Forcer votre enfant à faire des bisous : bonne ou mauvaise idée ?


C’est fini le temps où on obligeait les enfants a donner des bisous ou des câlins à la visite. On laisse leur laisse le choix. La spontanéité donne des meilleurs bisous. Puis on apprend à l’enfant a respecter son corps.
Nuage


Forcer votre enfant à faire des bisous : bonne ou mauvaise idée ?


kravik93/shutterstock.com

Faire un bisou à papy ou à une copine de maman, est-ce une obligation ? Les tout-petits émettent parfois un refus catégorique. Si la politesse est impérative, pourquoi imposer, contre leur gré, un contact physique aux enfants dès le plus jeune âge ?

« Allez, fais un bisou ! » Lorsqu’un enfant de moins 5 ans refuse d’embrasser un proche, pour le saluer ou lui dire au revoir, les parents se sentent souvent obligés de l’y forcer. Pour ne pas vexer, froisser l’adulte ou parce qu’ils estiment que cela fait partie de la politesse.

 Or ce comportement est pour le moins « contreproductif », estime Vincent Joly, psychologue à Paris.

« Si votre enfant ne veut pas faire bisou, il ne le fait pas pour vous irriter. Il a certainement une vraie raison », souligne-t-il. « Peut-être est-il mal à l’aise, ou a-t-il peur ou est-il angoissé. »

Dans tous les cas, le forcer ne lui donnera pas davantage envie d’embrasser vos proches. Et cela augmentera peut-être encore son malaise.

« Laissez-lui donc le temps de décider par lui-même s’il fera ou non des bisous », poursuit-il.

Son corps, son droit de refuser

Demander la permission à un enfant avant de lui faire un câlin ou un bisou permet en outre de lui apprendre qu’il a le droit de refuser le contact physique. Vous respectez ainsi ses limites. De plus, il développe ainsi son sens de l’autonomie et apprend la notion de respect de son corps.

Un discours pas toujours cohérent…

Si l’enfant accepte d’embrasser certains proches et pas d’autres, peut-être y-a-t-il une raison.

« Il arrive que les parents demandent à l’enfant d’embrasser le cousin ou l’oncle qu’ils n’ont eux-mêmes pas très envie de voir », explique Vincent Joly. « Or les enfants ont parfois entendu ce que pensaient les parents et ressentent le manque de sincérité. »

Pour que l’enfant adhère avec la pratique du bisou pour saluer, Il faut que le message soit clair. 

« La famille oui, les amis non par exemple », poursuit-il. « Et il vaut mieux éviter trop d’hypocrisie sociale car les enfants ne parviennent pas à faire semblant », conclut-il.

Source : interview de Vincent Joly, psychologue à Paris, 25 avril 2019 – Naître et Grandir, consulté le 2

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Vincent Roche

https://destinationsante.com/

On est plus gentil sur Twitter quand on vit au Canada


Bof, si c’est trop gentil de dire merci, super, génial, beau, bien et heureux en plus des émojis positifs sur les réseaux sociaux, alors soyons trop polis .. C’est quand même une bien drôle d’étude. Reste à savoir si dans la réalité, c’est la même chose
Nuage

 

On est plus gentil sur Twitter quand on vit au Canada

 

"Great" est le mot le plus caractéristique des internautes canadiens. | Kym via Unsplash CC License by

« Great » est le mot le plus caractéristique des internautes canadiens. | Kym via Unsplash CC License by

Une étude montre que les internautes canadiens sont plus positifs sur les réseaux sociaux que, par exemple, ceux des États Unis.

Temps de lecture: 2 min — Repéré sur Mother Jones

Au jeu des stéréotypes, le Canada est plutôt bien loti. On n’y est pas réputé stupide, comme aux États-Unis, nuls en cuisine, comme en Angleterre, ou désagréable, comme en France. Non: le cliché en vogue, en tout cas en Amérique du Nord, c’est que les Canadiennes et les Canadiens seraient plutôt trop polis et trop gentils.

