L’improbable amitié entre un Pitbull, un chat et des poussins


Un chien, un chat et des poussins et aucun ne finissent dans la gueule de l’autre. Mais le Pitbull est vraiment touchant, malgré sa grosseur, sa force, il sait se faire tendre et affectueux
Nuage

 

L’improbable amitié entre un Pitbull, un chat et des poussins

 

Les préjugés sur les animaux sont définitivement infondés. Qui aurait pu imaginer, par exemple, qu’unchat, un Pitbull et des poussins s’entendraient ? Leur improbable amitié existe pourtant bel et bien !

Il faut dire que pour les poussins, avoir des camarades chien et chat, c’est comme avoir un parc d’attraction ! Un petit tour de toboggan sur le dos du Pitbull, une petite excursion sur celui du chat… Il y a vraiment de quoi s’amuser !

On peut voir à quel point le chien et le chat restent calmes face à ces petits oiseaux jaunes dont ils pourraient parfaitement faire leur repas. Mais loin d’eux cette idée ! Affectueux et patients, ils sont pour ces poussins comme un papa et une maman.

http://wamiz.com

Ils apprennent le langue des signes à leur chien sourd


Et pourquoi pas ?? Le langage des signes permet aux malentendants de communiquer sans la parole, alors pourquoi pas les chiens qui ont une grande capacité d’apprentissage
Nuage

 

Ils apprennent le langue des signes à leur chien sourd

 

 

Lorsque l’on voit Rudi, il est impossible de savoir qu’elle est différente des autres chiens. Pourtant, cette énergique chienne Pitbull est atteinte de surdité.

Elle aime être au centre de l’attention et jouer. Elle est vive, dynamique, et est loin de se laisser abattre par son handicap. Rudi est sourde, mais grâce à ses propriétaires, Angi et Don Holt-Parks qui lui apprennent le langue des signes, elle vit comme n’importe quel chien. 

« Personne ne la regardait »

 

Le couple a adopté la chienne dans un refuge  où Angi Holt-Parks est elle-même bénévole.

« Après avoir travaillé et marché avec elle, j’ai vu qu’elle avait beaucoup de potentiel », dit-elle.

« Elle n’a tout simplement pas eu de chance car elle est sourde. Personne ne la regardait. Je pensais tout le temps à elle et j’ai même fait quelques recherches en ligne sur les chiens sourds et la langue des signes avant que je l’adopte. »

Une histoire semblable à celle de Horus, un autre chien sourd qui avait appris ce langage.

Capter l’attention d’un chien sourd

Pour capter l’attention de Rudi, un comportementaliste qui s’était occupé d’elle au refuge a suggéré l’utilisation d’un collier électrique qui émet de légères vibrations.

« Tant que nous n’utilisons pas de collier vibrant, Rudi apprend par d’autres méthodes de contact, telles que piétiner le sol pour attirer son attention ou mettre une touche de lumière devant elle qui l’amène à établir un contact visuel » a déclaré Angi Holt-Parks.

Un exemple pour les chiens handicapés

Pour l’heureuse propriétaire, avoir un chien sourd est une merveilleuse expérience d’apprentissage. Elle espère que son histoire avec Rudi inspirera d’autres personnes à envisager d’adopter un chien handicapé.

« Mon conseil pour les personnes désireuses d’avoir un chien sourd à la maison est de ne pas le traiter différemment. Rudi est comme mes autres chiens, et la plupart des gens ne savent même pas qu’elle est sourde. Vous avez juste à communiquer avec eux différemment avec des signes manuels et des expressions faciales. »

Mais alors que la chienne connait d’ores et déjà quelques signes tels que « non », « bonne fille », « amour », et « assis », elle demeure victime de « racisme » canin :

« Nous devons éduquer les gens sur la race Pitbull qui a injustement une mauvaise réputation, mais aussi sur la façon dont on peut communiquer avec des êtres sourds, aussi bien des humains que des chiens » affirme Angi Holt-Parks.

C’est pourquoi cette dernière espère que Rudi pourra être certifiée chien de thérapie, afin qu’elle puisse se rendre dans les écoles, hôpitaux et centres de soins pour délivrer un message d’espoir et apporter du bien-être à ceux qui en ont besoin.

http://wamiz.com

Le « trunking » ou la nouvelle horrible mode des combats de chiens


Je ne sais pas quel mot dire pour rester polie, mais en tout cas imaginez  C’est abominable ce que des personnes peuvent faire à des animaux juste par plaisir. C’est de la haute cruauté, inimaginable
Nuage

 

Le « trunking » ou la nouvelle horrible mode des combats de chiens

 

Il n’y a pas de mot pour décrire l’horreur absolue que représente cette nouvelle tendance. On l’appelle le « trunking » parce qu’elle consiste à enfermer des chiens dans le coffre (« trunk » en anglais) d’une voiture et à les laisser se battre à mort pendant que le véhicule roule.

C’est à Miami aux Etats-Unis que cet ignoble phénomène prend, hélas, de plus en plus d’ampleur.

 

Dahlia Canes de l’association Miami Coalition Against Breef Specific Legislation explique ainsi : « Ils mettent les chiens dans le coffre d’une voiture, le ferment à clé, se mettent à rouler avec la musique à fond pour que personne ne puisse entendre les cris des chiens. Après 10 ou 15 minutes, ils s’arrêtent. Ils jettent le chien mort et le vainqueur continue la route »… jusqu’au prochain combat.

