Le secret d’un poids santé: la mastication


C’est pas nouveau mais je pense que l’étude viens confirmer un peu plus l’importance de reconnaitre les signaux qui nous indiquent que nous avons assez mangé .. Cela éviterais de trop consommer de le nourriture
Nuage

 

Le secret d’un poids santé: la mastication

 

Quels sont les facteurs qui influencent notre consommation alimentaire? (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, STEVE DESCHÊNES

JACINTHE CÔTÉ, COLLABORATION SPÉCIALE
La Presse

Quels sont les facteurs qui influencent notre consommation alimentaire?

Notre consommation d’aliments est gouvernée par plusieurs facteurs. Entre autres, la taille des portions et le contenu de notre estomac au moment de manger influencent significativement la quantité d’aliments qui seront consommés. Une nouvelle étude vient également de démontrer l’importance de bien mastiquer chacune de nos bouchées.

Gare aux portions

C’est ce que suggèrent les résultats d’une étude datant de 2003 menée auprès de 51 participants, des hommes et des femmes de 21 à 40 ans et de poids normal. Une fois par semaine, différentes portions de macaroni au fromage leur ont été offertes au dîner. Ce repas leur était servi soit dans une assiette, soit sur la table à manger dans un plat de service. À la fin de l’étude, tous les participants, sans exception, avaient consommé 30% plus de calories lorsqu’une plus grande portion leur avait été servie.

Reconnaître les signaux

Pour éviter de se laisser avoir par une assiette trop pleine et de trop manger, il est important d’être à l’écoute des signaux de la satiété et de s’arrêter quand ils surviennent. Cette sensation de plénitude apparaît quand le cerveau a reçu toutes les informations lui indiquant que le corps a assez mangé et l’incite à interrompre la prise alimentaire.

L’estomac s’agrandit quand on mange. Cela a pour effet de stimuler les récepteurs nerveux qui évaluent le volume de la nourriture et la pression qu’elle exerce sur la paroi de l’estomac. Quand le cerveau a accumulé suffisamment de messages des récepteurs nerveux de l’estomac, on cesse généralement de manger.

Les recherches démontrent que la satiété est grandement influencée par la consommation de glucides. Leur consommation provoque une augmentation du taux de glucose sanguin qui, à son tour, stimulerait la sécrétion de plusieurs hormones et facteurs humoraux gastro-intestinaux, dont l’insuline, l’amyline et le peptide GLP-1. Ces derniers ralentiraient la vitesse à laquelle l’estomac déverse son contenu dans l’intestin grêle, ce qui augmenterait les perceptions de distension (gonflement) gastrique.

Pouvoir oro-olfactif des aliments

La satiété et le nombre de calories ingérées pendant un repas sont également influencés par la stimulation orale, c’est-à-dire le fait de mettre l’aliment en bouche, de le goûter et de le mastiquer sans l’avaler. En effet, une récente étude publiée dans Obesity a démontré qu’une plus longue stimulation orale a pour effet de diminuer la prise de calories. Même s’ils avaient une plus petite quantité de nourriture dans l’estomac (100 ml plutôt que 800 ml), les sujets qui ont attendu huit minutes avant d’avaler ont ingéré en moyenne 17% moins de calories que ceux qui avaient attendu une minute avec un estomac pourtant plus rempli.

Il faut donc retenir que plus les portions sont généreuses et plus l’estomac est vide, plus on a tendance à trop manger. Enfin, plus on mastique longtemps, moins on mange.

Diététiste passionnée, Jacinthe Côté travaille en agroalimentaire depuis près de 15 ans. Elle a étudié les effets de la transformation sur les composés actifs du sirop d’érable et les propriétés santé de la canneberge.

http://www.lapresse.ca

Les enfants obèses plus susceptibles de développer un cancer


Beaucoup de maladies sont causé par nos habitudes de vie, quand des mauvaises habitudes datent de plusieurs années, des cancers peuvent surgir. Ce genre d’étude montre comment il est important de prendre de bonnes alimentaires dès le jeune âge et de faire bouger nos enfants
Nuage

 

Les enfants obèses plus susceptibles de développer un cancer

 

Les enfants obèses plus susceptibles de développer un cancer

Crédit photo : Archives Reuters

Agence QMI

Les enfants affichant un surpoids ou obèses ont davantage de risques de développer un cancer de la vessie, des voies urinaires ou colorectal plus tard dans leur vie, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv, en Israël.

