Le Saviez-Vous ► Microbe, virus, bactérie : quelle différence ?


On connaît les bactéries, les microbes certains sont utiles pour la vie, pour l’humain, mais parmi eux, il y a ceux qui donnent des maladies qu’on peut généralement soigner. Cependant, les virus sont plus dangereux, et les antibiotiques ne peuvent rien contre des maladies comme le Sida, la variole ….
Nuage

 

Microbe, virus, bactérie : quelle différence ?

 

Par Antoine Besse, Futura

 

Derrière les maladies que nous attrapons, se cachent toujours les mêmes coupables : les microbes. Mais tous ne sont pas forcément dangereux. Alors, qu’est-ce réellement qu’un microbe ? Que signifie donc ce terme ? Quelle différence y a-t-il entre un virus et une bactérie ?

Le terme microbe signifie « petite vie ». Il a été inventé par le chirurgien français Charles-Emmanuel Sédillot en 1878 pour désigner tous les êtres vivants qui ne se voient qu’au microscope et qui provoquent des maladies.

On sait maintenant que ce terme commode n’est pas très scientifique. Il mélange en effet des micro-organismes très différents :

Les premières bactéries observées avaient des formes de bâton (bakteria en grec). © Kateryna Kon, Shutterstock

Les premières bactéries observées avaient des formes de bâton (bakteria en grec). © Kateryna Kon, Shutterstock

Les bactéries, des cellules sans noyau

Les bactéries sont des êtres vivants microscopiques, donc des microbes, constitués d’une unique cellule entourée d’une paroi et dépourvue de noyau (elles font partie des organismes procaryotes). Elles mesurent autour de 1 µm (une bactérie est donc cinquante fois plus fine qu’un cheveu) et sont le plus souvent en forme de bille ou de bâtonnet. Les bactéries sont les premières formes de vie apparues sur Terre il y a plus de trois milliards d’années et elles colonisent encore la totalité des milieux terrestres.

Beaucoup d’entre elles ne sont pas nocives, certaines s’avèrent même bénéfiques pour l’Homme (elles nous aident à digérer, par exemple), mais d’autres sont à l’origine de maladies graves comme la peste, le choléra, la tuberculose ou, moins terrible, l’angine. Les antibiotiques empêchent la multiplication des bactéries.

Les virus, des éléments génétiques parasites

Le virus (qui signifie « poison » en latin) représente un agent infectieux réduit à son strict minimum : une capsule en protéines (appelée capside) protégeant un brin de matériel génétique codant pour lui-même et la capsule.

Pour se multiplier, le virus, environ vingt fois plus petit qu’une bactérie, doit rentrer dans la cellule hôte et parasiter ses fonctions de réplication. Les virus sont tous à l’origine de maladies : poliomyélite, grippe, rage, Sida, variole Les antibiotiques n’ont aucun effet contre les virus

https://www.futura-sciences.com/

Vaccins : pourquoi les théories des anti sur Internet ont autant de succès


C’est le même constat en Amérique. J’ai d’ailleurs eu connaissance de personnes qui me disaient qu’ils ne voulaient pas faire vacciner leurs enfants à cause des effets secondaires, mais aussi que certaines des maladies visées avaient disparu. Pourtant sans vaccins, ces maladies reviennent
Nuage

Vaccins : pourquoi les théories des anti sur Internet ont autant de succès

La mouvance anti-vaccins prend de l'ampleur en France. © Creative Commons

La mouvance anti-vaccins prend de l’ampleur en France. © Creative Commons

Par Lise Loumé

La mouvance anti-vaccins s’est propagée en France et dans le monde par le biais d’Internet. Pourquoi de nombreuses personnes adhèrent à ses théories ? Décryptage.

Se protéger soi-même et protéger les autres : voilà toute l’importance de la vaccination, sujet majeur de santé publique dont Sciences et Avenir a consacré son dossier du numéro de décembre 2015

Un rappel important à un moment où le vaccin est plus que jamais victime de son succès. Il a permis d’éradiquer totalement la variole. La poliomyélite, la diphtérie, le tétanos ne sont plus que des souvenirs dans les pays développés.

