Certains produits chimiques favoriseraient le surpoids


Vouloir perdre du poids ce n’est pas facile pour beaucoup de personne, mais en plus, il semble que des produits chimiques que l’on retrouve dans des poêle anti-adhésive, vêtements, emballage d’aliments et dans l’eau potable contaminée, serait un des obstacles pour garder le poids perdu surtout chez les femmes
Nuage

 

Certains produits chimiques favoriseraient le surpoids

 

Certains produits chimiques favoriseraient le surpoids

Photo Fotolia

Certains produits chimiques utilisés dans les emballages alimentaires, sur les poêles anti-adhésives ou encore dans les vêtements favoriseraient la prise de poids en interférant avec le métabolisme, en particulier chez les femmes, rapporte une étude américaine publiée jeudi.

«Pour la première fois, nos résultats ont permis de découvrir un nouveau cheminement par lequel les PFASs (les substances perfluoroalkyles, Ndlr) pourraient interférer avec la régulation de la masse corporelle chez les humains et de ce fait contribuer à l’épidémie d’obésité», a affirmé Qi Sun, le principal auteur de l’étude, qui travaille au département de nutrition de l’université d’Harvard.

L’étude, publiée dans le journal PLOS Medicine et réalisée dans les années 2000, s’est penchée sur les effets de quatre régimes suivis durant une période de deux ans. La perte de poids et les taux de PFASs dans le sang ont été mesurés chez les 621 participants obèses ou en situation de surpoids.

En moyenne, les participants ont perdu 6,4 kilos dans les six premiers mois, mais ont repris 2,7 kilos au cours de l’année et demie suivante.

«Ceux qui ont repris le plus de poids sont aussi ceux qui avaient les taux les plus importants de PFASs dans le sang, et ce lien était plus fort chez les femmes», détaille l’étude.

Les PFASs sont présents dans notre environnement depuis 60 ans et ont notamment contaminé l’eau potable près de sites industriels, de bases militaires ou d’usines de traitement des eaux.

«Les résultats indiquent que le fait de limiter ou éviter l’exposition aux PFASs pourrait aider les gens à garder une masse corporelle stable après une perte de poids, en particulier chez les femmes», résume un autre universitaire d’Harvard, Philippe Grandjean, co-auteur de l’étude.

http://fr.canoe.ca/

Publicités

Le Saviez-Vous ► Les effets bénéfiques du froid sur l’organisme


L’hiver, cette saison mal-aimée pour plusieurs. Pourtant, il y a des avantages environnementaux : pas de tornade, de moustique et nous avons le sirop d’érable,. Il y a aussi des avantages sur notre corps, que ce soit pour le sommeil, la douleur, le poids … Sachons voir le bon côté
Nuage

 

Les effets bénéfiques du froid sur l’organisme

Les effets bénéfiques du froid sur l'organisme

Les effets bénéfiques du froid sur l’organisme

Ne regrettez pas la saison chaude en vous cachant sous votre couette : le froid a des avantages. Découvrez les trois principaux. 

Quand le froid arrive, nous avons envie de nous blottir sous une couverture avec une boisson chaude entre les mains. Pourtant, les températures fraiches peuvent apporter de nombreux bénéfices à notre santé. Voici donc quelques bonnes raisons de ne pas en avoir peur.

Le sommeil

Notre corps suit un rythme circadien pour s’autoréguler au niveau de l’alimentation, du sommeil et de l’activité physique en fonction du jour et de la nuit. Un dérèglement de cette horloge interne peut entraîner un mauvais sommeil, et des problèmes de santé. Or, d’après une étude citée par Medical News Today, les insomniaques bénéficient d’une exposition au froid pendant la nuit, qui leur a permis de s’endormir plus facilement. La température suggérée pour nos chambres à coucher se situe entre 15,5 et 19 degrés. Avoir trop froid et grelotter dans son lit ne vous aidera certainement pas à trouver le sommeil, mais un environnement relativement frais pourrait y parvenir.

L’appétit

Quand les températures baissent, l’appétit s’ouvre. Des recherches ont prouvé qu’un environnement frais stimule la sensation de faim. Si vous avez des difficultés à manger des portions suffisamment importantes, une promenade dans l’air frais de l’hiver avant le repas pourrait vous aider.

Par ailleurs, le froid peut aussi être utilisé comme allié de perte de poids. En effet, notre corps stocke deux types de graisses : blanche et brune. La première s’accumule et peut entraîner un surpoids ou l’obésité. En revanche, la seconde sert de carburant pour notre corps, et se transforme en énergie.

