus réputées peuvent facturer autour de 70 000 dollars.

Or cet afflux de personnes moins rompues à la haute montagne aggrave le problème de l’empreinte écologique, estime Damian Benegas, un vétéran de l’Everest.

Si les grimpeurs portaient autrefois eux-mêmes le gros de leur équipement, nombre de néophytes ne sont désormais pas en mesure de le faire. Une tâche qui retombe du coup sur les porteurs de haute altitude.

Les sherpas «doivent porter l’équipement du client, donc ils ne sont pas en mesure de descendre des poubelles», indique Damian Benegas, qui appelle les agences à embaucher davantage de travailleurs de haute montagne.

Les défenseurs de l’environnement craignent aussi que la pollution de l’Everest n’affecte les cours d’eau de la vallée en contrebas.

Actuellement, les excréments des alpinistes du camp de base sont transportés au village le plus proche à une heure de marche, où ils sont déversés dans des fossés.

«C’est ensuite emporté en aval durant la mousson et jusqu’à la rivière», explique Garry Porter, un ingénieur américain.

Lui et son équipe envisagent la construction d’une structure de compost à proximité du camp de base, pour convertir ces excréments en engrais.

Selon Ang Tsering Sherpa, ancien président de l’Association d’alpinisme du Népal, une solution serait de monter des équipes dédiées à la collecte de détritus.

Son opérateur Asian Trekking, qui met en avant le côté écologique de ses expéditions, a ainsi ramené 18 tonnes de déchets au cours de la dernière décennie, en plus des 8 kilos par marcheur.

«Ce n’est pas un travail facile. Le gouvernement doit motiver des groupes à nettoyer et appliquer les règles plus strictement», dit-il.

http://www.lapresse.ca/