Si plusieurs études prouvent que les stéréotypes nationaux ne reflètent pas la réalité, il se pourrait bien que chez les Canadiens, ce soit vrai, ou du moins en partie.

40 millions de tweets analysés

Des linguistes de l’université canadienne McMaster ont publié une étude dans le journal PLOS One. Ils ont analysé 40 millions de tweets provenant de comptes américains et canadiens, émis entre les mois de février 2015 et février 2016. Ils ont ensuite fait une étude statistique afin de savoir quels mots étaient les plus caractéristiques de chaque pays.

L’équipe de l’université McMaster a découvert que dans les mots les plus tweetés au Canada on trouve «great», «thanks», «amazing», «beautiful», «good» ou «happy» (super, merci, génial, beau, bien et heureux) ainsi que les émojis coeur, pouce en l’air et :). Aux États-Unis par contre, si l’émoji qui pleure de rire écrase toute concurrence, les mots «bitch», «shit», «hate» et «fuck» (chienne, merde, déteste…) sont aussi très utilisés.

Découverte accidentelle

Une découverte faite un peu par hasard. Car à l’origine, l’objectif de l’équipe était de lister les différences de vocabulaire entre les deux nations (par exemple, le soda américain devient pop au Canada).

Toutefois, il faut nuancer les résultats. S’il est bien ressorti qu’au Canada, on utilise un langage plus polissé et positif, la vaste majorité (99.66%) des mots employés sont identiques entre les deux pays. Certains sont simplements ressortis comme étant «plus caractéristiques» et ce sont ceux-là qui semblent valider cette réputation de gentillesse canadienne.

La théorie de Bryor Snefjella, le directeur de l’étude, est que la manière de s’exprimer, au Canada, a construit le stéréotype, mais qu’il ne reflète pas vraiment la réalité du comportements locaux, qui restent finalement très similaires à ceux des États-Unis.

http://www.slate.fr/

Nous parlons tous en dormant, souvent pour jurer


Quasi tout le monde parle en dormant, mais ce que l’on dit cela est autre chose. Il semblerait que nous soyons plus vulgaires que polies pendant nos rêves
Nuage

 

Nous parlons tous en dormant, souvent pour jurer

 

Sleep par Kirill Kondratyev via Flickr.

Sleep par Kirill Kondratyev via Flickr.

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel

Repéré sur Newsweek, The Times

Pour la première fois, des chercheurs ont analysé ce que l’on dit pendant notre sommeil. Résultat ? Beaucoup d’insultes.

Vous avez forcément déjà vécu cette situation si vous dormez à deux : être réveillé en pleine nuit par votre partenaire, alors que celui-ci, endormi, tente de discuter avec vous. Et c’est normal. D’après une étude française, la plupart des gens parlent en dormant, le plus souvent en jurant.

L’étude, rapportée par Newsweek, a été par réalisée par une équipe de chercheurs de la Sorbonne et a analysé le sommeil de 232 adultes. Il s’agit de la plus grande étude jamais réalisée sur le sujet, peu exploré par la communauté scientifique. D’après les conclusions de la recherche, publiées par le Sleep Journal, seulement 15 personnes ont eu un sommeil parfait.

L’étude révèle que parler en dormant n’est pas plus différent que de parler en étant éveillé. 

Comme l’explique The Times, les chercheurs notent que quasiment toutes ces prises de parole «étaient grammaticalement correctes». 

Le mot prononcé le plus de fois par les participants était «non» alors que près de 10% des discussions contenaient des injures et des obscénités. Le mot «putain» aurait été utilisé par les participants 800 fois plus la nuit que dans la journée.

À l’inverse, l’usage de politesses était largement plus rare qu’en journée, n’apparaissant que dans 12 des 361 cas observés. Et même lorsqu’un discours ne contenait pas de jurons, il n’était pas forcément plaisant. Newsweek explique même qu’un volontaire s’est écrié «Menteur ! Je te tape dessus si tu les signes», tandis qu’un autre menaçait de mettre la Princesse Stéphanie de Monaco enceinte.

