La nature


Que ce soit un savant ou un observateur de la faune et la flore, c’est vraiment parce que la nature est  magnifique, qu’elle soit sous l’aspect d’un volcan, d’un orage, une fleur en éclosion, ou un oisillon qui crie fort sa faim et qu’une fourmi travaille dure pour ramener son trésor dans sa fourmilière, tout devient une excuse pour admirer par sa force, sa douceur, sa beauté, sa colère
Nuage

 

La nature

 

Le savant n’étudie pas la nature parce que cela est utile; il l’étudie parce qu’il y prend plaisir et il y prend plaisir parce qu’elle est belle.

Henri Poincaré

Certaines femmes sont génétiquement attirées par le gras et le sucré


Malgré plusieurs facteurs qui mènent à l’obésité, il semble que les filles soient plus a risque lors d’une variante d’un certain gène. Une chose qui démontre par contre, qu’il est nécessaire de donner une bonne éducation alimentaire et les encourager a bouger dès le jeune âge
Nuage

 

Certaines femmes sont génétiquement attirées par le gras et le sucré

 

Certaines femmes seraient plus attirées que les hommes par les aliments gras et sucrés. Une cause génétique selon une étude scientifique internationale.

Les femmes porteuses d’un gène particulier consomment plus d’aliments gras et sucrés que les autres.

Les chercheurs de plusieurs universités du Canada, du Brésil, de la Brown University (Etats-Unis) et d’un institut de Singapour ont étudié une variante de ce gène (le 7R) et analysé comment il  augmentait le plaisir à consommer les  aliments gras et sucrés.

Les scientifiques de l’étude ont étudié 150 enfants de 4 ans suivis de leur naissance à leurs dix ans par un protocole médical canadien. Ils ont analysé leur choix alors que diffèrent type de nourriture leur était proposé et  étudié le carnet de leur alimentation habituelle.

Les filles porteuses du gène modifié mangent plus

Les chercheurs ont ensuite examiné le lien  entre la présence de la variation génétique « 7R » du gène de la dopamine, l’indice de masse corporel (IMC), et le sexe de l’enfant.

Ils ont constaté que les filles porteuses de cette variante du gène mangent plus d’aliments gras et sucrés et de protéines et consomment moins de légumes, d’œufs, de pain, d’oléagineux et de légumineuses que les filles non porteuses. En revanche, cette variation du gène ne bouleverse pas le comportement alimentaire des jeunes garçons. La variation « 7r » du gène de la dopamine modifierait donc les choix alimentaires  des filles dès l’âge de 4 ans.

Même si le comportement alimentaire des enfants est aussi influencé par l’éducation, l’environnement socio-culturel, les chercheurs concluent que cette découverte  permettrait de mieux comprendre le développement de l’obésité. Pour établir la pertinence de cette étude, les scientifiques continueront de suivre ces enfants et analyser l’évolution de leur comportement alimentaire et leur poids.

Cette étude a été publiée dans la revue spécialisée sur l’obésité  « Appetite ».

http://www.topsante.com

La folie des chaussures


Si je m’achète une paire de souliers par années, c’est beau … et encore c’est une paire d’espadrilles et celle que j’ai déjà sont pour la maison, pour finir de les user à la corde .. J’avoue ne pas comprendre cette passion pour les souliers qui souvent sont des talons hauts ce que je n’ai pas … Que d’argent gaspillé pour des souliers qui passent plus de temps dans le placard qu’aux pieds des femmes
Nuage

 

La folie des chaussures

 

OLIVIA LÉVY
La Presse

La passion pour les chaussures frise la folie. Il est parfois difficile de comprendre ce phénomène grandissant. Au moindre petit chagrin, de nombreuses femmes s’offrent une paire de chaussures et se sentent mieux. D’autres se distinguent en portant des souliers originaux ou des talons vertigineux. Au-delà de l’utilité d’en porter pour marcher, les chaussures sont devenues des accessoires incontournables qui reflètent une partie de notre personnalité.

