Une nouvelle pilule contraceptive masculine testée avec succès à petite échelle


Une pilule contraceptive pour homme, cela va prendre du temps, au moins 10 ans avant d’être sur le marché. En attendant, les premiers pas dans des tests humains semble aller dans la bonne direction .. À suivre.
Nuage

 

Une nouvelle pilule contraceptive masculine testée avec succès à petite échelle

 

Une nouvelle pilule contraceptive masculine testée avec succès à petite échelle

Photo: Getty Images/iStockphotoDes premières recherches ont été menées sur une pilule contraceptive masculine.

Des chercheurs américains qui ont mené des tests sur une pilule contraceptive masculine ont annoncé qu’elle avait était efficace et qu’elle avait été bien tolérée par un petit groupe d’hommes.

Cette nouvelle pilule est en cours de test par une équipe de chercheurs de l’University of Washington School of Medicine et du Los Angeles Biomed Research Institute (LA BioMed), qui ont recruté 40 jeunes hommes en bonne santé pour la première phase d’essais cliniques.

Dix participants ont reçu une pilule placebo de manière aléatoire, alors que les autres hommes testaient la nouveau traitement, appelé 11-béta-méthyl-19-nortestostérone dodécylcarbonate, ou 11-beta-MNTDC.

Deux dosages de pilules ont été testés, 14 hommes ont reçu des doses de 200 mg, et 16 des doses de 400 mg.

Tous les participants à l’essai devaient prendre leur comprimé (la pilule ou le placebo) une fois quotidiennement pendant 28 jours.

Leurs conclusions, qui ont été présentées dimanche 24 mars lors du congrès annuel de l’«Endocrine Society» américaine de La Nouvelle-Orléans, ont montré qu’une prise quotidienne pendant un mois permettait de considérablement abaisser le niveau de deux hormones nécessaires à la production de spermatozoïdes, en comparaison avec le placebo.

Les effets du médicament étaient par ailleurs réversibles à l’arrêt du traitement, et les participants n’ont pas rapporté d’effets secondaires graves.

Parmi les effets secondaires légers, on note la fatigue, l’acné, les maux de tête, une libido un peu abaissée et de légers troubles de l’érection, mais l’activité sexuelle ne baissait pas.

De plus, aucun participant n’a arrêté son traitement à cause des effets indésirables, et ils ont tous été diagnostiqués en bonne santé à l’issue du test.

«Nos résultats montrent que cette pilule, qui combine deux activités hormonales en une, va abaisser la production de sperme tout en préservant la libido», a noté la chercheuse Christina Wang.

En revanche, comme le médicament aurait besoin de plus de 28 jours pour produire des effets sur la production de spermatozoïdes, l’équipe de chercheurs note que cet essai était trop court pour observer une suppression optimale des spermatozoïdes.

La prochaine étape sera de mener des études plus longues, et, si cette pilule s’avère efficace, des études plus vastes devront être menées avant de la tester sur des couples sexuellement actifs.

«Un contraceptif hormonal, sûr et réversible devrait être proposé dans environ 10 ans», a prédit le docteur Wang, ajoutant qu’un sondage précédemment mené avait montré que de nombreux hommes étaient ouverts à l’idée d’une pilule contraceptive masculine, tant que ses effets étaient réversibles.

https://journalmetro.com

La pilule contraceptive pour hommes, bientôt sur le marché ?


Une pilule contraceptive pour l’homme serait probablement bientôt  soumis a des essais clinique sur des hommes. Depuis le temps que les femmes prennent la pilule, ce serait bien que ce soit autour des hommes
Nuage

 

La pilule contraceptive pour hommes, bientôt sur le marché ?

par Vanessa Hauguel

La pilule contraceptive pour hommes est-elle en voie de devenir une réalité? Si les chercheurs tentent de confectionner la version masculine de ce moyen de contraception depuis plusieurs années, une équipe de scientifiques indiens pourraient bien y être parvenus.

