Changer d’assiette pour perdre du poids


Après l’étude La vaisselle rouge pour perdre du poids?  voici qu’en fait d’autres facteurs peuvent aider a perdre du poids. La couleur, la grandeur et même la nappe peut être un atout pour diminuer les portions lors des repas … combiné avec l’activité physique et un meilleur choix des aliments on ne peut qu’espérer que cela puisse aider les gens a prendre de bonne résolution santé
Nuage

 

Changer d’assiette pour perdre du poids

 

© Shutterstock

Agence QMI

Manger dans des assiettes plus petites dont les couleurs contrastent avec la nourriture permettrait de réduire la taille des portions de 9 à 31 %, selon une récente étude.

Pour parvenir à ces conclusions, une équipe de chercheurs américains a réalisé des expériences auprès de 225 étudiants. Ces derniers devaient se servir une portion déterminée de soupe dans des bols de tailles différentes. Les scientifiques ont constaté que les participants qui ont utilisé les grands bols se sont servi une plus grande quantité de soupe que celle qui avait été demandée, soit environ 30% de plus.

Ils ont aussi constaté qu’utiliser une assiette de la même couleur que celle de la nourriture poussait les participants à l’étude à se servir des portions plus généreuses. Prendre une assiette à la couleur contrastante aide à dissocier l’assiette de la nourriture qu’elle contient, ce qui fournit un indicateur visuel du repas. Ainsi, les participants à l’étude ayant mangé des pâtes avec une sauce tomate dans une assiette blanche ou des pâtes avec une sauce blanche dans une assiette rouge ont réduit leur portion de 21%.

Changer la couleur de la nappe a aussi généré une réduction de la taille des portions de 10 %.

«Un geste simple pour réduire ses portions de nourriture serait de remplacer nos bols et nos assiettes par des modèles plus petits ou par des modèles qui font contraste», explique l’auteur principal de l’étude, Koert van Ittersum, du Georgia Institute of Technology, à Atlanta.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique Journal of Consumer Research

http://sante.canoe.com

Pourquoi les gens mangent-ils autant ?


Manger est une activité sociale que nous aimons surtout lors de certaines occasion ou la bonne bouffe est à l’honneur. Mais nos habitudes ont changer, autant par la quantité que par nos choix d’aliments qui ont une répercussion sur notre propre estime de soi et de la perception que peuvent avoir les autres sur nous
Nuage

Pourquoi les gens mangent-ils autant ?


© David LaChapelle

Répondre à cette question, c’est comprendre pourquoi on frôle parfois l’indigestion de façon inconsciente. Dans son blogue consacré à la science et hébergé sur Wired.com, le journaliste Jonah Lehrer nous met le nez dans l’assiette plutôt deux fois qu’une. De quoi nous forcer à voir un peu plus loin que notre estomac

L’estomac est un organe qu’on écoute rarement.

L’être humain à plutôt tendance à se fier à la grandeur de son assiette au aux habitudes alimentaires de ses compagnons de table. Les portions servies dans les restaurants américains ont beau avoir augmenté de 40 % en 25 ans, l’assiette fini immanquablement immaculée. Plus on est servi, plus on mange

La taille des portions n’est qu’un des paramètres  qui influencent notre frénésie alimentaire .

Manger reste une activité sociale indissociable de nos aspirations et de nos plus profonds instincts.

Publiée par des psychologues de HEC et de la Kellogg School of Management, une étude récente révèle  que le fait de manger plus est une façon de signaler aux autres son rang dans la hiérarchie sociale. Après tout, les codes de notre société nous martèlent sans cesse que «plus gros, plus cher, c’est mieux» Pourquoi en serait-il autrement à l’heure du repas ?

En fait, les chercheur ont constaté que les personnes en manque de reconnaissance sociale masquent leur déficience en consommant des portions plus importantes. Suffisamment pour cacher leur véritable rang social et faire croire aux autres qu’elles sont en haut de la hiérarchie.

De tels choix s’avèrent vite contre-productifs, car l’obésité guette et reste quoi que l’on dise, un facteur discriminatoire quand il s’agit de grimper rapidement l’échelle sociale. Voilà de quoi vous faire réfléchir avant votre prochain souper entre ami

7 Jours/Extra/Bruno Geoffroy/Décembre 2010