Petit poisson n’éclora pas: la faute à la pollution lumineuse


On sait que la pollution lumineuse peut être très dérangeant pour les animaux. Il semble que ce soit aussi le cas pour les poissons-clowns. À cause de la lumière artificiel des ports, docks, les constructions sur le bord des côtes ainsi que les bateaux de croisière et les hôtels flottant, les récifs de corail n’offre plus la noirceur que les poissons clowns ont besoin pour l’éclosion des oeufs.
Nuage


Petit poisson n’éclora pas: la faute à la pollution lumineuse


PASCALE MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
Paris

La pollution lumineuse menace l’éclosion des poissons clowns, popularisés par le dessin animé Finding Nemo, alerte mercredi une étude australienne.

Facilement reconnaissable à sa livrée orange et ses bandes blanches bordées d’un trait noir, le poisson clown commun, Amphiprion ocellaris, qui vit près des récifs coralliens, est confronté à un ennemi sournois qui ne cesse de se renforcer : la lumière artificielle.

De fait, le littoral bordant les récifs de corail est de plus en plus exposé à de l’éclairage LED avec l’essor des constructions le long des côtes, le développement des ports et des docks, pointent des chercheurs de l’université Flinders (Australie), auteurs de l’étude. Les navires de croisière et les hôtels flottants éclairent eux aussi la surface des eaux marines qui attirent les touristes.

Pour connaître l’impact de cette lumière artificielle la nuit sur les poissons clowns, l’équipe de scientifiques a étudié en laboratoire dix couples reproducteurs, dont cinq, constituant le groupe témoin, étaient exposés à une luminosité classique, avec alternance de jour et de nuit.

Les aquariums des cinq autres couples-au centre de l’expérience-étaient éclairés par le haut pendant la nuit avec une lumière LED d’intensité modérée (25 à 28 lux), comparable à celle qui éclaire la surface de l’océan près des rivages habités.

Les premières étapes de la reproduction se sont passées normalement.

« Il n’y a pas eu de différences significatives sur la fréquence du frai entre le groupe témoin et le groupe soumis à la lumière artificielle nocturne », note l’étude publiée dans Biology Letters (Royal Society).

Les femelles ont pondu leurs oeufs, qui ont été ensuite fécondés par les mâles. Pendant la période embryonnaire, les parents se sont occupés ensemble des oeufs.

Normalement, l’éclosion doit avoir lieu le soir du huitième jour environ.

Mais pour les oeufs qui avaient été soumis à la lumière artificielle la nuit, « le taux d’éclosion a été de 0 % », constate l’étude. Il n’y a eu aucune progéniture… 

« Repère »

« J’ai été surprise d’obtenir des résultats aussi nets », déclare à l’AFP Emily Fobert, chercheuse associée en biodiversité et conservation à l’université Flinders et co-auteur de l’étude.

« Notre étude montre clairement que la pollution lumineuse a le potentiel d’interférer avec le succès reproducteur des poissons clowns », estime-t-elle.

Les chercheurs n’ont pas étudié le mécanisme précis qui a inhibé l’éclosion des poissons clowns en présence de lumière artificielle la nuit.

« Mais nous pensons que ces oeufs n’ont jamais expérimenté l’obscurité, qui pourrait être un repère nécessaire pour déclencher l’éclosion », avance Emily Fobert.

Pour autant il est difficile pour les chercheurs de prédire comment cette pollution lumineuse nocturne est susceptible d’affecter la dynamique des populations de poissons clowns sur le terrain.

Car contrairement à ce que fait croire Finding Nemo, le film des studios Pixar, produit par Disney, sorti en 2003, « les bébés poissons clowns ne restent pas dans l’anémone (urticante) dans laquelle ils sont nés » et qui les protège de leurs prédateurs, relève Emily Fobert. « Ils peuvent trouver une nouvelle maison à des dizaines voire des centaines de kilomètres de leurs parents ».

« Cela veut dire que même dans une zone frappée d’une forte pollution lumineuse, empêchant l’éclosion, la population locale pourrait être renforcée par des larves arrivant d’autres récifs coralliens », note-t-elle.

La pollution lumineuse touche 23 % de la superficie terrestre (hors pôles), selon une étude de 2016. Et 22 % des régions côtières expérimentent à des degrés divers une illumination artificielle, selon une autre étude parue en 2014.

https://www.lapresse.ca/

Les effets néfastes liés à la lumière bleue des DEL se confirment


Maintenant qu’on a tellement vanté les mérites des lumières DEL, car il est économe et moins énergivores que les ampoules à incandescence et halogènes classiques, maintenant on s’aperçoit que cette lumière est une source de problèmes pour le sommeil ainsi que comporte des risques de troubles métaboliques. Donc on suggère des ampoules à éclairage blanc chaud.
Nuage


Les effets néfastes liés à la lumière bleue des DEL se confirment


Un lampadaire.