Les Américaines occupent le premier rang mondial de la consommation de chaussures. Elles achètent près de huit paires par année. Les Françaises les suivent de près au deuxième rang avec six paires et sont ainsi les championnes européennes. Pour ce qui est des Canadiennes, elles sont plus sages avec environ quatre paires par année.

«Les chaussures représentent beaucoup plus qu’un simple objet du quotidien, explique la sociologue française Coline Lett, coauteure de Tout savoir sur les femmes et leurs chaussures (éditions Kawa). Il existe des raisons historiques. Au XIXe siècle, avec l’essor du capitalisme et les débuts de l’industrialisation, les bourgeois portent des costumes sombres et veulent ainsi se différencier de l’aristocratie oisive qui porte des tenues extravagantes. Les hommes veulent manifester leur prise de pouvoir sur le monde. Leurs chaussures prennent des formes simples. Mais comme il faut bien montrer son appartenance à une classe sociale supérieure, les femmes poursuivent la compétition vestimentaire selon le modèle aristocratique et continuent de consommer de manière ostentatoire. D’où la légitimité historique des femmes à collectionner des vêtements et des chaussures», poursuit la sociologue.

Plaisir coupable

L’achat de chaussures est une grande source de plaisir, tout comme le fait de les accumuler. Cette joie s’accompagne parfois d’une culpabilité. Dans une garde-robe, la femme aura besoin de bottes, sandales, ballerines, escarpins, baskets, mocassins.

«Les femmes cachent souvent leurs achats comme si elles avaient un peu honte de dépenser pour des choses sans grande utilité. C’est un vrai plaisir narcissique», estime Coline Lett.

«Les femmes ont cette illusion que cet objet va les transformer totalement» Pierre Hardy, créateur de chaussure

Au fil des années, les chaussures sont devenues incontournables et l’engouement autour de cet objet est réel. Mais pourquoi les chaussures plus que les robes, les bijoux ou les chapeaux?

«Les femmes sont plus compulsives dans l’achat de chaussures peut-être parce qu’il est plus facile de trouver chaussure à son pied que de dénicher la robe parfaite, explique la psychologue Julie Roussin. Dans une société où l’idéal de beauté est la minceur, il est plus simple d’être belle et coquette avec de jolies chaussures malgré des complexes liés au poids. La gratification est plus directe et facile surtout qu’une chaussure sera rarement moins belle sur moi que dans la vitrine.»

Se sentir belle, voilà une bonne raison d’aimer les chaussures qui nous magnifient et nous donnent confiance.

«Se sentir attirante augmente l’estime de soi tout comme le désir de séduire. Le soulier est l’objet érotique par excellence et il est le plus prisé chez les gens qui souffrent de fétichisme», ajoute Julie Roussin.

Il peut également dévoiler un trait de caractère. Dans le documentaire God Save My Shoes, la chanteuse des Black Eyed Peas, Fergie, en grande passionnée, déclare qu’une paire de chaussures raconte notre histoire, révèle notre personnalité et peut changer la façon dont une femme se perçoit. D’ailleurs, une étude de l’Université du Kansas a démontré que le style de chaussures porté par une personne permet de se faire une idée de sa personnalité. La chaussure est un indicateur du statut social dans de nombreux cas.

Ainsi, une chaussure griffée à un prix insensé sera certainement portée par une personne qui a un salaire élevé. Des chaussures colorées seront associées à des extravertis. Des souliers pratiques et fonctionnels à des gens agréables, les timides optent pour des modèles neutres et les bottines signalent une certaine agressivité.

«Les femmes trouvent toujours une raison d’acheter des souliers», déclare Inès de la Fressange, ex-mannequin et ambassadrice du chausseur français Roger Vivier. «C’est la femme qu’on aimerait être et qu’on imagine. C’est l’équivalent des jouets quand on était enfant. On a l’impression que toute notre vie sera transformée par ce seul accessoire très puissant. C’est magique. D’un seul coup, les souliers peuvent tout changer dans notre allure. On peut avoir du style, être chic, et changer notre silhouette grâce à une paire de chaussures.»

