Un jeune Américain arrêté pour avoir raconté dans un devoir qu’il avait tué le «dinosaure des voisins»


Un professeur qui ne fait pas la différence entre la science-fiction et la réalité et qui en plus avait quand même demandé d’inventer une histoire.
Nuage

 

Un jeune Américain arrêté pour avoir raconté dans un devoir qu’il avait tué le «dinosaure des voisins»

 

Funny Dinosaur King is Biggest in The World / epSos .de via Flickr licence by

Non, ce n’est pas Le Gorafi. Alex Stone, 16 ans, collégien en Caroline du Sud, a été arrêté ce 19 août et suspendu de cours jusqu’à la fin de la semaine pour avoir inventé une histoire dans le cadre d’un devoir demandé par son professeur, dans laquelle il raconte tuer le «dinosaure de ses voisins» avec un pistolet, rapporte Fox Carolina.

Le professeur avait demandé à ses élèves du collège de Summerville d’écrire quelques courtes phrases sur eux-mêmes, et d’inventer une espèce de statut Facebook original. C’est en obéissant à cette consigne que l’idée est passée par la tête d’Alex Stone. Il écrit alors:

«J’ai tué le dinosaure domestique de mes voisins», et «J’ai acheté un pistolet pour m’acquitter de cette tâche».

L’imagination et l’humour du jeune Stone n’ont pas été du goût du professeur. Choqué par ces propos jugés dangereux, ce dernier a appelé la police, qui a immédiatement rappliqué.

Karen Grey, la mère de l’auteur de ces lignes, est incrédule, comme elle l’explique au NY Daily News:

«J’aurais pu comprendre s’ils lui avaient demandé de réécrire son devoir parce qu’il avait utilisé le mot « pistolet » dedans. Mais déjà, il n’y a plus de dinosaures, et en plus, il n’a même pas l’âge de s’acheter un pistolet».

Le jeune homme a fait appel à un avocat, David Aylor, qui considère cette arrestation «absurde», rapporte Fox Carolina:

«C’est un parfait exemple de ce qui arrive quand le « politiquement correct » dépasse les frontières du bon sens».

«Je pense que j’aurais pu le formuler autrement, a regretté le jeune Alex Stone interviewé par la chaîne WCSC, mais ce que j’ai écrit, je ne pense pas que cela devrait importer tant que ça ne concerne pas une personne».

La police a fouillé son casier et son sac à dos, sans trouver traces d’un pistolet.

Le jeune homme aurait protesté au moment d’être interrogé par les policiers, et a commencé à s’énerver, raison pour laquelle ils l’auraient embarqué, en lui passant menottes aux poignets, relate Fox Carolina.

Aussi sûr que les dinosaures n’existent plus, la mesure semble avoir également disparu à Summerville.

http://www.slate.fr

Une arme en métal aurait été imprimée en 3D


Ce que plusieurs redoutaient devient réalité avec les effets négatifs des imprimantes 3D. Le fait d’être en mesure de construire des choses avec du métal avec cette technologie est intéressant, mais quand les objets sont des armes, cela devient inquiétant
Nuage

 

Une arme en métal aurait été imprimée en 3D

 

Le recours à l'impression 3D pour fabriquer des... (PHOTO ISSUE DE LA VIDÉO DE LA SOCIÉTÉ SOLID CONCEPTS)

 

Le recours à l’impression 3D pour fabriquer des armes n’est pas nouveau, mais le fait de les fabriquer en métal l’est.

PHOTO ISSUE DE LA VIDÉO DE LA SOCIÉTÉ SOLID CONCEPTS

Agence France-Presse
Los Angeles

Une entreprise américaine affirme être parvenue à fabriquer un pistolet en métal grâce à une imprimante 3D, dans une vidéo publiée vendredi montrant l’arme testée avec succès à plusieurs reprises.

Solid Concepts, basé en Californie, se décrit comme un leader mondial de l’impression en 3D, qui permet de fabriquer un produit réel à partir d’un ordinateur et d’une imprimante spécifique. La fabrication de ce pistolet, réplique du classique 1911, est toutefois très coûteuse et requiert davantage qu’une simple imprimante, avertit la société.

«Ca fonctionne très bien», affirme Solid Concepts, dans un blogue accompagnant la vidéo, précisant que l’arme a tiré une cinquantaine de coups, et atteint le centre d’une cible distante de plus de 25 mètres.