« Et justement, parce que ces maladies ont disparu, des citoyens des pays développés finissent par ne considérer que les effets secondaires et les risques éventuels que peut comporter la vaccination, comme tout produit de santé », analyse Serge Montero, président du comité Vaccins du Leem (Les Entreprises du Médicament) lors d’une table-ronde sur le sujet organisé le 10 décembre 2015 à Paris.

« Paradoxalement, alors que la population occidentale implore les scientifiques de trouver un vaccin contre le Sida et Ebola, deux maladies qui ont causé la mort de millions d’individus pour la première, de milliers pour la deuxième, et ce en majorité dans les pays les plus pauvres, elle a tendance à décrier les vaccins qui sont à sa disposition ».

70 % des sites et blogs remettent en cause des faits scientifiquement démontrés

Car la mouvance anti-vaccins est très présente en France.

« Si 9 % de la population était méfiante envers les vaccins au début des années 2000, cette proportion est montée à… 40 % dans les années 2010 ! », explique Gérald Bronner, sociologue et professeur à l’Université Paris-Diderot.

Malgré ce que laissent penser ces chiffres, la mouvance n’est pas née avec Internet.

« Elle est en fait apparue en même temps que les vaccins eux-mêmes ! », précise le spécialiste.

Dès la fin du 19e siècle donc. « Mais les argumentaires anti-vaccins sont longtemps restés cantonnés à des milieux de radicalité, et ne gagnaient pas l’espace public ».

C’est donc bien Internet qui a permis une large propagation de ces idées.

« Le Web est un marché dérégulé dans lequel ceux qui ont le plus de temps et les plus engagés – les militants, croyants, et « lanceurs d’alerte » autoproclamés – sont ceux qui occupent le plus d’espace », analyse-t-il.

L’Hexagone, comme les autres pays européens, compte un peu moins de 5 % d’anti-vaccins. Pourtant, le nombre de sites et de blogs français contestant la vaccination  est majoritaire sur le sujet.

« De manière générale, 70 % des sites et blogs présents sur la Toile diffusent des contenus qui s’apparentent à des croyances et remettent en cause des faits scientifiquement démontrés, explique-t-il. Dès qu’une personne effectue des recherches sur la dangerosité potentielle des vaccins sur Internet, elle tombe facilement sur ces sites, dont les sources ne sont souvent ni vérifiées ni datées ».

Tomber sur ces sites est une chose, adhérer à leur contenu en est une autre. Pourquoi parviennent-ils à convaincre autant de monde ?

« Ces théories fonctionnent sur de nombreux individus parce qu’elles favorisent ce que les sociologues appellent la « démagogie cognitive » : elles agissent sur le fonctionnement « ordinaire » du cerveau », qui comporte de nombreux biais : par exemple, notre cerveau surévalue par un facteur 10 ou 15 les plus faibles probabilités, ce qui fait que nous surévaluons le risque par rapport au bénéfice apporté », explique Gérald Bronner. « Autre exemple de biais : nous concevons davantage les conséquences de nos actions plutôt que de nos inactions.

 Selon lui, ce biais permet notamment d’expliquer pourquoi des parents anti-vaccin ne se soucient pas suffisamment des conséquences de leur inaction, c’est-à-dire de n’avoir pas fait vacciner leur enfant. Sans oublier que les amateurs d’informations un tant soit peu indécis ont plutôt tendance à rechercher des informations qui confirmeront leurs premières opinions et à éviter la confrontation à d’autres idées.

Sortons du démagogisme et de l’idéologie organisés par le Web »

Alors comment redonner confiance dans la vaccination ?

« Sortons du démagogisme et de l’idéologie organisés par le Web et apprenons à rétablir le centre de gravité de nos opinions scientifiques dans une appréciation raisonnable et raisonnée des risques et des bénéfices des progrès scientifiques et technologiques », résume le sociologue.

