Une « superlune » hors de l’ordinaire


N’oubliez pas de regarder la lune cette nuit, enfin si les nuages sont absents de la scène. La meilleure heure sera en matinée à 8 h 52 car elle sera complète. Mais durant la nuit il sera possible de l’admirer au Québec
Nuage

 

Une « superlune » hors de l’ordinaire

 

PHOTO : NASA

La pleine lune sera exceptionnelle aux premières heures de la journée lundi : elle paraîtra 14 % plus grosse et 30 % plus brillante que d’habitude. Ce phénomène, qualifié de « superlune », n’a pas eu cette ampleur depuis 1948 et ne se reproduira pas avant 2034.

Explications.

Un texte d’Alain Labelle

L’orbite de la Lune n’est pas parfaitement circulaire autour de la Terre; elle est elliptique. À son apogée, sa distance de la Terre atteint 406 000 km, et à son périgée à environ 356 500 km.

Graphique

PHOTO : WIKIPEDIA/YELKROKOYADE

Super lune 101

Une pleine lune se produit une fois par mois, lorsque le Soleil, la Terre et la Lune sont parfaitement alignés, et que la Lune se trouve du côté de la Terre opposé au Soleil.

Le terme superlune (périgée-syzygie) est utilisé pour décrire une pleine lune à son périgée, c’est-à-dire quand elle est à sa plus petite distance de la Terre. Le phénomène se produit en moyenne 4 à 6 fois par an. Il se traduit par une variation du diamètre apparent de la Lune dans le ciel.

L’observation de lundi sera toutefois particulièrement intense et peut même être qualifiée d’« extra-superlune » puisque la lune sera pleine avec environ deux heures de périgée à 356 509 km de la Terre, ce qui est plus près que d’habitude.

La pleine lune du 14 novembre n’est pas seulement la pleine lune la plus proche de 2016, c’est aussi la pleine lune la plus proche à ce jour au 21e siècle. NASA

Une superlune observée dans le ciel cubain, le 10 août 2014.

Une superlune observée dans le ciel cubain, le 10 août 2014.   PHOTO : REUTERS/ENRIQUE DE LA OSA

Meilleur moment d’observation

La lune sera complètement pleine pour quelques instants seulement à 8 h 52 (HE), lundi matin. Le moment sera parfait pour voir l’extra-superlune. Elle sera quand même observable les nuits du 13 et du 14 novembre, si les conditions météorologiques le permettent.

http://ici.radio-canada.ca/

La plus grande super lune du siècle


Un autre spectacle de l’espace se prépare pour un représentation d’une super lune le 14 novembre 2016. Il reste juste à espérer que les nuages ne seront pas parmi les spectateurs, sinon, on ne verra vraiment pas grand chose
Nuage

La plus grande super lune du siècle

 

Une lune est dite «super» lorsqu'elle est à... (photo Amr Abdallah Dalsh, archives REUTERS)

 

Une lune est dite «super» lorsqu’elle est à la fois pleine et qu’elle se retrouve à son périgée (au plus près de son foyer, c’est-à-dire la Terre). Une super lune peut ainsi apparaître aux observateurs terriens jusqu’à 14 % plus grosse et 30 % plus brillante qu’une lune normale.

PHOTO AMR ABDALLAH DALSH, ARCHIVES REUTERS

Dans la nuit du 14 novembre, la pleine lune sera plus près de la Terre qu’elle ne l’a été depuis le 26 janvier 1948. Et notre unique satellite naturel ne reviendra pas nous faire un tel clin d’oeil avant le 25 novembre 2034. Si la météo le permet et que le ciel n’est pas trop encombré de nuages, on pourrait avoir le droit à l’un des spectacles lunaires les plus impressionnants du XXIe siècle.

Une lune est dite «super» lorsqu’elle est à la fois pleine et qu’elle se retrouve à son périgée (au plus près de son foyer, c’est-à-dire la Terre). Une super lune peut ainsi apparaître aux observateurs terriens jusqu’à 14 % plus grosse et 30 % plus brillante qu’une lune normale.

Cette « super lune du siècle » fait partie de trois super lunes qui surviennent durant les trois derniers mois de l’année 2016. La plus récente est apparue le 16 octobre et la dernière de l’année sera vue le 14 décembre.