Cela ne pourrait être qu’un mythe urbain, et pourtant, c’est bel et bien la réalité. Deux personnes travaillant au Miami-Dade Animal Services Department de Floride ont confirmé l’existence de cette pratique en affirmant qu’ils avaient été témoins de plusieurs cas.

Une horrible découverte

Il y a deux semaines, un homme a contacté l’agence pour la mettre sur la piste d’un homme suspecté de pratiquer le trunking. L’homme a assuré avoir vu ce suspect jeter des chiens dans le coffre de sa voiture pour se battre plusieurs fois. Les autorités ont alors mené l’enquête et ont découvert 5 chiens adultes et 4 chiots dans de terribles conditions au domicile du suspect.

« Les animaux n’avaient ni eau ni nourriture ni abris adéquat » témoigne Luis Salgado du Miami-Dade County Animal Services. Et de préciser : « ils étaient dans leurs excréments et leur urine ! »

Ces pauvres chiens laissés affamés pour pouvoir se battre avec davantage de férocité en eux ont été découverts dans un bien piètre état, couverts de cicatrices, de plaies béantes, des membres cassés et de marques de dents.

Les autorités n’ont pas encore trouvé le propriétaire de ces chiens mais ce qui est certain, c’est que les charges qui seront retenues contre lui seront celles d’un véritable crime.

Chien victime du trunking

Ils n’attendent plus que de l’amour !

Heureusement, les chiens semblent aller bien mentalement. Très sympathiques avec les vétérinaires, ils n’ont montré aucun signe d’agressivité envers l’homme. Un chien a même remué sa queue avec gaieté alors que l’on soignait ses blessures.

Parmi les chiens trouvés, on compte un Pitbull Or, le Miami-Dade a interdit la possession des Pitbulls dans l’Etat il y a 23 ans. Alors que les chiens sont actuellement soignés en attendant d’être adoptés par un nouveau maître aimant, ce Pitbull devra quant à lui être accueilli par une famille hors de la Floride.

Espérons que les cœurs de ces chiens soient très vite remplis d’amour, et non plus de haine.

http://wamiz.com

Un Pitbull sauve sa maîtresse d’un incendie !


Les Pitbull ont souvent mauvaises presse, a, cause de son physique et souvent employés par des combats chiens. Pourtant, il arrive qu’ils fassent aussi la une pour leur courage et leur fidélité d’ou la raison de démontrer que ces chiens quand ils ont des maitres responsables, ils sont de très bons animaux pour l’homme
Nuage

 

Un Pitbull sauve sa maîtresse d’un incendie !

 

Le 3 mai dernier, un Pitbull a sauvé la vie de sa maîtresse lors d’un incendie qui s’est déclaré à son domicile new-yorkais. Cet événement permet de relancer le débat sur la dangerosité présumée des pitbulls.

Sauvée des flammes, Jackie Bonasera doit la vie à son fidèle chien. Cette jeune femme new-yorkaise séchait ses cheveux à l’étage de sa maison située à Long Island lorsqu’elle a entendu son chien, Cain, aboyer. Alertée par ces « wouaf » incessants, elle est descendue au rez-de-chaussée.


C’est alors qu’elle a vu les flammes qui se propageaient rapidement depuis le garage à l’arrière et à l’avant de la maison. Elle a aussitôt couru à l’extérieur, mais a ensuite réalisé que son chien était encore à l’intérieur !

« Il m’a sauvé la vie, je dois sauver la sienne »

 

« J’ai couru hors de la maison avec mes voisins, et puis j’ai pensé au chien. Je me suis dit : il m’a sauvé la vie, je dois sauver la sienne » a-t-elle raconté à NBC News. Et de poursuivre : « Alors j’ai mis ma robe devant mon visage, je suis retournée sur mes pas, j’ai attrapé le chien, puis je suis sortie et j’ai regardé ma maison brûler. »

Le débat relancé

Depuis le drame, Cain est le héros de la ville. Mais il n’en demeure pas moins un Pitbull.

« Ils ont une telle mauvaise réputation, et pourtant c’est un si bon chien ! » regrette la fille de la victime.

Les Pitbulls sont connus pour leur corps musclé et leur grande mâchoire, ce qui explique pourquoi ils sont souvent recrutés pour les combats de chiens. De ce fait, on a associé cette race à l’agression et au danger.

Pourtant, de nombreuses associations de défense des animaux s’efforcent de dissiper les mythes répandus au sujet des Pitbulls :

« Le Pitbull est une race sévèrement mal comprise. Notre but est d’éduquer et de sensibiliser les gens à cette question. L’objectif principal de notre programme est de mettre fin aux mythes qui entourent cette race étonnante et aimante. Les pitbulls sont des chiens heureux et fidèles qui adorent les gens et combleront une famille à la recherche d’un nouveau copain » a déclaré Lindsay Guiher, bénévole au refuge SPCA Serving Erie County.

Des mythes infondés

Ces préjugés que l’on a sur les Pitbulls, quels sont-ils ?

Le premier consiste à croire que ces chiens ont des mâchoires beaucoup plus puissantes que les autres, et que, par conséquent, – et c’est le second préjugé – ils sont davantage susceptibles de mordre. Ces deux mythes sont absolument faux.