Selon les auteurs de ces travaux, les enfants souffrant d’obésité ont un risque 50% fois plus élevé de développer ces types de cancers à l’âge adulte par rapport aux enfants présentant un poids santé.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont examiné les données relatives à 1,1 million de personnes, et ce, sur une période de 18 ans. Les scientifiques ont découvert qu’il existe un lien tangible entre l’indice de masse corporelle dans l’enfance et le diagnostic de cancer plus tard dans l’existence.

Les cancers urothéliaux (vessie et voies urinaires) représentent 6 à 8% des cancers chez l’homme et 2 % chez la femme. Le cancer colorectal est le plus fréquent des cancers.

D’autres recherches devront être menées pour savoir si l’obésité constitue également un facteur de risque pour d’autres types de cancer, comme celui du pancréas.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention.

http://tvanouvelles.ca

Perdre du poids à tout prix .


Il n’y a pas 56 solutions pour perdre du poids, bien manger et faire de l’exercices, l’un ne vas pas sans l’autre .. Des recettes miracles, ne peuvent qu’aggraver leur santé et les résultats seront peut être spectaculaire mais probablement pas a long terme ..
Nuage

Perdre du poids à tout prix .

Perdre du poids à tout prixpar Dominique Forget

Quatre Québécois sur dix font des efforts pour perdre des kilos ou maintenir leur poids, révèle une enquête de l’Institut de la statistique du Québec.


Parmi eux, 36 % ont eu recours à une méthode draconienne pour atteindre leur objectif au cours des six mois précédant la collecte de données.

Les répondants avaient suivi un régime sévère ou un programme d’amaigrissement commercial, ou encore eu recours à des méthodes telles que ne pas manger pendant toute une journée, prendre des laxatifs ou se faire vomir. Ces méthodes étaient surtout populaires chez les femmes.

L’équipe de recherche considère ces approches comme étant potentiellement dangereuses pour la santé et rappelle l’importance de miser sur l’activité physique ainsi que sur la consommation de fruits et légumes pour le maintien d’un poids santé.

http://www.lactualite.com

Le sommeil améliore les diètes


Ne dit t’on pas qui dors dine ? Ce proverbe serait d’autant plus vrai pour ceux qui veulent prendre du poids .. il serait même un facteur important, tout autant que l’exercices et une bonne alimentation …
Nuage

Le sommeil améliore les diètes


© Shutterstock
Vous souhaitez perdre du poids? Ne négligez pas votre sommeil.

Les gens qui font une diète auraient intérêt à ne pas négliger les heures de sommeil.

Telles sont les conclusions de recherches menées à l’Université Uppsala de Suède et publiées dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

Selon les dernières trouvailles des scientifiques, lors d’examens réalisés par résonance magnétique, une région du cerveau qui favorise l’appétit serait plus stimulée chez les gens manquant de sommeil. Il en résulterait donc une plus grande difficulté à perdre du poids.

Les chercheurs vont plus loin. Une personne obèse suivant un régime et faisant de l’exercice physique, ce qui pourrait sembler suffisant pour maigrir, mais négligeant son sommeil, pourrait avoir de la difficulté à perdre ses kilos en trop.

Pour les scientifiques, le style de vie de plus en plus effréné de la population, qui entraine souvent en des heures de sommeil en moins, pourrait expliquer en partie l’augmentation de la masse corporelle constatée ces dernières années.

Selon eux, il est donc important de dormir huit heures par jour pour conserver un poids santé.
http://sante.canoe.com