L’éclairage DEL est de plus en plus présent puisqu’il est bon marché et très économe en énergie, et qu’il a une longue durée de vie. Photo: iStock

Radio-Canada

Certains types d’éclairage DEL ont un effet toxique sur les yeux et perturbent le rythme de sommeil, indique l’agence publique française responsable de la sécurité sanitaire (ANSES) à la lumière de nouvelles données scientifiques.

Dès 2010, l’agence signalait des risques pour la rétine des éclairages artificiels riches en lumière bleue.

L’expertise rassemblée dans les dernières années par l’ANSES confirme cette toxicité, et met en évidence des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil liés à une exposition le soir ou la nuit à la lumière bleue.

Les études françaises montrent des effets phototoxiques à court terme liés à une exposition aiguë et des effets à long terme liés à une exposition chronique, qui augmentent le risque de survenue d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

L’exposition à une lumière intense et aiguë est phototoxique, car elle entraîne la perte irréversible de cellules rétiniennes qui peut conduire à une baisse de l’acuité visuelle. ANSES

L’ANSES recommande donc de limiter l’usage de l’éclairage DEL riche en lumière bleue, tout particulièrement pour les enfants, et de diminuer autant que possible la pollution lumineuse pour préserver l’environnement.

Le saviez-vous?

Une lampe DEL, ou diode électroluminescente, est un dispositif à semi-conducteur (diode) qui permet la transformation d’un courant électrique en rayonnement lumineux.

(Source : Hydro-Québec)

De nombreuses villes changent actuellement l'éclairage de leurs rues et optent pour la lumière DEL.De nombreuses villes changent actuellement l’éclairage de leurs rues et optent pour la lumière DEL. Photo : iStock

Ce type d’éclairage est de plus en plus présent puisqu’il est bon marché et très économe en énergie, et qu’il a une longue durée de vie. Il s’est notamment répandu à la faveur du retrait du marché des très énergivores ampoules à incandescence et halogènes classiques.

Écrans et rythmes biologiques

Outre pour l’éclairage public et résidentiel, cette technologie est de plus en plus présente dans les phares automobiles, les lampes-torches, certains jouets, les écrans des téléphones portables, des tablettes et des ordinateurs.

Les écrans ne sont pas concernés par cet effet « phototoxique », car leur luminosité est très faible, a toutefois indiqué Francine Behar-Cohen, ophtalmologue et présidente du groupe d’experts réunis par l’ANSES.

Toutefois, l’expertise met aussi « en évidence qu’une exposition, même très faible, à de la lumière riche en bleu le soir ou la nuit perturbe les rythmes biologiques et donc le sommeil ».

Ce risque concerne cette fois non seulement les éclairages, mais aussi les écrans rétroéclairés.

Une jeune fille consulte sa tablette avant de dormir.L’expertise met aussi « en évidence qu’une exposition, même très faible, à de la lumière riche en bleu le soir ou la nuit, perturbe les rythmes biologiques et donc le sommeil. » Photo : iStock / Andrew Bu

À cet égard, les enfants et les adolescents, « dont les yeux ne filtrent pas pleinement la lumière bleue », car leur cristallin est encore en développement, « constituent une population particulièrement sensible ». Les travailleurs de nuit également.

L’ANSES demande que soient révisées les limites maximales d’exposition autorisées, jugées « pas assez protectrices » même si elles sont rarement atteintes dans des conditions normales d’utilisation.

Il faut savoir que chaque source de lumière DEL combine différentes couleurs dans des proportions variables. La potentielle toxicité de chacune d’entre elles sur la rétine dépend donc à la fois de l’intensité de la lumière et des longueurs d’onde qui la composent.

Les DEL créent de la lumière blanche en combinant des lumières bleue et jaune. Or, les rayons correspondant à la lumière bleue sont plus énergétiques que les autres. Ils sont aussi connus pour être plus nocifs pour des durées d’exposition et des intensités lumineuses équivalentes.

L’ANSES émet une série de recommandations afin de limiter l’exposition de la population à la lumière riche en bleu. L’Agence rappelle l’importance de privilégier des éclairages domestiques de type « blanc chaud », une température de couleur inférieure à 3000 kelvins (K).

D’ailleurs, en 2017, la Ville de Montréal avait décidé d’opter pour un éclairage de rue moins éblouissant en installant des lumières produisant un éclairage de 3000 K plutôt que les 4000 K initialement prévus dans son projet de conversion.

Des faisceaux de lumière DEL de 4000 K et de 3000 KÀ gauche, le faisceau de lumière DEL est produit par une ampoule de 4000 K, et à droite par une ampoule de 3000 K. Photo : Radio-Canada

L’ANSES a aussi observé qu’une forte proportion des lumières DEL présentait des variations importantes d’intensité. Certaines populations telles que les enfants, les adolescents et des professionnels, pourraient être plus sensibles aux effets potentiels induits par cette modulation de la lumière, tels que des maux de tête et de la fatigue visuelle.

