Ce culte thaï­lan­dais prétend avoir un portail dans la montagne pour parler aux extra­ter­restres


Une secte que je me méfierait comme de la peste.

Nuage


Ce culte thaï­lan­dais prétend avoir un portail dans la montagne pour parler aux extra­ter­restres

par  Nicolas Pujos


Wassana Chuen­sum­naun, la fonda­trice du groupe UFO Kaokala, affirme qu’elle discute depuis plus de 20 ans avec des extra­ter­restres grâce à un portail dans la montagne.

En 1998, Wassana Chan­sam­nuan aurait reçu un message des extra­ter­restres lui indiquant qu’ils avaient choisi la montagne de Khao Kala, dans la province thaï­lan­daise du Nakhon Sawan, pour commu­niquer avec les humains. C’est à ce moment-là qu’elle a décidé de créer le groupe UFO Kaokala pour parta­ger son expé­rience, racon­tait Vice le 1er octobre.

Wassana Chan­sam­nuan affirme qu’elle parle avec des extra­ter­restres venus de Pluton et d’une autre planète qu’elle appelle Loku­ka­ta­pa­ka­di­kong, grâce à un portail situé sur la montagne de Khao Kala. Selon elle, ces derniers ressemblent à des petits êtres gris alors que ceux venus de Pluton ressemblent d’avan­tage à « un gaz ». Les extra­ter­restres mange­raient des capsules d’éner­gie pour survivre.

Actuel­le­ment, le groupe UFO Kaokala compte une cinquan­taine de membres sont les profils sont très variés. Tous se rejoignent sur la montagne de Khao Kala pour médi­ter et entrer en commu­ni­ca­tion avec les extra­ter­restres. Le phéno­mène prend de l’am­pleur et inquiète les auto­ri­tés thaï­lan­daises.

Source : Vice

https://www.ulyces.co/

Un gaz mortel s’échappait de la porte des Enfers


La porte de l’enfer en Turquie a servi de sacrifice pour Pluton, le roi de l’enfer dans l’Antiquité. A cet endroit les prêtres sacrifiaient des animaux en les assommant sans pour autant être incommodé par les émanations mortelles du dioxyde de carbone. D’ailleurs, les oiseaux et insectes en meurent s’ils passent dans les parages
Nuage

 

Un gaz mortel s’échappait de la porte des Enfers

Hiérapolis

Ruines de l’ancienne Hiérapolis, dans l’actuelle Turquie.

CRÉDITS: ALEXEI DANICHEV/ RIA NOVOSTI/AFP

Par Bernadette Arnaud le 21.02.2018 à 16h52

Des émanations toxiques de dioxyde de carbone ont été mesurées dans le temple romain de Pluton, dieu des Enfers, à Hiérapolis (Turquie). Dans l’Antiquité, elles avaient servi à sacrifier des animaux lors de rites mystérieux.

Enfer et radiations ! À Hiérapolis, près de Pamukkale en Turquie, le Plutonium, sanctuaire romain dédié à Pluton, roi des Enfers, n’était pas pavé de bonnes intentions… mais plutôt d’ossements d’animaux ! Des bêtes  sacrifiées à la plus redoutée des divinités par un procédé mystérieux. Il y a 2200 ans, les fidèles, installés sur des gradins de pierre, pouvaient assister à un étrange spectacle. Quand les animaux escortés par des prêtres approchaient de  » l’entrée des Enfers « , une petite porte de pierre, les animaux mouraient d’un coup, sans le moindre contact, tandis que les officiants ressortaient indemnes… Par quel miracle ? À l’instar de Pline l’Ancien qui avait évoqué ce prodige, le géographe grec Strabon (65 avant J.-C.-25 après J.-C.), était persuadé que c’est parce qu’ils étaient castrés que les prêtres eunuques* du culte local de Cybèle échappaient à la mort (lire ci-dessous). La vérité, est bien plus prosaïque.