 Ce qui, selon Serge Montero, passe par davantage d’informations fiables et sourcées provenant des scientifiques et des médecins sur la Toile, afin de ne plus laisser le champ libre aux théories non fondées sur les vaccins.

« Précisons que même si Internet est une source majeure d’informations pour se faire une opinion sur les vaccins, elle arrive après le médecin traitant et l’avis des proches », conclut Marie-Aliette Dommergues, pédiatre et infectiologue du Centre hospitalier de Versailles.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une maladie mystérieuse et inconnue, ressemblant à la polio, frappe plus de 25 enfants en Californie


Un syndrome semble pointé dans le continent. Il ressemble a la polio mais c’est autre chose. Pour le moment, cette maladie demeure très rare, mais surement que ce syndrome sera à surveiller
Nuage

 

Une maladie mystérieuse et inconnue, ressemblant à la polio, frappe plus de 25 enfants en Californie

 

Un enfant atteint de la polio reçoit une prothèse (AFP/Archives, Nicolas Asfouri)

Un syndrome mystérieux ressemblant à la polio a affecté près de 25 enfants en Californie, rapporte le USA Today. Tout comme la polio, les enfants deviennent paralysés rapidement et avec peu d’espoir de rétablissement. Leurs membres deviennent paralysés et finisssent par s’atrophier.

Keith Van Haren, une neurologue pédiatrique à l’hôpital pour enfants Lucile Packard à Palo Alto , en Californie, a déclaré au USA Today que la situation présente n’est pas bon signe.

«Dans le meilleur des cas, c’est la perte complète d’un membre avec ce syndrôme. Dans le pire des scénarios, c ‘est quatre membres qui sont touchés, avec une insuffisance respiratoire. C’est comme la vieille poliomyélite », a déclaré la docteure.

Le premier cas a été recensé en 2012 alors qu’une fillette de deux ans, Sofia Jarvis, a commencé à éprouver des difficultés respiratoires.  Hospitalisée, un docteur a conclu qu’elle était asthmatique.  Mais, après un suivi chez le médecin, la mère du bambin a réalisée que quelque chose n’allait pas. Le bras gauche de Sofia a bloqué à mi-chemin lorsqu’elle tentait de prendre quelque chose.

Emmenée à la clinique de la docteure Van Haren, l’enfant a rapidement su que son état de santé ne reviendrait pas à la normale. Maintenant âgée de quatre ans, Sofia a le bras gauche paralysé et a des faiblesses dans sa jambe gauche. Le tout accompagné de quelques légers problèmes respiratoires, rapporte le USA Today.

Pas de panique

La docteure Van Haren tient à rassurer les parents. La maladie demeure très rare.  Deux autres cas ont étés confirmés, mais les autorités croient que le nombre final d’enfants avec ce syndrome serait de près de 25 dans l’État de la Californie. L’âge médian des victimes est de 12 ans.

Cependant, les experts s’inquiètent de l’apparition d’une nouvelle maladie. Les enfants n’ont pas la polio, mais leurs symptômes ressemblent beaucoup à la maladie qui a terrifié des générations de parents dès les années 1890. La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par le virus de la polio. Il envahit le système nerveux. Dans un cas sur 200, la poliomyélite entraîne une paralysie irréversible, selon l’Organisation mondiale de la santé. Un vaccin disponible depuis 1954 a presque totalement éliminé la maladie dans les pays Occidentaux.

La cause de ce syndrome n’est pas connue. La docteur Van Haren rapporte toutefois au USA Today qu’elle soupçonne un entérovirus d’être le coupable. Un entérovirus, c’est une famille de virus qui comprend la polio, mais aussi des maladies plus bénignes qui touchent les mains, les pieds et la bouche.  Ces maladies sont plus fréquentes chez les nourrissons et les enfants.

http://www.journaldemontreal.com/