Au contraire, la fidélité d’un Pitbull pour son propriétaire est sans failles. Aux Etats-Unis, il n’est pas rare que l’un d’entre eux devienne célèbre du jour au lendemain pour avoir commis un acte héroïque. D’ailleurs, en 2011 en Géorgie, un Pitbull avait même été élu « Voisin de l’année » après avoir sauvé la vie de son maître !

http://wamiz.com/

États-Unis Bébé déchiqueté par sept pitbulls


Qu’importe la race du chien, jamais laissé un jeune enfant seul avec un chien (et même avec des chats).. et 9 chiens qui ont accès a la maison c’est beaucoup trop, je pense qu’il y a eu un mauvais jugement de la part des maitres .. et c’est une petite fille qui en a payé le prix ainsi que 7 chiens .. et son frère de 12 ans est trop jeune pour être responsable
Nuage

États-Unis : Bébé déchiqueté par sept pitbulls

Bébé déchiqueté par sept pitbulls

Crédit photo : archives Agence QMI

TVA Nouvelles

Une petite fille de 21 mois a connu une fin atroce en Géorgie alors que les sept pitbulls de la famille l’ont déchiquetée à mort dans la cour arrière de la maison.

«Quand nous sommes arrivés et que nous avons discuté avec les ambulanciers, ils nous ont dit que le bébé était déjà froid», a raconté le shérif de Bryan County, James Beatty, au Savannah Morning News. «Il n’y avait plus rien à faire», a ajouté le policier du sud des États-Unis.

La petite avait l’habitude de jouer avec les chiens

Toujours d’après le shérif Beatty, le frère de 12 ans de la petite aurait oublié l’enfant après avoir joué avec elle ou cru qu’elle était retournée à l’avant de la maison.

C’est la grand-mère de la bambine qui était assoupie qui a entendu des cris. Elle s’est aperçue trop tard du drame qui s’est joué dans la cour. Le bébé était déjà mort.

«Tous les chiens ont accès à la maison, a précisé le policier. Les neuf. La petite avait l’habitude de jouer avec les chiens. Quelque chose a fait qu’ils se sont rués sur elle, on ne sait pas quoi.»

Les sept pitbulls, dont certains sont croisés, ont été abattus sur place par la brigade de Bryan County qui s’occupe du contrôle des animaux.

Les deux autres chiens, qui n’ont pas participé à l’attaque, et qui ne sont pas des pitbulls ont été épargnés.

La petite victime aurait eu deux ans en juin.

http://tvanouvelles.ca

Le pitbull, un chien comme les autres


Une mauvaise réputation a terni les chiens pitbull qui pourtant ces compagnons ont eu leur années de gloire …Cette mauvaise presse est possiblement fait a cause des gangs qui élevait leur chien pour les rendre agressifs (juste a penser aux combats de chiens) Et pourtant pour avoir vue un pitbull provenant d’une usine a chien être calme a coté de ma petite fille montre que ce chien peut se montrer patient et doux .. Pour ce qui est des pitbulls que s’occupe Pit shop, il semble qu’ils prennent des responsabilité pour donner a ces chiens une famille qui seront apte a s’occuper d’un pitbull
Nuage

 

Le pitbull, un chien comme les autres

 

Il n'existe aucune preuve scientifique que le pitbull... (Photo fournie par Pit Stop Montréal)

Il n’existe aucune preuve scientifique que le pitbull est plus agressif qu’un autre type de chien. Son tempérament très déterminé et sa fidélité inconditionnelle en font un chien formidable, mais aussi capable de comportement contre nature.

PHOTO FOURNIE PAR PIT STOP MONTRÉAL

STÉPHANIE VALLET
La Presse

Le pitbull a mauvaise presse, et sa réputation de chien dangereux ne l’aide pas à trouver un nouveau foyer quand il est abandonné dans un refuge. Pourtant, il n’existe aucune preuve scientifique qu’il est plus agressif qu’un autre type de chien, bien au contraire.

En mai 2011, observant que près de la moitié des chiens en adoption étaient des pitbulls, trois bénévoles de la SPCA ont décidé de créer Pit Stop Montréal, un organisme à but non lucratif. En moins de deux ans, Pit Stop a réussi à placer plus de 130 chiens.

«Les pitbulls n’ont pas les mêmes chances que les autres en raison de leur réputation. Pourtant, s’ils sont en adoption à la SPCA, cela signifie qu’ils ont passé leur évaluation comportementale haut la main, tout comme les autres chiens», explique Adrien Cogan, vice-président de Pit Stop Montréal qui consacre tout son temps libre à l’organisme tout comme cinq autres bénévoles.

«On essaye de sensibiliser les gens en organisant des journées d’adoption dans les boutiques pour animaux. Le pitbull n’a rien de spécifique, il n’a pas plus de pouvoir que les autres chiens!», dit-il.

Légende urbaine

Contrairement à la légende urbaine, plusieurs études démontrent que la mâchoire du pitbull n’est pas munie d’un mécanisme de verrouillage. Il n’est également pas doté d’un cerveau trop gros pour sa boîte crânienne qui le rendrait fou! Au début des années 90, le pitbull était en effet considéré comme un bon chien de famille, s’illustrant dans les campagnes publicitaires en Angleterre et aux États-Unis, mais aussi à la télévision dans la série The Little Rascals. C’est aussi la mascotte des chaussures pour enfants Buster Brown. Dès les années 60 et 70, avec la progression des gangs de rues et la recrudescence des combats de chiens, il va rapidement devenir la nouvelle bête noire du monde canin.