En plus des troubles du sommeil, la perturbation des rythmes biologiques est associée à d’autres effets, tels qu’un risque accru de troubles métaboliques comme le diabète, de pathologies cardiovasculaires et de cancers.

D’autres recommandations

L’ANSES invite la population à privilégier des éclairages domestiques de type « blanc chaud » et à limiter l’exposition à la lumière riche en bleu des écrans LED « avant le coucher et pendant la nuit ».

Elle juge aussi que les objets vendus au grand public ne devraient comporter que les catégories de DEL les moins dangereuses, comme c’est déjà le cas pour les ampoules, et qu’il faudrait « limiter l’intensité lumineuse des phares des véhicules automobiles », certains étant trop éblouissants.

L’agence met par ailleurs en garde contre l’efficacité très variable des filtres pour écrans et autres verres de lunettes « anti-lumière bleue ».

https://ici.radio-canada.ca/

Collision mortelle : le dangereux voyage de retour des oiseaux migrateurs


À cette époque de l’année, c’est le temps de la migration des oiseaux. Revenir au Canada, depuis les États-Unis, du Mexique, et même de l’Amérique du Sud comporte beaucoup de risques. Il y a l’énergie pour un tel périple, les prédateurs à éviter, les conditions météorologiques et aussi les collisions. On parle d’environs 25 millions d’oiseaux meurent chaque année de collision avec des maisons et des édifices. Comme ces oiseaux voyagent surtout de nuit, la pollution lumineuse et les fenêtres réfléchissantes peuvent désorienter les oiseaux. Il y a des moyens pour minimiser ces morts causées par nous.
Nuage

 

Collision mortelle : le dangereux voyage de retour des oiseaux migrateurs

 

Un oiseau dans une main.

Chaque année, environ 25 millions d’oiseaux meurent lors de collisions avec des maisons ou des édifices. Photo: Gavin Day

Marie-France Bélanger

Environ 75 % des quelque 450 espèces d’oiseaux que l’on retrouve au pays nous quittent durant la saison froide pour mieux revenir au printemps. Mais le voyage de retour est extrêmement éprouvant, notamment en raison des risques de collisions.

Ils seront 5 milliards à battre leurs petites ailes pour revenir au Canada en partance surtout des États-Unis, mais aussi du Mexique et même de l’Amérique du Sud.

« La migration, c’est probablement la période du cycle annuel où le taux de mortalité est le plus élevé. Il y a beaucoup de risques », explique Jean-François Giroux, professeur au Département des sciences biologiques de l’UQAM et spécialiste des oiseaux migrateurs.

On croit que de 30 % à 40 % des spécimens ne survivraient pas au voyage, mais nous ne disposons pas de chiffres précis. Les conditions météo, les risques de prédation, le niveau d’énergie requise ainsi que les collisions figurent parmi les principaux dangers associés au périple.

Au Canada seulement, selon une étude publiée en 2013(Nouvelle fenêtre), environ 25 millions d’oiseaux meurent chaque année lors de collisions avec des maisons ou des édifices.

un oiseau est sur un poteau. On voit au loin des immeubles d'une ville en arrière-plan.

Un bruant des prés sur un poteau, près d’une zone urbaine Photo : Eduardo Matoud

Une nouvelle étude

Des chercheurs ont voulu mieux comprendre le phénomène en utilisant des dizaines de milliers de cas de collisions à Chicago et Cleveland, deux villes situées dans le corridor de migration des oiseaux, de 1978 à 2017. Ils viennent de publier leurs résultats (Nouvelle fenêtre) dans la revue Proceedings of the Royal Society.

Toutes les données concernent les passereaux, une famille d’oiseaux qui regroupe un grand nombre d’espèces bien connues comme les hirondelles, les mésanges, les geais, les grives et les bruants, pour ne nommer que celles-là.

Les cris de contact en vol : un danger?

Pourquoi certaines espèces entrent davantage en collision avec les immeubles comparativement à d’autres? C’est la question que se sont posée les scientifiques, dont Andrew W. Jones, conservateur au département d’ornithologie au Musée d’histoire naturelle de Cleveland et cosignataire de l’étude qui vient de paraître.

Lui et ses collègues ont observé que les espèces qui produisent des cris de contact en vol lors de la migration ont beaucoup plus de risques d’être victimes de collision.

Trois cris de contact en vol : ceux de grives, de pinsons et d’hirondelles, respectivement

Les cris de contact en vol seraient une façon de communiquer pour les oiseaux. Mais ce comportement est encore mal compris par les scientifiques, qui manquent de données à ce sujet. Comme la plupart des passereaux voyagent de nuit et se reposent le jour, ces cris passent souvent inaperçus d’autant qu’ils peuvent être produits à des altitudes pouvant aller jusqu’à 3 kilomètres.

Or, le problème, c’est que la migration de nuit et les cris de contact en vol ne font pas bon ménage parce que les oiseaux sont attirés par la lumière des villes.

« Les cris servent entre autres à maintenir la cohésion des groupes en migration pendant la nuit. Le problème, c’est qu’avec les cris, certains individus qui sont éblouis, qui sont désorientés par la lumière, vont attirer leurs congénères. Alors que les oiseaux qui n’ont pas développé ces cris de contact vont se percuter aussi. Mais ils n’attireront pas le reste du groupe », explique Jean-François Giroux.

Des projets pour secourir les oiseaux migrateurs

Certaines villes ont mis en place des projets pour recueillir les oiseaux au pied des édifices dans l’espoir de mieux comprendre le phénomène des collisions et peut-être même de sauver certains individus.

En période migratoire, comme c’est le cas maintenant, le bénévole Gavin Day arpente les abords de certains édifices de Toronto au petit matin quelques fois par semaine, pour l’organisme Fatal Light Awareness Program (FLAP). Ce programme a pour objectif de protéger les oiseaux migrateurs en milieu urbain des effets de la lumière, grâce à de la sensibilisation et de la réhabilitation. En moyenne, il recueille chaque matin quelques oiseaux morts ou toujours vivants, mais fortement assommés. Il précise que les édifices les plus meurtriers sont ceux aux vitres très réfléchissantes, situés à proximité d’arbres ou de bosquets où peuvent se percher les oiseaux.

« [L’oiseau] ne sait pas que c’est une réflexion. Il s’envole à toute vitesse vers la vitre », raconte le bénévole.

On voit un oiseau dans une main.

Un pic flamboyant recueilli par le bénévole Gavin Day de l’organisme Fatal Light Awareness Program, à Toronto Photo : Gavin Day

L’organisme FLAP, qui est aussi un groupe de pression, tente de convaincre les pouvoirs publics d’adopter des mesures pour prévenir les collisions. On retrouve maintenant sur certains édifices de Toronto de petits points sur les fenêtres pour briser la réflexion. Par ailleurs, certains immeubles éteignent les lumières de leurs bureaux durant la nuit.

Le Regroupement Québec Oiseau, organisme voué à l’observation, la compréhension et la protection des oiseaux, précise que les collisions des oiseaux avec les édifices à Montréal sont anecdotiques. L’une des raisons évoquées est que la ville ne se trouve pas dans le grand corridor de migration des oiseaux comme Chigago, Cleveland ou Toronto.

Le rôle des citoyens

Selon une étude, 90 % des collisions d’oiseaux se produiraient avec nos résidences. Les experts recommandent donc aux citoyens de tirer les rideaux, de disposer les mangeoires à bonne distance de leur maison, ou même d’apposer des appliqués d’oiseaux de proie dans les fenêtres.

https://ici.radio-canada.ca/

Une saison exceptionnelle en vue pour observer les Perséides


La pluie d’étoiles filantes promet d’être belle, car le ciel semble être disposé à nous offrir ce spectacle cette année en Amérique du Nord
Nuage

 

Une saison exceptionnelle en vue pour observer les Perséides

 

Pour bien observer les Perséides, il faut s'éloigner des lumières de la ville.

Pour bien observer les Perséides, il faut s’éloigner des lumières de la ville. Photo : iStock

Cette année, les Perséides se dérouleront dans d’excellentes conditions d’observation un peu partout en Amérique du Nord.

Un texte d’Alain Labelle

Que sont les Perséides?

Chaque année, à la mi-août, la Terre traverse le sillage de la comète 109P/Swift-Tuttle, parsemé de milliards de particules de roches et de poussière. Ce sont ces débris qui, en pénétrant dans l’atmosphère terrestre à une vitesse de 60 kilomètres par seconde, donnent la fameuse pluie de météores des Perséides.

Photo : Planétarium de Montréal/Sophie DesRosiers

Cet essaim de débris d’une taille variant entre celle d’un grain de sable et celle d’un petit pois se renouvelle tous les 133 ans, lorsque la comète repasse dans le voisinage terrestre. Sa dernière visite remonte à 1992.

La pluie d’étoiles des Perséides est l’une des premières recensées par les humains. Les plus anciens témoignages en provenance de Chine datent de l’an 32 après Jésus-Christ.

La qualité du spectacle varie considérablement d’une année à l’autre, selon la distance entre la Terre et les parties les plus denses de l’essaim de particules, mais aussi selon la présence de la Lune dans le ciel, qui est une source de pollution lumineuse naturelle.