Pour le livre Tout savoir sur les femmes et leurs chaussures, Vanessa Genin a interrogé les Françaises sur le rapport qu’elles entretiennent avec leurs chaussures. Au-delà de l’esthétisme, rien n’est innocent dans le choix des souliers.

«Les fonctions des chaussures sont multiples. Une femme décidera de porter des talons hauts lorsqu’elle aura une réunion et qu’elle devra négocier. Ça lui donnera de l’assurance. On mettra aussi un talon haut pour paraître plus grande et élancée. Des femmes plus âgées mettront des baskets pour se rajeunir. C’est un vrai outil et un allié qui permet d’exprimer une certaine féminité», explique Vanessa Genin.

Selon elle, le premier critère quand on achète des chaussures est le confort… sauf que la réalité est tout autre puisque 73% des Françaises se plaignent de douleurs aux pieds.

Finalement, les chaussures sont au centre de la vie. «En faisant parler les femmes de leurs chaussures, j’ai appris beaucoup sur leurs préoccupations, que ce soit l’importance de leur apparence, de maîtriser leur corps, et de s’insérer dans leur milieu professionnel», confie Coline Lett, sociologue.

50 000 euros pour les chaussures royales

La reine Marie-Antoinette, qui aimait beaucoup la mode, possédait 500 paires de chaussures. Elle avait un domestique qui s’occupait exclusivement de leur entretien. L’année dernière, lors d’une vente aux enchères à l’hôtel Drouot, à Paris, des chaussures de soie rose et vert de Marie-Antoinette ont été adjugées 50 000 euros (62 460 euros avec les frais).

Céline et son placard merveilleux

Céline Dion possède plus de 3000 paires de chaussures. La chanteuse a spécialement aménagé un immense placard où son porte-chaussures est entièrement automatisé. Il lui suffit d’appuyer sur un bouton pour faire défiler devant ses yeux ses milliers de paires.

http://www.lapresse.ca

Les jours les plus beaux


Un rien peut rendre heureux, bien sur le bonheur parait éphémère, mais pourtant mise bout a bout, cela laisse apparait des doux souvenirs qui viennent redonner un sourire quand on y repense
Nuage

Les jours les plus beaux

 

Les jours les plus beaux et les plus doux ne sont pas ceux où il se passe des choses particulièrement belles, merveilleuses ou passionnantes.  Ce sont ceux qui apportent des plaisirs simples, qui se succèdent en douceur, comme des perles qui glisseraient de leur fil.

Lucy Maud Montgomery

L’illusion


Une des raisons, que j’ai insisté pour mettre au moins le prénom a mon ami, malgré qu’il ne voulait pas vraiment .. c’est que c’est lui qui a vécu cet amour illusoire qui a fait couler les quelques poèmes
Nuage

 

L’illusion

 

Au passage… des regards se sont croisés

L’innocence d’un sourire m’envahi
Tout comme une mer agréable sans ire 
La fleur de mes passions a mûri
À travers des abîmes de délire

Comme les saisons… le temps a passé

Ta respiration gênée s’estompe
Ton esprit s’éloigne en ma présence
Tes mains pourtant… donne des signes qui trompent
Mais tes lèvres m’imposent un long silence

Les rêves se sont métamorphosés

J’ai voulu à mon âge l’élixir 
Chamboulant mes peines en vagues de rires
Tu m’as mené vers de faux désirs
Comme un vampire cherchant qu’à séduire

La satire de ton amour m’a blessé

Les paroles qui frappaient sur tes cordes
Fécondaient en moi les plus belles odes
À faire bouillonner le coeur des hordes
D’espoirs forgés dans mon épisode
 
Le bleu de mon ciel s’est embrasé

Quelle émotion tu as  fais  jaillir !
À croire l’amour en dernier  soupir
Défier vent et marée pour mourir
Apparaître à tes yeux un martyre