Son tempérament très déterminé et sa fidélité inconditionnelle en font un chien formidable, mais aussi capable de comportement contre nature pour satisfaire les désirs de son maître.

«Les éleveurs de «cours arrière» ne savent pas ce qu’ils font et le nombre de chiots devient rapidement hors de contrôle. Ils placent ces chiens avec n’importe qui: plus un chien a mauvaise réputation, plus il se retrouve entre les mains de mauvaises personnes», précise le vice-président de Pit Stop.

Devenir famille d’accueil

Si vous n’êtes pas encore certain de vouloir adopter un pitbull ou si vous désirez donner un coup de main à Pit Stop, vous pouvez devenir famille d’accueil pour une période de deux semaines à six mois. L’organisme n’ayant pas encore de lieu physique, il est essentiel qu’il trouve un toit à ses nouveaux pensionnaires en attente d’adoption.

Pour cela, vous devez remplir dans un premier temps un formulaire qui se trouve sur le site de l’organisme.

«Il s’agit de 50 questions qui nous permettront de savoir quel genre de chien vous conviendra. On demande aussi des références de vétérinaire, et le numéro de téléphone du propriétaire de l’appartement où vous habitez. Une fois l’adoption acceptée, on commence par laisser le chien 3-4 jours chez vous pour voir si tout va bien. Une fois l’adoption finalisée, on continue à faire un suivi jusqu’à la fin des jours du chien», précise Adrien Cogan.

Pit Stop offre un soutien complet aux familles d’adoption ou d’accueil. Seule la nourriture devra être achetée.

«On a à peu près 10-12 chiens en famille d’accueil. On n’accepte pas n’importe quel chien, il doit d’abord passer un test comportemental avant d’être placé. Comme nous n’avons pas de local, nous ne pouvons travailler à long terme sur les problèmes de comportement. Alors, on en refuse beaucoup. On connaît nos limites et c’est pour ça qu’on a autant d’adoptions», explique Adrien Cogan.

Chance Mahtani est famille d’accueil pour Pit Stop depuis juillet 2012. Elle a accueilli la semaine dernière Lily, son 13e chien en provenance de Pit Stop.

«Je suis étudiante et je n’ai pas les moyens d’être propriétaire d’un chien. Alors, être famille d’accueil est idéal pour moi puisque tout est payé. C’est toujours difficile de les voir partir. Mais je suis contente, car je sais qu’ils ont trouvé un foyer», explique la jeune femme, qui garde toujours contact avec les familles d’adoption et sert parfois de gardienne pour ses anciens pensionnaires.

Aujourd’hui, Pit Stop tente d’amasser assez de fonds pour ouvrir un sanctuaire qui pourra accueillir une cinquantaine de pitbulls et leur offrir plusieurs services comme la réhabilitation, la pension à court et long terme et un sanctuaire où les chiens non adoptables pourraient passer le reste de leurs jours dans un endroit sécuritaire et enrichissant.

***

Le mythe de la mâchoire verrouillée

Le docteur Brady Barr, de National Geographic, a étudié les morsures d’animaux, testant ainsi autant les humains, les chiens domestiques que des animaux sauvages. Voici les chiffres qui sont ressortis de cette expérience analysant la pression en livre de la morsure.

Humains : 120 lb

Requins blancs : 600 lb

Hyènes : 1000 lb

Crocodiles : 2 500 lb

Chiens domestiques : 320 lb en moyenne

Un berger allemand, un pitbull terrier américain et un rottweiler ont été testés grâce à une manche de morsures équipée d’un ordinateur spécialisé. Il en ressort que la morsure du pitbull terrier américain a moins de pression que celle des trois autres chiens.

http://www.lapresse.ca

Blessé par balle, un Pitbull survit grâce à la générosité des internautes


Un incident qui aurait pu couter la vie a ce pitbull qui pourtant n’a pas eu la vie facile avec des anciens maître qui la maltraitait .. Elle qui ne voulait que protéger son maître a eu droit a une balle et des gaz .. Heureusement, elle va mieux .. Espérons maintenant qu’elle puisse vivre des moments heureux
Nuage

 

Blessé par balle, un Pitbull survit grâce à la générosité des internautes

 

Le 13 août 2012, dans l’East Village, à New-York (Etats-Unis), une chienne pitbull s’est fait tirer dessus par des policiers. Mais grâce à la générosité de dizaines de personnes, la chienne a survécu et se remet aujourd’hui de ses blessures.Une chienne se fait tirer dessus dans les rues de New-York

Alors que Lech Stankiewicz et sa chienne Star se promenaient dans une rue de New-York, l’homme soudainement pris de convulsions s’est effondré par terre, laissant son animal totalement  paniqué. Des policiers ont assisté à cet accident et ont accouru pour porter secours au jeune homme. Mais affolée, la chienne voyant les deux policiers courir dans leur direction leur a foncé droit dessus.

Devant l’animal s’approchant d’eux à toute allure, les policiers ont pris peur. L’un des deux a dégainé son arme et lui a tiré une balle en pleine tête, tandis que son collègue l’a aspergé de gaz lacrymogène.Le chien s’est alors écroulé sur le sol, agonisant devant des passants épouvantés par la scène.

Un élan de solidarité permet de sauver la chienne

Malgré la balle et le gaz toxique de la bombe lacrymogène, Star a survécu. Elle a alors immédiatement été conduite dans une clinique vétérinaire où elle a été soignée en urgence. Mais les frais pour la sortir d’affaire s’élèvent à quelque 10 000 dollars (environ 8 000 euros).

