Trois millions d’années de refroidissement annulées en deux siècles


2030 ce n’est pas si loin, et la Terre, n’aura pas du tout le même climat comme nous l’avons connu. Les chercheurs estiment que nous reviendrons en arrière de 3 millions d’années. Les plantes, les animaux n’auront pas le temps de tous s’adapter. Avec toute la technologie, notre grand savoir … pour revenir en arrière …
Nuage

 

Trois millions d’années de refroidissement annulées en deux siècles

 

Agence France-Presse
Washington

Le climat de la Terre devrait ressembler d’ici 2030 à celui d’il y a trois millions d’années ont calculé des chercheurs dans une étude publiée lundi dans les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

La charmante période en question est celle du milieu du Pliocène, quand le climat était aride, les Amériques du Nord et du Sud n’étaient pas encore jointes, le Groenland n’était pas encore glacé et le niveau des océans était 18 mètres plus haut. Les températures étaient 1,8 à 3,6 degrés Celsius plus élevées qu’à l’époque actuelle.

« Nous allons vers des changements très spectaculaires dans un temps extrêmement court », dit Jack Williams, professeur de sciences de la Terre et expert en paléoécologie et climatologie à l’université du Wisconsin à Madison.

Si les émissions de CO2 continuaient au rythme actuel, les chercheurs estiment aussi que d’ici 2150, la Terre sera revenue 50 millions d’années en arrière, à l’aube de l’évolution des premiers mammifères (les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années).

Les calottes glaciaires mettent très longtemps à fondre, donc le Groenland ne redeviendra pas vert dès le siècle prochain, dit M. Williams à l’AFP. Et les océans ne remonteront pas de 18 mètres.

Mais la soudaineté du réchauffement devrait prendre par surprise des espèces qui ont mis des millions d’années à évoluer jusqu’à leur forme actuelle.

« De nombreuses espèces vont disparaître », relève le coauteur de l’étude. « Cela montre la manière dont nous pouvons puiser dans notre histoire et celle de la Terre pour comprendre les changements actuels et nous adapter ».

https://www.lapresse.ca/

Une cascade de 1,5 km de haut a rempli la Méditerranée orientale


Grâce aux chercheurs qui ont examiné des dépôt de sédiments d’une falaise sous-marine a dans un escarpement. Ces dépôts on témoigner une inondation énorme, il y a des millions d’années aurait rempli la Méditerranée pour aller rencontrer l’Atlantique
Nuage

 

Une cascade de 1,5 km de haut a rempli la Méditerranée orientale

 

Il y a six millions d’années, la mer Méditerranée s’est retrouvée isolée de l’océan Atlantique et s’est partiellement asséchée : c’est la crise de salinité messinienne. Pour expliquer la fin de la crise, les chercheurs avancent l’hypothèse d’une inondation gigantesque via le détroit de Gibraltar. Elle aurait rempli le bassin ouest, jusqu’à atteindre le seuil de Sicile. Dans un second temps, l’eau se serait déverser dans le bassin oriental en une cascade de 1,5 km de haut. Celle-ci a creusé un immense canyon sur son passage et a entraîné des sédiments, qui se sont déposés en contrebas (tache rouge dans l’animation). © University of Malta, YouTube

Les eaux tranquilles de la Méditerranée couvrent les cicatrices d’un passé tumultueux. Des chercheurs exhument peu à peu des indices gravés dans les fonds marins, qui attestent que cette mer a connu, à une époque lointaine, une des pires inondations de l’histoire de la planète.

Les explications de Marc-André Gutscher, un géologue qui a participé à la découverte de cette catastrophe survenue il y a plus de cinq millions d’années.

La Méditerranée asséchée. De vastes étendues, autrefois sous l’eau, exposées à l’air libre entre des lacs hypersalés similaires à la mer Morte. Aussi difficile à concevoir qu’elle soit, cette vision était pourtant bien réelle si l’on remonte quelque six millions d’années en arrière.

À la toute fin du Miocène, durant le Messénien, Mare Nostrum était en effet le théâtre du bouleversement géologique le plus violent depuis la crise du Crétacé-Tertiaire. L’évènement, appelé crise de salinité messinienne, a provoqué l’évaporation massive de la Méditerranée suite à la fermeture d’un passage au nord du Maroc (l’actuel détroit de Gibraltar), rompant la connexionentre la mer et l’océan Atlantique.

En outre, le seuil entre la Sicile et la Tunisie a émergé, créant un rebord naturel séparant la Méditerranée en deux bassins, ouest et est. 