Mais ton cœur à jamais cadenassé

Je narre en ermite, ma nostalgie
Dans mes entrailles c’est l’hémorragie
Meurtri du glaive d’une mythologie 
Ânonner dans une triste liturgie

Je m’enferme dans ma coquille cassée

J’erre dans les pensés de vieux fakirs
Préférant la dureté qu’au plaisir
Je veux faire de l’amnésie  ma mire 
Sans continuer, je veux en finir

Mes rêves sont maintenant épuisés

Déchiré ces pages de naïveté 
Ne soulagerais point ma douleur
Je souffre trop par ma crédulité
Qui a laissé tant de fausse rumeur

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
12 Décembre 2003

Souffrez-vous de chocolatomanie?


J’avoue ne pas être trop chocolat, malgré que je ne dédaigne pas un carré de bon chocolat de qualité mais pas pour exagérer alors que pour la majorité semble t’il cela peut-être une  dépendance du genre un carré et c’est la boite qui suit
Nuage


 

Souffrez-vous de chocolatomanie?

 

 

© Shutterstock

Avez-vous du mal à résister aux chocolats qui envahissent les rayons pour Pâques?

Si la simple vue des chocolats vous fait saliver et que vous ne pouvez résister à l’envie d’en consommer, vous souffrez peut-être de chocolatomanie.

En d’autres termes, vous êtes accro au chocolat, comme la majorité des consommateurs.

Une étude parue sur le site de TopSanté explique pourquoi cette dépendance peut être si forte.

En fait, le cacao contient au moins 500 molécules différentes, et plusieurs d’entre elles ont des propriétés psychoactives.

C’est le cas notamment de la théobromine, de la caféine, de la phényléthylamine, du magnésium et de la sérotonine.

Cela expliquerait également pourquoi nous sommes encore plus portés à manger du chocolat en cas de fatigue, de stress et d’anxiété. Par exemple, la sérotonine agit comme un antidépresseur.

Et n’oublions pas le plaisir gustatif important qui vient avec la consommation de chocolat!

http://sante.canoe.com

Soyez inspiré, ayez un idéal


Travailler pour gagner sa croûte est nécessaire, travailler pour se payer un certain confort et souvent plus que le nécessaire est sans doute intéressant,. mais après il se passe quoi ? Combien de gens qui ont tout mais sont malheureux ..? Nous avons tous besoin de se sentir vivant, utile, c’est pourquoi qu’il faut trouver un cheval de bataille que nous pourrions nous épanouir intérieurement
Nuage

 

Soyez inspiré, ayez un idéal

« Le sens de la vie est de donner un sens à la vie. »
Ken Hudgins

La vie moderne nous incite à focaliser sur l’aspect matériel de choses. Tous ceux qui ont « réussi matériellement » finissent un jour ou l’autre par être déçus, s’ils n’ont pas de vie intérieure active. Et c’est normal, car ils vivent en surface. Ils négligent l’essentiel. La satisfaction matérielle abusive est un cul-de-sac. Il n’est donc pas étonnant de voir autant des gens « réussir dans la vie » et ne pas être heureux, car il leur manque un élément essentiel, un idéal élevé.

Les plaisirs physiques ne sont pas mauvais en soi. Ils le deviennent lorsqu’on en fait notre objectif de vie, c’est-à-dire lorsque l’on nourrit l’illusion que le succès matériel est nécessaire pour être heureux. On n’obtient pas le bonheur en sur satisfaisant nos besoins physiques, mais plutôt en se vouant à un but louable.

« Rien n’est plus important que d’avoir un haut idéal. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les personnes heureuses travaillent pour une idée inspirante et c’est cette idée qui les inspire. Si vous travaillez pour un idéal élevé auquel vous croyez vraiment, même si vous n’êtes pas payé, vous vous sentirez quand même grandement récompensé. Mettez un idéal noble dans votre tête, travaillez pour cet idéal, et vous verrez ce que ce dernier fera pour vous : il améliorera toute votre existence.

