Comment réduire la pollution à l’intérieur de votre maison ?


    Avec le temps froid qui s’installe, nos portes et fenêtres sont le plus souvent fermées. Nous sommes donc confinés dans des endroits clos ou les bactéries, acariens se multiplient sans oublier les produits toxiques qui planent dans l’air ambiant
    Nuage

     

    Comment réduire la pollution à l’intérieur de votre maison ?

    Nos intérieurs concentrent de nombreux polluants. Résultat, l’air qui règne dans nos logements est plus pollué qu’à l’extérieur.

    Avez-vous les bons réflexes pour diminuer la pollution chez vous ?

    1) Chaque jour vous aérez votre logement pendant une vingtaine de minutes.

    • Puisque la pollution à l’intérieur de nos logements dépasse celle qui règne à l’extérieur, il est essentiel d’aérer tous les jours pendant au moins 20 minutes, chaque pièce de notre logement.

        2) Pour nettoyer les vitres, vous utilisez plutôt du vinaigre blanc.

        • Le vinaigre blanc est un produit naturel qui remplace avantageusement les produits chimiques à vitres. Quant aux sprays et autres vaporisateurs, ils sont à éviter ! Vous pouvez également utiliser du vinaigre contre le calcaire, au lieu d’un produit spécial anticalcaire. Il est aussi naturellement antiseptique. 

            3) La plupart de vos meubles sont en bois massif.

            • Le bois aggloméré dégage pendant longtemps des composés organiques volatils toxiques. Mieux vaut l’éviter et privilégier les matériaux naturels, comme le bois massif ! 

                4) Pour dégraisser, vous êtes plutôt du genre à employer du savon noir.

                • 100 % naturel, le savon noir est un excellent dégraissant à privilégier au détriment des nombreux produits ménagers toxiques. Et méfiez-vous des parfums de synthèse, ils sont toxiques.

                    5) De retour du pressing vous enlevez illico le plastique protecteur.

                    • Le perchloréthylène est un solvant couramment utilisé pour le nettoyage à sec, classé comme  » cancérigène probable « . Alors un conseil : ôtez le plastique des vêtements qui reviennent du pressing et aérez-les en laissant la fenêtre ouverte

                        6) Vous êtes du genre à faire le vide régulièrement.

                        • En accumulant objets, vêtements, bibelots, on accumule aussi la poussière, les acariens, les microbes et les polluants. Il est essentiel de trier régulièrement. 

                            7) Votre décoration privilégie plutôt le bois naturel.

                            • Ayez le réflexe de privilégier les matières naturelles : bois massif (évitez les bois exotiques qui sont en voie de disparition), terre cuite, grès, faïence, fibres naturelles (coco, sisal, chanvre), au détriment des matières plastiques notamment. Évidemment vous éviterez aussi d’appliquer peintures, vernis et autres traitements chimiques sur du bois naturel !

                                8) Votre joker pour déboucher la douche, c’est la ventouse !

                                • Les produits déboucheurs de canalisation sont particulièrement toxiques. Évitez-les !

                                    9) Vous avez de nombreuses plantes vertes chez vous.

                                    • De nombreuses plantes possèdent des propriétés dépolluantes : Ficus, Kentia, lierre, Philodendron, Aglaonéma, Chamaedoréa, Chlorophytum, DracaenaSansevieria, etc.

                                        10) Contre les mauvaises odeurs ou tout simplement pour le plaisir que ça sente bon, vous utilisez des huiles essentielles.

                                        • Oubliez les parfums de synthèse (toxiques) et privilégiez les huiles essentielles : pin, lavande, etc. Elles ont en outre des propriétés désinfectantes.

                                            Mis à jour par Isabelle Eustache

                                            Sources : Institut Moncey.

                                            http://www.e-sante.fr

                                          Un tiers de la population mondiale menacée par la pollution de l’air


                                          On connait la pollution industrielle, la pollution de l’air, mais moins la pollution domestique dans les demeures qui cause plus de décès que la pollution extérieure
                                          Nuage

                                           

                                          Un tiers de la population mondiale menacée par la pollution de l’air

                                           

                                          Un tiers de la population mondiale risque d'avoir des problèmes de santé ou de... (Photo: Alain Roberge, Archives La Presse)

                                          Photo: Alain Roberge, Archives La Presse

                                          Agence France-Presse
                                          Paris

                                          Un tiers de la population mondiale risque d’avoir des problèmes de santé ou de mourir prématurément à cause de la pollution de l’air domestique, selon une étude publiée mercredi dans la revue médicale britannique The Lancet Respiratory Medicine.

                                          Réalisée par une commission rassemblant des chercheurs américano-britanniques, l’étude s’est penchée sur ce type de pollution, qui provient essentiellement d’activités comme la préparation des repas, le chauffage ou l’éclairage et qui est mesuré à l’intérieur des maisons.

                                          Cette pollution domestique serait à l’origine de 4,3 millions de décès en 2012, contre 3,7 millions de décès attribués à la pollution atmosphérique extérieure, selon des estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

                                          Mais elle menace au total la santé d’environ 2,8 milliards de personnes à travers le monde, un chiffre resté stable ces dernières années malgré une augmentation de la population mondiale, relèvent les chercheurs.

                                          Parmi les personnes en danger, ils citent 600 à 800 millions de familles, principalement en Asie et en Afrique qui utilisent des combustibles solides comme le bois ou le charbon pour faire la cuisine ou se chauffer.

                                          Ces combustibles sont souvent utilisés dans des feux ouverts et dans des locaux mal ventilés, ce qui explique la gravité de la pollution de l’air intérieur.

                                          «Les femmes et les enfants sont particulièrement sensibles aux effets toxiques de cette pollution et exposés aux concentrations les plus élevées», soulignent les chercheurs.

                                          Parmi les maladies les plus directement liées à la pollution domestique, ils mentionnent les infections respiratoires, les bronchites chroniques ou BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), l’asthme, le cancer du poumon et les cancers du nez ou de la gorge.

                                          Ils notent également que les personnes les plus vulnérables vivent pour la plupart dans des régions déshéritées où les traitements des maladies respiratoires restent couteux et pas forcément disponibles.

                                          Selon le Pr Stephen Gordon, de l’École de médecine tropicale de Liverpool (Royaume-Uni), la solution passe  par l’adoption de combustibles et de méthodes de cuisson «plus propres» et «aussi abordables, efficaces et durables que les méthodes traditionnelles qu’ils sont censés remplacer».

                                          Pour le Pr William Martin de l’Université d’État de l’Ohio, «le problème ne pourra pas être réglé tant que la communauté internationale ne reconnaîtra pas l’ampleur du problème et qu’elle ne s’engagera pas dans une action coordonnée et concertée».

                                          Diverses initiatives ont déjà été lancées ces dernières années dont la mise en place d’une association cofondée par l’OMS, l’Alliance globale pour les fourneaux écologiques, qui s’est fixée comme ambition d’équiper 100 millions de foyers d’ici 2020 en appareils de cuisson «propres».

                                          http://www.lapresse.ca