« Les géologues pensent que le niveau marin a baissé d’au moins quelques centaines de mètres, voire jusqu’à 1.000 m, du côté occidental, et de 2.400 m du côté oriental, » précise à Futura Marc-André Gutscher, directeur du Laboratoire Géosciences Océan (LGO), attaché à l’université de Brest et au CNRS.

La Méditerranée s’est remplie en moins de deux ans.

Comment la Méditerranée a-t-elle retrouvée le visage qu’on lui connaît aujourd’hui ? Une inondation digne d’un film catastrophe, que les Anglophones n’hésitent pas à qualifier de « méga-inondation », aurait mis fin à la crise messinienne voilà 5,2 millions d’années, au tout début du Pliocène.

Le détroit de Gibraltar s’est formé, laissant les eaux de l’océan Atlantique reconquérir la Méditerranée, en commençant par le bassin occidental avant de combler le bassin oriental lorsque le niveau marin a dépassé le seuil de Sicile. L’inondation était d’une telle violence qu’il aurait suffi de deux ans à peine pour remplir entièrement la mer.

    Un canyon sculpté par la force de l’eau

    Pour reconstruire ce scénario, les chercheurs sont en quête d’indices témoignant du passage des flots. Et justement, une équipe internationale, dirigée par Aaron Micallef et Angelo Camerlenghi, de l’université de Malte et de l’Institut national d’océanographie et de géophysique expérimentale de Trieste (Italie), décrivent dans un article, paru dans le journal Scientific Reports, un étrange dépôt de sédiments découvert au large de la Sicile. Il repose contre l’escarpement de Malte, une immense falaise sous-marine.

    Cette découverte est le « premier élément de preuve directe du remplissage du bassin oriental,révèle Marc-André Gutscher, co-auteur de l’étude. Ce qui est frappant, c’est qu’on l’a retrouvé au pied d’un canyon, le canyon de Noto, qui a une forme particulière en J. C’est un canyon monstrueux, d’une vingtaine de kilomètres de long et de 6 km de large, extrêmement profond et en calcaire, une roche dure. Pour l’éroder ainsi jusqu’à des pentes de 70°, il faut énormément de violence ».

    « Ce canyon a été creusé par des chutes, comme les chutes du Niagara, mais en beaucoup plus violent, » poursuit le chercheur.

    Et en beaucoup plus grand également : la cascade responsable de l’inondation du bassin méditerranéen oriental aurait mesuré 1,5 km de hauteur. En passant, les flots auraient raclé les sédiments des fonds marins, qui se sont déposés en aval, de l’autre côté de l’escarpement.

        Le dépôt de sédiments se situe à proximité de la Sicile. La carte (a) est une carte bathymétrique, montrant la profondeur du canal de Sicile et de la mer Ionienne. La carte (b) relève les variations d’épaisseur du dépôt, situé au pied de l’escarpement de Malte en (7) et du canyon de Noto en (8). © Aaron Micallef et al., Scientific Reports, 2018

        Le dépôt de sédiments se situe à proximité de la Sicile. La carte (a) est une carte bathymétrique, montrant la profondeur du canal de Sicile et de la mer Ionienne. La carte (b) relève les variations d’épaisseur du dépôt, situé au pied de l’escarpement de Malte en (7) et du canyon de Noto en (8). © Aaron Micallef et al., Scientific Reports, 2018

        Un dépôt de sédiments immense et chaotique au pied d’une falaise

        Le dépôt de sédiments dépeint par les chercheurs est bordé sur son côté occidental par l’escarpement de Malte. Il couvre une surface comparable à la Crète, avec 160 km de longueur sur 95 km de large. Il mesure entre 400 et 800 m d’épaisseur et celle-ci diminue plus on s’avance vers l’est, c’est-à-dire plus on s’éloigne de la falaise.

        Baptisé unité 2, le dépôt, aujourd’hui enterré sous le sol marin, est pris en sandwich entre deux strates sédimentaires bien identifiées : il se situe au-dessous des sédiments datés du Pliocène-Quaternaire (unité 1), période géologique qui suit le Messinien, et au-dessus d’une importante couche de sels caractéristique de la crise messinienne (unité 3). Effectivement, l’évaporation de la mer Méditerranée s’est accompagnée de la formation de dépôts de sels, appelés évaporites, sur 500 m à 1 km d’épaisseur.