L’arme est composée de plus de 30 éléments fabriqués grâce à cette technologie en 3D, dont certains en acier inoxydable.

Les dirigeants de Solid Concepts précisent avoir utilisé la technologie dite du «frittage» au laser, qui consiste à chauffer une poudre, en l’occurrence métallique, pour agglomérer la matière.

Le recours à l’impression 3D pour fabriquer des armes n’est pas nouveau, mais le fait de les fabriquer en métal l’est.

Solid Concepts affirme que son système est légal, car l’entreprise dispose d’une licence fédérale pour la fabrication d’armes.

 

http://www.lapresse.ca

La police sur les traces d’un pistolet imprimé en 3D


L’imprimante 3D a est une technologie positive qui ouvrent de grandes ouvertures dans bien domaines, mais il y a aussi le coté négatif voir même dangereux. Il ne sera pas surprenant dans un avenir rapproché que les armes a feu seront, de plus, en plus fait illégalement
Nuage

La police sur les traces d’un pistolet imprimé en 3D

 

Le pistolet Liberator, imprimé en 3D |  Photo AFP

LONDRES – La police britannique pense avoir débusqué pour la première fois au Royaume-Uni des pièces d’un pistolet «fait maison» à l’imprimante 3D, une technique dévoilée au printemps aux États-Unis et qui inquiète les autorités.

«Si ce que nous avons saisi est, comme nous le pensons, utilisé pour fabriquer une arme à feu fonctionnelle, on peut parler de tournant dans la lutte contre le crime organisé», a réagi l’inspecteur Chris Mossop.

Son unité de police a découvert jeudi, lors d’une perquisition dans une maison de la banlieue de Manchester (nord-ouest de l’Angleterre), une gâchette et un chargeur à balles sculptés dans du plastique, ainsi qu’une imprimante 3D.

«Cela montre que les bandes criminelles sont en train de s’approprier unetechnologie qu’on trouve dans le grand commerce pour fabriquer les armes de demain qui, comme elles sont en plastique, peuvent facilement tromper les systèmes de détection», a ajouté le détective.

Une imprimante 3D permet de créer, couche après couche, un objet dont on a préalablement téléchargé les contours, en utilisant des matières comme le plastique, la résine ou encore le métal.

D’abord réservée aux industriels, la technologie est désormais accessible au grand public et on peut se procurer une telle imprimante à partir de 2163$ environ.

La possibilité de créer soi-même des objets ouvre des perspectives inépuisables et a inspiré un fabricant américain qui, en mai, a présenté son pistolet «Liberator» constitué de petites pièces en plastique fabriquées avec une imprimante 3D.

Un utilisateur avait déclaré que l’arme à un coup était peu efficace, dans la mesure où il n’avait réussi à tirer qu’une seule fois en 200 tentatives.

Mais le guide de fabrication avait été téléchargé 100 000 fois avant que le département d’État qui contrôle les licences et exportations d’armes via un service spécialisé ne fasse supprimer le lien.

http://fr.canoe.ca

Des chercheurs inventent la piqûre sans douleur


Quand qu’un enfant doit avoir une piqûre c’est le drame, les cris et les pleurs s’en suivent … Il aussi des adultes qui ont certaines craintes de voir une petite aiguille transpercer leur peau, mais il semble que bientôt cela sera chose du passé
Nuage

 

Des chercheurs inventent la piqûre sans douleur


 

Photo: ia_64 – Fotolia.com

Agence QMI

Des chercheurs américains ont développé une nouvelle méthode d’injection à haute pression qui cause peu ou pas de douleur.

Une équipe du Massachusetts Institute of Technology, à Cambridge, a créé un pistolet à injection qui ne comporte pas d’aiguille. Le médicament est injecté sous la peau à travers un bec minuscule, de la taille d’une trompe de moustique. Lors de l’injection, le patient a donc la sensation d’avoir été piqué par un moustique.

«Nous estimons que cette nouvelle technologie pourra considérablement aider les personnes qui ont peur de piqûres et qui ont la phobie des seringues et des aiguilles», a expliqué la chercheuse Catherine Hogan.

Cette découverte pourra aussi s’avérer très utile aux personnes qui doivent régulièrement recevoir des injections, comme les diabétiques.