Quelle est la meilleure façon d’observer une super lune ?

« Trouver une zone sombre où il n’ya pas d’arbres », suggère simplement le Dr Noah Petro, scientifique de la NASA, basé à Greenbelt au Maryland dans un courriel transmis au Huffington Post.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► La Lune des moissons : super-lune ou non?


C’est aujourd’hui la lune des moissons  et si le ciel le permet, elle sera visible pendant 3 jours. Les amérindiens avaient coutume d’appeler la lune selon les saisons ou de la particularité du mois
Nuage

 

La Lune des moissons : super-lune ou non?

 

Lune

PHOTO : WIKIPEDIA/ROADCRUSHER

Un texte de Ève Christian

Jadis, les Amérindiens avaient l’habitude de surnommer les pleines lunes. Souvent, ces noms référaient aux saisons ou aux différentes activités qu’ils devaient réaliser. C’est d’ailleurs bientôt la Lune des moissons.

Évidemment, puisque ça relève du folklore plutôt que de la science, les noms diffèrent selon les sources. Mais en voici quelques-uns que je trouve bien choisis :

  • En février : la pleine Lune des neiges;
  • En mai : la pleine Lune des fleurs;
  • En juin : la pleine Lune des fraises ou celle des roses;
  • En juillet : la pleine Lune des orignaux, en raison des repousses des bois sur leur tête;
  • En novembre : la pleine Lune des castors – pour deux raisons : pour les Amérindiens, c’est le temps d’installer les trappes à castor pour en récolter la fourrure, mais pour les animaux, c’est le moment de se préparer à l’hiver.

La pleine Lune des moissons

La pleine Lune des moissons est en fait celle qui se produit deux semaines avant ou après l’équinoxe d’automne.

Certains en attribuent l’origine au temps où les fermiers étaient dépendants de la lumière naturelle pour faire leurs récoltes. Cette pleine lune arrivait à point nommé et voici pourquoi.

En moyenne, sur un cycle mensuel, la lune se lève une cinquantaine de minutes plus tard chaque nuit, sauf pour celles qui avoisinent la Lune des moissons; cette durée diminue alors jusqu’à une vingtaine de minutes.

En d’autres mots, ça signifie que l’intervalle entre le coucher du soleil à l’ouest et le lever de la lune à l’est est très court pendant quelques jours, retardant donc la tombée de la nuit. Ce qui était parfait pour les fermiers qui, ne bénéficiant pas d’éclairage artificiel, pouvaient alors poursuivre leurs travaux tard en soirée.

Cette année, la pleine Lune des moissons a lieu le 16 septembre à 15 h 5 HAE, soit six jours avant l’arrivée de l’automne, mais elle aura l’allure de pleine lune pendant au moins trois nuits.

Super-lune ou non?

Cette expression, qu’on donne à certaines pleines lunes dans l’année, ne fait pas l’unanimité. En fait, la définition varie selon les experts. Les critères mathématiques diffèrent concernant une variable qui sert pour déterminer si une pleine lune mérite l’appellation de super : la position de la Lune sur son orbite. Certains utilisent le périgée minimal annuel, d’autres, le périgée mensuel.

Un peu de terminologie astronomique s’impose ici.

Périgée : Chaque mois, la Lune fait le tour de la Terre sur une orbite plutôt ovale. Notre planète n’étant pas totalement au centre de cette orbite, à un moment donné dans le mois, la Lune se retrouve au point le plus près de la Terre, qu’on appelle le périgée. À l’opposé, le point le plus éloigné sera l’apogée.

Graphique

PHOTO : WIKIPEDIA/YELKROKOYADE

Phase de la pleine lune : Une fois par mois, quand la Lune est dans un alignement particulier avec la Terre et le Soleil, elle entre dans l’une de ses quatre phases, celle de la pleine lune.

Quand cet alignement se produit au moment où la Lune est à son périgée ou tout près, elle paraîtra légèrement plus grosse que normalement. On est alors en présence d’une super-lune.

« Tout près de son périgée » Lequel? Celui sur un an ou sur un mois?

Les différentes définitions font varier le nombre de super-lunes annuellement. Pour 2016, par exemple, certains, comme Richard Nolle, astrologue qui a suggéré le terme « super-lune » en 1979, en calculent six; d’autres, comme Fred Espenak, astrophysicien de la NASA considéré comme M. Éclipse, en comptent quatre.