        Le dépôt sédimentaire chaotique, appelé unité 2, se situe au-dessus des sels de la crise messinienne (unité 3) et au-dessous des sédiments marins du Pliocène-Quaternaire (unité 1). Il atteste donc de la remise en eau de la Méditerranée et du retour aux conditions marines normales, après une période d’assèchement d’environ 600.000 ans. © Aaron Micallef et al., Scientific Reports, 2018

        Le dépôt sédimentaire chaotique, appelé unité 2, se situe au-dessus des sels de la crise messinienne (unité 3) et au-dessous des sédiments marins du Pliocène-Quaternaire (unité 1). Il atteste donc de la remise en eau de la Méditerranée et du retour aux conditions marines normales, après une période d’assèchement d’environ 600.000 ans. © Aaron Micallef et al., Scientific Reports, 2018

        Marc-André Gutscher a repéré l’unité 2 lors d’une campagne d’imagerie sismique effectuée en 2013, à bord du Suroît, un navire de recherche océanographique de l’Ifremer.

        « On a pu voir sur de nombreux profils sismiques une couche d’apparence chaotique, d’assez grande taille, relate-t-il, qui a plus l’air d’un gros tas de riz que d’un annuaire téléphonique. »

        « Plutôt que de voir des feuillets [correspondant aux différentes strates sédimentaires qui se déposent normalement l’une au-dessus de l’autre, NDLR], on ne voit pas grand-chose. Il n’y a pas de couche bien horizontale, bien régulière, donc pas de réflexion sismique. C’est par l’étendue et l’épaisseur de cette zone transparente que l’on a créé la figure du dépôt. »

        Dans de précédents travaux, Marc-André Gutscher avait déjà étudié le dépôt, qu’il avait interprété comme étant un remplissage post-messinien, datant du Pliocène. Sur ce profil sismique, on peut observer le dépôt chaotique en vert clair, légendé « chaotic facies » dans le détail en haut à gauche. © Marc-André Gutscher et al., Tectonics, 2016

        Dans de précédents travaux, Marc-André Gutscher avait déjà étudié le dépôt, qu’il avait interprété comme étant un remplissage post-messinien, datant du Pliocène. Sur ce profil sismique, on peut observer le dépôt chaotique en vert clair, légendé « chaotic facies » dans le détail en haut à gauche. © Marc-André Gutscher et al., Tectonics, 2016

        Pour la publication de 2018, ses collègues ont mobilisé « un jeu de données plus grand, soit une vingtaine de profils sismiques, sur lesquels on retrouve la signature chaotique de ce dépôt, » précise Marc-André Gutscher.

        En complément de la campagne de 2013, les chercheurs ont eu recours à d’anciennes données italiennes et ont obtenu d’autres profils lors de campagnes allemande et italienne, réalisées à bord de l’OGS Explora et du Meteor, entre 2011 et 2015.

        Ces travaux n’en resteront certainement pas là.

        « Il est fort probable qu’on essaie de cibler ce dépôt dans les prochains projets de forage », poursuit Marc-André Gutscher, car c’est un témoin clé de l’inondation de la Méditerranée orientale. « On pourrait voir à l’intérieur du dépôt quelles sont les roches, quelle est leur provenance, s’agit-il de morceaux de calcaire comme en Sicile ? »

        D’autres marqueurs de l’inondation, terrestres cette fois, s’observent effectivement en Sicile.

        Ainsi, des conglomérats de roches calcaire « semblent montrer que quelque chose est passé par là, a arraché du calcaire et a formé ces blocs, » explique le chercheur.

        Enfin, si d’aventure des microfossiles étaient enfouis dans le dépôt de sédiments, cela permettrait de mieux dater la période de la remise en eau de la Méditerranée.

        Et que s’est-il passé du côté de la Méditerranée occidentale ? 

        « Un tel dépôt chaotique ne semble pas exister, ou en tout cas pas à proximité, du détroit de Gibraltar, » indique Marc-André Gutscher, qui précise que des études précédentes ont toutefois permis d’identifier un grand canyon dans la zone.

        CE QU’IL FAUT RETENIR

        • Des chercheurs ont ausculté par imagerie sismique un vaste dépôt de sédiments, d’apparence chaotique, situé au pied d’une falaise sous-marine appelée l’escarpement de Malte.

        • Ce dépôt témoigne d’une inondation catastrophique datant du début du Pliocène qui aurait rempli la Méditerranée, alors partiellement asséchée.