« Vous ne trouverez le sens de la vie
qu’en vous mettant au service d’un idéal sublime. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Exemple :

Pierre considère que ses objectifs de vie sont atteints. Il a un travail stable qui lui procure une existence confortable. Mais il fait un peu tout par automatisme, sans grande motivation ni passion. Il est essentiellement comblé matériellement et il se demande pourquoi il n’est pas heureux.

Pierre décide de donner un sens à sa vie en se vouant à un idéal. Il choisit la défense des droits de l’homme. Au début, il a un intérêt passif pour cette cause, c’est-à-dire que ce n’est pas une passion.

Alors, il fait en sorte de développer davantage cet intérêt. Il s’impose dans un premier temps de lire un peu sur ce sujet tous les jours. Puis, il devient membre d’un groupe qui milite pour cette cause : Amnistie internationale. Ceci a entre autres pour effet de parfaire ses connaissances. De plus, il peut voir clairement le résultat des actions de ce groupe de militants. Plus il apprend sur ce sujet, plus son intérêt grandit. Finalement, l’appartenance à Amnistie internationale fait en sorte qu’il est en contact régulièrement avec des gens passionnés par la cause des droits de l’homme. La passion étant contagieuse, la participation assidue à Amnistie internationale développe en lui avec le temps un intérêt vif pour ce sujet. Après toutes ces étapes de transformation, Pierre voit la vie différemment. Son idéal, dont l’objectif est d’aider des gens dans le besoin, a donné un sens profond à sa vie.

Conclusion :
Certains considèrent les idéaux comme des abstractions sans importance ni conséquences concrètes. Au contraire, ceux-ci ont un effet jusque dans les profondeurs de notre être. Observez votre passé et vous verrez combien certaines grandes orientations de vie ont pu contribuer à votre mieux-être ou à l’inverse. Il est donc très important de développer un idéal élevé, car il sera la nourriture de votre âme.

Denis St-Pierre

Couch surfing, car surfing… ►Jeux de vie, jeux de mort


Difficile de comprendre les comportements des jeunes qui risquent leur vie et ce pour chercher la reconnaissance de leur pairs .. que ce soit dans la vie réelle ou sur internet quand ils immortalisent sur vidéo leur exploit. Serait-ce explicable point de vue physionomique et probablement un effet d’entrainement surtout avec l’ère d’Internet
Nuage

 

 

Couch surfing, car surfing… ►Jeux de vie, jeux de mort

 

Jeux de vie, jeux de mort

Crédit photo : Gracieuseté

Par Kathleen Frenette | Agence QMI

Couch surfing, car surfing, chickens… certains jeunes semblent prendre de plus en plus de plaisir à défier leur propre mort et, comme si ce n’était pas assez, ils propagent leur envie mortelle sur l’ensemble des réseaux sociaux.

Loin d’être nouveau, ce phénomène pourrait toutefois s’amplifier au cours des prochaines années, selon le professeur Denis Jeffrey, qui travaille à la faculté des sciences de l’éducation à l’Université Laval.

«Nous vivons dans une société qui se veut de plus en plus protectrice et sécuritaire alors, face à cette réalité, les jeunes se trouvent des occasions pour pratiquer le risque, qu’il soit contrôlé et très organisé, comme par exemple en ski alpin ou en ski acrobatique, ou qu’il ne le soit pas, comme le phénomène de couch surfing de la fin de semaine dernière où un jeune homme a perdu la vie», a mentionné l’homme qui étudie les comportements à risque chez les jeunes depuis une quinzaine d’années.

«Dans certains pays, comme le Vietnam, les jeunes n’ont pas à se lancer dans ce genre d’activité parce que leur survie comporte des risques chaque jour mais ici, comme plusieurs règles encadrent la vie de tous les jours, les jeunes se cherchent des espaces où ils peuvent s’essayer et voir jusqu’où ils sont capables d’aller», a-t-il ajouté.