Cette Lune des moissons est qualifiée de super-lune quand les calculs sont faits avec le périgée mensuel, à la façon de Fred Espenak.

Super-lune, grosse, brillante et colorée

Rappelez-vous le 27 septembre de l’an dernier : on avait eu droit à une éclipse lunaire totale combinée à une super-lune; un phénomène qui ne s’est produit que six fois depuis 1900! Si vous avez eu la chance de l’observer, vous vous souviendrez à quel point la lune était surdimensionnée et très brillante.

null

La super Lune au sortir de son éclipse totale, le 28 septembre 2015   PHOTO : LUC GAGNON

Cette année, les propriétés de la pleine Lune des moissons seront un peu moins impressionnantes. Et c’est facilement explicable. En 2015, les deux événements, la pleine lune et la Lune exactement à son périgée, se sont produits en une heure d’écart; cette année, ils sont séparés par deux jours.

C’est pourquoi, oui, on verra la Lune un peu plus grosse et brillante que la moyenne, mais pas autant que l’an dernier.

Mais attention : il y a aussi l’illusion lunaire, un phénomène optique pas encore bien compris par les scientifiques, qui fait grossir l’apparence des pleines lunes à l’horizon.

Quant à sa couleur, elle sera effectivement orangée, mais ce n’est pas particulier à la Lune des moissons; c’est le cas de la plupart des pleines lunes qui se lèvent autour du crépuscule. Quand on regarde un phénomène à l’horizon, comme un coucher de soleil ou un lever de lune, la lumière doit traverser une épaisse couche d’atmosphère; seules les couleurs aux longueurs d’onde plus longues, comme le rouge et l’orange, arrivent à passer. D’où l’apparence orangée de la lune ou des couchers de soleil rouges.

Observation astronomique facile

Croisons-nous les doigts pour que le ciel soit dégagé pendant les nuits des 15, 16 et 17 septembre afin d’observer cette belle Lune des moissons. Il n’y a aucun danger à observer cet astre à l’œil nu ou avec des jumelles, et ce, à n’importe quelle phase.

D’ailleurs, c’est encore plus intéressant quand la lune est en quartier, en croissant ou gibbeuse : en regardant le terminateur, c’est-à-dire la limite entre le côté éclairé et celui dans l’ombre, on peut bien voir les reliefs et les cratères.

Et comme le chantaient Nora Bayes et Jack Norworth en 1908, Shine On Harvest Moon (En voici une version plus actuelle par Leon Redbone). Bonne observation!

http://ici.radio-canada.ca/

La Lune pourrait avoir une influence sur les séismes


Selon les statistiques, les grands tremblements de terre coïncideraient avec la pleine lune a dû aux fortes marées. Alors que les autres tremblements de terre plus petits seraient pour une d’autres raisons
Nuage

 

La Lune pourrait avoir une influence sur les séismes

 

Les violents séismes seraient plus susceptibles de se produire à la pleine lune... (Photo Larry Downing, archives Reuters)

PHOTO LARRY DOWNING, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Paris

Les violents séismes seraient plus susceptibles de se produire à la pleine lune ou à la nouvelle lune, selon une étude publiée lundi dans Nature Geoscience.

Selon les chercheurs japonais à l’origine des travaux, l’étude des marées dans les régions sismiques pourrait donc aider à évaluer les risques.

Les forces d’attraction gravitationnelle (la gravité) de la Lune et du Soleil ont un effet non négligeable sur la Terre.

Quand la Terre, la Lune et le Soleil sont alignés, ce qui est le cas lors de la pleine lune et de la lune nouvelle, les forces d’attraction des deux astres s’ajoutent et les effets sont plus forts.

Cette attraction est responsable des marées, et plus les effets de la gravité sont forts, plus l’amplitude des marées est importante.

«Notre travail a montré des liens entre la force des marées et la taille et la fréquence des tremblements de terre», explique à l’AFP Satoshi Ide de l’Université de Tokyo, coauteur de l’étude.

Pour arriver à ces conclusions, Satoshi Ide et ses collègues ont intégré, sous forme de statistiques, les données concernant les tremblements de terre dans le monde et les valeurs d’amplitude des marées.