La vidéo de l’incident, filmée par un passant, a été publiée sur le web et a circulé très vite, touchant des centaines d’internautes qui ont alors décidé de se mobiliser pour aider à payer les frais vétérinaires. Une page Facebook a été créée pour le Pitbull, diffusant de nombreuses photos du drame et de Star avant qu’elle ne se fasse tirer dessus. Des clichés ont été ajoutés récemment montrant la rémission de la chienne.

Cet élan de solidarité a permis à Star d’être convenablement soignée et de survivre. Star est une véritable miraculée, une force de la nature.

« Elle se remet à la vitesse de l’éclair«  selon le New-York Daily News


Blessée par balle, la chienne Star se remet rapidement

Star confiée à la municipalité et son maître arrêté par la police

15 jours après l’accident, le maître de la chienne blessée, Lech Stankiewicz, ne l’a toujours pas réclamée. Cette dernière a donc été confiée à une branche de la municipalité qui s’occupe d’animaux.

Après l’incident, remis de sa crise,  le jeune homme a été arrêté par la police, accusé d’être en possession d’une bouteille d’alcool ouverte sur la voie publique.

Cette arrestation explique certainement pourquoi ce maître, pourtant décrit comme « attentionné« , n’a pas encore réclamé sa chienne. Star avait été maltraitée par ses maîtres précédents puis abandonnée en refuge, à la suite de quoi, Lech Stankiewicz l’avait adoptée et choyée.

Une chienne qui n’aime pas les policiers ?

Il semblerait que Star ait une aversion pour les policiers. En effet, ce n’est pas la première fois que la chienne agresse des représentants des forces de l’ordre. Cette dernière avait déjà attaqué une femme en juin car celle-ci tentait de l’empêcher de se jeter sur un policier. Après cette attaque, l’animal avait été restitué à son maître.

Star aurait-elle connu des expériences traumatisantes avec des policiers pour vouloir ainsi les attaquer ? Nul ne le sait.

http://wamiz.com

La bête noire à abattre


Comme beaucoup de monde j’avais une idée préconçue sur les pitbulel, mais avec des amis dont une éleveuse de chien, et que mon fils a réchappé un pitbull mélangé avec je ne sais plus quelle race de la grosse saisie d’usine a chien au Québec (Elle avait été enfermée pendant 3 ans dans une cage sans sortir pour faire que des bébés) sans oublier l’émission César, je me suis ravisée .. Un chien agira selon son maitre s,il le dompte a être agressif ou s’il le néglige .. il pourra avoir un mauvais comportement qu’importe la race, Le pitbull n’est pas un chien de salon, c’est un animal qui a besoin de bouger a l’extérieur
Nuage

 

La bête noire à abattre

 

Le pitbull fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières sur les cinq continents, mais aussi dans de nombreux arrondissements du Grand Montréal.

PHOTO AFP

Stéphanie Vallet
La Presse

Il fait peur et fait les manchettes à chacune de ses attaques. Le pitbull fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières sur les cinq continents, mais aussi dans de nombreux arrondissements du Grand Montréal. Pourtant, il n’est pas l’unique responsable des quelque 164 000 morsures recensées au Québec chaque année (sondage Léger Marketing, 2010). En tête du classement des chiens ayant le plus de mordant figure un quatuor des plus surprenants: le berger allemand, le cocker, le rottweiler et le golden retriever.

C’est ce que démontre l’une des très rares études qui se sont penchées sur la race des chiens ayant mordu une personne, menée en 1997 par le Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes.

Éducatrice et comportementaliste pour chien, Gabrielle Dufresne est appelée à travailler fréquemment avec des chiens ayant des problèmes d’agressivité ou de peurs incontrôlables.

«Je travaille avec des chiens depuis 25 ans. Les propriétaires de pitbull sont une partie de ma clientèle. Les gens font appel à moi pour des problèmes de base, surtout parce que leur chien saute sur les gens et est trop enthousiaste. C’est rare que je me retrouve devant un pitbull en situation de comportement grave», explique-t-elle.

«Il n’y a pas de mauvais chiens, mais de mauvais comportements. En 17 ans de carrière, je n’ai vu qu’un seul chien incontrôlable. Il était très difficile et mordait beaucoup… C’était un petit bâtard!»

«Je vois des chiens réactifs toutes les semaines. Ce n’est pas parce qu’un chien a mordu une fois qu’il faut l’euthanasier. La morsure est souvent le résultat de la peur et de l’anxiété, deux choses qu’on peut très bien traiter», explique quant à lui Jean Lessard, éducateur canin comportementaliste à l’hôpital vétérinaire Rive-Sud et Laval.

Ce sont donc les intentions des maîtres qui doivent être remises en question et non l’agressivité par nature d’une race. Certains propriétaires de pitbull conditionnent en effet leur chien à devenir agressif. Les chiots sont soumis à un régime d’endurance qui consiste à les priver de nourriture et à leur faire subir des réprimandes physiques pour, enfin, récompenser leur comportement agressif.

«J’ai déjà vu quelques cas graves de chiens agressifs. Je les évalue sur une échelle de 1 à 10 [10 étant le plus haut niveau d’agressivité], et en 10 ans, je n’ai eu que trois pitbulls», précise la comportementaliste.