Si le maximum des Perséides tombe au même moment que la pleine lune, ça jette une douche froide sur l’observation du phénomène en raison de la lumière. Marc Jobin, Planératium Rio Tinto Alcan

Cuvée 2018

Le pic d’activité de cette pluie de météores est attendu en 2018 entre 16 h (HAE) le dimanche 12 août et 4 h le lundi 13 août.

Le ciel est sombre et il y a une ligne de lumière qui le traverse, c'est une étoile filante.

Une étoile filante traverse le ciel tôt le matin, le samedi 13 août 2016. Photo : La Presse canadienne/Matt Stamey

Cette année, la nouvelle lune est samedi, et le maximum dans la nuit de dimanche à lundi. On est dans le meilleur temps pour les observer (les Perséides). Marc Jobin

Les Perséides commenceront à se manifester dès la tombée de la nuit, mais c’est après minuit que le spectacle atteindra son apogée.

Il y a un point dans le ciel d’où émerge le flux de particules que l’on appelle radiant.

Le radiant des Perséides (l’endroit situé dans la constellation de Persée d’où émanent les météores) grimpe de plus en plus haut dans le ciel en seconde moitié de nuit et arrivera à sa hauteur optimale juste après l’aube.

En début de soirée, le radiant est presque à l’horizon, ce qui n’est pas optimal pour l’observation. Il faut attendre qu’il soit au plus haut dans le ciel pour l’observation de la pluie d’étoiles. Marc Jobin

Selon l’astronome Marc Jobin, le meilleur moment pour observer les étoiles filantes se situe entre 3 h00 et 3 h 30 dans la nuit de dimanche à lundi, c’est-à-dire juste avant que le jour se lève. Elles peuvent aussi être observées dans les jours précédant ou suivant ce moment optimal, mais elles seront beaucoup moins nombreuses.

Dans la nuit suivante, le spectacle va être moitié moins intense. Marc Jobin

Les premières Perséides sont quand même détectables dès la mi-juillet, et la pluie demeure active jusqu’à la troisième semaine d’août.

Où aller pour réaliser la meilleure observation?

Il faut s’éloigner de la pollution lumineuse des villes et chercher un site d’observation le plus noir possible.

Deux humains regardent une pluie d'étoiles filantes.

Deux humains regardent une pluie d’étoiles filantes. Photo : iStock/Allexxandar

Dans les meilleures conditions, dans le noir le plus total à au moins 150 km des villes et villages, on peut s’attendre à voir 60 à 70 étoiles filantes à l’heure. Marc Jobin

Dans quelle position doit-on regarder le ciel?

Il est recommandé de se coucher sur le sol, les pieds pointant vers le nord-est, avec une vue sur la plus grande étendue de ciel possible, sans télescope ni jumelles, avec le moins de lumière possible. Il faut habituellement une trentaine de minutes pour que les yeux s’habituent à la noirceur.

L’idée est d’avoir le dos incliné à 45 degrés et la tête appuyée, comme couché sur une chaise longue. Marc Jobin

    Des définitions importantes :

  • Astéroïde : objet céleste dont l’orbite autour du Soleil est faiblement elliptique;

  • Météore : trace de lumière visible dans le ciel lors de la chute dans l’atmosphère terrestre d’un corps solide;

  • Météorite : fragment d’astéroïde qui atteint la surface terrestre;

  • Météoroïde  : un tout petit objet à l’extérieur de l’atmosphère terrestre provenant d’un astéroïde ou d’un noyau cométaire;

  • Comète : un astre de glace sale qui, en s’approchant du Soleil, dégage du gaz et de la poussière pour former une queue.

D’où viennent les étoiles filantes?

Le Système solaire est rempli de grains de poussière et la Terre en balaie constamment au cours de son orbite autour du Soleil. Les étoiles filantes (ou météores) sont causées par ces petits grains de poussière qui se consument en entrant à très grande vitesse dans l’atmosphère.

Il existe des zones de l’espace où la densité de poussières est plus grande. Il s’agit de concentrations de minuscules débris laissés par des comètes qui se désagrègent au cours de leurs passages répétés dans le voisinage du Soleil.

Certains de ces essaims de poussières croisent l’orbite de la Terre, et notre planète y replonge une fois par année autour des mêmes dates. On a alors droit à une recrudescence du nombre d’étoiles filantes, et l’on assiste à une pluie de météores.

Le saviez-vous?

La Terre se déplace à 29 kilomètres par seconde autour du Soleil, et les poussières atteignent des vitesses de l’ordre de 40 kilomètres par seconde. La vitesse d’impact d’une étoile filante qui arrive dans l’atmosphère se situe donc généralement entre 30 km/s et 70 km/s.