La principale façon de changer la graisse blanche en graisse brune serait à travers l’exposition au froid. Car lorsque le corps essaye de se réchauffer, il va puiser dans ses réserves. Le fait de grelotter peut également stimuler la combustion des graisses, car les frissons stimulent la sécrétion d’une hormone capable d’induire la combustion des graisses.

La douleur

Un autre avantage de l’exposition aux températures froides est la diminution locale de l’inflammation. La glace ou les compresses froides sont utilisées depuis toujours pour traiter des bosses et des ecchymoses. Même si, d’après Medical News Today, certains spécialistes estiment que cette technique appelée cryothérapie est inutile, elle est néanmoins utilisée pour soigner plusieurs maux. En effet, le froid permet d’engourdir les terminaisons nerveuses et de diminuer ainsi la sensation de douleur

.

http://www.santemagazine.fr

Le Saviez-Vous ►7 bonnes raisons de manger des pommes cet hiver


Les pommes seraient un fruit de choix en cette saison froide. Tout le monde connaît le proverbe qui dit : manger une pomme par jour éloigne le médecin !. En fait, ce fruit ne guérit peut-être pas, mais il a plusieurs atouts qui aident à protéger le corps
Nuage

7 bonnes raisons de manger des pommes cet hiver

7 bonnes raisons de manger des pommes cet hiver

7 bonnes raisons de manger des pommes cet hiver

Grand classique de la saison froide à mettre dans notre assiette, la pomme n’en reste pas moins un concentré de bons nutriments qui nous aident à rester en forme.

Une pomme par jour éloigne le médecin… ce n’est pas pour rien que les qualités nutritionnelles de la pomme sont vantées depuis longtemps. Riche en antioxydants et en fibres solubles, ce fruit cumule les bienfaits pour la santé. En voici les principaux, pour convaincre même les plus réticents à ne pas s’en priver cet hiver.

Les dents

Les pommes ne remplaceront pas votre brosse à dents. Mais y croquer dedans stimule la production de salive dans la bouche, ce qui diminue les niveaux de bactéries et réduit ainsi les risques de caries.

La prévention

De nombreuses études citées par Best Health Mag mettent en avant l’effet protecteur des nutriments de la pomme. En consommer régulièrement permettrait de diminuer les risques de maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson, de certains cancers, de diabète de type 2, de cataracte, et d’hémorroïdes. Les fibres et les composés antioxydants du fruit sont excellents pour le système digestif et pour la santé globale de l’organisme.

Le cœur

Les fibres solubles qu’on trouve dans les pommes se lient aux graisses de l’intestin. Résultat : une baisse du « mauvais » cholestérol, des artères en bonne santé, et un cœur en pleine forme. Manger des pommes, comme conseillait l’ancien chef de l’État Jacques Chirac, permettrait ainsi de réduire les risques de troubles cardiaques.

La digestion

Que vous soyez gêné par une constipation, ou par une diarrhée, les fibres des pommes peuvent vous aider. Soit elles absorbent l’eau en excès dans l’intestin et stimulent ainsi le processus de digestion, soit elles absorbent l’eau des selles, pour ralentir l’intestin. Ce bénéfice peut s’avérer particulièrement utile en cas de syndrome du côlon irritable, une maladie caractérisée par une constipation, de la diarrhée, des douleurs abdominales et des ballonnements.

Le poids

Pour gérer le poids et améliorer la santé globale, les médecins recommandent une alimentation riche en fibres, comme les pommes, qui apportent un sentiment de satiété associé à peu de calories. En maintenant un poids équilibré, nous évitons un grand nombre de maladies comme les troubles cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l’hypertension artérielle, le diabète de type 2 et l’apnée du sommeil.

Le foie

Notre foie est responsable de l’élimination des toxines du corps. Si de nombreux régimes « détox » douteux peuvent se révéler peu efficaces, la consommation de pommes peut réellement soulager cet organe.

Le système immunitaire

Les pommes rouges contiennent un antioxydant appelé quercétine, capable de stimuler et renforcer le système immunitaire, surtout en cas de stress. N’oubliez pas de garder une pomme à portée de main pour toutes les situations difficiles.

http://www.santemagazine.fr/

Pourquoi mal dormir fait grossir


Qui dort dine dit l’adage, est scientifiquement, c’est pas mal vrai. Mal dormir entraine un dérèglement du cerveau qui nous fait prendre de mauvais choix alimentaire
Nuage

 

Pourquoi mal dormir fait grossir

 

Viennoiseries, 2010, notfrançois via FlickrCC Licence by

Viennoiseries, 2010, notfrançois via FlickrCC Licence by

Margaux Leridon

En 2011, on vous parlait de cette étude montrant que les enfants qui dorment moins prennent plus de poids. Une réalité qui se vérifie aussi chez les adultes, comme on vous l’expliquait dans notre article sur les dix vices bons pour la santé, dans lequel le sommeil arrivait en première position.

