Top 5 des bons gestes pour une meilleure qualité de l’air dans notre intérieur


La pollution intérieure doit être prise au sérieux, surtout avec tous les produits chimiques qui y circule, la poussière, les allergènes … Mieux vaut entretenir au jour le jour qu’une fois de temps en temps et aérer été comme hiver
Nuage

 

Top 5 des bons gestes pour une meilleure qualité de l’air dans notre intérieur

 

Si la pollution de l’air extérieur est un problème bien pris en compte au quotidien, celle de l’air intérieur nous semble moins préoccupante. Pourtant, notre maison regorge de polluants, dont on peut réduire la quantité grâce à quelques gestes simples.

Poussières, produits chimiques des peintures, meubles ou produits de décoration… notre environnement domestique nous expose à bien des produits toxiques et des allergènes. Les enfants, dont l’organisme est encore immature, y sont particulièrement sensibles.

Pour aider les consommateurs à se protéger au mieux, des spécialistes de la santé et de l’environnement ont établi une liste de gestes pratiques que nous pouvons tous mettre en œuvre. Un choix durable… et économique.

1 – Ménage : faites mordre la poussière… à la poussière

Prenez soin de passer l’aspirateur, la serpillère et d’épousseter le plus souvent possible. Cette précaution vous paraît relever de la manie ? Pas du tout ! Elle protège au contraire les enfants de la poussière et… du plomb. En effet, les Canadiens ont détecté la présence de plomb dans les sacs d’aspirateurs de toutes les habitations qu’ils avaient analysées. Ils y voient naturellement la preuve que ce métal lourd et toxique est présent dans les poussières d’intérieur.

Or, « l’organisme d’un enfant absorbe 50 % du plomb (auquel il est exposé), contre seulement 10 % pour un adulte. Sachant que les petits mettent souvent leurs mains à la bouche, le risque d’intoxication au plomb est d’autant plus accru », souligne le professeur Bruce Lamphear, de la Simon Frazer University de Vancouver, en Colombie britannique (côte ouest du Canada).

La poussière, par ailleurs, peut exacerber un asthme ou une allergie.

Pour le ménage, mieux vaut utiliser des produits naturels et des gants. © DR

Pour le ménage, mieux vaut utiliser des produits naturels et des gants. © DR

2 – Misez sur l’aération

Faire la chasse à la poussière, c’est bien. Aérer votre maison en plus, c’est encore mieux. Ainsi, Atmosf’Air Bourgogne préconise d’ouvrir ses fenêtres environ 30 minutes par jour, en été comme en hiver, en choisissant les moments où le trafic est le plus faible et l’atmosphère la plus fraîche.

Il est par ailleurs conseillé d’aérer une pièce après usage de certains produits comme les nettoyants ménagers, les colles, les vernis ou autres insecticides et, bien sûr, d’aérer généreusement après avoir fumé dans une pièce. Le mieux, pour préserver ses proches des méfaits du tabagisme passif, reste de sortir à l’extérieur pour s’adonner à ce fâcheux penchant.

3 – Privilégiez les produits naturels

S’il est évidemment recommandé de nettoyer votre maison régulièrement, choisissez de le faire avec des produits simples et non toxiques. Un peu de vinaigre dilué dans de l’eau suffit pour laver les vitres, les surfaces de la plupart des meubles ainsi que les sols. Le bicarbonate de soude ou encore le savon noir peuvent aussi être de bons alliés lorsqu’il s’agit de préserver la qualité de votre air intérieur.

Choisissez aussi une lessive sans parfum.

« Certains éléments chimiques utilisés pour mettre au point ces fragrances sont liés à des troubles hormonaux », souligne un groupement d’associations canadien.

De manière générale, recommande Atmosf’Air Bourgogne, évitez les parfums d’intérieur, bâtons d’encens, bougies parfumées ou autres sprays qui contiennent également des substances chimiques nocives.

4 – Bricolez écolo… en solo

Lorsque vous décidez de repeindre une pièce ou de rénover un meuble, éloignez les enfants et les femmes enceintes. Ils sont particulièrement sensibles aux poussières et aux toxiques des peintures, des colles et autres produits de bricolage. Pour vous, prévoyez de porter des protections adaptées (masque, lunettes, etc.) et de faire des pauses régulières en dehors de la pièce. Une fois les travaux achevés, n’oubliez pas de bien fermer les récipients pour éviter tout évaporation toxique. Bien sûr, rangez-les hors de portée des plus jeunes.