Plus «gentils» que la moyenne

Menée en décembre 2010 aux États-Unis, une étude de la Société américaine des tests comportementaux révèle que le pitbull américain a obtenu une note de tempérament de 83,9%, alors que celle de la population canine générale culmine à 80,4%. En clair, cela signifie que les pitbulls sont plus «gentils» que la moyenne des chiens.

«C’est une race extrêmement polyvalente, très déterminée, très intelligente et qui n’aboie pas. Si on sait canaliser son énergie, c’est un chien d’intérieur calme. J’aime les comparer à des joueurs de football américain: ils sont très agiles, très forts, aiment le contact et sont capables de résoudre des problèmes», explique Gabrielle Dufresne.

Alors que les cas de morsures par un pitbull sont répertoriés de manière systématique dans les médias, le portrait est bien différent pour les autres races.

«J’ai un golden retriever en traitement qui a ouvert à deux reprises la main de son propriétaire. J’ai moi-même un pitbull et il s’est fait attaquer quatre fois en quatre ans!», lance la comportementaliste Gabrielle Dufresne.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est le berger allemand qui était le tenant du titre. Mais les films et la populaire série télé Rintintin sauvera rapidement son honneur au détriment du doberman et du rottweiler, utilisés comme chiens de garde ou de protection par les militaires et entreprises de sécurité. Si le pitbull est d’abord désigné comme le «Nanny Dog» des États-Unis à cause de sa réputation de protecteur d’enfants (en vedette à la télévision dans The Little Rascals et mascotte des chaussures Buster Brow), dès les années 60 et 70, avec la progression des gangs de rues et la recrudescence des combats de chiens, il va rapidement devenir la nouvelle bête noire à abattre.

Mythe

Le pitbull ne lâche jamais prise et est doté d’une mâchoire ayant un mécanisme de verrouillage? Faux, même s’il a de puissants muscles maxillaires et beaucoup de détermination, selon le Dr Howard Evans, professeur émérite au College of Veterinary Medicine à l’Université Cornell et auteur du livre Anatomy of the Dog, le Dr Sandy deLahunta, neurologiste pour chiens, et la Dre Katherine Houpt, comportementaliste.

«Nous en venons tous à la conclusion que la force de morsure est proportionnelle à la taille de la mâchoire et des muscles de la mâchoire. Il n’existe aucune structure anatomique qui pourrait s’apparenter à un mécanisme de verrouillage chez aucun chien», disent-ils.

Mythe

Le docteur Brady Barr, de National Geographic, a étudié les morsures d’animaux, testant ainsi autant les humains, les chiens domestiques que des animaux sauvages.

Voici les chiffres qui sont ressortis de cette expérience analysant la pression en livre de la morsure.

> Humains: 120 lb

> Requins blancs: 600 lb

> Hyènes: 1000 lb

> Crocodiles: 2500 lb

> Chiens domestiques: 320 lb en moyenne

Un berger allemand, un pitbull terrier américain et un rottweiler ont été testés grâce à une manche de morsures équipées d’un ordinateur spécialisé. Il en ressort que le pitbull terrier américain a moins de pression que les trois autres chiens.

Le pitbull n’est pas une race, mais une description qui en rassemble plusieurs: pitbull terrier, Staffordshire bull-terrier, Staffordshire terrier américain, etc. Il vient de la famille des molossoïdes et est issu du croisement qui combinerait l’esprit de jeux du terrier avec la force et l’athlétisme du bouledogue anglais. Des caractéristiques qui lui valurent d’être recruté pour les combats entre animaux (avec des ours ou des taureaux) si populaires au Royaume-Uni au XIXe siècle. Son nom se rapporte ainsi à deux éléments: «fosse/arène» (pit en anglais) et bull (taureau).

48 morts au Canada depuis 1964, dont 1 seul cas impliquant un chien croisé labrador/pitbull

4 étaient au Québec (3 cas par un husky, 1 par un berger allemand)

Source: National Canin Council

http://www.lapresse.ca

Montréal s’attaque aux chiens qui mordent


Un avertissement fait la une sur Facebook, et certains pensent que c’est un hoax et pourtant c’est la triste réalité Montréal prévoit durcir ses lois du aux morsures de chiens et un animal accusé a tords ou a raisons de morsures sera jugé dangereux et le maitre aura très peu de temps pour le défendre et lui évité l’euthanasie. Mais ils n’est pas prévu selon l’article, qu’on étudira le comportement du maitre face au chien et de le cause qui a provoqué l’agressivité
Nuage

 

Montréal s’attaque aux chiens qui mordent

 

Selon un projet d’harmonisation de la législation à Montréal, la clause sur les animaux dangereux donnera 24heures (au lieu de 48heures actuellement) au propriétaire de l’animal, sans distinction de race, avant l’euthanasie si celui-ci «a porté atteinte à la sécurité d’une personne ou d’un animal».

PHOTO: ST-PETERSBURG TIMES

On estime à près de 450 les cas de morsures de chien chaque jour au Québec, selon un sondage Léger Marketing réalisé en 2010. Un chiffre que la Ville de Montréal est résolue à faire baisser grâce à une politique de tolérance zéro: les propriétaires d’un chien ayant mordu une personne ou un autre chien n’auront plus que 24 heures pour contester l’avis d’euthanasie automatiquement lancé dans de telles circonstances et trouver par leurs propres moyens un expert qui évaluera leur animal.