Une étude menée par Matthew P. Walker, chercheur à l’université de Berkeley en Californie, propose une explication intéressante à cette corrélation entre manque de sommeil et prise de poids, rapporte le New York Times.

Selon ses résultats, lorsque l’on ne dort pas assez, la zone du cerveau évaluant la satiété se dérègle, tandis que celle associée aux envies irrationnelles est stimulée.

Vous avez probablement déjà fait cette expérience, après une mauvaise nuit: le matin, vous faite un détour inhabituel par la boulangerie et vous vous précipitez sur ce qui vous semble le plus gras et le plus sucré. Vous vous rassurez en considérant que cela vous permettra simplement de compenser le déficit d’énergie provoqué par le manque de sommeil.

Mais en réalité, d’après les résultats de l’étude de Walker, le grignotage compulsif des jours de grosse fatigue n’a pas d’explications métaboliques liées au manque d’énergie, mais des explications cognitives, liées au dérèglement du cerveau.

Dans son expérience, Walker a testé la réaction de 23 adultes face à la nourriture après une nuit de sommeil de huit heures, et une semaine plus tard, les mêmes, après une nuit de quatre heures. Pour compenser le déficit d’énergie, ils disposaient de nourriture pendant la nuit de quatre heures. Le matin, on leur demandait de classer une série de photos d’aliments en fonction de ce qui leur faisait le plus envie. Après la nuit de quatre heures, ils se sont montrés attirés par des produits beaucoup plus caloriques qu’après la nuit de huit heures, alors que, comme ils avaient mangé pendant la période où ils étaient éveillés, ils avaient la même énergie que les autres.

En outre, les scanners effectués au cours de l’expérience montrent que chez les sujets privés de sommeil, la vue des aliments les plus caloriques a provoqué une activité intense du complexe amygdalien, impliqué dans nos émotions et nos désirs de nourriture, tandis que les zones du lobe frontal associées à la prise de décision rationnelle ne répondaient que faiblement.

Pour éviter de vous retrouver dans cette situation, la seule chose à faire est de dormir selon vos besoins. Des besoins qui ne sont pas les mêmes pour tous, comme on vous l’expliquait dans cet article destiné à vous aider à déterminer les vôtres avec précision. 

http://www.slate.fr

En hiver, on ne grossit pas autant qu’on ne le pense


Si cela peut nous encourager devant l’hiver qui s’en vient et endurer le froid, il y a quand même des côtés positifs à cette saison. Notre alimentation peut être un peu plus copieuse, mais notre corps cherche des calories pour affronter le froid a l’extérieur qui peut même nous aider à maigrir …
Nuage

 

En hiver, on ne grossit pas autant qu’on ne le pense

 

© thinkstock.

Et ce même si on se goinfre de raclettes et de tartiflettes.

Exit les maillots, les petites robes et les shorts et place maintenant aux gros pulls, aux doudounes mais surtout à la nourriture grasse! Si on se plaît à manger une petite salade en été, en hiver, nos envies se tournent davantage vers les raclettes et les tartiflettes.

De quoi nous faire prendre quelques kilos durant ces mois froids? Pas tant que ça. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, on ne grossit autant qu’on ne le pense en hiver.

Selon une étude publiée sur le site eurekalert, l’hiver nous ferait même maigrir! La raison de ce phénomène: le froid augmente notre quantité de graisses « brunes ». Ces dernières permettent à notre corps de se réchauffer tout en brûlant les calories contrairement aux graisses dites « blanches ».

Le risque de prendre du poids est donc le même en été qu’en hiver à la différence qu’on perdra le surplus plus rapidement grâce au froid. Une condition, bien évidemment: il vous faudra être dehors et non pas sous un amas de couettes devant une série télé.

Comment les chats peuvent-ils parfois survivre à de terribles chutes?


Les chats en cas de chute ont une capacité de survivre. D’après des calculs en physique, un chat qui tombe de 6 étages seraient un gros risque pour lui, mais plus haut, il a des chances de survivre
Nuage

 

Comment les chats peuvent-ils parfois survivre à de terribles chutes?

 

Chat | via Maxpixel CC License by

Chat | via Maxpixel CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Repéré sur WIRED

Les chats sont décidément bien fascinants, et paradoxaux. En effet, il est acquis qu’ils peuvent survivre à des chutes depuis des fenêtres ou des balcons, à condition que ces derniers ne tombent pas du cinquième étage. Mais saviez-vous que les félins peuvent également espérer survivre à des chutes depuis des étages très élevés, par exemple du neuvième ou du dixième étage?

Sur Wired, un spécialiste de la physique a étudié cet étrange phénomène et explique que tout dépend de la résistance à l’air et du poids apparent lié à la force de gravité.

«Quand un objet tombe, note Wired, il y a essentiellement deux forces qui agissent dessus. Il y a la force de gravité qui dépend du champ gravitationnel (9,8 N/kg sur Terre) et de la masse de l’objet. L’autre force est la force de résistance de l’air.»

Cette dernière augmente avec la vitesse de l’objet car elle pousse dans la direction inverse du déplacement de l’objet.

Dix-huit mètres, la hauteur de la mort

Le spécialiste de Wired a alors utilisé un calcul numérique pour appliquer ces règles de physique à la chute d’un chat et faire dans un premier temps une estimation de sa vitesse à plusieurs étapes du déplacement.

 «Durant chacune de ces étapes, les forces sont plus ou moins constantes, donc le mouvement peut-être calculé. Plus l’écart entre chaque étape sera petit, et meilleur sera le calcul. Néanmoins, plus il y a d’étapes et plus vous aurez besoin de faire des calculs.»

D’où l’importance de l’ordinateur pour analyser une chute de chat et nous apprendre qu’il lui faudrait un peu plus de cinq secondes pour faire une chute de cent mètres.

Après avoir détaillé ses calculs, il a défini deux critères importants pour savoir quand est-ce qu’un chat peut espérer survivre ou non à ces longues chutes.

«D’abord, la vitesse d’impact. Les vitesses d’impact élevées sont mauvaises parce que le chat va arriver plus vite au sol. Ensuite, il y a le poids apparent à l’impact. Les poids apparents moins élevés sont mauvais parce que le chat sera en position d’atterrir sur ses pattes au lieu de s’étendre et de se détendre.»

Pour qu’un chat puisse éventuellement survive à une chute, il faut donc trouver la hauteur à laquelle la vitesse d’impact sera la plus faible et le poids apparent le plus élevé. Grâce à des calculs, Wired a donc mis en place un taux de survie en fonction de la hauteur de la chute. Résultat, le risque le plus élevé se situe à 18 mètres de hauteur, soit six étages environ. Au-delà, il est intéressant de noter que les chances de survie repartent à la hausse. En théorie en tout cas. 

http://www.slate.fr

Pourquoi nous prenons du poids avec l’âge


Ceux qui ont 40 et plus, peuvent remarquer qu’ils ont pris ont pris du poids. Plusieurs causes en sont responsables, la sédentarité, mauvaises alimentations …, mais aussi la perte de masse musculaire. Il est possible quand même d’améliorer cette masse avec de l’exercice et une bonne alimentation. Et oui, on ne s’en sort pas, il faut bouger
Nuage

 

Pourquoi nous prenons du poids avec l’âge

 

© thinkstock.

Et comment faire pour l’éviter.

Beaucoup d’entre nous s’en sont rendus compte: au fil des années, nos kilos en trop deviennent de plus en plus difficiles à perdre, et ce, malgré un régime alimentaire identique. Pire, nous aurions même tendance à grossir davantage. Mais savez-vous pourquoi, en prenant de l’âge, nous sommes plus susceptibles de grossir?

Selon le Dr. Caroline Apovian, directrice du Centre de nutrition et de gestion du poids au Boston Medical Center, il y a plusieurs explications possibles à ce phénomène, parmi lesquelles un changement dans les hormones, un mode de vie plus sédentaire, une augmentation du stress et une diminution du sommeil en raison de responsabilités supplémentaires qui pèsent sur nous.

Mais la principale raison, c’est que nous perdons, en vieillissant, une partie de notre masse musculaire:

« L’une des raisons majeures du gain de poids en prenant de l’âge est que nous éprouvons tous une perte musculaire », a ainsi déclaré le Dr. Apovian, dans des propos rapportés par Redbook.

« Plus nous avons une importante masse musculaire, plus nous brûlons les calories. Or, notre masse musculaire commence naturellement à diminuer vers l’âge de 30 ans et ce processus, appelé ‘sarcopénie’, s’accélère vers l’âge de 40 ans. À moins que quelque chose ne soit fait pour protéger activement cette masse musculaire, nos corps auront besoin de moins de calories, nos métabolismes ralentiront et le muscle perdu sera remplacé par la graisse », a-t-elle ajouté.

Le mieux à faire, pour ralentir au maximum ce processus, est de faire du sport, de bien dormir et de suivre un régime alimentaire riche en protéines.

http://www.7sur7.be/