Selon lui, les jeunes adolescents se retrouvent donc assoiffés de sensations fortes, ils veulent vivre leur vie jusqu’à la limite et surtout, le plus intensément possible.

(Crédit: Journal de Montréal)

Roulette russe…

«C’est certain que ce qui attire les jeunes, c’est le risque, l’adrénaline, les sensations fortes, les émotions et ils veulent se sortir de leur quotidien habituel. Ils jouent à ce que l’on appelle des ordalies, c’est-à-dire qu’ils défient la mort et leur propre destin. Ils prennent des risques en se disant que, s’ils en sortent vivants, c’est que leur vie vaut la peine d’être vécue», a ajouté le professeur.

Ces exploits, qui prennent la forme de prises de risques délibérées, s’inscrivent la plupart du temps dans une recherche de reconnaissance, selon les sociologues qui étudient le phénomène.

«Ce comportement n’est pas nouveau car, pendant longtemps, la traversée d’une épreuve, imposée par la communauté, était une modalité du passage à l’âge adulte. Autrement dit, les plus jeunes dans les sociétés dites traditionnelles devaient «mériter» d’appartenir à leur communauté», a expliqué Jocelyn Lachance, chercheur postdoctoral en sociologie.

Sur Internet

Selon lui, cette modalité anthropologique est, aujourd’hui, réactualisée dans le contexte de groupes d’adolescents et surtout, elle est poussée à l’extrême grâce aux réseaux sociaux.

«Les jeunes se mettent à l’épreuve pour trouver reconnaissance et valorisation auprès de leurs pairs et Internet leur offre une nouvelle vitrine pour susciter l’intérêt, pour s’exposer au regard anonyme de la communauté internet ou au regard des pairs sur les médias sociaux. En d’autres termes, en affichant leurs «exploits» sur Internet, les jeunes répondent à ce besoin anthropologique de chercher un regard valorisant sur soi», a ajouté l’auteur du livre L’adolescence hypermoderne, le nouveau rapport au temps des jeunes.

(Crédit: Journal de Montréal)

Changement d’attitude

Selon le professeur Denis Jeffrey, les adolescents changent de comportement le jour où ils prennent conscience du risque réel auquel il s’expose. Bien souvent, selon le professeur, ce changement s’effectue le jour où ils ont leur premier enfant.

«À partir de là, il y a vraiment une conversion qui s’effectue puisqu’ils se voient dans l’obligation de prendre des responsabilités. C’est souvent à ce moment qu’ils prennent conscience des risques parce que, en tant que parents, ils se retrouvent forcément dans un état de protection», a-t-il expliqué, en précisant que les gens commençaient alors à penser aux autres et aux conséquences que leur comportement pouvait avoir sur la société.

«Le conducteur qui a frappé le jeune, la fin de semaine dernière, va rester avec l’image et ce triste moment sera gravé dans sa mémoire pour le reste de sa vie. Il y a toutefois fort à parier que les quatre jeunes, lorsqu’ils ont pris la décision de faire du couchsurfing, même si la pensée de mourir les a effleurés, ils n’ont très certainement pas pensé à l’impact que ce type de comportement pouvait avoir sur leurs pairs», a ajouté monsieur Jeffrey.

Manque de jugement

De récents travaux aident présentement les chercheurs à comprendre les mécanismes neurobiologiques du cerveau des jeunes au moment où ceux-ci adoptent des conduites à risque. Selon les recherches, les lobes frontaux du cerveau sont les éléments dont la maturité est la plus tardive.

