Les requins fuient la pleine lune au fond des mers


Le cycle lunaire influence les requins pour suivre leur proie. Cette connaissance pourrait aussi préserver l’espèce en évitant par exemple d’être pris dans les filets des pêcheurs
Nuage

Les requins fuient la pleine lune au fond des mers

 

Les requins fuient la pleine lune au fond des mers

Photo Fotolia

Les requins fuient la pleine lune et le soleil au zénith en gagnant les profondeurs afin de suivre leurs proies et d’échapper à leurs prédateurs, selon une étude australienne qui pourrait permettre aux pêcheurs de limiter les prises involontaires.

Pendant près de trois ans, les scientifiques ont suivi au large de l’archipel des Palau, dans le Pacifique, les déplacements verticaux de 39 requins à pointe noire porteurs d’émetteurs acoustiques.

Leurs observations, publiées dans la revue PLOS ONE, ont révélé que les requins évoluent dans des eaux plus profondes à l’approche de la pleine lune et remontent à la nouvelle, un comportement commun à d’autres prédateurs marins comme l’espadon, le thon jaune et le thon obèse.

En journée, les requins plongent lorsque le soleil est au plus haut et remontent pendant la nuit, indépendamment des cycles lunaires.

«Nous avons été surpris de constater que les requins descendaient progressivement pendant la matinée avant de suivre la trajectoire exactement inverse dans l’après-midi, remontant graduellement vers la surface», a expliqué le chercheur Gabriel Vianna.

Il s’agirait pour les requins de suivre les proies obéissant à des stratégies similaires, et de sortir des eaux lumineuses proches de la surface où ils sont plus vulnérables à leurs propres prédateurs, essentiellement des requins de plus grande taille.

La profondeur moyenne de plongée des requins –animaux à sang froid– passe de 35 mètres en hiver à 60 mètres au printemps, selon cette étude menée par l’Institut océanographique de l’université d’Australie occidentale et l’Institut australien de science marine.

Leurs découvertes pourraient permettre d’affiner les stratégies de conservation du requin.

Les pêcheurs seraient en effet en mesure de minimiser les prises «collatérales» en se calant sur le calendrier lunaire et sur les variations de lumière en journée pour déterminer la profondeur à laquelle laisser traîner leurs filets.

«Dans des endroits comme Palau, très dépendant du tourisme marin et où les requins sont une attraction touristique vitale, la pêche de quelques dizaines de requins sur des sites de plongée populaires peut avoir un impact très néfaste sur l’économie nationale», fait valoir Gabriel Vianna.

http://fr.canoe.ca

La pleine lune sans effet sur la santé mentale


Les phases lunaires ont-ils vraiment une influence sur la santé mentale ? Selon la croyance populaire oui mais pas selon les faits … Alors, c’est peut-être que certains appréhendent ce moment ou porte plus attention a ce qui se passe pendant la pleine lune
Nuage

 

La pleine lune sans effet sur la santé mentale

 

La pleine lune

La pleine lune influerait sur la santé mentale, selon la croyance populaire.  Photo :  iStockphoto

Il n’existe aucun lien entre les phases de la lune et la fréquence des troubles psychologiques, ont montré des chercheurs de l’Université Laval.

La Pre Geneviève Belleville ses collègues en viennent à cette conclusion après avoir examiné la relation entre les cycles lunaires et le nombre de personnes qui se présentent aux urgences des hôpitaux en proie à des problèmes psychologiques.

L’équipe de recherche a évalué les dossiers de personnes ayant visité les urgences de l’hôpital Sacré-Coeur de Montréal et de l’Hôtel-Dieu de Lévis entre mars 2005 et avril 2008. Elle s’est particulièrement attardée sur 771 personnes qui se sont présentées à l’urgence en raison de douleurs thoraciques et pour lesquelles aucune cause médicale n’a pu être établie.Ces patients souffraient en fait d’attaques de panique, de troubles d’anxiété, de troubles de l’humeur ou d’idéation suicidaire.

Les chercheurs ont ensuite établi pendant quelle phase lunaire avait été effectuée chacune de ces visites.

Résultats : L’analyse ne permet pas d’établir de lien entre la fréquence des problèmes psychologiques et les quatre phases lunaires.

Une seule exception, peut-être. Les troubles anxieux étaient 32 % moins fréquents pendant le dernier quartier de lune.

« C’est peut-être dû au hasard ou à des facteurs que nous n’avons pas mesurés. Chose certaine, nous n’avons pas observé d’effet de la pleine lune ou de la nouvelle lune sur les troubles psychologiques. »— ¨Pr Geneviève Belleville

Le détail de cette étude est publié dans la revue General Hospital Psychiatry.

Le saviez-vous?

Pas moins de 80 % des infirmières et de 64 % des médecins pensent que le cycle lunaire affecte la santé mentale des patients.

http://www.radio-canada.ca