        • Les flots de l’Atlantique se sont déversés en premier dans le bassin occidental, avant de submerger le relief au niveau de l’escarpement de Malte et de se jeter en une cascade de 1,5 km de haut dans le bassin oriental, creusant au passage un immense canyon.

        https://www.futura-sciences.com/

        Des ours préhistoriques qui étaient déjà friands de sucre


        Peut-être à cause de l’ours Winnie, on peut imaginer un ours friand du miel, et cela ne date pas d’hier que l’ours à la dent sucrée. En Articque canadien, ils ont découvert un ours de plus de 3 millions d’années qui seraient probablement la première migration d’ours de l’Asie jusqu’en Amérique du Nord. Même à cette époque lointaine, ils aimaient les fruits sucrés qui ont causées des caries
        Nuage

         

        Des ours préhistoriques qui étaient déjà friands de sucre

         

        Représentation artistique d'un Protarctos abstrusus

        Représentation artistique d’un Protarctos abstrusus   Photo : Musée canadien de la nature/Mauricio Antón

        L’analyse de restes fossilisés d’ours primitifs qui vivaient dans l’Arctique canadien au Pliocène montre que ces bêtes appartenaient à une espèce proche des ancêtres des ours modernes et qu’elles appréciaient déjà la nourriture sucrée.

        Explications.

        Un texte d’Alain Labelle

        Ces ossements fossilisés ont été mis au jour sur une période de 20 ans par des paléontologues canadiens à partir du site fossilifère de l’île d’Ellesmere, mieux connu sous le nom de Beaver Pond.

        Ils ont ensuite été analysés par l’équipe canadienne et des collègues américains du Musée d’histoire naturelle du comté de Los Angeles.

        Les paléontologues ont ainsi établi qu’il s’agissait d’ours de l’espèce Protarctos abstrusus, un proche parent des ancêtres des ours modernes, à l’exception du panda géant. Cette espèce vivait en Arctique il y a environ 3,5 millions d’années.

        Les dépôts de tourbe analysés comprenaient également des plantes fossiles indicatrices d’une forêt humide de type boréal ainsi que d’autres fossiles, notamment des poissons, un castor, de petits carnivores, des chevrotains et un cheval tridactyle.

        Beaucoup de caries

        L’équipe de recherche a trouvé de nombreuses traces de caries sur les dents fossilisées des deux spécimens.

        Ces individus souffraient en fait d’une affection que les humains connaissent bien! Natalia Rybczynski, paléontologue au Musée canadien de la nature

        La présence de caries dentaires montre que les infections buccales ont une longue histoire évolutionnaire chez les animaux. Elles laissent également croire que ces ours avaient une alimentation contenant beaucoup de sucre, qui provenait probablement de baies.

        « La consommation d’aliments riches en sucre, comme les baies, pour se préparer à hiberner est une stratégie de survie qui s’est mise en œuvre tôt dans l’évolution des ours », explique Natalia Rybczynski.

        C’est la première et la plus ancienne occurrence documentée d’un régime riche en calories chez l’ours primitif, lequel est vraisemblablement lié à la nécessité d’emmagasiner du gras en prévision des hivers arctiques rigoureux. Xiaoming Wang, Musée d’histoire naturelle du comté de Los Angeles

        Remonter dans le temps

        Les chercheurs ont réussi à établir que l’origine du Protarctos abstrususremonte à celle d’ours éteints provenant de l’Est asiatique.

        Il s’agit de l’occurrence la plus septentrionale d’un ours primitif, et ce fossile donne une idée de ce à quoi pouvait ressembler l’ancêtre des ours modernes. Xiaoming Wang, Musée d’histoire naturelle du comté de Los Angeles

        Cette bête était un peu plus petite que l’ours noir moderne, avec une tête plus plate et une dentition présentant une combinaison de traits primitifs et évolués, ce qui confirme un caractère transitionnel.

        « L’ours d’Ellesmere revêt une grande importance, car il laisse à penser que la capacité d’exploiter les forêts les plus septentrionales et les plus inhospitalières de la planète n’est pas une innovation des grizzlis et des ours noirs modernes, mais qu’elle a pu caractériser la lignée des ursidés depuis son origine », poursuit Natalia Rybczynski.

        Selon les chercheurs, ces fossiles représentent l’une des premières migrations de l’Asie vers l’Amérique du Nord, mais ils ne sont probablement pas ceux d’un ancêtre direct de l’ours noir moderne d’Amérique.

        Ces fossiles sont conservés dans les collections du Musée canadien de la nature à Gatineau, au Québec.

        Le détail de ces travaux est publié dans les Scientific Reports.

        http://ici.radio-canada.ca