Postes Canada pourrait cesser la livraison du courrier à domicile


Je ne me souviens plus la dernière fois que j’ai acheté un timbre, ni même le combien est rendu le coût d’un envoie d’une lettre dans ma boite aux lettres, j’ai plus souvent des pubs qu’autre chose. Cependant, je trouve difficile a concevoir toutes les pertes d’emploi qu’occasionnerai les changements de la livraison de lettre. Des fois, la technologie devrait être stoppée (triage de lettres par exemple) pour conserver le travail humain
Nuage

 

Postes Canada pourrait cesser la livraison du courrier à domicile

Un travailleur de Postes Canada

Un travailleur de Postes Canada Photo :  PC/Andrew VaughanPostes Canada pourrait cesser la livraison du courrier à domicile

Postes Canada envisage sérieusement d’abandonner la livraison du courrier au porte-à-porte en zone urbaine, alors que la société de la Couronne fait face à une diminution marquée du volume de courriers et a perdu 104 millions de dollars au dernier trimestre.

La ministre des Transports Lisa Raitt estime que l’abandon d’un tel service mérite réflexion.

« C’est une énorme réduction de coûts et c’est le genre de chose que nous voulons voir se réaliser », a-t-elle affirmé lors d’une entrevue accordée au réseau anglais de Radio-Canada.

« Tout est sur la table » afin que Postes Canada puisque renouer avec la rentabilité, a-t-elle ajouté, soulignant que les Canadiens veulent un service postal, mais qu’ils ne veulent pas le subventionner.

À l’heure actuelle, seulement un tiers des Canadiens reçoivent leur courrier à la porte. Le reste de la population va chercher son courrier aux boîtes aux lettres rurales, communautaires ou celles dans les immeubles d’habitation.

Selon un rapport du Conference Board du Canada commandé par Postes Canada, la société d’État pourrait perdre un milliard de dollars par année d’ici 2020. Ces pertes pourraient être réduites de moitié si la livraison à domicile est abandonnée au profit des boîtes postales communautaires, estime David Stewart-Paterson, vice-président, politiques publiques, du Conference Board.

La livraison un jour sur deux ferait également économiser des centaines de millions de dollars, croit M. Stewart-Patterson, ajoutant que les petites entreprises seraient les plus touchées par ce genre de mesure. Plus encore que les particuliers, ces dernières dépendent de la livraison à domicile, à la fois pour envoyer leurs factures et pour recevoir leurs paiements.

L’arrêt de la livraison au porte-à-porte se traduirait par un grand nombre d’emplois perdus. Un porte-parole de Postes Canada affirme toutefois qu’environ 30 000 employés doivent prendre leur retraite au cours des 10 prochaines années.

Les Canadiens sont de moins en moins nombreux à envoyer du courrier et à utiliser les bureaux de poste. Les livraisons de colis ont toutefois augmenté en raison de la popularité des achats en ligne.

http://www.radio-canada.ca/

FRAUDE Sauvé par sa bonne étoile


Acheter sur le web peut comporter certains risques, quand une personne vendre quelque chose assez vite car il doit partir a l’étranger, ou qu’il parle de numéro secret .. ou tout autre chose de louche, il faut apprendre a se méfier
Nuage

 

FRAUDE Sauvé par sa bonne étoile

 

Sauvé par sa bonne étoile

PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, BEN PELOSSE

Gérard Veilleux, de Deux-Montagnes, sur la Rive-Nord de Montréal. «N’eût été l’employée de Postes Canada, j’aurais perdu 2500 $ ». La semaine suivante, il est passé lui remettre 50 $ pour la remercier.

 

STÉPHAN DUSSAULT

 

Un résident de Deux-Montagnes est passé à un cheveu de se faire soutirer 2500 $ sur Kijiji

Il voulait gâter son petit-fils en lui procurant une auto usagée sur le Web. Il y aurait laissé son portefeuille sans la vigilance d’une employée de Postes Canada.

Gérard Veilleux se trouve tellement chanceux dans sa malchance.

«Cette jeune femme de Postes Canada a été ma bonne samaritaine en refusant de transférer l’argent dans le compte de ce fraudeur, tel que je lui avais demandé. Elle m’a sauvé d’une perte de 2500 $», dit ­l’homme trois semaines après sa mésaventure.

À la mi-mars, Gérard Veilleux cherche une Mazda 3 d’occasion pour son petit-fils. Il navigue sur le site de Kijiji, en déniche quelques-unes à moins de 3000 $ et ­communique avec les vendeurs.

«Imaginez, c’était un modèle 2004 avec seulement 138 000 km pour 2500 $. Une ­aubaine», se souvient le résident de Deux-Montagnes.

« Vous ne risquez rien »

Seul hic: le vendeur, un présumé ­médecin d’UNICEF qui se présente sous le nom de Bernard Lecomte, vient de ­déménager à l’étranger.

«Le véhicule est confié à un transporteur qui va se charger de vous le faire ­visiter jusqu’à votre domicile sans frais», répond par courriel le toubib.

Il demande de transférer d’abord ­l’argent en remplissant un mandat ­MoneyGram dans un bureau de poste.

«La poste vous attribue un numéro ­secret. Vous me remettrez ce numéro quand je serai chez vous avec l’auto», ­ajoute-t-il pour l’endormir.

Et ça fonctionne. Gérard Veilleux se rend dans un bureau de Postes Canada. Sur place, surprise, la jeune employée ­refuse de faire la transaction.

«C’est une fraude, monsieur. Il n’y a pas de numéro secret. Je me suis déjà fait avoir», lui répond celle qui refusera de se nommer.

Fraude fréquente

Il tente ensuite de contacter le vendeur pour qu’il s’explique, mais il n’aura plus de nouvelles de lui. Il se remet alors en quête d’une autre auto… et tombe à ­nouveau sur un autre modèle vendu par le même Bernard Lecomte.

«C’est un grand classique des petites ­annonces sur le Web», dit Réal Coallier, de l’Office de la protection du consommateur.

Tellement classique que Postes Canada demande à ses employés de poser quelques questions générales pour mettre les clients en ­garde.

«Encore la semaine dernière, on a eu un cas similaire en Alberta», dit Anick Losier, porte-parole de Postes Canada.

Gérard Veilleux est retourné la semaine suivante au bureau de poste pour remettre 50 $ à la jeune employée pour la remercier de sa vigilance.

http://www.journaldemontreal.com

Postes Canada Deux employés s’enlèvent la vie


Surplus de travail, absentéisme, surmenage, les employés de Poste Canada semble en avoir beaucoup sur le coeur .. Faut dire que les facteurs beau temps, mauvais temps, extrêmement chaud ou froid, escaliers qui ne finissent plus .. plus la surcharge de travail .. il y a de quoi a en avoir assez. Il serait temps que des solutions soient mises en place pour éviter d’autres suicides
Nuage

Postes Canada : Deux employés s’enlèvent la vie

Postes Canada - Deux employés s'enlèvent la vie

 

Photo Capture d’écran / TVA Nouvelles

La vie ne semble pas toujours rose pour certains employés de Postes Canada. TVA Nouvelles a appris qu’à quelques mois d’intervalle, deux employés d’une même succursale se sont enlevé la vie.

 

« »Tu me stresses. Vous n’arrêtez pas de m’écœurer, de me pousser dans le cul. Je n’arrive pas à faire ma job comme avant. La façon de travailler [a changé]. » Ils lancent des messages, mais ça ne change pas grand-chose. Ils s’en foutent», confie un employé qui préfère garder l’anonymat.

L’homme qui travaille à la succursale de Saint-Hubert ne peut plus garder le silence. Deux de ses collègues se sont enlevé la vie en l’espace de huit mois, le premier en août et l’autre en mars dernier.

«Tout le monde en parle. Ça fait deux et il y en a un autre qui est en dépression. Sa blonde l’a amené à l’hôpital parce qu’il voulait se suicider. On aurait pu avoir trois cas de suicide!» lance-t-il.

L’une de ces deux personnes siégeait même au comité santé-sécurité au travail de l’entreprise. Il s’est donné la mort sur les heures de bureau.

«Travail Canada est en train d’enquêter, alors nous, on laisse les personnes faire leur travail», indique le président du syndicat des travailleurs de la poste, section Montréal, Alain Duguay.

Le matin de son suicide, l’homme venait de recevoir une mauvaise nouvelle, a appris TVA Nouvelles. Son employeur l’aurait avisé d’un changement sur sa méthode de travail. Il aurait alors quitté les lieux dans tous ses états.

«Présentement, avec les nouvelles méthodes de travail, les gens font déjà dix ou onze heures dans leur propre route et là, on les obligeait à faire une partie d’autres itinéraires. Donc, présentement, les relations sont très tendues», explique M. Duguay.

D’autres travailleurs ont également contacté TVA Nouvelles pour dénoncer le climat de travail chez Postes Canada. Selon une source qui connaît bien le dossier, le taux d’absentéisme peut atteindre 30% dans certaines succursales. La cause principale serait le surmenage.

«Tout ce qui a changé, tout ce qu’ils disent, c’est: « Il y a du monde ici. Si vous voulez parler, on peut vous aider. Il y a le programme d’aide aux employés qui peut vous aider aussi. Il y a plein de ressources. On est avec vous autres. On est pour votre santé, votre sécurité. » Ce qui est absolument faux, ils s’en foutent», raconte l’employé de la succursale de Saint-Hubert.

Contactée par TVA Nouvelles, Postes Canada a répondu n’avoir aucun commentaire à émettre à ce sujet.

http://fr.canoe.ca