La gestion animalière étant de la juridiction des arrondissements, la Ville de Montréal leur proposera ainsi dans les prochaines semaines une harmonisation de la législation en la matière.

«Depuis l’événement malheureux avec le Berger Blanc, on a pris un virage en matière de gestion animalière. On a travaillé avec des experts et les arrondissements pour proposer une juridiction basée sur les meilleures pratiques partout en Amérique du Nord. Le premier mandat de la Ville en gestion animalière est le contrôle. Si un chien constitue une nuisance, c’est la responsabilité de la Ville de protéger les citoyens contre cette nuisance», explique Martine Painchaud, attachée de presse à la Ville de Montréal.

La clause sur les animaux dangereux donnera donc 24 heures (au lieu de 48 heures actuellement) au propriétaire de l’animal, sans distinction de race, avant l’euthanasie si celui-ci «a porté atteinte à la sécurité d’une personne ou d’un animal». Il sera alors automatiquement déclaré animal dangereux par l’arrondissement. À partir de ce moment, la sentence sera l’euthanasie.

«Si le propriétaire désire contester l’ordre d’euthanasie, il a 24 heures pour l’exprimer et s’engager à trouver un expert de son choix qui va ensuite échanger avec l’expert de la Ville», ajoute la porte-parole.

Expert

Il n’existe au moment d’écrire ces lignes aucune précision concernant le type d’expert employé par la Ville. Mme Painchaud n’a pas été en mesure de nous en dire plus à ce sujet.

L’avocate Elaine Rosenberg, qui a défendu en juillet dernier Wicca, pitbull femelle de 5 ans euthanasiée après avoir été accusée d’avoir mordu à deux reprises, déplore cette situation.

«Je n’ai malheureusement pas réussi à sauver Wicca. Le règlement de la Ville ne donne que 48 heures d’avis avant l’euthanasie. J’étais en cour alors que le propriétaire de Wicca présentait la requête lui-même. Il a fait valoir ses droits, mais le juge était pris avec les critères stricts de la loi en vigueur», explique-t-elle.

Après avoir consulté le dossier de Wicca, l’avocate a tout de suite remarqué qu’aucun témoignage de la première victime n’était au dossier, mais que seule une photo montrant une égratignure à l’abdomen y figurait.

«Il était impossible de distinguer s’il s’agissait d’une morsure ou d’une griffure. Quand la dame s’est fait attaquer, elle a appelé son mari qui a ensuite appelé la police. Wicca était alors calme, assise à côté de son maître à l’arrivée de l’ambulancier. Quand celui-ci s’est approché, Wicca lui a senti les pieds et quand elle a monté sa tête, elle a frappé ses testicules. La Ville en arrive à la conclusion qu’elle l’a mordu. Or, dans la copie du rapport, l’ambulancier dit qu’il n’a subi aucune blessure», explique l’avocate de Wicca.

Selon Elaine Rosenberg, le propriétaire de Wicca n’a jamais eu la chance de se prononcer sur le fond de cette histoire, à savoir: le chien a-t-il vraiment mordu quelqu’un?

«La présomption d’innocence n’est pas respectée. Je pense même porter ça devant la cour constitutionnelle», conclut l’avocate.

À Calgary, Ottawa, Vancouver ou Toronto, les cas de chiens ayant mordu sont systématiquement portés devant un juge, une pratique que Alanna Devine, porte-parole de la SPCA, souhaite voir être mise sur pied à Montréal. La SPCA condamne d’ailleurs le projet d’harmonisation que va présenter la Ville de Montréal à l’automne.

«Avec ce projet de loi, si on se fait attaquer et que notre chien nous défend, il est susceptible d’être condamné à mort», précise Elaine Rosenberg.

Vers plus d’interdictions?

Les pitbulls sont actuellement interdits dans près d’une soixantaine d’arrondissements et municipalités au Québec. Néanmoins, la catégorisation du pitbull comme race «dangereuse» ne repose sur aucune étude sérieuse et indépendante, contrairement à celle menée en Grande-Bretagne, en 2003 (date postérieure à l’entrée en vigueur d’une loi interdisant les races dites «dangereuses»), qui a révélé que 24% des hospitalisations pour morsures ont été causées par des bergers allemands contre 9% par les races assujetties à cette loi (pitbulls, rottweilers et dobermans). Cette étude a également montré que les cockers, les jack russell terriers, les labradors et les collies sont les chiens qui mordent le plus fréquemment.

Les statistiques le prouvent donc: une grande variété de races de chiens est responsable des morsures enregistrées dans le monde. Interdire les chiens de type pitbull est-il donc vraiment une solution afin de faire baisser le nombre de cas de morsures ou de la simple discrimination raciale?

En 2008, le gouvernement néerlandais a abrogé l’interdiction des pitbulls, en vigueur depuis 15 ans, en raison de l’absence d’amélioration de la sécurité publique. En effet, le taux de morsures de chiens n’avait pas cessé d’augmenter en dépit de cette interdiction. En 2007, le Royaume-Uni a déclaré le Dangerous Dog Act caduc après avoir constaté que le nombre de morsures avait augmenté de 10% depuis sa mise en place. Une telle loi ne tient pas compte de la responsabilité du propriétaire quant au comportement de son chien.

De fait, elle ne protégerait pas les citoyens des morsures infligées par les autres races. À ce titre, une étude menée à Calgary, en 2003, a montré que sur 272 plaintes déposées pour morsure, 17,3% étaient causées par des bergers allemands contre 5,1% par des pitbulls, rapporte Anima Québec.

