Le Saviez-Vous ► Pourquoi est-ce que ça gratte?


Il se peut fort bien qu’en lisant le texte ou si vous savez parler anglais sur la vidéo, que vous aurez une envie irrésistible de gratter.
Nuage

 

Pourquoi est-ce que ça gratte?

 

Repéré par Grégor Brandy

Repéré sur Digg

«Chaque personne connaît des douzaines de démangeaisons, chaque jour.»

Voici le point de départ d’une vidéo de TED-Ed, repérée par Digg, qui les classe en quatre catégories:

celles causées par des réactions allergiques, celles causées par la sécheresse, celles causées par des maladies, et les dernières, mystérieuses «qui surgissent sans aucune raison, ou juste par ce que l’on parle de démangeaisons».

(Normalement, vous devriez déjà avoir une partie de votre corps qui vous démange.)

Pour comprendre le phénomène, Ted-Ed s’est donc penché sur l’une des sources les plus classiques de démangeaisons: la piqûre d’insecte.

«Quand un moustique vous pique, il libère un composé chimique dans votre corps, appelé “anticoagulant”. Ce composé auquel nous sommes légèrement allergiques déclenche la libération d’histamine, un composé chimique, qui fait gonfler nos capillaires (des petits vaisseaux sanguins), ce qui permet un flux sanguin plus rapide, et accélère la réponse immunitaire à cette apparente menace, ce qui explique le gonflement. L’histamine déclenche également les démangeaisons, ce qui est pourquoi ces piqûres vous poussent à vous gratter.»

La sensation de démangeaison, elle, n’est pas encore vraiment comprise, continue la vidéo, mais des études chez les souris donnent quelques éléments de réponse. On sait cependant pourquoi vous gratter vous satisfait tant et arrête les démangeaisons. C’est en fait assez simple:

la douleur causée par les grattements l’emporte sur la sensation elle-même, «presque comme une distraction, qui créé cette sensation de soulagement».

Enfin, la raison historique de ces démangeaisons n’est pas vraiment connue, mais Ted-Ed indique que la théorie principale veut que «notre peau ait évolué pour être très sensible au toucher, pour pouvoir gérer les risques du monde extérieur.

Pensez-y, notre réponse qui nous pousse à nous gratter repousserait n’importe quelle chose dangereuse qui se trouve sur notre peau».

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Révélation sur les moustiques


Le beau temps est enfin arrivé, le soleil, un peu plus de chaleur et bien sûr, les moustiques. Que serait l’été sans les moustiques ? J’ai vue le premier maringouin de la saison dans ma maison … Pas trop gêné le moustique !  Bref, les moustiques semblent préférer certaines personnes plus que d’autres. Mais, si vous tenez vraiment à vous faire piquer cette été, il est toujours possible de prendre certaines habitudes …
Nuage

 
Révélation sur les moustiques


Vous ne ratez jamais un camping et pour cause, vos potes vous invitent constamment ? Logique, vous attirez tous les moustiques dans un rayon de 50 mètres. Félicitations, vous faites partie de ces 20% de ‘privilégiés’.

La chimie ! Voici la réponse à ces sempiternelles piqûres de moustique. Chaque être humain dispose d’un métabolisme et d’une chimie qui lui est propre, à l’image d’une empreinte digitale. En fonction de ceci votre pouvoir d’attractivité envers le moustique est plus ou moins faible.

Voici quelques découvertes intéressantes :

Les moustiques préfèrent le sang de type O.

La plupart des gens sécrètent des substances qui permettent aux moustiques d’identifier le type de sang avant qu’ils ne mordent. Les moustiques sont presque deux fois plus susceptibles de se poser sur les diabétiques de type 0 sang que ceux de type A, selon une étude japonaise.

Arrêtez de boire de la bière

Une seule bière peut renforcer considérablement votre risque d’être piqué… Du coup, on vous conseillera de lui préférer le champagne… Oui, on sait, c’est dur.

Le moustique garou

La bestiole et ses congénères sont 500 fois plus actifs quand la lune est pleine. Au passage, les moments les plus à risque sont le crépuscule et l’aube. Aussi évitez de l’appâter en tendant les bras à ces périodes.

Otez vos chaussettes

En tant que scientifique courageux, Bart knols a découvert que les chaussettes sales et donc leur fumet, attiraient irrémédiablement les moustiques. De ce fait, cela fonctionne également pour les fromages odorants, qu’il est de tout façon conseillé de laisser en dehors de la tente.

Madame est enceinte ?

Surprise ! Le moustique, lui, le sait, il est pire qu’un test de grossesse. D’ailleurs il se délecte deux fois plus de femmes enceintes plutôt que d’autres. Pourquoi ? Les femmes enceintes expirent 21% plus fort, or les moustiques sont attirés par l’humidité et le dioxyde de carbone contenus dans leur souffle. De même pour la chaleur, la température du ventre est d’environ un degré supérieur. Les hormones sécrétées pourraient aussi être coupables, mais sans preuve formelle.

Ne courrez pas.

Non, ne courrez pas, ne faites pas de sport (chouette hein !). En suant, vous serez plus attirant et expulserez plus de dioxyde, combo parfait pour attirer les bébêtes. Vous doutez, le risque de piqûres diminuera pourtant de 50%.