Suite à la découverte des attributs contraceptifs d’une plante, la Justica gendarussa, les chercheurs ont développé une pilule contraceptive masculine s’en inspirant. La pilule imiterait en effet la plante, qui, en étant mâchée ou ingérée trente minutes avant l’acte sexuel, préviendrait les grossesses en bloquant le spermatozoïde d’entrer en contact avec l’ovule. Jusqu’ici les tests cliniques seraient positifs.

« C’est efficace à 99%. La pilule affaiblit les enzymes se trouvant dans le sperme qui lui permettent de se faufiler jusqu’à l’ovule », expliquent les scientifiques.

pilule contraceptive masculine plante

En termes d’effets secondaire, jusqu’ici seuls quelques rares sujets auraient présenté un gain de poids ou encore un accroissement de la libido. Maintenant, si de grandes entreprises sont intéressées à acheter le brevet, les essais cliniques devront encore se poursuivre quelques temps. D’ici là, d’autres laboratoires continuent d’avancer sur le sujet, reste à savoir laquelle conquerra le marché. 

http://www.canald.com/

L’estrogène déstabilise les écosystèmes des lacs


Les produits chimiques ont des répercussions dans nos eaux. La pilule contraceptive, par exemple a un effet direct sur les poissons mâles et qui a une incidence sur leur reproduction Le traitement des eaux usées est donc une des solutions
Nuage

 

L’estrogène déstabilise les écosystèmes des lacs

 

Des chercheurs pressent les gouvernements d'améliorer les systèmes de... (Photo: Sylvain Mayer, Archives Le Nouvelliste)

Photo: Sylvain Mayer, Archives Le Nouvelliste

Aly Thomson
La Presse Canadienne
HALIFAX

Des chercheurs pressent les gouvernements d’améliorer les systèmes de traitement des eaux usées après avoir découvert que la présence de composantes de la pilule contraceptive dans des lacs avait eu pour effet de déstabiliser des écosystèmes.

L’étude menée par la chercheuse Karen Kidd, de l’Université du Nouveau-Brunswick, démontre que l’introduction de petites doses d’estrogènes dans des lacs a presque entraîné l’extinction du vairon à grosse tête. La présence de ces hormones a interféré avec la capacité de reproduction de cette espèce de poisson.

L’équipe de Mme Kidd a commencé à introduire de petites doses d’estrogènes dans une installation de recherche d’un lac ontarien en 2001.

Immédiatement, les poissons mâles ont commencé à réagir à l’estrogène, en produisant d’abord des protéines de jaunes d’oeuf et ensuite, ils ont commencé à fabriquer des oeufs, a expliqué la chercheuse. Ils ont été féminisés, a-t-elle précisé.

Peu de temps après avoir fait l’expérience, le nombre de vairons à grosse tête a chuté rapidement et dramatiquement, selon les données des chercheurs. Cette quasi-disparition de l’espèce serait directement liée à l’estrogène.

La raréfaction du vairon à grosse tête a aussi eu des incidences sur son prédateur, la truite, qui s’est elle aussi faite de plus en plus rare dans le lac.

Depuis la fin des années 1990, plusieurs études ont déjà fait état de ce problème. Au Royaume-Uni, notamment, des experts ont découvert que des poissons mâles avaient commencé à produire des oeufs dans des cours d’eau lorsque des estrogènes avaient été décelés dans leur habitat.

Plusieurs cours d’eau au Canada ont vu leur population mâle de poissons se féminiser en raison des déversements d’eaux résiduelles dans les affluents, comme la rivière Grand, en Ontario, et la rivière Saskatchewan Sud, en Alberta.

Mme Kidd croit que le problème pourrait être résolu avec un meilleur traitement des eaux. D’ailleurs, après avoir épuré le lac à l’étude, la population de vairons à grosse tête est redevenue comme avant, ont remarqué les chercheurs.

«Enlever ces produits chimiques aura des effets bénéfiques sur la population de poissons dans nos affluents», a souligné Mme Kidd.

Selon elle, ces conclusions prouvent la pertinence de la région des lacs expérimentaux en Ontario, que le gouvernement fédéral avait menacé de fermer dans les dernières années. Les chercheurs n’auraient pas pu constater l’ampleur des effets de l’estrogène dans un environnement non contrôlé, a indiqué Mme Kidd.

http://www.lapresse.ca/