Ce pistolet est également très novateur dans la mesure où contrairement aux injecteurs haute pression vendus actuellement, il peut injecter des doses de médicaments différentes à des profondeurs variables sous la peau, et ce, avec une plus grande précision. Faire une piqûre à un bébé par exemple, requiert une pression moins importante que pour un adulte, et c’est ce que permet cette nouvelle technologie.

Les chercheurs ne peuvent toutefois indiquer à quel moment ce pistolet à injection sera disponible sur le marché.

http://sante.canoe.ca

JINGLE BOOM – Le fusil, un cadeau de Noël très prisé aux Etats-Unis


Je suis contre les armes a feu, du moins pour monsieur et madame tout le monde, mais ce qui me dérange aussi c’est que se sont des cadeaux offert pendant les fêtes .. Et a mon bon souvenir,  les vœux de Noel n’est-ce pas une Paix aux hommes de bonnes volontés .. ???? Quelle mentalité de cow boy a l’américaine .. offrir des armes alors qu’en principe c,est un temps de réconciliation, de partage ..
Nuage

JINGLE BOOM – Le fusil, un cadeau de Noël très prisé aux Etats-Unis

Un fusil pour Noël, un «must» au pays de l'Oncle Sam

Une famille prend une photo avec le père Noël et plusieurs armes à feu, un combo tout indiqué au club de tir de Scottsdale, en Arizona.

Photo: Joshua Lott, Reuters

Le père Noël avait les bras chargés de fusils, cette année aux Etats-Unis. Les ventes d’armes à feu volent de record en record de l’autre côté de l’Atlantique, avec cette année encore un pic historique dans les jours qui ont précédé Noël, rapporte CNN.

A quelques jours de la fin du mois de décembre, le nombre d’armes vendues à travers le pays avait déjà dépassé le record précédent qui datait… du mois de novembre (1 534 414 demandes d’autorisation adressées au National Instant Criminal Background Check System), selon les chiffres du FBI. Pour la seule semaine de Noël, un demi-million d’Américains ont acheté un pistolet ou un fusil.

Et à deux jours de Noël, ce sont pas moins de 102 222 demandes qui ont été envoyées en 24 heures au NICS. Il s’agit du deuxième jour le plus chargé jamais enregistré. Le record historique absolu pour une journée date également de cette année, avec 129 166 demandes le "black friday", la grande journée de shopping qui suit Thanksgiving, précise CNN.

Le NICS, auquel tout revendeur d’armes agréé doit envoyer une demande d’autorisation d’achat, vérifie les antécédents criminels et psychiatriques de chaque acheteur. Seulement 1 % des demandes sont rejetées, précise le New York Times.

"Mais personne ne connaît précisément le nombre réel d’armes achetées par le biais du marché noir", précise le quotidien.

Selon le quotidien britannique The Telegraph, cette ruée vers l’arme peut s’expliquer par plusieurs facteurs : une économie fragilisée qui fait craindre à certains une hausse de la criminalité, ou encore la crainte des amateurs d’armes que l’administration Obama ne fasse adopter des lois plus restrictives à l’avenir. La National Rifle Association, l’association qui promeut les armes à feu aux Etats-Unis au nom d’une interprétation non restrictive du deuxième amendement de la Constitution, évoque quant à elle la baisse des effectifs de police, une tendance qui encouragerait le recours à l’autodéfense.

Pour le New York Times, cette passion très américaine des armes à feu n’est pas une fatalité. Le quotidien stigmatise la lâcheté des politiques :

"Au lieu de trembler de peur devant les lobbys, les responsables politiques des deux partis feraient mieux de considérer le bilan annuel des morts par armes à feu comme un problème de santé publique et une question éthique. Les sondages montrent que les citoyens sont bien plus sages que leurs responsables sur cette question".

On estime à 283 millions le nombre d’armes à feu en circulation aux Etats-Unis, soit 97 armes pour 100 personnes, selon une enquête nationale sur les armes à feu de 2004. Le nombre de ménages propriétaires d’armes à feu continue cependant à diminuer depuis les années 1970.

Selon la Brady Campaign to Prevent Gun Violence, citée par The Telegraph, des études montrent que de moins en moins de personnes possèdent de plus en plus d’armes à feu. Homicides et suicides compris, 30 000 personnes sont tuées par balle chaque année dans le pays.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr