Affirmation inédite du père de Valérie Leblanc «Elle savait qu’elle mourrait battue et brûlée»


Il semblerait que Valérie savait qu’elle mourait de cette façon Alors est-ce une personne qu’elle connaissait ??? Avait-elle eu des menaces ? Cela fait un an que Valérie Leblanc est décédée mais l’enquête n’aboutit pas
Nuage

 

Affirmation inédite du père de Valérie Leblanc «Elle savait qu’elle mourrait battue et brûlée»

 

TVA Nouvelles

Consultez la chronologie de cette affaire

«Valérie m’a dit: « L’année prochaine je vais mourir. Je vais être battue et brûlée »», a raconté pour la première fois le père de la jeune femme, en entrevue avec Claude Poirier à l’émission Le Vrai négociateur ce matin.

Le corps mutilé et calciné de Valérie Leblanc était retrouvé un an plus tard, au mois d’août 2011, derrière le Cégep de l’Outaouais.

Valérie Leblanc (Facebook)

«Je ne l’ai pas prise au sérieux», a affirmé Sylvain Leblanc.

La jeune femme de 18 ans, qui, semble-t-il, se confiait à son père, n’aurait pas mentionné qu’elle se sentait suivie ou menacée.

«Je lui ai dit « je ne laisserai jamais rien t’arriver, tu m’appelleras »», a-t-il ajouté.

Sylvain Leblanc lors des funérailles de sa fille. Il avait relâché un papillon au terme de la cérémonie. (Archives Agence QMI)

Valérie n’aurait plus jamais fait mention de cette prédiction et n’aurait pas non plus indiqué pourquoi elle prévoyait un si tragique événement.

«Le temps a passé, on ne la retrouve plus, puis pouf!, les policiers m’annoncent qu’ils ont retrouvé ma fille sans vie», a-t-il expliqué.

M. Leblanc aurait communiqué cette information aux policiers, mais «ils n’ont pas eu de réaction».

L’étudiante habitait avec sa mère. Son père lui aurait demandé de le faire parce qu’elle jouait de la batterie. Comme il louait un appartement, elle ne pouvait pas pratiquer cette activité chez lui.

Portrait-robot d’un témoin important recherché par les policiers. (Gracieuseté SPVG)

Jeunesse au Soleil offre une récompense de 10 000$ à quiconque fournira des informations pouvant mener à l’arrestation du coupable.

«S’il y a quelqu’un qui sait quelque chose, qu’il parle», demande le père de la victime.

Toute information concernant cette affaire peut être communiquée au Service de police de la Ville de Gatineau au (819) 243-2346, poste 6677.

http://tvanouvelles.ca

Une photographe de Gatineau sonne l’alarme



J’avoue ne pas comprendre ces jeunes qui dans l’espoir de devenir mannequin, elles acceptent de se dévêtir devant un inconnu. Ce genre de personnage doivent avoir vraiment le sens de la manipulation avec ses arguments ..
Nuage

Une photographe de Gatineau sonne l’alarme

Caroline-Andrée Boulet, propriétaire du studio Photo Flash que l’on voit ici à l’oeuvre, sonne l’alarme quant à un prédateur sexuel utilisant l’identité de son studio pour piéger des adolescentes.

Photo courtoisie

Louis-Denis Ebacher
Le Droit

Une photographe de Gatineau dénonce un prédateur sexuel qui utilise le nom de sa compagnie pour convaincre des adolescentes en « audition » de se dénuder devant leur webcam.

Caroline-Andrée Boulet, propriétaire du studio Photo Flash de Gatineau, sonne l’alarme en s’adressant au Droit. Un homme approche des jeunes filles en se servant des médias sociaux comme Facebook et Tagz, et leur demande de se montrer dans leur plus simple appareil. Il justifie sa demande par la nécessité de voir ses modèles avant de les photographier, ajoutant que son employeur tient un concours destiné aux jeunes mannequins.

Les victimes sont de Gatineau, mais aussi de Québec, Rimouski, Trois-Rivières, et Montréal. Le prédateur fait croire à la tenue d’une éventuelle séance de photographie professionnelle, et va toujours un peu plus loin dans ses demandes.

Encourager l’estime de soi

Dans le vrai studio de Photo Flash, Caroline-André Boulet utilise la photographie pour aider les jeunes filles à s’apprécier pour ce qu’elles sont, et non pour les comparer aux canons de beauté des magazines.

« C’est l’estime de soi, explique-t-elle. Lorsqu’elles se voient en photo, elles se trouvent belles. D’autres le font pour se payer un trip en studio. C’est une façon de devenir mannequin d’un jour. On sort du stéréotype qui veut que seule la femme parfaite que l’on voit dans les revues puisse être belle. »

L’idée de Mme Boulet a fait du chemin depuis la dernière année. Sa clientèle se multiplie, mais le stratagème du rôdeur d’Internet risque de nuire à son commerce et de faire d’autres jeunes victimes. Elle a contacté la police de Gatineau, sans déposer de plainte officielle pour l’instant.

Mme Boulet photographie des jeunes et des adultes. Elle s’assure d’avoir le consentement des parents des personnes mineures.

« Je parle aux parents si elles n’ont pas 18 ans. »

http://www.cyberpresse.ca

Gatineau – Meurtre de Valérie Leblanc : les policiers à la recherche d’un vélo


Une autre enquête qui cherche une conclusion, mais manque d’éléments pour trouver celui qui a tué Valérie Leblanc. La population est appelé a aider la police s’ils ont été témoin de quelque chose dans le secteur du Cegep secteur Hull et ce même s’ils pensent que leur observation n’est pas importante ..
Nuage

Gatineau – Meurtre de Valérie Leblanc : les policiers à la recherche d’un vélo

 

Gatineau - Meurtre de Valérie Leblanc : les policiers à la recherche d'un vélo

Les policiers de Gatineau ont dévoilé de nouveaux détails sur le témoin important recherché relativement au meurtre de Valérie Leblanc. Le corps de l’étudiante de 18 ans, a été retrouvé en août dans un boisé situé à l’arrière du campus Gabrielle-Roy du Cégep de l’Outaouais.

Selon le Service de police de Gatineau, le témoin potentiel avait en sa possession un vélo de montagne noir. La selle de la bicyclette est noire avec une ligne rouge au centre.

L’homme aurait aussi une démarche particulière. Les enquêteurs précisent qu’il doit forcer pour ramener sa jambe de l’arrière vers l’avant en se balançant d’une jambe à l’autre. Ce détail physique particulier n’est pas analysé comme un handicap par les policiers.

Description du vélo recherché :

  • noir avec une ligne rouge en diagonale visible dans le cadre supérieur
  • siège noir avec centre rouge
  • n’est pas de bonne qualité
  • équipé avec des pneus de montagne ou hybrides
  • guidon droit

Le portrait-robot et la description physique du témoin important, dévoilés par les enquêteurs en octobre, sont toujours bons. Depuis la diffusion de cette photo, la Police de Gatineau a reçu plus de 700 informations.

Poste de commandement

Lors d’un point de presse, le porte-parole du service de police, le sergent Jean-Paul Le May, a confirmé que l’enquête progresse. Un poste de commandement a été installé près du campus Gabrielle-Roy du Cégep de l’Outaouais, dans le secteur de Hull.

Les enquêteurs effectueront d’ailleurs du porte-à-porte dans le quartier Mont-Bleu au cours des prochains jours. Les agents seront munis d’un questionnaire afin de faire appel à la mémoire et au sens de l’observation des résidents.

Une enquête parallèle

Quelques jours après la découverte du corps, les policiers ont ouvert une deuxième enquête. Ils avaient des raisons de croire que le corps de la jeune femme avait été manipulé par les quatre jeunes qui l’ont découvert. L’enquête a conclu que les gestes posés par trois des quatre jeunes ne constituent pas une infraction criminelle. Par contre, le dossier du quatrième individu a été soumis au bureau du directeur des enquêtes criminelles et pénales. L’analyse du dossier n’est pas encore complétée.

De nouveaux détails sur le «témoin important»

Le portrait-robot du témoin important qui est toujours recherché dans l’affaire Valérie Leblanc.

http://actualites.ca.msn.com

Valérie Leblanc : une centaine d’appels depuis la diffusion du portrait-robot


Claude Poirier disait hier qu’il avait été surpris de ne pas avoir des messages sur le meurtre de Valérie Leblanc suite a la diffusion du portrait robot d’une personne rechercher par la police .. c’est que ceux qui ont appelé ont communiqué directement avec la police …
Nuage

Valérie Leblanc : une centaine d’appels depuis la diffusion du portrait-robot

La police de Gatineau rapporte avoir déjà reçu plus d’une centaine d’appels depuis la diffusion, jeudi, du portrait-robot d’un témoin important, relativement au meurtre de Valérie Leblanc.