Prise de mesures sur l’ancien site du Plutonium de Hiérapolis, en Turquie. Crédits: Hardy Pfanz

Profitant d’un phénomène naturel rare, les Romains avaient en fait dressé ces temples sur des failles géologiques dégageant du dioxyde de carbone CO2. Un nuage concentré de dioxyde de carbone asphyxiait tous ceux qui inhalaient le gaz. Une équipe de recherche dirigée par le volcanologue Hardy Pfanz, de l’université de Duisburg-Essen en Allemagne, s’est rendue sur le site de Hiérapolis pour analyser le potentiel meurtrier de l’antique Plutonium mis au jour en 2011. Dans un article publié dans la revue Archaeological and Anthropological Sciences, les scientifiques expliquent de quelle façon, à l’aide d’un analyseur de gaz portatif, ils ont mesuré la teneur des gaz s’échappant de la « porte des enfers ». Dans le temple de Pluton et la petite grotte située au-dessous (où les concentrations de CO2 très élevées continuent de tuer oiseaux, insectes et petits mammifères), ces relevés géochimiques ont surtout permis d’établir que les concentrations de gaz censées refléter le souffle hadéen (d’Hadès, nom grec de Pluton), évoluaient en fonction des heures de la journée.

Petites victimes actuelles des émanations de dioxyde de carbone, à proximité de l’ancien sanctuaire du Plutonium de Hiéropolis. Crédits: Hardy Pfanz

Dans cette région de Turquie à la sismicité très active, la fissure profonde située sous le Plutonium émet en continu du dioxyde de carbone sous la forme d’un brouillard. Si dans la journée, la chaleur de l’astre solaire dissipe les gaz, la nuit, et à l’aube, le CO2 plus lourd que l’air forme une nappe flottant au-dessus du sol, d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur. Sa densité suffirait à tuer un être humain, selon les spécialistes.

« Les prêtres eunuques ont probablement fait leurs sacrifices le matin ou le soir, quand la concentration de gaz était la plus élevée », estiment les experts.

Grâce à leur haute taille, en se protégeant le nez, ou en interrompant momentanément leur respiration, les prêtres se soustrayaient aux inhalations toxiques, à l’inverse des animaux (parmi lesquels des bœufs), asphyxiés en quelques minutes. Un pouvoir que l’assistance  devait attribuer aux puissances surnaturelles chtoniennes.

Prêtres de Cybèle

Cybèle entre deux lions. Crédits: Jean Bernard/AFP

La pratique de la castration a existé en Europe dès l’Antiquité chez les Grecs et les Romains. Aux époques les plus anciennes, elle concernait essentiellement le domaine religieux et les cultes dits à mystères, comme celui de la déesse phrygienne Cybèle. Pour entrer au service de la déesse, les corybantes, prêtres également appelés “galles” ou “galli”, pratiquaient des rituels d’auto-castration, dits sanguinaria.

https://www.sciencesetavenir.fr

Une petite fille de 6 ans demande le retour de Pluton comme planète, la Nasa lui répond


Je trouve que les personnes de la NASA qui répondent aux enfants agissent avec beaucoup de délicatesse sans tomber dans réponses techniques, mais simplement avec des réponses qui font réfléchir les jeunes enfants
Nuage

Une petite fille de 6 ans demande le retour de Pluton comme planète, la Nasa lui répond

 

Cara Lucy O’Connor espère le retour de Pluton comme « vraie » planète - - - NASA/AFP

Cara Lucy O’Connor espère le retour de Pluton comme « vraie » planète –  /  NASA/AFP

Plus considérée comme une planète depuis 2006 à cause de sa petite taille, Pluton manque beaucoup à une petite irlandaise de 6 ans, qui a décidé de demander à la NASA de reconsidérer leur choix.

L’agence spéciale lui a répondu.

Cara Lucy O’Connor est une petite irlandaise de 6 ans, qui avec l’aide de sa maîtresse a réclamé à la station américaine le retour de Pluton en tant que « vraie » planète.

 « J’ai entendu une chanson qui disait à la fin « Ramenez Pluton », et j’aimerais vraiment que ça arrive », a-t-elle écrit dans une lettre citée par le Washington Post.

La fillette qui rêve un jour de devenir astronaute pour découvrir ses propres planètes et visiter toutes les principales, y compris Pluton, raconte dans sa lettre avoir vu et entendu des choses tristes à l’encontre de l’ex-planète.

« J’ai écouté quelques chansons sur Pluton, et dans l’une des vidéos, les personnes étaient habillés en différentes planètes et Pluton a été mis à la poubelle et a été effrayé par la Terre. »

De nombreuses réponses

 

Le directeur de la division scientifique des planètes à la NASA, James Green a répondu à Cara quelques jours plus tard.

« Je suis d’accord avec toi, Pluton est vraiment cool, mais pour moi, la question n’est pas vraiment de savoir si Pluton est une planète naine ou non. C’est un endroit fascinant que nous devons continuer à étudier. »

Voir l'image sur Twitter

Fin janvier, la lettre de Cara a été publiée dans le magazine spécialisé Astronomy Ireland ce qui a permis au scientifique membre de la mission New Horizons, Carly Howett d’avoir vent de ce courrier et de lui répondre également.

« Pluton est très importante, mais elle se moque probablement de savoir comment les gens stupides sur Terre l’appellent. »

ladepeche.f

Les sons incroyables des planètes de notre système solaire


Notre système solaire n’est pas « silencieux », en fait, les planètes émettent des sons que les satellites ont captés. Ce n’est pas vraiment des sons proprement dits, mais plutôt des ondes électromagnétiques enregistré par différentes sondes comme les sondes Voyager, puis ces ondes sont transformer en ondes sonores pour nous puissions entre ces sons
Nuage

Les sons incroyables des planètes de notre système solaire

Les océans de glace empêcheraient les extraterrestres de communiquer avec nous


Probablement, dans ce grand univers, il y aurait une vie intelligente dans d’autres planètes. Diverses hypothèses sont mises en valeur. La dernière me parait peu probable, a moins que ce soit des micros-organismes ou quelque chose du genre
Nuage

 

Les océans de glace empêcheraient les extraterrestres de communiquer avec nous

 

 

Repéré par Camille Jourdan

Repéré sur Science

C’est la dernière hypothèse en date qui tente d’expliquer le paradoxe de Fermi.

«Mais où sont-ils?» La question se pose depuis des dizaines d’années. Le physicien Enrico Fermi a même donné son nom à une théorie scientifique, ou plus précisément à un «paradoxe»: il y a forcément d’autres formes de vie intelligente dans notre univers, alors pourquoi ne les avons-nous jamais vues? L’astrophysicien Alan Stern croit avoir trouvé une – énième – réponse, rapporte le magazine Science: selon lui, les extraterrestres ne peuvent pas communiquer avec nous car ils vivent enfouis sous des «couches épaisses de glace et de roches».

Pour le scientifique, cette hypothèse est d’autant plus vraisemblable qu’au moins quatre des planètes de notre système solaire, à savoir Jupiter, Neptune, Saturne et Pluton, sont recouvertes d’un tel environnement. Sous ces amas de glace, l’eau liquide est un milieu extrêmement fertile au développement de la vie, rappelle Alan Stern. Peut-être même encore plus qu’à la surface, observe le magazine Astronomy:

«[Les organismes vivants] seraient ainsi mieux protégés des aléas extérieurs comme les fortes radiations, les impacts ou encore les changements climatiques. De tels océans intérieurs apporteraient un environnement plus stable où toute forme de vie pourrait se développer de manière moins risquée.»

Petit «inconvénient» cependant: sous ces énormes roches de glace, ces organismes vivants seraient très isolés. D’où leur impossibilié de nous envoyer un quelconque signe.