Selon leurs résultats, certains des plus grands tremblements de terre des 20 dernières années se sont déclenchés en période de haute marée, c’est-à-dire quand la lune était pleine ou nouvelle.

De plus, les forts séismes semblent nettement plus nombreux quand l’amplitude des marées est importante.

L’étude donne quelques exemples de ces séismes «de pleine lune» ou «de nouvelle lune».

Celui du dimanche 26 décembre 2004, au large de Sumatra (Indonésie), qui a été suivi d’un énorme tsunami et qui a fait plus de 220 000 morts.

Ou celui du 27 février 2010, quand une secousse de magnitude 8,8 touche le centre du Chili faisant 523 morts. Ou encore celui du 11 mars 2011, quand un tremblement de terre record dévaste la côte est du Japon et tue 19 000 personnes.

Les lignes de faille, déjà sous pression, pourraient donc être sensibles aux forces gravitationnelles du Soleil et de la Lune.

Mais selon les chercheurs, seuls les forts séismes sont influencés par les astres. Pour les plus petits, aucun lien ne semble exister.

http://www.lapresse.ca/

Les effets de la pleine lune sur le sommeil enfin mis au clair !


 

La pleine lune n’a pas vraiment d’effet sur les enfants, sauf peut-être quelques minutes de sommeil en moins, mais cela n’est pas vraiment significatif
Nuage

Les effets de la pleine lune sur le sommeil enfin mis au clair !

par Agathe Mayer

Si la pleine lune réduit de 5 minutes la durée du sommeil des enfants, elle ne les rendrait pas sur-actifs.

La pleine lune n’empêcherait pas les enfants de dormir, mais modifierait leurs niveaux de récupération, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Frontiers in Pediatrics . En effet, elle diminuerait de 5 minutes leur durée totale de sommeil .

Les chercheurs du Children’s Hospital of Eastern Ontario Research Institute (Ottawa, Canada) ont mené une étude pour vérifier si la pleine lune était associée à des modifications de comportements de sommeil et d’activité. Ils ont utilisé une étude réalisée dans 12 pays qui fournissait 3 371 024 heures enregistrements d’accéléromètre de sommeil et d’activité.

Cette étude a permis d’observer 5 812 enfants âgés entre 9 et 11 ans vivant en Australie, au Brésil, au Canada, en Chine, en Colombie, en Finlande, en Inde, au Kenya, au Portugal, en Afrique du sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Les scientifiques ont comparé les niveaux d’activité des enfants pendant trois jours : celui de la pleine lune, celui de la demi-lune et celui de la nouvelle lune.

La pleine lune, un mythe ou une réalité?

Contrairement à la légende populaire, la pleine lune ne rendrait pas les enfants sur-actifs et ne les empêcheraient pas de dormir.

Les niveaux d’activités des enfants entre les différentes phases de la lune étaient négligeables et non significatifs. En revanche, la durée du sommeil était de 4,9 minutes plus courte la nuit de la pleine lune par rapport à la nouvelle lune.

« La présente étude fournit la preuve que la durée du sommeil nocturne est de 5 minutes plus courte autour de la pleine lune par rapport à la nouvelle lune pour cet échantillon d’enfants sélectionnés dans le monde entier » explique Jean-Philippe Chaput, professeur assistant au département pédiatrique du Children’s Hospital of Eastern Ontario Research Institute.

« Cependant, si cette différence cliniquement significative est discutable, un travail expérimental est nécessaire pour déterminer si la biologie humaine est de toute façon synchronisée avec le cycle lunaire. Des recherches futures devraient également examiner si la pleine lune peut avoir une plus grande influence sur les sous-groupes d’enfants vulnérables, par exemple ceux souffrant de troubles mentaux ou de maux physiques», conclut le chercheur.

http://www.topsante.com/

On pourra voir une «Lune bleue» vendredi (mais elle ne sera pas bleue)


Si le ciel le permet, c’est-à-dire s’il n’est pas nuageux, nous pourrions voir cette lune bleue. Mais le terme n’est que pour dire que cet évènement n’arrive qu’environs au 2 ou 3 ans. Une pleine lune, deux fois dans le même mois
Nuage

 

On pourra voir une «Lune bleue» vendredi (mais elle ne sera pas bleue)

La

Pleine lunePhoto Fotolia

Voici un rendez-vous astronomique qui permettra aux amateurs de ciel et d’espace de clôturer en beauté le mois de juillet. Ce vendredi 31 juillet sera placé sous le signe de la «Lune bleue», un événement rare qui mérite d’être observé.