Les enquêteurs vérifieront ces informations au cours des prochains jours.

De nombreux internautes ont également visité la page Facebook consacrée à ce dossier.

Les policiers ont distribué des affiches du portrait-robot dans les commerces et les édifices près du Cégep de l’Outaouais, dans le secteur de Hull, où le corps a été retrouvé le 23 août dernier.

Le Service de police étendra ensuite la distribution des affiches à tout le territoire de la ville de Gatineau.

Par ailleurs, une récompense de 10 000 $ est offerte à toute personne qui transmettra de l’information menant à l’arrestation et à la condamnation du meurtrier de Valérie Leblanc.

Enquête parallèle

Rappelons que le corps de la jeune femme de 18 ans a été retrouvé par des passants, le 23 août dernier, près de la piste cyclable située derrière le campus Gabrielle-Roy, dans le secteur de Hull.

Les policiers de Gatineau ont d’ailleurs remis au bureau du directeur des enquêtes criminelles et pénales le dossier de l’une des quatre personnes qui ont découvert le corps.

Le directeur doit déterminer si des chefs d’accusation d’outrage au cadavre et d’entrave au travail des policiers doivent être portés.

Valérie Leblanc était inscrite en deuxième année au programme de Sciences humaines au Cégep de l’Outaouais. Elle travaillait également à la boutique Fêtes en boîtes, aux Promenades de l’Outaouais.

Selon la police de Gatineau, son corps portait des marques de violence et de brûlures.

http://actualites.ca.msn.com

Meurtre de Valérie Leblanc ► Le portrait-robot d’un témoin important dévoilé


Les descriptions réunies, la police de Gatineau a enfin émit un portrait rebots en espérant que ce portrait pourrait aider la police a trouver cette personne qui pourrait faire avancer l’enquête .. Peut-être que la personne a changer son aspect mais certains points physiques restent les mêmes
Nuage

Meurtre de Valérie Leblanc  ► Le portrait-robot d’un témoin important dévoilé

Meurtre de Valérie Leblanc - Le portrait-robot d'un témoin important dévoilé

 

Portrait-robot du témoin recherché par la police de Gatineau.

Courtoisie de la Police de Gatineau.

GATINEAU, Qc – La police de Gatineau a dévoilé jeudi le portrait-robot d’un invididu considéré comme un témoin important dans le dossier du meurtre de Valérie Leblanc, cette jeune femme de 18 ans retrouvée sans vie le 23 août dernier dans un secteur boisé près du cégep de l’Outaouais.

En point de presse, les policiers ont indiqué que cette personne avait été aperçue près des lieux le jour où le meurtre est survenu.

Il s’agit d’un homme de race blanche, âgé d’entre 20 et 35 ans, s’exprimant en français, mesurant entre 5 pieds et 10 pouces et six pieds (1,78 à 1,83 mètre) et qui pèserait 200 livres ou plus (90 kg ou plus).

Selon les témoins, l’individu avait de grosses mains, un «petit ventre», sans toutefois être obèse, un nez ainsi qu’un menton pointu, des sourcils fournis et les cheveux foncés.

Il portait également une casquette et n’avait ni barbe ni moustache au moment des faits. La police a ajouté que l’homme avait un regard qualifié «d’intimidant» par les témoins qui l’avaient croisé.

Par ailleurs, l’organisme Jeunesse au Soleil offrira une récompense pouvant aller jusqu’à 10 000 $ pour des informations qui mèneront à l’arrestation et la condamnation du meurtrier de Valérie Leblanc.

Accompagnée des policiers, Julie Charron, la mère de la victime, qui a avoué que les dernières semaines avaient été difficiles, a demandé à tous ceux et celles qui pensent détenir des informations pertinentes de ne pas avoir peur de contacter les autorités.

La police de Gatineau assure que toutes des informations communiquées seront traitées avec confidentialité, ajoutant qu’il était possible de procédér par téléphone et courriel.

http://www.branchez-vous.com