Entre 15 et 25 ans, le cerveau connait sa 3e phase de croissance de l’intérieur vers l’extérieur et de l’arrière vers l’avant. Ainsi, les deux premiers sens à se développer sont le plaisir et la douleur, les deux causes premières de la dépendance alors que la dernière partie qui se développe est celle du jugement.

http://tvanouvelles.ca

Plaisir vs bonheur


Avoir et acquérir des choses matériels apportent peut-être un sentiment de bonheur, de satisfaction, mais comment éphémère. Le bonheur n’est donc pas dans les choses, mais quelque chose en nous que nous développons vers l’extérieur
Nuage

Plaisir vs bonheur

"Tous les hommes font la même erreur,
de s’imaginer que bonheur veut dire que tous les voeux se réalisent."
  Léon Tolstoï

Le besoin de trouver le bonheur est profondément inscrit dans l’être humain. C’est pourquoi nous investissons beaucoup d’effort dans la recherche de celui-ci. La société moderne ne cesse d’essayer de nous convaincre que notre bonheur se trouve principalement dans le plaisir. C’est le culte de la gratification individuel. Ainsi pour bien des gens, la tendance est de rechercher avec grande motivation les satisfactions narcissiques : manger, se vêtir, se procurer du luxe, sur-consommer, gagner beaucoup d’argent … Certains vont même jusqu’à compromettre leur intégrité pour assurer leur succès matériel.

Par exemple, pour obtenir un meilleur salaire ou une promotion, ils se lancent dans la manipulation et ils acceptent toutes sortes de compromis douteux.

"Les plaisirs obtenus de façon non raisonnable se termine toujours mal."

Pour un très grand nombre de personnes, le plus grand plaisir est de satisfaire leurs besoins instinctifs. Si cette motivation est mal orientée, elle aura avec le temps de tristes résultats. La recherche du plaisir est légitime. Mais cette vérité ne signifie pas qu’il est approprié de donner libre cours à toutes nos pulsions narcissiques. Le plaisir n’a rien de mauvais en soi ; mais il le devient quand il est mal orienté ou excessif, c’est-à-dire lorsqu’il ne fait pas intervenir le raisonnement et la sagesse.

"Les joies durables proviennent de notre monde intérieur."

Lorsque nous abusons des plaisirs physiques nous ressentons après coup un certain vide. Et pour combler ce vide, nous croyons devoir nous procurer une autre dose de plaisir. Cette course est sans fin, car on ne peut être heureux en focalisant principalement sur les satisfactions physiques. Celles-ci sont une sensation momentanément agréable qui nous pousse à croire que nous serons heureux en la prolongeant le plus longtemps possible. Ce qui est tout-à-fait faux. Les activités qui nous procurent rapidement et facilement du plaisir ne touchent que notre corps physique. Or, nous sommes beaucoup plus qu’une enveloppe matérielle. Si vous recherchez le vrai bonheur, alors partez à la recherche des éléments qui nourriront votre cœur et surtout votre âme. Impossible d’être heureux en ignorant ces éléments cruciaux de notre humanité.

"Le bonheur est un parfum qu’un ne peut verser sur les autres
sans en recevoir quelques gouttelettes."
Ralph Waldo Emerson

Finalement, une vie trop orientée vers le plaisir implique généralement d’être insensible aux besoins des gens qui nous entourent. Chaque fois que nous fermons nos yeux et notre cœur aux besoins des autres, nous semons en nous les graines de l’amertume et de la tristesse. Inversement, en nous ouvrant aux autres , nous éveillons en nous un bien-être intérieur. Faites-en l’expérience. Posez un geste significatif d’altruisme et observez-vous. Peu de temps après, il est fort probable que vous percevrez une certaine joie intérieure. Le véritable bonheur ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Il est un état de conscience qui dépend de notre bonne compréhension des évènements et des situations.

"Il n’est pas facile de trouver le bonheur en soi.
Mais, c’est le seul endroit ou l’on peut le trouver."

Denis St-Pierre

Le mal et le bien


Faire le bien est souvent passé sous silence, d’ou peut-être que le mal existe justement parce qu’il est difficile de le passer sous silence .. sauf que le plaisir a un très mauvais goût pour les autres
Nuage

Le mal et le bien

"Les hommes sont plus enclins à rendre le mal que le bien, car la reconnaissance est un poids, alors que la vengeance est un plaisir. "

Tacitus