Ainsi, après Vancouver et Halifax en 2005, les Pays-Bas en 2008, l’Italie en 2007, plus de 50 villes américaines, dont New York, ont elles aussi levé leur interdiction visant les pitbulls.

________________________________________

http://www.lapresse.ca

Pas besoin d’un vendredi 13


Non ce n’est pas un billet sur les superstitions car on a pas besoin de ces croyances bidons pour s’intéressé aux violence fait aux animaux .. Plusieurs ont eu connaissance du Pitbull qui a attaquer la conjointe de son maitre lors d’une chicane de couple .. il faut noter que le pitbull a été entrainer comme chien de combat… sa récompense l’euthanasie … ou du chien laisser vivant dans la benne a ordure etc ..  Est-ce tous des personnes qui ont des personnes avec des problèmes mentales ? Bien sur que non !!!
Nuage

Pas besoin d’un vendredi 13

Pas besoin d'un vendredi 13

© Courtoisie

Je trouve parfois que l’homme est un mauvais compagnon pour les animaux de compagnie.

Par Annie Ross, docteure en médecine vétérinaire – Collaboration spéciale

Vendredi 13. Superstitions. Attention! Ne passe pas sous une échelle ou ne regarde pas ce chat noir. Ça pourrait être dangereux. Tiens donc! Parlons plutôt de tous les dangers que pourraient subir nos animaux de compagnie juste en vivant avec nous, que l’on soit un vendredi 13 ou non…

Ben oui, tiens donc! Parlons juste un peu de Max, ce pauvre vieux chien plutôt magané par la vie et sûrement encore plus par la négligence de son propriétaire, qui s’est retrouvé dans les vidanges, quelque part dans le coin de Napierville, en fin de semaine dernière.

Oui, oui. Dans une benne à ordures! Enterré vivant par son propriétaire sous les déchets. Je dis vivant parce qu’il était effectivement encore vivant quand une bonne âme l’a retrouvé, puis mis entre de bonnes mains, dans un refuge pour animaux.

Mais qui donc fait souffrir ses animaux?

Comment une personne saine d’esprit peut-elle faire une chose pareille pour se débarrasser d’un animal alors qu’il existe d’autres façons plus humaines? J’aimerais croire personnellement que les mots«sain d’esprit» sont importants ici…

En effet, selon ma bonne conscience, personne d’autre qu’une personne souffrant d’un grave problème mental ne peut faire subir une telle cruauté à un être vivant, chien, chat, hamster ou humain. Mais que sais-je finalement?

Est-ce que je suis en train d’excuser tous ceux qui maltraitent leurs animaux sous prétexte qu’ils ont des problèmes d’origine psychologique ou mentale?

Voici quelques exemples pour lesquels je ne suis pas convaincue que la souffrance animale est nécessairement liée à la maladie mentale.

Le pitbull «matamore» maltraité par les humains


Que dire à propos de ce pitbull qui a gravement blessé son propriétaire et sa conjointe qui était en pleine chicane de couple du côté de Québec, au début de la semaine? Quand on sait que ce chien a d’abord été élevé par un premier maître pour devenir et être un chien de combat (même si cela est totalement illégal chez nous et, de toute façon, totalement non éthique partout dans le monde), un chien qui doit se battre s’il veut survivre, alors on peut se dire que les humains l’ont simplement modelé à devenir un monstre et à faire ce qu’il a fait avec son deuxième propriétaire et sa conjointe.

Le chien à lunettes regardant la vallée de la mort


Récemment, je suis allée faire un petit tour dans la Vallée de la mort (Death Valley), en Californie. Me voilà à Dante’s View, d’où le point de vue panoramique sur la vallée est totalement hallucinant. Et que vois-je arriver au loin? Un homme et son chien qui me paraît vraiment étrange. Quand ils approchent, je vois que le chien porte avec difficulté et inconfort de petites bottines aux quatre pattes. Bien sûr, c’est pour qu’il ne se fasse pas mal sur les roches. Jusque-là, ça va. Mais je vois aussi que le chien porte des lunettes fumées. Quoi? D’aucune utilité pour un chien, sauf pour lui nuire et le rendre ridicule, à mon avis… Je m’approche pour flatter le Pitou, qui se comporte de façon tellement rigide, la tête raide, rentrée dans les épaules… Et voilà que je le remarque: le maudit collier électrique autour de son cou. Monsieur est en train d’entraîner son chien à faire le pitre sous la menace de décharges électriques. Wow! Ce que l’homme peut être con avec ses animaux, même si on dit de lui qu’il est sain d’esprit!

Le saviez-vous?

Les agresseurs de femmes et d’enfants sont aussi des batteurs d’animaux

Juste pour enfoncer le clou encore plus… Saviez-vous que selon plusieurs sondages effectués auprès de femmes canadiennes victimes de violence familiale (et il y en a beaucoup, malheureusement), environ la moitié d’entre elles ont mentionné que leur animal de compagnie avait été menacé, maltraité, blessé ou même tué par leur agresseur. Or, quand on sait qu’au moins 60 % des foyers concernés par la violence conjugale ou familiale possèdent un ou plusieurs animaux, on comprend facilement que beaucoup d’animaux de compagnie soient abusés physiquement, surtout dans le but de manipuler émotionnellement la petite famille victime de violence

http://fr.canoe.ca