INSOLITE : LES 7 MALADIES LES PLUS BIZARRES DU MONDE


Il y existe des maladies bizarres dont certains sont vraiment handicapants pour vivre en société. Ces maladies que certaines, on a entendu parler d’autres par contre sont heureusement très rare
Nuage

 

INSOLITE : LES 7 MALADIES LES PLUS BIZARRES DU MONDE

 

Auteur : Karen Jégo

Se mettre subitement à parler uniquement en vers, dévorer des kilos de savons ou être couvert de poils des pieds à la tête… Découvrez notre top 7 des maladies les plus étranges au monde.

 

LE PICA OU L’ENVIE DE MANGER N’IMPORTE QUOI

Ce trouble du comportement se caractérise par une envie irrépressible de manger ce qui, justement, ne se mange pas ! Crayons, savons, cheveux ou plastiques… rien ne résiste à l’appétit étrange des malades. Cette pathologie plutôt rare se rencontre surtout chez les enfants et les femmes. Elle pourrait être liée à une carence en minéraux ou une infection par un ver parasite. Récemment, Kerry Trebilcock, une assistante dentaire britannique de 21 ans a ainsi dévoré jusqu’à 4000 éponges et 100 barres de savon !

LE SYNDROME DE L’ODEUR DU POISSON POURRI

Il s’agit d’une maladie très handicapante qui touche environ 1 % de la population. Les personnes qui en sont atteintes dégagent une odeur nauséabonde. La cause ? Une mutation génétique qui entraîne un excès de triméthylamine, un composé chimique, dans la sueur, l’urine, la salive… Résultat, les malheureux sentent le poisson pourri malgré des douches fréquentes et l’usage de parfums et autres déodorants. Pour limiter ce trouble, il est recommandé de manger moins de poissons, œufs et autres germes de blé.

LE SYNDROME DE L’ACCENT ÉTRANGER

Suite à un choc à la tête ou un AVC, certaines personnes se mettent subitement à parler avec un accent étranger ! Ce syndrome pourrait être causé par une lésion dans la zone dédiée au langage dans le cerveau. On peut citer le cas d’une jeune Norvégienne qui pendant la seconde guerre mondiale a reçu un éclat d’obus et s’est ensuite mise à parler avec un accent allemand. Résultat pour la pauvre demoiselle : on l’a prise pour une espionne !

LE SYNDROME DE LA MAIN ÉTRANGÈRE

Et si soudainement une de vos mains se mettaient à agir toute seule… Effrayant ! C’est pourtant ce qui arrive aux personnes atteintes du syndrome de la main étrangère. Après un choc ou une opération, une partie du cerveau est endommagée ce qui cause ce trouble. Ce n’est pas sans rappeler le film « Le Dr Folamour » de Kubrick où le fameux docteur doit se battre contre sa propre main qui cherche à faire le salut nazi.

LA DYSPHONIE SPASMODIQUE OU LA PAROLE EN CHANSONS

Ce trouble de l’élocution peut apparaître vers l’âge de 40 ans. Il se caractérise par des spasmes des cordes vocales. Résultat, la personne atteinte ne peut parler qu’en chuchotant ou de manière saccadée. Un traumatisme physique ou une infection peuvent en être responsable. La solution la plus efficace : l’injection de toxine botulique dans les muscles du larynx. Parfois le fait de chantonner diminue les symptômes. Scott Adams, un auteur de BD américain, a réussi, lui, à récupérer un peu sa voix en lisant à haute voix des poésies.

LE SYNDROME D’ALICE AU PAYS DES MERVEILLES

Un joli nom pour un trouble assez inquiétant. Certaines personnes migraineuses, épileptiques, schizophrènes ou qui prennent des drogues peuvent être victimes d’hallucinations visuelles appelées syndrome d’Alice au pays des Merveilles. Elles ont l’impression, pendant leur crise, de voir leur corps à travers un miroir déformant. Certains de leurs membres leur semblent plus grands, plus petits, plus proches ou plus lointains qu’ils ne le sont en réalité. Troublant !

LE SYNDROME DU LOUP-GAROU

Des traits et des mains épais mais surtout un corps et un visage couverts de poils ? Un cauchemar pour les personnes victimes de ce syndrome ! Cette maladie, à l’origine du mythe des loups garous, est due à un dérèglement hormonal, souvent héréditaire. L’un des cas les plus connus est celui, au XVIe siècle, de Pedro Gonzales accueilli enfant à la cour d’Henri II. Il sera appelé le « sauvage du Roi »…

http://www.topsante.com

Le patounage du chat, c’est quoi ?


Un chat qui pétri avant de s’installer en ronronnant est beau a voir … Mais quand il le fait autrement que dans le calme, il se peut que le chat est un stress qu’il ne sait pas gérer
Nuage

 

Le patounage du chat, c’est quoi ?

 

Le patounage du chat ? Mais qu’est-ce que c’est ? Tous les propriétaires de matous ont vu leur félin s’y adonner, mais peu connaissent ce terme. Pianotage, tricotage, pétrissage, se balancer… Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat, a entendu toutes sortes de mots décrivant ce geste. Elle nous explique aujourd’hui les origines et la signification du patounage du chat.