Dans l’hypothèse, d’ailleurs, qu’ils n’auraient «ne serait-ce que conscience de l’existence d’un monde au-dessus d’eux», et ailleurs dans l’univers, souligne Astronomy.

Cette nouvelle théorie vient s’ajouter aux nombreuses autres qui tentent d’expliquer le paradoxe de Fermi: les extraterrestres n’existeraient simplement pas; ils dorment; ils utilisent une technologie trop avancée pour que nous la percevions; leurs signaux ont été envoyés récemment et ne nous sont pas encore parvenus… ou encore une dernière: ils sont déjà parmi nous.

http://www.slate.fr

De nouvelles vidéos de Pluton et sa lune Charon


On part en voyage avec la sonde New Horizons qui a survoler Pluton et la lune Charon. Attachez bien vos ceinture …. avec ces 2 vidéos
Nuage

 

De nouvelles vidéos de Pluton et sa lune Charon

 

Pluton/ New horizons

Parmi les événements marquants de l’année 2015, le survol de Pluton par la sonde américaine New Horizons à 4,7 milliards de kilomètres de la Terre.

©HO / NASA / AFP

Joël Ignasse

Sciences et Avenir

Elles sont issues du survol de ces deux astres par la sonde New Horizons en 2015. 

C’était il y a déjà deux ans : le 14 juillet 2015, la sonde New horizons de la NASA passait à 12 500 km au-dessus de la planète naine Pluton et avec ses sept instruments scientifiques décortiquait cet astre comme jamais il ne l’avait été auparavant. Durant son bref passage, l’engin a également pu observer Charon, la plus grosse des lunes de Pluton. Depuis, l’agence spatiale américaine présente régulièrement de nouvelles images acquises durant ce périple dont quelques unes sont réunies dans ce diaporama.

Comme dans un vaisseau

Pour célébrer les deux ans de ce survol historique, la Nasa a réalisé deux petits films qui donnent une idée de ce verrait un humain à bord d’un vaisseau spatial survolant Pluton et Charon. Les images proviennent toutes de New Horizons et pour reconstituer le relief, les scientifiques ont utilisé des modèles numériques. Les hauteurs des montagnes ou des  cratères sont accrues de deux à trois fois dans ces films pour souligner la topographie et les couleurs des surfaces ont également été améliorées pour faire ressortir les détails.

Survol de Pluton. Crédit : NASA/JHUAPL/SwRI/Paul Schenk and John Blackwell, Lunar and Planetary Institute

La vidéo de Pluton commence au-dessus de la plaine Spoutnik, qui forme la partie gauche du cœur de Pluton, encore appelé région Tombaugh – du nom de Clyde Tombaugh découvreur de la planète naine en 1930. Cette zone est recouverte d’un énorme glacier de quatre kilomètres de profondeur et de mille de large, composé principalement de glace d’azote. Elle se poursuit à l’ouest de la région Tombaugh par le survol de la Cthulhu Macula, une région très sombre, puis par un contournement par le Nord du cœur de Pluton qui s’achève à l’est au-dessus des Tartarus Dorsa, un système de failles de plusieurs centaines de mètres de profondeur.



Survol de Charon. Crédit : NASA/JHUAPL/SwRI/Paul Schenk and John Blackwell, Lunar and Planetary Institute

Le survol de Charon commence par l’hémisphère survolé par la sonde puis se poursuit par un passage dans le profond et large canyon de Serenity Chasma. La vue se déplace ensuite vers le nord, passant sur le cratère Dorothy Gale et la capote polaire sombre de Mordor Macula. Le vol se dirige enfin vers le sud, jusqu’aux plaines équatoriales relativement plates de Vulcan Planum et les montagnes de Clarke Montes.

Où est New Horizons ? 

Après son survol du système plutonien, la sonde New Horizons a continué son chemin pour explorer la ceinture de Kuiper. Cette zone, qui s’étend au-delà de l’orbite de Neptune, de 30 UA à 100 ou 150 UA du Soleil, contient des millions voire des milliards de corps glacés dont certains forment les comètes à courte période comme 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, cible de la sonde Rosetta. Le prochain objectif de la sonde et l’un de ces petits corps appelé 2014 MU69 qu’elle doit survoler le 1er janvier 2019. C’est un gros rocher qui mesure environ 45 kilomètres de diamètre soit à peine 1% de la taille de Pluton. Il appartient à une classe d’objets complètement différente de la planète naine mais les scientifiques n’en savent pas beaucoup plus quant à sa composition. C’est l’une des raisons du choix de cette cible par la Nasa. En attendant cette rencontre, la sonde est en hibernation. Elle sera réveillée début 2018 pour une série d’observations et des corrections de trajectoires puis à nouveau mise en sommeil pour être réactivée quelques semaines avant son rendez-vous.

Situation de la sonde le 17/07/2017. Crédit : The Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory LLC.

https://www.sciencesetavenir.fr/

À quoi ressemble le soleil vu des autres planètes du système solaire


  • Un illustrateur américain : Ron Miller a représenté le soleil vu par les autres planètes du système solaire. Ce qu’il devait savoir était la distance du soleil par rapport aux planètes en ayant comme référence la distance entre le soleil et la Terre. Grâce a ses calculs et d’image créés numériquement, cela donne de magnifiques résultats
    Nuage

  •  

  • À quoi ressemble le soleil vu des autres planètes du système solaire

  •  

  • Mercure

  • Ron Miller

    Sur Mercure, le soleil apparaît trois fois plus gros que sur la Terre. Sa distance depuis l’étoile varie entre 46 et 70 millions de kilomètres, contre 149 millions pour notre planète.

  • Venus

  • Ron Miller

    Située à 108 millions de kilomètres du soleil (72% de la distance Terre-soleil), Venus est recouverte d’une couche dense de nuages d’acide sulfurique qui fait que l’astre n’est pas vraiment visible depuis sa surface.

  • Terre

  • Ron Miller

    La Terre étant à 149 millions de kilomètres de l’étoile, cette dernière semble aussi grosse que la lune, située à 384.000 km. Ce qui explique que le soleil disparaisse derrière en cas d’éclipse, comme sur la photo ci-dessus.

  • Mars

  • Ron Miller

    Depuis Mars, à 228 millions de km du soleil, l’astre apparaît plus petit que depuis notre planète.

  • Jupiter

    Voici le soleil comme on le verrait depuis Europe, un des satellites de Jupiter, planète située à 779 millions de km de l’étoile (5,2 fois la distance Terre-soleil) et qui est sur le point de l’éclipser. La lumière du soleil qui traverse l’atmosphère dense de la géante gazeuse créé un halo de rougeâtre.

  • Saturne

  • Ron Miller

    Saturne est située à 1,4 milliards de km du soleil. La présence de cristaux d’eau et de gaz comme l’ammoniaque dans l’atmosphère de la planète réfracte la lumière de l’astre, ce qui créé des effets d’optiques comme on peut le voir sur l’image.

  • Uranus

  • Ron Miller

    Le soleil vu d’Ariel, une des lunes d’Uranus, à 2,8 milliards de km du soleil (19 fois la distance Terre-soleil)

  • Neptune

  • Ron Miller

    Le soleil vu de Triton, un des satellites de Neptune, à 4,5 milliards de km du soleil. La poussière émise par un des geysers présent sur l’astre cachent l’étoile qui parait minuscule.

  • Pluton

  • Ron Miller

    Difficile de distinguer le soleil des autres étoiles depuis la surface de la planète naine, située à 5,9 milliards de km de celui-ci. C’est 40 fois la distance qui le sépare de notre planète

http://www.huffingtonpost.fr/