5 erreurs fréquentes en photo et leurs solutions (faciles)


Avec l’avènement de la caméra numérique, il semble à la portée de tous de prendre des photos. Sans être des tous des professionnels, il y a des erreurs que nous faisons tous, mais avec quelques trucs, il est possible de s’améliorer.
Nuage

 

5 erreurs fréquentes en photo et leurs solutions (faciles)

5 erreurs fréquentes en photo et leurs solutions (faciles)

Photo Fotolia et Stéphane Vaillancourt / Agence QMI

Stéphane Vaillancourt

La photographie est un art, mais c’est aussi parfois très technique.

Il y a plusieurs façons de réussir ses photos, mais aussi beaucoup de façons de les rater.

D’ailleurs, certains problèmes reviennent un peu trop souvent: photos floues, éléments distrayants, absence de flou en arrière-plan, trop de bruit numérique et la liste pourrait continuer longtemps.

Voici donc cinq problèmes les plus fréquents, ainsi qu’une ou plusieurs façons de les éliminer.

Les photos floues

D’habitude, une photo est floue parce que le sujet a bougé ou que le photographe a appuyé trop fort sur le déclencheur, ce qui a fait bouger l’appareil au moment de prendre la photo.

Mais ces deux raisons découlent du même problème: une vitesse trop basse, ce qui est généralement causé par un manque de lumière.

Comment faire pour obtenir plus de lumière?

L’idéal, c’est d’avoir le contrôle sur la lumière ambiante en allumant plus de lampes, mais si ce n’est pas possible, voici quoi faire : augmentez un peu la valeur ISO et, si vous le pouvez, augmentez l’ouverture (le chiffre précédé d’un «f», qui doit être réglé à sa plus petite valeur possible) afin de laisser entrer plus de lumière.

Sinon, la seule option est de passer en mode manuel ou, encore, en mode S ou Tv (pour Speed, ou Time Value) et de forcer l’appareil à prendre la photo à une vitesse donnée.

Sachez que plus vous montez la vitesse, plus votre photo sera sombre.

Photo chargée et éléments distrayants

Parfois, vous avez envie de prendre un décor en photo, ne portez pas suffisamment attention aux autres éléments du décor.

Vous risquez de vous retrouver avec une photo chargée (trop de choses à regarder – comme l’image ci-dessous), ou avec des éléments distrayants (des branches qui sortent de nulle part, un passant coupé en deux, etc.).

Assurez-vous donc de bien observer le décor et la scène en général avant d’appuyer sur le déclencheur.

Format de fichier: JPEG, RAW… ou les deux?

Tout le monde aime le côté pratique du JPEG, puisqu’il permet le partage rapide de ses photos. Or, une image JPEG est une image compressée et traitée qui offre beaucoup moins de flexibilité en postproduction (lorsque vous voudrez «développer» vos photos, si vous voulez).

En effet, si vous n’avez pas bien ajusté la balance des blancs en fonction du type d’éclairage (au soleil, à l’ombre, sous un néon ou sous une ampoule), les couleurs de votre image tireront vers le bleu ou l’orangé et il sera plus difficile de corriger une image JPEG.

Une façon simple de régler ce problème: photographier en RAW+JPEG, puis retravailler vos photos dans un logiciel comme Lightroom d’Adobe (et il en existe plusieurs autres).

Pourquoi RAW+JPEG et non pas en RAW seul? Parce que les cartes SD offrent une très grande capacité (en moyenne, de 8 à 64 Go), ce qui permet de prendre plusieurs centaines de clichés sur une même carte – alors qu’autrefois, les pellicules nous limitaient à 24 ou 36 clichés.

Vous pourrez donc partager rapidement une photo JPEG qui vous satisfait, puis retravailler les fichiers RAW qui demandent quelques retouches

Manque d’impact

Votre photo n’est pas aussi spectaculaire que vous l’auriez souhaité? Elle manque peut-être d’impact: si vous étiez trop loin du sujet ou de l’action, la scène ne sera pas aussi puissante que vous l’aviez perçue vous-même, en étant sur place au bon moment.

N’hésitez pas à utiliser le zoom optique de votre appareil (évitez le zoom numérique!) afin de rapprocher le sujet ou la scène que vous photographiez!

Voyez la différence entre une photo prise juste un peu trop loin et une photo prise à la bonne distance, ci-dessous.

Image bruitée et ISO

L’ISO, c’est la sensibilité du capteur de l’appareil photo à la lumière. À l’époque de la pellicule, on achetait un film 100 ISO, 200 ISO ou 400 ISO, selon si on allait prendre des photos à l’extérieur, à l’intérieur, ou un peu des deux.

Aujourd’hui, les capteurs numériques offrent une sensibilité variable qu’il est possible d’ajuster en fonction des conditions d’éclairage de la scène. Si le principe reste le même en numérique, il faut savoir qu’il est possible d’aller plus haut que 400 ou 800 ISO, ce qui offre une flexibilité qui simplifie la prise de photos, mais que cette flexibilité a un prix: le bruit.

En effet, si vous montez la sensibilité ISO à 800 ou plus, vous risquez de vous retrouver avec du bruit (ce qu’on appelait le « grain » sur la pellicule). Certains appareils performent mieux que d’autres et permettent de monter à 3200 ou même 6400 ISO sans que le bruit ne soit omniprésent. Faites quelques tests d’une même photo prise à différentes valeurs ISO.

Votre photo finale contient trop de bruit? Vous pouvez décider d’opter pour une approche artistique en la transformant en noir & blanc, ou vous pouvez utiliser la fonction de réduction du bruit de Lightroom, ou un logiciel spécialisé comme DxO ou PhotoNinja.

Dernier petit mot

N’hésitez pas à expérimenter. Prenez des dizaines de photos de scènes quotidiennes. N’attendez pas d’avoir un événement à photographier pour sortir votre appareil.

En pratiquant, vous remarquerez mieux les choses à faire et ne pas faire lorsqu’une occasion photo se présentera à vous.

http://fr.canoe.ca