Même si de nombreuses peintures sont écologiques, éloignez les femmes enceintes et les enfants de la pièce en travaux. © DR

Même si de nombreuses peintures sont écologiques, éloignez les femmes enceintes et les enfants de la pièce en travaux. © DR

5 – Évitez le plastique

Le plastique est un matériau faisant partie intégrante de nos maisons… et de notre quotidien au sens le plus large du terme. Toutefois, soyez prudent quant à son utilisation. Évitez par exemple de placer des récipients en plastique au four à micro-ondes, même si le fabricant précise que vous pouvez le faire. Vous réduirez ainsi le risque de migration de certains éléments chimiques, du récipient vers les aliments.

Par ailleurs, côté alimentation, afin de réduire votre exposition au mercure et autres métaux lourds contenus dans la chair des poissons, optez pour les plus petits d’entre eux. En effet, les poissons situés en bas de la chaîne alimentaire naturelle concentrent moins ces substances néfastes pour la santé. Les prédateurs, les poissons de haute mer et les poissons pélagiques tels que le thon, l’espadon mais aussi le maquereau, en revanche, sont susceptibles d’en contenir de plus grandes quantités. N’en abusez donc pas.

En 2002, d’ailleurs, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (l’Afssa devenue depuis l’Anses), recommandait aux femmes enceintes et allaitantes, mais aussi aux jeunes enfants, « de favoriser une consommation diversifiée des différentes espèces de poissons sans privilégier, à titre de précaution, la consommation de poissons susceptibles de présenter des niveaux plus élevés de méthyl-mercure tels que la daurade, l’espadon, le marlin, le requin et le thon ».

http://www.futura-sciences.com

Chine: 32 000 $ pour nager dans une rivière polluée


L’idée est intéressante, reste a savoir si le gouvernement chinois va prendre des mesures importante pour dépolluer les rivières qui par leur haut taux de toxicité auraient des effets néfastes pour la santé des résidents
Nuage

 

Chine: 32 000 $ pour nager dans une rivière polluée

 

Un homme d'affaires chinois a mis au défi... (PHOTO REUTERS/CHINA DAILY)

Un homme d’affaires chinois a mis au défi le responsable de la protection de l’environnement, Bao Zheming, de nager dans une rivière ultra-polluée du Zhejiang en échange d’un prix en argent de 200 000 yuans, l’équivalent de 32 000$ US.

PHOTO REUTERS/CHINA DAILY

Associated Press
Pékin

Un homme d’affaires chinois offre l’équivalent de 32 000 $ US à un responsable environnemental de sa région si celui-ci accepte de nager dans une rivière polluée.

Jin Zengmin a publié cette offre en ligne samedi, accompagnée de photos d’une rivière encombrée de détritus qui coule dans sa ville natale de Rui’an, dans la province orientale du Zhejiang. Il a mis au défi le responsable de la protection de l’environnement, Bao Zheming, de nager dans cette rivière en échange d’un prix en argent de 200 000 yuans.

Un peu plus loin, dans le comté voisin de Cangnan, un internaute anonyme a offert mardi l’équivalent de 48 000 $ US au responsable environnemental de la région si celui-ci accepte de plonger dans une rivière polluée.

M. Jin a expliqué sur son site internet qu’une usine de chaussures de caoutchouc rejette des eaux usées dans la rivière et que le secteur souffre d’une incidence élevée de cancer.

Un représentant du gouvernement de Rui’an a refusé de dire si M. Bao acceptera le défi de M. Jin. Le gouvernement aurait toutefois communiqué avec M. Jin et aurait l’intention de prendre certaines mesures, notamment en collaborant avec les résidants pour nettoyer la rivière et en indiquant clairement qu’il est interdit de la polluer.

Il a aussi promis des mesures pour lutter contre la pollution industrielle.

Le développement économique rapide de la Chine entraîne souvent des conséquences cauchemardesques pour l’environnement. Le ministre chinois adjoint des Ressources en eau, Hu Siyi, a indiqué l’an dernier que 20 % des rivières du pays sont si polluées qu’elles sont considérées trop toxiques pour le contact humain. Jusqu’à 40 % des rivières seraient gravement polluées.

http://www.lapresse.ca