Pour expliquer le contenu violent de ces discussions endormies, les chercheurs expliquent que le fait de parler dans son sommeil pourrait correspondre à une perte d’inhibition ou tout simplement représenter le contenu d’un rêve.

Attention tout de même à ne pas interpréter trop littéralement ce que vous dites en dormant. C’est ce qu’explique Jim Horn, le directeur du centre de recherche du sommeil à l’Université de Loughborough au Guardian :

«Parler en dormant se passe normalement lors de phases de sommeil léger. Le cerveau vagabonde et rumine. Il s’agit vraiment des élucubrations d’un esprit embrouillé.»

http://www.slate.fr

Code Moral


Une règle de vie qui devrait faire partie de notre quotidien, il serait pourtant si simple si tout le monde l’appliquait
Nuage

 

Code Moral

 

 

La Politesse : C’est le respect d’autrui
La Sincérité : C’est de l’exprimer sans déguiser sa pensée
L’Honneur : C’est d’être fidèle à la la parole donnée
La Modestie : C’est de parler de soi-même sans orgueil
Le Respect : Sans respect, aucune confiance ne peut naitre
Le Controle de soi : C‘est de savoir se taire lorsque montre la colère

Auteur Inconnu

Ce café gonfle ses prix pour les clients impolis


Pourquoi il est plus long a imiter les bonnes idées qui permettent d’améliorer la vie sociale des gens ? Un café en Espagne a pris l’idée en France pour promotion de la politesse. Cela devrait être appliqué partout
Nuage

 

Ce café gonfle ses prix pour les clients impolis

 

Le restaurant Blau Grifeu, situé à Llanca, offre ses cafés à €1,30 (1,88$ CAD) pour les clients qui font preuve de gentillesse envers leurs employés, rapporte The Independent.

Pour ce faire, le client doit non seulement saluer le barista, mais aussi ajouter un «s’il vous plaît» à la fin de sa requête pour une bonne vieille tasse de café.

Les clients qui ne disent pas bonjour à l’employé doivent débourser €3,50 (5,07$ CAD), et ceux qui demandent simplement un café ont une facture de €5 (7,25$ CAD).

«J’ai placé une affiche dans la fenêtre pour expliquer le système de prix et ça fait toute une différence. Les gens sont maintenant extrêmement polis et tout cela a vraiment amélioré la vie quotidienne, ici», explique le propriétaire du restaurant, Marisel Valencia Madrid, au Daily Telegraph.

Elle dit avoir été inspirée par un bar qu’elle avait fréquenté à Paris qui avait un système de prix semblable.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un Anglais partage l’adorable recherche Google faite par sa grand-mère


Et pourquoi pas ! La politesse devrait être une norme même sur Internet. 
Nuage

 

Un Anglais partage l’adorable recherche Google faite par sa grand-mère

 

grandmother technology

Votre grand-mère est-elle capable d’envoyer des courriels? Votre grand-père vous appelle-t-il parce qu’il aimerait savoir ce qu’est ce site Web qu’on appelle «Facebook»?

Les défis de la technologie sont grands pour nos aînés qui n’ont pas grandi entourés d’ordinateurs et d’ondes cellulaires. La solution est peut-être de faire preuve d’un peu de courtoisie.

Prenez l’exemple de la grand-mère de Ben John, un Anglais qui, selon son profil Twitter, a 26 ans. Cette dernière, quand elle s’adresse à son moteur de recherche, utilise les mêmes formes de politesse que lorsqu’elle va chercher ses médicaments à la pharmacie.

«S’il vous plait, traduisez ce nombre romain MCMXCVIII merci», a écrit la dame dans la barre de recherche de Google.

 

Ben John a trouvé la chose adorable et a mis une photo sur Twitter. Le succès a été phénoménal : 8 500 retweets, 13 000 mentions J’aime et une entrevue avec la chaîne BBC

«Chère grand-mère de Ben. Nous espérons que vous allez bien. Dans un monde de milliards de recherches, la vôtre nous a fait sourire. Oh, et c’est 1998. Merci à VOUS.»

Vos grands-parents ont-ils autant le tour avec la technologie?

http://quebec.huffingtonpost.ca/