D’autres spectacles célestes

Outre les Perséides, il y a aussi les Léonides autour du 18 novembre qui donnent parfois lieu à de véritables « orages » très intenses d’étoiles filantes, et les Géminides autour du 14 décembre. Ces dernières sont aussi intenses que les Perséides, mais cette période moins clémente de l’année les rend moins populaires.

https://ici.radio-canada.ca

Pour les autres espèces, les humains sont cancérogènes avance une étude


C’est clair, l’être humain se comporte comme un virus face aux animaux et ils en sont malades que ce soit la pollution en général, la pollution lumineuse, la diversité génétique diminué, produit chimique, la nourriture qui n’est pas adapté aux animaux, les catastrophes nucléaires, produits chimiques.
Nuage

 

Pour les autres espèces, les humains sont cancérogènes avance une étude

 

Tortue

Tortue marine souffrant de plusieurs tumeurs sur la face.

© ERIC GAY/AP/SIPA

Par Anne-Sophie Tassart

Une équipe internationale de chercheurs est persuadée que l’espèce humaine augmente, par différents processus, le nombre de cancers chez les autres espèces animales. Ils réclament plus d’études sur ce sujet.

« L’espèce humaine peut être définie comme une espèce oncogène modulant l’environnement de manière à causer des cancers chez les autres populations animales », assure une équipe internationale de chercheurs dans une étude parue le 21 mai 2018 dans la prestigieuse revue Nature Ecology & Evolution.

Selon eux, il est fort probable que les activités humaines peuvent augmenter le nombre de cancers dans les populations animales « à travers de nombreux processus ». Et dans leur étude, les scientifiques affirment également que l’impact des cancers dans les populations d’animaux sauvages est largement sous-estimé.

Pollution, lumière, nourrissage et diversité génétique

Première responsable évoquée dans l’étude : la pollution et pas seulement celle causée par les pesticides et les herbicides. Les différents contaminants trouvés aussi bien sur la terre ferme que dans l’eau sont capables de favoriser la formation de tumeurs de différentes façons : par mutations somatiques, à cause de portions ADN devenues impossibles à réparer mais aussi à cause d’effets sur le système immunitaire ou encore sur la sécrétion d’hormones. Les chercheurs n’oublient pas non plus les conséquences considérables qu’ont pu avoir les catastrophes nucléaires de Tchernobyl ou encore de Fukushima sur les espèces animales. D’ailleurs, une étude a démontré une hausse du nombre de tumeurs chez les oiseaux évoluant à proximité de la centrale nucléaire ukrainienne. Les biologistes notent également l’incidence des micro-plastiques ingérés par de nombreuses espèces animales. Si leur effet sur la santé reste méconnus (également chez l’humain), les chercheurs n’excluent pas une probable influence sur la formation de tumeurs.

Les chercheurs pointent du doigt une autre pollution : la pollution lumineuse.

« La mélatonine est une hormone possédant des propriétés anti-tumorales présente chez tous les vertébrés, expliquent-ils dans l’étude. Elle est sécrétée rythmiquement par l’épiphyse avec un pic durant la nuit pour ensuite être supprimée par la lumière et elle est impliquée dans la régulation du rythme circadien. Même une contamination lumineuse minimale est connue pour perturber la production circadienne de mélatonine et promouvoir la croissance de tumeurs chez des rats élevés en captivité ».

En outre, cet éclairage entraîne une perturbation du sommeil alors que celui-ci est lié au bon fonctionnement du système immunitaire.

L’homme agit aussi – volontairement ou non – sur le régime alimentaire des animaux en évitant de jeter ses ordures ou alors en appâtant volontairement les animaux avec de la nourriture bien souvent non adaptée.

« Des études menées sur des espèces sauvages indiquent que les effets anthropogéniques peuvent modifier le microbiote des animaux sauvages en changeant notamment la composition de leur flore intestinale par exemple en réponse à l’urbanisation chez les oiseaux », note l’étude.

Or, chez l’homme, un déséquilibre du microbiote intestinal peut favoriser l’apparition de cancers. Les chercheurs soupçonnent donc un processus identique chez les autres espèces animales.

© Simon MALFATTO, Sophie RAMIS / AFP

Dernier facteur abordé par l’étude : la diminution de la diversité génétique chez certaines espèces  notamment à cause de la fragmentation de l’habitat ou encore du braconnage. La réduction de la population et donc la baisse de la diversité génétique ne permet pas d’éliminer les gènes délétères. Ceux-ci perdurent donc, favorisant différentes pathologies dont le cancer.

« Par exemple, bien que les chiens et les chats montrent une diversité phénotypique exceptionnelle, ils ont une diversité génétique significativement plus faibles que leurs ancêtres sauvages et cela a été relié à la prévalence relativement élevée de cancer chez nos animaux de compagnie », expliquent les chercheurs.

Dans ce cas, l’homme se comporte comme un virus

Pour ces derniers, il est urgent de débuter des recherches concernant l’effet des activités humaines sur le nombre de cancers chez les autres espèces animales.