Contrairement à ce que son nom laisse à penser, la Lune bleue ne se distingue pas par sa couleur mais par sa fréquence. Il s’agit en réalité d’une pleine Lune supplémentaire dans un même mois. L’événement se manifeste lorsque cette phase lunaire survient 13 fois dans l’année au lieu de 12.

DEUX PHASES DE PLEINE LUNE AU MOIS DE JUILLET

Ce mois de juillet, notre satellite naturel sera passé par deux phases pleines. La première a eu lieu le 2 juillet et la deuxième, désormais qualifiée de «Lune bleue», adviendra le 31. À cette occasion, les observateurs pourront admirer l’astre dont toute la surface sera éclairée par le Soleil.

La Lune n’empruntera donc pas une teinte bleutée, ou du moins pas plus bleu que sa couleur habituelle. Aucune manifestation hors du commun n’est à attendre même s’il s’agit d’une occasion exceptionnelle, survenant à toutes les 2,7 années.

UN ÉVÉNEMENT RARE

À ce titre, les anglophones ont pour habitude d’utiliser l’expression «once in a blue moon», littéralement «une fois toutes les lunes bleues», pour désigner un événement qui ne se produit que très rarement. Une manière de dire «tous les 36 du mois».

Le phénomène de Lune bleue ne se produit en effet qu’une fois tous les 2 ou 3 ans. Le dernier en date a eu lieu en 2012 et il faudra attendre 2018 pour l’observer de nouveau. La raison de cette rareté est due à la différence entre les mois de notre calendrier et les mois lunaires.

Alors que nos mois civils durent entre 28 et 31 jours, un mois lunaire est toujours rigoureusement de 29,53 jours. Ce temps correspond à celui parcouru entre deux même phases, comme par exemple deux pleines Lunes.

http://fr.canoe.ca/

Le Saviez-Vous ► L’arc-en-ciel lunaire


Quand le soleil apparaît après la pluie, nous avons de bonnes chance de voir un arc-en-ciel, mais saviez-vous que c’est aussi possible de voir ce phénomène lors de la pleine lune ? Enfin, si les bonnes conditions y sont réunies ce qui fait l’arc-en-ciel lunaire, un évènement très rare
Nuage

 

L’arc-en-ciel lunaire

 

arc-en-ciel lunaire

par Vanessa Hauguel

Lieu où le phénomène a été observé : aux Chutes Victoria, Zambie

Quand: en juin 2008

Description:

Un arc-en-ciel surplombe les chutes Victoria pendant la nuit. Il s’agit d’un arc-en-ciel lunaire, un phénomène étonnant et rare, qui ne peut survenir que la nuit, dans des conditions bien spécifiques.

L’explication scientifique:

L’arc-en-ciel est un phénomène optique présentant les couleurs du spectre et résultant de l’interaction entre la lumière et la matière. Dans le cas d’un arc-en-ciel ordinaire, il se produit avec la réfraction, la réflexion et la dispersion des radiations colorées composant la lumière blanche du soleil, par les gouttelettes d’eau présentes dans l’atmosphère. Dans le cas d’un arc-en-ciel lunaire, c’est la Lune qui devient la source lumineuse.

Il faut toutefois que la Lune soit pleine ou très lumineuse et assez basse dans le ciel pour que le phénomène surgisse. De plus, l’arc-en-ciel nocturne est visible que lorsqu’il est observé à partir du bon angle. Pour le voir, il faut se trouver face à la pluie ou à une chute, tout en ayant la Lune en arrière de soi, près de l’horizon. L’arc-en-ciel s’estompe ensuite à mesure que la Lune s’élève dans le ciel.

Ces différentes contraintes font en sorte que le phénomène est beaucoup plus rarement observé que les arcs-en-ciel réguliers.

Saviez-vous que :

Surnommé « moonbow » en anglais, le phénomène peut apparaître blanc à l’œil humain. Pour en révéler les couleurs, il est suggéré de prendre l’arc-en-ciel en photo à une vitesse d’obturation lente (avec un temps de pose plus long).

http://www.canald.com/