Ils préfèrent des vêtements sombres.

Oui, les moustiques aiment la mode… Allez savoir, quoi qu’il en soit, voici leurs critères de prédilection : Noir (le plus attrayant), le rouge (très attractif), gris et bleu (neutre), kaki, vert  et jaune (moins attrayant).

Si vous souhaitez vous faire piquer, voici donc la marche à suivre… Faites une grosse heure de sport et enfilez vous quelques bières un soir de pleine lune. Ne lavez pas chaussettes qui seront noires ou rouges et essayez de tomber enceinte (Schwarzy l’a fait, pourquoi pas vous ?).

Rassurez-vous, comme tout n’est que chimie, tout ceci évoluera au fil du temps, un jour les moustiques ne seront peut-être plus qu’un lointain et irritant souvenir.

http://www.gizmodo.fr/

Parasites: chercher la petite bête


Cette année les signes de printemps est très tôt, malgré les petits gels que nous avons eu tout est arriver avant le temps, même les insectes. Les animaux peuvent être mit donc plus tot en contact avec les méchantes bactéries qui donnent des maladies. Donc a surveillez la santé de vos 4 pattes
Nuage

 

Parasites: chercher la petite bête

 

Un printemps hâtif, comme la météo semble le prévoir cette année, peut contribuer à une éclosion précoce des parasites, nécessitant de rester alerte plus tôt qu’à l’habitude.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Les parasites qui vivent aux dépens de l’organisme de votre animal de compagnie ne sont jamais les bienvenus et peuvent, outre l’inconfort qu’ils peuvent provoquer, être porteurs de graves maladies.

Au Québec, les chats comme les chiens peuvent être infectés par une multitude de parasites externes (puces, tiques, mites d’oreille, gale, etc., mais aussi internes (vers du coeur, vers plats, vers ronds, toxoplasmose, etc.) que la médecine vétérinaire est maintenant capable de contenir, soigner et prévenir. Un printemps hâtif, comme la météo semble le prévoir cette année, peut contribuer à une éclosion précoce des parasites, nécessitant de rester alerte plus tôt qu’à l’habitude.

Transmissible d’un animal à un autre par une piqûre de moustique, le vers du coeur, doit particulièrement être surveillé. Dans le cadre d’un récent sondage de l’AMVQ, 25 cas ont été déclarés en 2011.

«Les petites larves implantées par la piqûre du moustique se dirigent vers le coeur et forment des vers qui bloquent les artères et le système respiratoire. On a vu apparaître avec le temps doux des maringouins, ce qui est inhabituel pour un mois de mars. Quand arrivent les moustiques, la première chose à laquelle il faut penser, c’est la prévention du vers du coeur. Il y a déjà des cas diagnostiqués, ce qui est anormal à ce temps-ci de l’année, explique Michel Pepin, d.m.v. directeur général de l’Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux.

Du côté des parasites externes, c’est la tique porteuse de la maladie de Lyme qu’il faut le plus craindre. La Montérégie représente la principale région à risque et la tique est établie ou en cours d’établissement dans au moins trois secteurs: les environs de la rivière Richelieu près de la frontière américaine, la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent entre Châteauguay et Longueuil et les environs des rivières Noire et Yamaska. Au Québec, environ 10% des tiques sont infectées par cette maladie provoquant de graves problèmes d’ordre neurologique et contre laquelle votre animal domestique devrait déjà être vacciné.

«Il y a déjà une vétérinaire qui m’a signalé il y a quelques jours qu’elle avait des cas de tiques. Mais s’il fait très froid dans les prochains jours, on n’en entendra plus parler», précise le docteur Pépin.

Mieux vaut prévenir

Qu’il s’agisse de parasites internes ou externes, la prévention et le traitement doivent être appliqués au cas par cas, selon les conseils de votre vétérinaire. Habituellement, les traitements s’échelonnent du 1er juin au 1er novembre.

En ce qui concerne les parasites externes, le traitement des puces et des tiques peut commencer plus tôt ou même être administré toute l’année. Un brossage régulier pourra aussi permettre de contrôler le pelage de votre chien ou de votre chat

 «Dès qu’il y a des sorties, des contacts avec d’autres animaux dans des parcs à chiens ou des chenils, il faut traiter pour éviter les parasites à la maison», dit le docteur Pépin.

Même précaution pour les parasites internes. Ainsi, un chien qui va en Floride l’hiver avec ses maîtres, devrait obligatoirement être traité.

«De plus, si on vit près de marécages, de la frontière américaine ou dans les Cantons-de-l’Est, il faut être vigilant. L’année dernière, près d’Ormstown, dans un rang d’environ cinq kilomètres, huit chiens ont été diagnostiqués positifs», ajoute-t-il.

Les médicaments actuels ne traitent pas que le vers du coeur, mais aussi l’ensemble des parasites internes beaucoup plus fréquents, une prise de sang annuelle permettra de s’assurer que l’animal n’a pas été affecté au cours des 12 derniers mois.

Ramasser les crottes de son chien peut aussi aider à diminuer les risques de transmission de parasites vivant dans l’intestin des animaux. Surtout que certains sont transmissibles à l’humain…

http://www.cyberpresse.ca