« Le cancer chez les animaux sauvages est un sujet totalement ignoré et nous voulons stimuler les recherches dessus, explique dans un communiqué Mathieu Giraudeau, auteur principal de l’étude. Nous avons récemment publié plusieurs articles théoriques à ce sujet mais maintenant, nous voulons mettre en lumière le fait que notre espèce influence grandement la prévalence de cancers chez plusieurs autres espèces animales ».

Pour Tuul Sepp, autre auteur de l’étude, l’humain est dans ce cas comparable à un virus, modifiant son environnement afin de le rendre plus adapté à lui-même favorisant parallèlement l’apparition de tumeurs.

« Concrètement, nous sommes en train de faire la même chose. Nous changeons l’environnement pour qu’il nous convienne même si ces modifications ont un effet négatif sur plusieurs espèces à différentes échelles, incluant la probabilité de développer un cancer », déplore le chercheur.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le ciel canadien zébré d’étranges lacérations multicolores


Un phénomène naturel qui peut aussi certaines fois accompagner par la pollution lumineuse donne des images féériques par temps froid en hiver au Canada.
Nuage

 

Le ciel canadien zébré d’étranges lacérations multicolores

 

"Light pillars" Piliers de lumière

Les « colonnes de lumière » (light pillars en anglais) sont un étrange phénomène optique qui survient par grand froid en présence d’une source lumineuse (soleil ras, ou pollution lumineuse).

TIMMY JOE ELZINGA

Par Sarah Sermondadaz

Par temps très froid, en présence de cristaux de glace en suspension dans l’air, le ciel nocturne peut se parer d’étranges colonnes de lumière.

Explications et exemples en images.

SCIENCE FICTION. Salut rituel Jedi, sabres laser droit dirigés vers le ciel ? Arrivée imminente des extra-terrestres ? Rien de tout cela. La photo ci-dessus a été réalisée en Ontario (Canada) sans trucage. Elle s’explique par la survenue d’un phénomène optique particulier lié au grand froid et à la présence d’une source lumineuse, au crépuscule ou la nuit. Une manifestation céleste lumineuse (on parle de photométéore) qui est d’ailleurs apparentée au fameux arc-en-ciel !

Quand la glace brille de mille feux

Qui donc a laissé la lumière allumée ? Les fautifs sont les cristaux de glace en suspension dans l’air par temps très froid (en météorologie, on parle de poudrin de glace). Pour la photo canadienne, la température avoisinait par exemple les – 18°C. Par temps dégagé, lorsque les conditions atmosphériques sont exemptes de turbulences, les cristaux de glace dans l’air peuvent s’aligner selon un plan proche de l’horizontale et former un empilement vertical. Ils se comportent alors comme des miroirs horizontaux, et réfléchissent massivement la lumière.

Oui, mais quelle lumière ? Elle peut provenir du soleil ou de la lune, lorsque ces astres sont bas sur l’horizon… mais également de la pollution lumineuse (phares de voiture, éclairage urbain…) présente la nuit dans les lieux habités par l’être humain. La dernière catégorie, à l’origine de colonnes multicolores, est pour le moins impressionnante visuellement.

Exemple de colonne lumineuse due à la lumière rasante du soleil / Crédits : Domaine public

Un phénomène similaire observé à Laramie, dans le Wyoming (États-Unis) / Crédits : Christoph Geisler

La France, pays des Lumières ?

Et en France ? On peut parfois y observer ce type de manifestations hivernales, en témoigne l’image  voir ici  publiée par le site Météo Europe.

https://www.sciencesetavenir.fr/

La pollution lumineuse, alliée du virus du Nil occidental


On sait que la pollution lumineuse affecte autant l’humain que les animaux.D’après certaines études cette pollution aurait aussi un impact sur l’évolution du virus du Nil en plus des changements climatiques en Amérique du Nord.. Les oiseaux aussi en souffrent car cette même pollution les rends moins résistants à ce virus
Nuage

 

La pollution lumineuse, alliée du virus du Nil occidental

 Image de la terre la nuit composée de plus de 400 images satellites qui montre bien les lumières diffusées par les grands centres urbains de la planète. Elle est utilisée par les chercheurs de la NASA pour étudier les températures autour des zones urbaines.

Image de la Terre la nuit composée de plus de 400 photos satellites qui montre bien les lumières diffusées par les grands centres urbains de la planète. Photo : NASA

Les nombreux lampadaires des grandes villes auraient une part de responsabilité dans l’expansion du virus du Nil occidental au début des années 2000. C’est ce qu’indiquent les résultats obtenus par une équipe de chercheurs américains, selon lesquels la pollution lumineuse a un rôle à jouer dans la progression rapide de certains virus.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Les maladies transmises par des piqûres d’insectes sont un fléau de plus en plus important, surtout dans le contexte des changements climatiques qui favorisent la survie, l’activité et la reproduction de plusieurs espèces d’insectes qui transportent ces microbes ou ces parasites.

Toutefois, ces maladies ne se limitent pas à une transmission des insectes aux humains : plusieurs virus utilisent d’autres animaux comme réservoirs au cours de leur cycle de reproduction.

Des chercheurs commencent à constater que l’état de santé des animaux eux-mêmes, souvent mis à mal par les activités humaines, peut avoir une grande influence sur la progression de ces maladies, qui seront par la suite retransmises aux humains.

C’est ce que laissent entendre les résultats obtenus par une équipe de l’Université de Floride du Sud, à Tampa, qui a fait un lien entre la progression du virus du Nil occidental à travers les États-Unis et l’effet de la pollution lumineuse sur les oiseaux.

Autre époque, mêmes peurs

Remontons un peu dans le temps. En 1999, presque 20 ans avant la panique provoquée par le virus Zika, le virus du Nil faisait son apparition en Occident.

Ce dernier, découvert en Afrique en 1937, est transmis par les piqûres de moustiques. Dans la vaste majorité des cas, une personne infectée n’aura aucun symptôme ou ressentira quelque chose de semblable à une grippe.

Toutefois, dans de rares cas, les personnes atteintes développent des méningites particulièrement graves. Jusqu’à maintenant, 2000 personnes en sont mortes en Amérique du Nord.

Il n’y a pas que les humains qui peuvent être infectés par le virus du Nil; les oiseaux y sont aussi particulièrement sensibles. Ces derniers sont morts par milliers à l’arrivée du virus, les principales victimes étant les corneilles, les geais et les pies.

La fin de la nuit

Comment ces chercheurs ont-ils fait un lien entre la progression de ce virus et la pollution lumineuse? C’est en s’appuyant sur l’effet de la lumière sur notre horloge biologique. Elle indique à notre cerveau qu’il est temps de diminuer les hormones de sommeil, comme la mélatonine, et de produire des hormones de stress, comme le cortisol, afin de faire face à la journée.

La vaste majorité des formes de vie ont évolué ainsi de sorte que les activités corporelles s’ajustent à la présence de lumière le jour (ou à l’absence de lumière, dans le cas des animaux nocturnes).

C’est par ce mécanisme que l’exposition à la lumière nocturne peut avoir une influence sur la santé. Un éclairage à des heures inhabituelles modifie notre production hormonale, ce qui affecte notre sommeil, notre l’humeur, notre métabolisme et même notre système immunitaire.

Toutes les formes de vie qui sont exposées à la pollution lumineuse en sont ainsi affectées. Les conséquences sur le système immunitaire ont donc intéressé ces chercheurs, qui ont voulu vérifier l’effet de la pollution lumineuse sur la progression du virus du Nil occidental chez les oiseaux.

Faire la lumière sur l’efficacité de transmission

Pour comprendre, les chercheurs ont infecté 50 moineaux avec le virus du Nil et divisé le groupe en deux, l’un qui passait la nuit dans le noir et l’autre, avec une veilleuse. Dans les deux groupes, la majorité des animaux sont tombés malades dans les mêmes délais et la moitié en sont morts.

À première vue, la lumière ne semblait rien changer. Toutefois, dans le groupe avec la veilleuse, les animaux sont restés infectieux deux fois plus longtemps.

Normalement, quand un oiseau tombe malade, son système immunitaire va combattre le virus et en diminuer la quantité dans le sang. À terme, il n’y aura plus assez de virus pour qu’un moustique, s’il pique l’oiseau, l’attrape et le retransmette. On dit alors que l’oiseau n’est plus infectieux, même s’il est encore malade.

Cependant, les oiseaux exposés à la lumière de nuit sont restés infectieux deux fois plus longtemps que ceux qui ont dormi dans le noir. Cela augmente donc le risque qu’ils contaminent d’autres animaux ou humains et répandent plus rapidement le virus.

Les chercheurs n’ont, par ailleurs, remarqué aucune différence entre les deux groupes en ce qui concerne le niveau de stress et pensent donc que cet effet est causé par l’influence de la pollution lumineuse sur la production de certaines hormones. Il faudra toutefois d’autres études pour confirmer l’effet exact de la lumière sur la transmission des virus.

Cela pourrait avoir des conséquences importantes, car une autre étude, publiée en novembre dernier, a montré que la pollution lumineuse a augmenté de 2 % par an partout sur Terre entre 2012 et 2016.

Mieux connaître l’impact de notre utilisation intensive de lumière dès maintenant pourrait éviter de futurs problèmes de santé publique.

Les résultats de cette étude de l’équipe de l’Université de Floride du Sud ont été présentés au début du mois de janvier au congrès annuel de la Société pour une biologie intégrative et comparative, à San Francisco.

http://ici.radio-canada.ca