En fait, le chat patoune de façon innée. A la naissance ce geste est indispensable à la survie du chaton. Il stimule ainsi la montée de lait de sa mère et cela l’aide à téter.

Un geste de bien-être

Une fois adolescent ou adulte, le chat patoune parfois. C’est normal. Un chat bien dans sa peau le fait de 1 à 10 fois par mois. S’il le fait sur son maître c’est un geste affectueux, un signe d’amour et de bien être.

Mais le chat préfèrera le faire sur un support qui lui rappellera sa maman : un plaid, une couverture, un tapis douillet. Pour lui ce petit geste anodin et attendrissant pour notre regard humain est indispensable à Minou. Il lui permet de lâcher prise et de se défaire de son stress devenant pesant. Quelques instants il redevient le tout petit chaton près de sa maman rassurante, aimante et ronronnante.

Une manifestation du stress

Cependant il faut rester vigilant. Un chaton mal sevré sera angoissé pour tout et rien, et passera son temps à patouner. Un chat qui patoune plus d’une fois par jour est en situation de stress important. Il ne sait plus gérer son quotidien et tente de trouver des réponses par sa maman, en tentant de régresser.

Mais comme vous l’aurez deviné, il n’a aucune réponse et angoisse encore plus. Et ce patounage peut devenir un « tétouillage » qui peut vite tourner au PICA. Il faut donc faire très attention si un chat semble patouner un peu trop.

Soyez vigilants !

Il n’y a pas de règle fixe, mais on considère normal un chat qui patoune 1 à 3 fois par semaine, au-delà, il faut surveiller de près le reste du comportement du chat.

Ce qui peut nous sembler mignon ou attendrissant, peut vite s’avérer être un problème pour le chat. Pensons toujours à les regarder avec des yeux de chats et non des yeux d’humains. Pensons aussi que le chat souffrira de ce problème toute sa vie, soit près de 20 ans.

J’insiste vraiment sur ce point c’est peut être le pire signe de mal être chez le chat, et c’est celui que nous zappons systématiquement !

http://wamiz.com

Le pica, un trouble alimentaire qui touche aussi le chat. Comment le gérer et le soigner ?


Je ne me souviens pas d’avoir eu un chat ayant un problème de comportement alimentaire ..Enfin, il est vrai que si chaton ne mange pas ce qu’il devrait .. il y a tout lieu de se poser les bonnes questions
Nuage

 

Le pica, un trouble alimentaire qui touche aussi le chat. Comment le gérer et le soigner ?

 

Le pica, trouble du comportement alimentaire du chat qui mange des produits non comestibles, se manifeste principalement chez les races originaires d¹Orient (Siamois, Orientaux, Korat, Thaïs, etc.) et les chats « dérivés » de ces races (Birmans, par exemple).

Un syndrome lié à l’angoisse

En fait, il s’agit plus d’un syndrome que d’une maladie. Et comme tout syndrome, ce dernier reste latent à vie dans le comportement du chat, avec des phases de pics et des phases de repos.

L’origine de l¹apparition de ce syndrome est liée à une angoisse ou un stress du (ou des) chat(s). Il n’est pas rare dans une communauté de voir plusieurs chats très proches présenter le même pica, quelquefois par  vicariance (forme de mimétisme).


Bien souvent, le chat a été séparé de sa mère avant 3 mois, et son apprentissage comportemental n’étant pas terminé, quand il se trouve face à une angoisse qu’il ne sait gérer, faute de repères, il se jette sur n’importe quoi et le mange.

Déterminer l’origine du stress

Le plus difficile est de trouver la source de l’angoisse. En effet, il peut s’agir d’un meuble déplacé, d’un nouveau canapé, d’un changement dans la composition du foyer (humain ou animal, un chat peut aussi ressentir une grossesse), même un changement de couleur de la gamelle, ou de la marque de litière, etc. Tout cela peut déclencher un pica.

Peut-on soigner le pica ?

Une fois la source identifiée, il est possible de supprimer le Pica, le chat arrête alors de dévorer n’importe quel pull, tissu, plastique ou autre matière susceptible de provoquer une occlusion intestinale, pouvant aller jusqu¹au décès du chat si un vétérinaire n’intervient pas au plus vite.

J’ai eu à traiter le cas d’un chat mangeant de la limaille de fer dans l’atelier de son maître : je vous laisse imaginer les conséquences digestives.


Toutefois, à la prochaine angoisse, le chat peut recommencer.
Quoi qu¹il en soit, une thérapie comportementale est fortement recommandée dès l’apparition des premiers symptômes.

Pas de guérison totale

Cette thérapie peut s’appuyer sur une combinaison de fleurs de Bach pour accélérer le processus de récession, mais non de guérison qui ne sera jamais totale.

N’oublions jamais qu¹un chat souffrant de Pica en souffrira toute sa vie, le tout est de faire en sorte de ne pas provoquer d’angoisses chez lui, afin d’éviter les phases de pics du syndrome, sachant que ces phases peuvent aussi ne jamais réapparaître si la thérapie comportementale est respectée à la lettre, et à vie, chez le chat concerné.

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat

http://wamiz.com