En Afrique du Sud, on accuse les intersexes de porter malheur


Quand l’ignorance fait place au porte-malheur et à la sorcellerie, il y a de la discrimination et des victimes. Les personnes intersexuées font partie des victimes, en Afrique du Sud, car on ne comprend pas que des bébés puissent naitre avec les attributs des deux sexes. Même si des programmes d’éducation, essaient de faire leur place, le changement de mentalité est plutôt lent.
Nuage


En Afrique du Sud, on accuse les intersexes de porter malheur

Près de 1,7% de la population mondiale serait intersexuée. | Volkan Olmez via Unsplash

Près de 1,7% de la population mondiale serait intersexuée. | Volkan Olmez via Unsplash

Repéré par Mathilda Hautbois

Plusieurs sages-femmes ont admis avoir tué des bébés ayant des organes génitaux indéfinis.

L’intersexualité désigne les personnes nées avec des caractéristiques sexuelles qui ne correspondent pas aux définitions typiques d’homme ou de femme: elles viennent au monde avec les attributs des deux sexes. Près de 1,7% de la population mondiale serait intersexuée.

Babalwa Mtshawu, 32 ans, s’est toujours sentie différente. Née avec l’apparence d’une femme à l’extérieur, mais avec une anatomie essentiellement masculine à l’intérieur, elle n’a jamais eu de règles ou de seins comme les autres filles autour d’elle. Elle a grandi dans une petite ville d’Afrique du Sud, au sein d’une famille conservatrice avec qui il s’avère être compliqué de parler de son corps.

 «J’étais consciente que quelque chose n’allait pas tout à fait avec mon corps, dès mon plus jeune âge, à cause de tous les signes. Mais je viens d’une famille noire très traditionnelle, dans laquelle nous n’avons jamais parlé de santé sexuelle ou reproductive», a-t-elle raconté à CNN.

Babalwa a finalement rencontré un médecin à 25 ans, après des années de questionnement sur sa différence.

«Les médecins ont fait quelques tests, et c’est là que j’ai découvert que j’étais intersexuée.»

Porte-malheur et sorcellerie

Plusieurs sages-femmes et guérisseur·euses ont admis avoir tué des bébés ayant des organes génitaux indéfinis, selon un rapport publié en 2018 par le journal sud-africain Mail & Guardian. Ils sont tués en raison de croyances ancestrales et parce qu’ils sont vus comme un signe de sorcellerie.

Selon un rapport soumis au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme par le Legal Resources Center, la chirurgie est pratiquée sur les organes génitaux des nouveau-nés et des enfants pour des raisons culturelles. Certaines personnes qui ont subi ces chirurgies considèrent qu’elles sont cruelles et inutiles, citant des dommages tels que la stérilité, la sensibilité génitale et la dépression post-chirurgicale, d’après le rapport.

Il existe également de nombreuses idées reçues sur l’intersexualité. L’éducation en matière de genre et de diversité sexuelle est mandatée par la Constitution sud-africaine, mais peu d’écoles intègrent l’enseignement des variations sexuelles dans leurs programmes scolaires. Selon Babalwa Mtshawu, éduquer les élèves sur l’intersexualité réduirait les idées reçues.

«Le programme d’études change lentement en Afrique du Sud, et je pense qu’il leur sera facile d’enseigner l’intersexualité parce que c’est tout simplement de la biologie. C’est un phénomène naturel, comme quelqu’un qui naît sans bras ou avec un doigt en trop.»

Malgré ces discriminations, l’Afrique du Sud a promulgué des lois pour protéger les droits des personnes intersexes. La loi de 2003 sur la description du sexe reconnaît les intersexes et leur permet de modifier leur nom et leur sexe sur les certificats de naissance en fonction de leur genre préféré. Cette loi stipule que les personnes intersexes doivent être traitées sur un pied d’égalité et sans préjudice.

http://www.slate.fr/

Le saviez-vous ► Contes et légendes autour du gecko


Le gecko, un petit lézard sympathique et très utile pour l’environnement car il se nourrit d’insectes .. Pourtant, des légendes sont né qui lui donnait piètre réputation du a l’ignorance et peut-être une certaine répugnance du a son physique ..
Nuage

 

Contes et légendes autour du gecko

 

Gecko diurne à poussière d'or - photo :  Brocken Inaglory , via Wikimedia Commons

Gecko diurne à poussière d’or – photo : Brocken Inaglory , via Wikimedia Commons

Si les geckos appartiennent au quotidien de Nouvelle-Calédonie, de l’Inde ou encore de la Thaïlande, ils ont longtemps été le sujet de bien des rumeurs.

Porte bonheur ou animal du démon? Sa petite taille et ses robes multicolores lui donnent un aspect de gentil lézard. Certaines communautés s’évertuent pourtant à chasser et à craindre les geckos.

A Madagascar par exemple, l’uroplatus fimbriatus (une espèce de gecko à queue plate), considéré comme un porte-malheur, est vivement expulsé des maisons.

Au siècle dernier, la France elle aussi contenait son lot de légendes au sujet de ces petits reptiles. La croyance voulait que la morsure de l’animal coupe le lait des mères qui allaitent.

Plus loin encore, dans la Grèce antique, des auteurs anciens tel qu’Aristote avaient aussi leur lot de préjugés. Le célèbre philosophe avançait ainsi:

” Cet animal séjourne sur les fenêtres, s’introduit dans les appartements et vit dans les fossés; il erre le long des murailles et tombe fréquemment sur la table et dans les mets. Il s’introduit dans les narines des ânes qu’il empêche de manger. Sa morsure est venimeuse. Pendant les quatre mois les plus froids de l’année , il demeure caché et ne prend aucune nourriture. Au printemps et à l’automne, il mue et mange sa dépouille.”

Deux siècles plus tard, l’écrivain romain Pline l’Ancien affirmera que

le gecko “donne un médicament fort dangereux” susceptible de provoquer des tâches de rousseur chez quiconque l’ingurgiterait!

Pourquoi toutes ces légendes? Nul ne le sait. Une chose est sûre en revanche : ce petit lézard est absolument inoffensif, et sa morsure non mortelle. Il est d’ailleurs apprécié dans certaines habitations où ils chasse les moustiques et autres insectes nuisibles. En Inde, il est même un symbole de… bonne fortune!

 

Sylvia Guirand

http://www.nationalgeographic.fr